Archives par mot-clé : étape

Rio Bravo : Suite et fin

Tex Avery, "That's all folks"
Tex Avery, « That’s all folks »

Consigne : « Clap de fin »

Ce rendu de mémoire, c’est la fin de l’année universitaire, de nos études, des cours et d’un travail sur lequel nous avons passé deux ans. Deux années à étudier un film en profondeur. Je pense que deux autres années n’auraient pas été de trop tant les films que nous avons étudiés ont de choses à raconter. Notre film nous aura accompagné tout au long du master, il est donc difficile de lui dire au revoir. Il ne reste plus qu’à modifier les derniers éléments, faire quelques retouches de fond et finir par le mettre en forme. La toute dernière étape sera l’oral où l’on devra présenter et défendre l’approche que nous proposons sur ce film.

Si le rendu du mémoire papier est une étape importante, celle de l’oral l’est tout autant, c’est l’aboutissement et le partage de notre travail au jury et à notre promotion. Pour le moment, ma concentration se porte sur les failles que peut encore avoir mon mémoire, les exemples insuffisamment justifiés ou la cohérence entre certaines parties. Il est de plus en plus difficile d’avoir du recul sur ce que nous écrivons au fur et à mesure que nous passons du temps dessus. C’est donc le moment pour moi que je fasse relire ce mémoire par des personnes extérieures, ce qui sera la dernière étape avant le rendu final, tant attendu.

Marion Souquet

Une étape de plus

Image issue du film "Les Amours Imaginaires", inspiration esthétique pour Parcours et représentatif de notre état d'esprit pendant la rédaction du dossier artistique
Image issue du film « Les Amours Imaginaires », inspiration esthétique pour Parcours et représentatif de notre état d’esprit pendant la rédaction du dossier artistique

Écrire un scénario, ce n’est déjà pas simple : beaucoup d’idées s’entremêlent, on a des choses à dire, on veut toutes les inclure sans condition, on veut voir accoucher ses pensées sur le papier. Mais vient ensuite le moment de la confrontation avec l’autre, les autres : « Pourquoi as-tu écrit ça ? Qu’as-tu voulu dire ? Comment ton personnage peut-il dire ça ? ». Ai-je vraiment besoin de me justifier pour ce que j’écris ? Vite chassé de ma tête,  ce questionnement dont la réponse était évidente – oui – a été remplacé par l’angoisse de devoir mettre sur papier des mots qui, cette fois, ne doivent plus s’entremêler, mais être mis dans un ordre précis et concret pour pouvoir convaincre des partenaires financiers de s’allier à notre projet.

 C’est là que s’est mis en place le travail du dossier artistique. La note d’intention, la note de réalisation, la note de production : autant de termes barbares qui murmurent « maintenant, il va falloir expliquer ces nombreux choix que tu as faits ». J’essaie de mettre des mots sur mes pensées, tout s’embrouille. J’écris malgré tout trois, quatre paragraphes un peu brouillons que je fais lire à mes collègues de travail. Ils me donnent leur avis et des conseils précieux. Tout repart, nous nous répartissons le travail et aboutissons enfin à quelque chose de concret : un dossier artistique que nous pouvons présenter aux autres groupes de travail qui pourront à leur tour nous aider à avancer.

Tiphaine Robion