Archives par mot-clé : fin

Coupez ! C’est bon on la garde !

Consigne : « Clap de fin ! »

On en voit enfin le bout ! Le travail de plusieurs mois s’est presque concrétisé en une ribambelle de mots assortis plus ou moins bien entre eux. Il devient de plus en plus difficile de se relire de peur de vouloir réécrire un paragraphe tout entier. Heureusement pour l’orthographe, certains proches acceptent de me relire scrutant chaque petite faute n’étant pas à sa place qui pourrait me faire perdre des points précieux. Le choix du film « Thelma et Louise » a été beaucoup plus judicieux que celui de l’année dernière « Alien » : il ne faut jamais choisir un film auquel on est trop attaché car il est impossible de rester neutre devant l’analyse. Mon choix s’est porté sur l’histoire de ces deux femmes car il m’a semblé intéressant que ce soit un homme qui analyse un film féministe, afin de mieux comprendre pourquoi les femmes peuvent se sentir rabaissées face à la misogynie des hommes.

Maintenant il s’agit de se tourner vers l’épreuve de l’oral qui risque d’être difficile à préparer puisqu’il s’agit de présenter le déroulement de notre recherche, et non le résumé de notre mémoire, deux notions difficiles à différencier. Les recherches m’ont permis de voir que dans ce domaine, le film de Ridley Scott était un précurseur à l’époque de sa sortie car depuis, peu d’évolutions ont eu lieu dans la place qu’occupent les femmes à Hollywood. Mais avec la sortie de « Seul sur Mars » l’année dernière, Scott a de nouveau franchi un pas en donnant un rôle principal à Jessica Chastain en tant que capitaine de vaisseau. Ce fait est là pour montrer que même s’il est lent, le développement de la femme à Hollywood est toujours d’actualité.

Vincent DUQUENNOY

This is the end.

12736021_10208559868616487_626762650_n
(cc) Camille Coquereau (13/02/2016)

Consigne : “Clap de fin”

La fin de l’année scolaire approche et, avec elle, la fin du mémoire. Il n’est plus temps de continuer les recherches mais de laisser place à la rédaction et aux énièmes corrections. C’est un nouveau travail qui commence : il faut relire, soigner cette écriture, alléger le style, ajouter des exemples, revoir certains passages… Ce moment où l’on pense avoir tout terminé alors qu’il reste encore tellement à faire.

Après avoir rendu la première version de mon mémoire, nous avons, avec mon directeur de mémoire, relu phrase par phrase ce texte. “Ici cela est juste” ; “il faudrait appuyer cet argument-ci” ; “peut-être peux-tu lire tel auteur ?” ; “Là cela ne va pas” et ainsi de suite. Ce travail méticuleux permet de voir, une fois la pensée complète posée sur papier, si celle-ci est justement rendue lisible. Terminer le mémoire, c’est donc le peaufiner. Le rendre lisible et compréhensible par tous. La mise en page intervient également maintenant. Il faut trouver les illustrations et bien noter les sources, rendre attrayante la page de garde. C’est la fin d’un travail oui, mais aussi surtout le commencement d’un autre : la soutenance qui, une fois passée, clôturera réellement ce travail de recherche.

Camille Coquereau

Le début de la fin

(cc) Maelys Gosset 11/02/2016
(cc) Maelys Gosset 11/02/2016

Consigne : “Clap de fin”

La fin de la rédaction du mémoire se profile. Mais sera-t-il vraiment fini un jour ? Je le relis encore et encore en essayant d’améliorer la formulation de mes phrases, en intégrant les remarques et conseils après le rendu de la première version. Et pourtant, la même question revient dans mon esprit : Est ce que je me fais bien comprendre ? Suis-je suffisamment claire ? Est-ce que je m’exprime véritablement sans équivoque ? Prendre de la distance sur notre mémoire à ce stade de notre recherche est particulièrement difficile.

Nous achevons notre travail en ajustant aussi bien le fond que la forme. Une mise en page soignée et une expression précise sont primordiales pour exprimer nos idées sans ambiguïté. L’enjeu est, pour moi, de traduire aussi clairement que possible ce que je veux dire à autrui. Ne pas laisser la place aux malentendus dans l’esprit du lecteur, le guider dans mon raisonnement. Et plus je le relis, plus le doute s’installe. Bien sûr, la concision de ce travail de recherche nous donne un léger goût d’amertume, une frustration que nous ne pourrons assouvir cette année et qui pourrait faire l’objet d’un autre projet. Ce mémoire est alors la fin d’une recherche, mais peut-être le début d’une autre.

Maelys Gosset

 

On touche au but…

Je nous revois, il y a quelques mois, face à ce scénario que j’avais écrit. Des premières incohérences pointées du doigt par le regard extérieur de mes collègues à l’aboutissement d’un scénario plus crédible. Et puis, il y a eu la confrontation de ce nouveau travail aux autres groupes de la classe. Encore une fois, des problèmes ont été soulevés et la phase de réécriture a été plus longue cette fois-ci, notamment en ce qui concernait les notes d’intention et de réalisation. De fil en aiguille, le scénario s’est ficelé pour évacuer toutes les parties non nécessaires à la compréhension de l’histoire, et pour ajouter des moments plus intéressants narrativement parlant. Le nombre important d’opinions que nous avons pu avoir sur ce projet nous aura permis d’avancer de manière impressionnante.

Aujourd’hui, la dernière phase d’écriture est en cours. Ce dernier mois de cours nous sera utile pour mettre au point les derniers dialogues, avant de commencer à mettre en place un planning de tournage en fonction de nos stages respectifs et des personnes souhaitant participer au tournage. Pour le moment, la pré-production est prévue pour cet été afin de réaliser Parcours en septembre. Un autre problème qui nous taraude depuis le début du projet devra aussi être réglé : trouver un titre mieux adapté à ce court-métrage…

Tiphaine Robion

Mots de tête

Consigne : « Mon travail de recherche, alors … heureux ? »

L’achèvement de ce travail de recherche touche bientôt à sa fin. Après plusieurs mois de recherche, d’écriture et de réécriture, arrive l’heure de mon introspection. Originellement, un souvenir encore présent, me revient. Esquisser quelques lignes d’écriture, me paraissait inenvisageable. De là, un sentiment, l’angoisse toujours palpable, celle de la page blanche. Je me remémore : « Comment vais-je réussir à retranscrire mes idées à l’écrit ? ». La sensation de ne pas avoir suffisamment d’aptitudes pour produire un écrit universitaire, m’accablait. J’étais inquiet de ne pas réussir à écrire mon mémoire de recherche. Toutefois, il était pour moi inconcevable d’échouer à ce stade, après tant d’années d’études universitaires.

Finalement, je me suis aperçu que ce sentiment, était sans doute commun à beaucoup de chercheurs. Remettre en cause, ma capacité à retranscrire mes idées, n’était pas la meilleure façon de m’engager. Cependant, ceci m’a obligé à être beaucoup plus attentif pendant mon travail d’écriture. Mot après mot, j’ai repris confiance en moi. De ce fait, j’ai appris à écrire et à réécrire mes pensées, jusqu’à que celles-ci satisfassent ma pensée. Avec un certain recule à présent, j’ai découvert en moi cette soif de réussite. Elle m’a permis de réaliser mon mémoire, sans avoir aucun regret sur ma proposition de recherche. Seul point négatif, l’émergence d’un conflit avec le temps. Celui-ci avance beaucoup plus vite que l’on écrit.

Najib Mabchour