Archives par mot-clé : évolution

De la morale à la punition

 

(CC) Louise Tressens 20/11/2015
(CC) Louise Tressens 20/11/2015

 

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois ».

Cette recherche de problématique, visant à soulever différentes interrogations à propos de notre film, se concrétise depuis la rédaction du Travail Préparatoire à la Recherche de M1.

J’ai tout d’abord choisi de mettre en question la morale inexistante du personnage principal, Malik El Djebena, qui s’émancipe de cette punition carcérale grâce à une violence insoupçonnable. La domination et le contrôle qu’il acquiert sur son sort et sur les autres tout au long du film suscitent effectivement des interrogations de la part du spectateur quant à la morale finale de l’œuvre. Faire d’un criminel le héros victorieux d’une épopée carcérale bouleverse les règles tacites qui consistent à punir les « méchants ».
J’ai ensuite décidé de soulever le problème du fondement même de la punition avec des thèses antagonistes traitant de la punition. Malgré l’appui de lectures diverses et indispensables à la rédaction d’un mémoire, je me suis aperçue que m’interroger sur le bien-fondé et l’efficacité de la peine carcérale relevait davantage d’un travail sociologique.

Ma récente problématique vise donc à exposer ces deux thématiques que le film Un Prophète soulève : l’émancipation d’un personnage ultra-violent pourtant enfermé et les raisons qui justifient ou réfutent la privation de liberté. Je suis donc parvenue à cette question provisoire :
Si l’unique liberté accessible aux prisonniers réside dans l’interdit, comment Malik El Djebena s’émancipe-t-il du joug de l’enfermement carcéral ?

Louise Tressens

Une science exacte ou presque

De nombreuses différences sont à noter durant l’évolution de ce dossier. Tout d’abord nous avons choisi de mieux s’organiser pour être plus efficace. Ainsi il était plus intéressant de voir le progrès dans nos recherches respectives, pour ma part j’avais plus de facilité avec les chiffres. J’ai donc étais bien plus utile lorsqu’il s’agissait de chiffrer, budgétiser, évaluer les ressources nécessaires. Ceci est pratique comme fonctionnement car chacune avait sa propre tâche et cela nous permettait d’avancer tout en conservant l’aspect du travail d’équipe.

Notre manière de fonctionner ? Une fois les rôles répartis, nous nous retrouvions en classe pour en parler, analyser et comprendre ensemble le travail effectué. Ce qui nous permettait de faire le point et de savoir régulièrement où nous en étions. Combiner notre travail pour l’étudier ensemble par la suite a permis une réelle avancée qui convenait à tout le groupe. Ainsi le magazine audiovisuel est construit sur des bases solides qui permettent de mener le projet à bien si ce dernier voit le jour.

Soline Testard

Un projet qui en restera un

Sciences Infuses partait d’une belle idée : l’envie de vulgariser la science, de l’aborder avec humour tout en conservant le sérieux des propos. Nous en avons beaucoup discuté, et même débattu pourrait-on dire. Le projet a considérablement évolué en quelques mois. Nous avons matérialisé l’idée de départ à travers un dossier construit et détaillé. La réalisation de ce document nous a permis de nous renseigner sur ce qui existait déjà en terme d’émissions scientifiques, de cibler le public correspondant à notre idée et d’imaginer très précisément quel serait l’univers de la série. Cela nous a également donné l’opportunité de prendre contact avec un chercheur qui aurait pu devenir notre caution scientifique pour ce travail.

Malheureusement, ce projet ne se réalisera probablement pas. Du moins, il ne sera pas réalisé dans le cadre actuel (universitaire), ni avec l’équipe actuelle. Nous sommes en effet sur le point d’achever notre année scolaire ainsi que notre formation, sans avoir eu le temps de  concrétiser le projet. Sciences infuses restera donc de belles idées couchées sur du papier, dossier classé sur un disque dur. C’est un peu décevant pour nous de n’avoir pas pu mener ce projet jusqu’à son aboutissement. Mais peut-être que Fanny, la porteuse principale du projet, décidera plus tard, avec des moyens plus important qu’aujourd’hui, de ressortir le projet du tiroir et de passer à l’action. Car après tout, c’est avec des projets d’étudiants que l’on peut parfois lancer une belle carrière.

Elodie Chalumeau