Archives par mot-clé : esthétisme

Le corps messager

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Lorsque l’on visionne un film, notre capacité à regarder est directement sollicitée. En effet, les images avec lesquelles nous établissons le premier contact nous disent beaucoup. Steve McQueen, réalisateur de trois longs-métrages extrêmement axés sur le champ du visuel l’a bien compris. Plasticien de renommée, il répercute ses travaux précédents, basés sur la représentation du corps, sur l’ensemble de sa filmographie. En établissant un rapport direct entre narration et esthétisme, il parvient à faire converger son personnage principal et des notions bibliques. Ma problématique se dessine alors : Peut-on dire qu’en établissant un lien entre Bobby Sands et la figure christique, Steve McQueen traite de la souffrance des corps?

Lorsque je me suis lancée dans mon travail d’analyse, j’ai d’abord visionné les  travaux précédents de l’auteur. J’ai tout de suite remarqué que le réalisateur axait ses œuvres sur le corps humain et sur son traitement. En me plongeant  particulièrement sur l’étude de  Hunger, j’ai constaté que ma théorie s’avérait juste et que le corps représentait l’un des aspects majeurs du film. C’est à ce moment précis qu’une question s’est imposée à moi : en travaillant ce corps meurtri, quel message le réalisateur souhaite-il nous faire passer ? En étudiant de manière plus globale le film, j’ai compris qu’un parallèle était établi entre le personnage principal et Jésus Christ. Dès lors, j’ai commencé l’analyse des images représentant le corps en tentant de déceler tous les indices renvoyant au Christ.

Emilie D.

Une esthétique problématique

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

L’objet de mon mémoire porte sur l’esthétisme dans le cinéma d’Amos Gitai.  J’ai choisi cet angle car je pense qu’il est essentiel dans  le domaine de l’audiovisuel de décrypter l’image. Le cinéma est un art visuel avant tout, on ne peut en faire une lecture uniquement narrative.  Les images, elles aussi, constituent une forme de narration, pour cela il faut creuser leur sens caché. Amos Gitai a fait ses armes en tant que réalisateur de documentaires, il cherche à produire du “réel” au travers des images qu’il tourne, à la limite du “docu-fiction”. La question qui en découle est la suivante : Quelles représentations de la communauté Juive ultra-orthodoxe, la caméra d’Amos Gitai met – elle en lumière ?”

L’étude de cet esthétisme s’est imposée d’elle-même. Lorsqu’on visionne « Kadosh » les images nous suggèrent implicitement de nombreuses significations. Plusieurs scènes sont des rites du Judaïsme reproduits à l’identique. Au départ, je ne comprenais pas  ce qu’Amos Gitai voulait représenter. Après avoir fait des recherches j’ai compris les rituels. Dès lors les mouvements de caméra, les décors, les couleurs m’ont frappés. Mon esprit était prisonnier de la narration à vouloir absolument tout comprendre, les indices étaient pourtant devant moi, dans l’esthétique qui compose chaque scène. Au travers de cet esthétisme, l’enfermement et la servitude volontaire engendrent une libération inéluctable des personnages.

Alexia DI CIOCCIO