Archives par mot-clé : fierté

La vie en positif de Germain

(cc)Lucile Moyano(15/03/2015)
(cc)Lucile Moyano(15/03/2015)

La vie en négatif de Germain a été notre terrain de jeux, d’entrainement et d’expérimentations. Aujourd’hui je crois que nous en sommes tous très fiers. Le tournage s’est achevé, miraculeusement sans aucun contretemps majeur. Germain aura cristallisé autour de lui une grande partie de notre attention durant un bon trimestre, au cours duquel nous lui avons créé des décors, cousu des costumes, cherché des subventions, casté des acteurs, fait couler des litres de café… et bien sûr, emmagasiné des heures de rushes visuels et sonores qui attendent aujourd’hui d’être assemblés sous les doigts de Tristan, son réalisateur. Le fait même que nous soyons allés au bout de ce projet de tournage en un temps si court est une récompense en soi. La deuxième récompense serait de voir La vie en Négatif de Germain vivre, justement, en positif cette fois, aux yeux d’un public. Que ce film trouve sa place en festival et récolte, pourquoi pas, un prix ou deux.

Il a été très agréable, au cours de ce projet cinématographique, de réellement trouver ma place et apporter mon aide. Le plus important pour moi a été de pouvoir tester et approfondir ma façon de « scripter », et je me sens grâce à cela beaucoup plus en confiance avec ce poste que j’affectionne. Aujourd’hui, je suis prête à proposer mes services sur d’autres films, l’idéal étant de devenir stagiaire d’une scripte professionnelle pour en apprendre davantage. Je suis heureuse, en outre, d’avoir touché à des tâches diverses sur ce film : maquiller et vêtir notre actrice principale, trier les rush audio et vidéo comme l’aurait fait un second assistant caméra, monter un dossier de demande de subvention à destination du Fond de Solidarité et Développement des Initiatives Etudiantes… Nous nous sommes vus avec joie attribuer une aide de 1500 euros ! Ceci est, selon moi, une preuve supplémentaire de la qualité du projet. Ainsi, je souhaite rester proche du déroulement de sa postproduction afin d’apporter mon aide quand à la diffusion du film. On se retrouve à la première ?

Lucile Moyano

C’est la fin.

Deep End_01Consigne : Mon travail de recherche… alors, heureux ?

Le rendu du Travail Préparatoire à la Recherche a été pour moi une source de satisfaction intense : réussir à créer une analyse filmique sur un film qui nous tient à coeur et rendre un travail qui nous contente, malgré quelques incohérences, est très gratifiant. Ainsi, quand il a fallu se replonger dans le film, une question me taraudait : vais-je réussir à recréer de toutes pièces un mémoire d’une trentaine de pages sur un sujet dont j’ai l’impression d’avoir déjà fait le tour ? Ai-je acquis assez de compétences durant mes années d’études pour être capable de réaliser moi-même un mémoire ? Pour moi, la réponse était évidente : non, je n’en étais pas capable.

Aujourd’hui, à l’aube du rendu du mémoire, mes doutes, fort heureusement, se sont envolés. Je l’ai fait, j’en étais capable. Et plus encore, je me suis découvert des compétences que je ne soupçonnais pas, notamment au niveau organisationnel. Je suis une personne très organisée dans la vie de tous les jours, mais le nombre d’ouvrages à lire et de films à regarder pour mon mémoire m’inquiétait : comment s’organiser avec une telle quantité de documents ? Au final, cela s’est fait naturellement et m’a permis un gain de temps et d’énergie considérable. Je vais rendre un travail qui m’aura pris deux ans, mais dont, malgré tout, je suis fière.

Tiphaine Robion