Archives par mot-clé : film

« Par la soif, on apprend l’eau. »

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Le choix d’un sujet et les thématiques abordées dans un mémoire de recherche nous semblent, au départ, assez clairs. Il en résulte une envie de mieux connaître un sujet qui nous touche dans notre for intellectuel. Néanmoins, le choix d’une problématique lors d’un mémoire de recherche filmique paraît beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Cette étape doit nous conduire à nous questionner sur un point en particulier du sujet. L’esprit peut alors se brouiller et les choses se compliquer. Dans mon cas, mon choix d’étude s’est porté sur l’ambiguïté du message délivré par le cinéaste : en quoi la figure du poète et sa relation à la société, imagées par le cinéaste Guru Dutt, dans un film divertissant, peut-elle fournir une lecture politique de l’Inde post-indépendante ? J’ai choisi cette problématique étant donné que la question de la lecture politique d’une société à travers le cinéma me semble d’actualité et pertinente. Elle m’emmène à étudier plusieurs axes de recherches. Ceci, tout en développant mon étude au travers d’un croisement des arts : cinéma, poésie, littérature et politique.

Cette problématique est née après une première étude du film « L’Assoiffé ». Tout à commencé, en première année de master où j’ai entrepris un travail d’analyse filmique. J’ai dégagé plusieurs thématiques qui m’ont interpellé : la figure du poète, le portrait de l’Inde post-indépendante et l’esthétisme du film. Dès lors, mon objectif fut de mieux cerner le travail personnel du cinéaste : quel message souhaite-t-il délivrer ? Comment arrive-t-il à dresser un portrait de la société dans laquelle il vit ? Le paradoxe était de trouver un film divertissant voulu comme  apolitique, tout en nous laissant entre apercevoir une lecture politique.

Najib MABCHOUR

“Sacré mémoire”

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

La première chose qui m’a attiré avant même d’avoir visionné ce film est son nom ; « Kadosh » signifie « sacré » en hébreu.  N’ayant pas une grande connaissance de la religion Juive et de sa culture, ce film était pour moi l’opportunité de découvrir un nouvel univers.  Lorsque j’ai vu le film pour la première fois,  j’ai découvert  deux mondes : celui des Juifs Orthodoxes et celui du réalisateur. J’ai été séduite par la façon qu’à Amos Gitai de raconter une histoire. J’aime la manière qu’il a de filmer ses acteurs, mais aussi son don pour dire les choses implicitement. Bien que les nombreux plans séquences rendent l’oeuvre assez lente, j’ai été totalement aspiré. Cette lenteur m’a permis de m’imprégner des personnages, de sentir leur détresse et leur mal-être.  Ce respect du temps donne une dimension très réaliste au film.  « Kadosh »  a réussi  a faire naître en moi un malaise, comme celui qui règne tout au long du film. Il m’a touché par son esthétisme et par les sujets qu’il traite : il dénonce sans accuser.

Tout d’abord, j’ai commencé par faire des recherches sur le contexte social et historique d’Israël, de Jérusalem et de ses habitants. Parallèlement je me suis intéressée plus en détails à la culture juive. L’ensemble de ces recherches m’ont permis de comprendre de nombreux éléments. Une fois le fond du film entièrement assimilé, la forme et l’esthétisme des images m’ont sauté aux yeux. J’ai alors réalisé toute l’importance de l’utilisation du plan séquence et d’un cadre particulier. Alors, la problématique du TPR s’est dessinée presque naturellement. Je me suis tournée vers la piste de « l’enfermement », comment au travers de l’image Gitai enferme les protagonistes de son histoire aussi bien physiquement que psychologiquement.

Alexia DI CIOCCIO

Cher poète,

Guru Dutt film-L'Assoifé

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Un jour d’octobre 2013, je vous découvre, Vijay le poète et toi Guru Dutt le réalisateur. Je vous mentirais en disant que je vous ai choisis. C’est l’envie de connaitre l’Inde et son cinéma qui m’ont amené à vous adopter. Je connaissais le cinéma populaire de Bollywood, cinéma que j’ai connu dans mon enfance et pendant mes vacances au Maroc. Ton cinéma est tout autre. Je t’ai découvert dans une société excessive et traditionaliste. Je me suis plongé dans « L’Assoiffé » en buvant chacune des scènes du film, où tu m’as laissé ta sensibilité exacerbée, ton envie de culture et de poésies incarnées. En grande admiration de ton travail et de ta sensibilité artistique. J’étais prêt. Nous passerons de longs mois ensemble à refaire le monde, où devrais-je dire à connaitre ton monde. Vijay et toi, vous ne faites qu’un, votre révolte face à un monde corrompu par l’argent, par l’injustice et le mépris des artistes m’ont touché. Le cinéaste et le poète que tu étais ont résonné en moi. Anne Barratin disait “Il n’y a pas de choix, il y a des rencontres.” c’est celle que nous avons faites.

Face à cette rencontre cinématographique le “MOI” en tant que chercheur est une réflexion mettant en lumière ce que le réalisateur a voulu laisser comme empreinte dans l’espace-temps. Mon regard de chercheur est un regard critique sur le film. Ma méthode, en premier lieu: connaître la vie de l’auteur. Puis, après avoir vu le film plusieurs fois, vient la phase de questionnement et d’interprétation. Enfin, je me suis penché sur le travail de l’auteur en tant que cinéaste, en me demandant qu’a-t-il voulu dire ? Pourquoi ce choix ? Cette mise en scène ou cette lumière ? En utilisant des outils d’analyse filmique (découpage séquentiel, analyse de séquence, étude des plans). C’est bien après ce travail de recherche que je me suis rendu compte qu’un certain lien se créait et l’affect pouvait prendre le dessus. C’est pour cela, qu’en tant que chercheur, je dois m’efforcer de garder une distance sur l’objet de ma recherche en gardant un esprit critique sur le fonctionnement du film.

Najib MABCHOUR