Archives par mot-clé : #feelingblue

Rendez-vous à Mulholland Drive

(cc) Fanny G. (05/10/2013)
(cc) Fanny G. (05/10/2013)

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Donc la première rencontre fut plutôt étrange. Je n’ai pas réussi à le cerner d’entrée de jeu. Mais c’est justement cette étrangeté qui, je crois, m’a séduite. Lors des rendez-vous suivants, le mystère était toujours présent, il s’est même intensifié. Mais cette fois, j’ai décidé de me laisser faire, de me laisser entraîner dans son univers. Et là ce fut le coup de foudre. Ce simple rendez-vous s’est transformé en expérience. Une expérience qui transcende les sens. Inquiétant et intriguant,  son mystère fait sa beauté. Je ne sais pas pourquoi mais c’est comme si on était connecté, sur la même longueur d’onde. Puis comme dans chaque nouvelle relation qui débute, arrivent les premiers doutes. Le temps de la remise en question: sommes-nous vraiment faits pour être ensemble ?

Ma première erreur fut de vouloir expliquer le film de manière rationnelle en pensant que j’y verrais plus clair par la suite. Ensuite la principale difficulté était -et reste- de trouver une problématique. En effet, Mulholland Drive étant très commenté, je ne voulais pas me confronter à une question déjà étudiée. Enfin, je me sentais perdue dans la multitude de thèmes auxquels renvoie le film et ainsi je ne réussissais pas à me fixer sur un point en particulier mais sur plusieurs que je n’arrivais pas à lier entre eux. Bloquée, j’ai décidé de partir dans l’analyse d’une séquence pour en dégager un thème et ainsi une problématique que je pourrais ensuite appliquer à tout le film. Constatant que cette méthode « à l’envers » n’était pas forcément la bonne, je décide de changer de cap et de repartir de zéro. Ainsi, je vais dans un premier temps compléter ma bibliographie afin d’avoir plus d’éléments qui me permettront de consolider et de reformuler ma problématique puis tenter de me fixer sur un seul thème que je pourrais approfondir plutôt qu’une multitude qui ne seront traités que superficiellement.

Fanny G.