Archives par mot-clé : fin

C’est déjà fini ?

Consigne : « Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

San et Ashitaka

Après avoir rendu le travail préparatoire à la recherche (TPR), j’étais soulagée. Finalement j’étais venue à bout, tant bien que mal de cet exercice qui me demanda beaucoup d’efforts. Puis, j’ai eu une grande appréhension vis-à-vis du mémoire, déjà qu’il avait été difficile pour moi d’écrire le TPR alors un mémoire me paraissait insurmontable. Avant de commencer, je me suis promise de mettre en place un processus de travail et de réussir cet objet qui m’était si obscure. Après tout, écrire une vingtaine de pages sur un film que je connaissais par cœur, ne devait pas être si compliqué.

Mais la tâche fut ardue et après coup je pense m’organiser autrement à l’avenir. Un mémoire est une question de méthode et de rigueur et il est vrai que j’ai pu en manquer parfois. Même s’il m’a fallu un déclic (un peu tardif), pour me lancer réellement dans cette aventure, j’ai finalement un sentiment d’inachevé et même de frustration. Une vingtaine de pages pour illustrer un film qui a partagé votre vie deux ans est bien trop peu. J’ai pris goût à la formulation d’hypothèse et à la recherche d’explications qui permettait de répondre à mes questionnements. En définitive, le mémoire m’a donné l’envie d’aller au bout des choses, de ne pas rester paralysée par l’incompréhension et m’a permis d’apprendre de mes erreurs.

Lisa Delpech

La lumière au bout du tunnel

Consigne : Mon travail de recherche, alors… heureux ?

Lorsque je suis entrée en deuxième année de master, je savais que l’un des gros travaux serait celui du mémoire. Dès la rentrée, nous avons été mis dans le bain par l’annonce des noms de nos directeurs de mémoire qui allaient suivre notre travail tout au long de l’année. Après avoir passé un an sur le film de Woody Allen, « La rose pourpre du Caire » il fallait se replonger dedans, trouver de nouvelles idées. A ce moment précis, j’avais vraiment l’impression d’avoir tout dit dans mon Travail Préparatoire de Recherche. L’autre crainte, pour ce travail de mémoire, était de devoir lire beaucoup de livres, des livres abordant des thèmes que je ne maîtrisais pas (philosophie, psychanalyse etc.). Malgré cela il fallait que j’avance !

 Aujourd’hui, à la fin de cette aventure, toutes mes craintes ont été surmontées : des nouvelles idées sont nées, des livres sont lus et la rédaction est presque terminée, j’en vois enfin le bout ! Reste encore à s’accrocher pour cette dernière ligne droite.
Ce mémoire m’aura permis de confirmer mon envie de rentrer dans la vie active et de sortir du cadre universitaire. En effet, même si ce travail de mémoire s’est bien déroulé et qu’il m’a paru intéressant, je sens que j’ai besoin de faire des choses qui me paraissent plus concrètes dans un cadre plus professionnel.

Laëtitia

C’est la fin.

Deep End_01Consigne : Mon travail de recherche… alors, heureux ?

Le rendu du Travail Préparatoire à la Recherche a été pour moi une source de satisfaction intense : réussir à créer une analyse filmique sur un film qui nous tient à coeur et rendre un travail qui nous contente, malgré quelques incohérences, est très gratifiant. Ainsi, quand il a fallu se replonger dans le film, une question me taraudait : vais-je réussir à recréer de toutes pièces un mémoire d’une trentaine de pages sur un sujet dont j’ai l’impression d’avoir déjà fait le tour ? Ai-je acquis assez de compétences durant mes années d’études pour être capable de réaliser moi-même un mémoire ? Pour moi, la réponse était évidente : non, je n’en étais pas capable.

Aujourd’hui, à l’aube du rendu du mémoire, mes doutes, fort heureusement, se sont envolés. Je l’ai fait, j’en étais capable. Et plus encore, je me suis découvert des compétences que je ne soupçonnais pas, notamment au niveau organisationnel. Je suis une personne très organisée dans la vie de tous les jours, mais le nombre d’ouvrages à lire et de films à regarder pour mon mémoire m’inquiétait : comment s’organiser avec une telle quantité de documents ? Au final, cela s’est fait naturellement et m’a permis un gain de temps et d’énergie considérable. Je vais rendre un travail qui m’aura pris deux ans, mais dont, malgré tout, je suis fière.

Tiphaine Robion