Archives par mot-clé : équipe

Moteur, action, coupé!

(c) manon
(c) manon

Une université vide de monde un dimanche 10 Janvier à 8h00 ? C’est normal me diriez-vous. On s’était donné rendez-vous sur le parking de Bordeaux3. Après un petit café, le convoi de trois voitures part à l’aventure. Enfin, on part plutôt à vingt minutes de Bordeaux où l’on trouve comme prévu un champ mais aussi des chevaux.  Nous sommes prêt! Je suis derrière la caméra et Julie, la script, me tiens le parapluie pour ne pas abîmer le matériel. Samuel pousse le van et Alix est dans la voiture pour sécuriser le van au frein à main. Camille et Maëlys barrent la route.  En deux prises pour chaque plan nous avons terminé. On revient donc sur Bordeaux pour tourner le reste dans un studio; enfin mon 20m carré. Nous avons partagé un bon repas pour se réchauffer puis nous avons installé les lumières, la caméra, etc. Samuel se met en scène en tant qu’Arthur et tout se déroule bien. Après avoir terminé vers 15h00, tout le monde retourne chez sois.

Nous sommes contentes du tournage. Nous avons eu des idées de plans sur le terrain. Même si nous avions tout préparé en avance, nous avons eu des nouvelles idées le jour du tournage.  On a pu remarquer que ce travail préparatoire est très important pour rester le plus efficace possible. On a hâte de monter le teaser et de voir si le résultat est à la hauteur de ce que l’on pense. Il va y avoir un travail de rythme à mettre en place lors du montage. Mais il va aussi falloir trouver une musique adéquate. C’est en fonction de celle-ci d’ailleurs que nous allons pouvoir jouer entre les images et le rythme. 

Manon Sultana

Silence! Ca tourne!

(cc) Camille Nivat (17/01/2016)
(cc) Camille Nivat (17/01/2016)

De nombreuses questions se sont posées lors de l’écriture du scénario du teaser. Comment donner assez d’information pour faire comprendre le concept tout en gardant assez de mystère? Comment donner envie aux spectateurs de regarder cette émission? Petit à petit, les choses se sont précisés dans nos esprits. Mais cela restait purement fictif… Après l’écriture du teaser, il faut se confronter à la réalité, la réalisation concrète  de nos idées. Rien que le choix de l’acteur est venu modifier – légèrement – le concept. En effet, l’acteur est québécois. Puis, il a fallu se décider sur l’appartement dans lequel vivrait ce même personnage. Et définir les plans en fonction de cet espace particulier. Et la voiture! Ou trouver une voiture assez emblématique pour devenir un symbole de l’émission…  Nous devions créer ce teaser avec « les moyens du bord », nous creuser la tête, afin de trouver des solutions à chacun des problèmes auxquels nous étions confrontées. Même au dernier moment, quand nous pensions avoir pensé à tout, un nouveau problème s’est présenté. Nous n’avons pas pu récupérer de projecteur. Là encore, il nous a fallu réagir vite – nous tournions deux jours plus tard.

Dimanche, 8h30, parking de l’université. L’équipe se rejoint sous une pluie battante; tout le matériel est chargé dans les voitures. Un petit café, et la journée – marathon – de tournage commence. En espérant que la pluie cesse, nous nous rendons en périphérie de bordeaux, à la campagne pour tourner la scène de fin du teaser. La pluie ne s’arrête pas; finalement cela donnera un aspect d’autant plus comique à l’image. Il nous faut nous organiser, deux d’entre nous bloquent la rue. La réalisatrice et son assistante font diverses essais de cadre, tout en protégeant au maximum le matériel de la pluie.  Sam est en place, la voiture aussi. Une autre personne est accroupie dans le véhicule, tenant le volant d’une main et le frein à main de l’autre. Action! Coupé! Le tournage de cette scène est extrêmement rapide. On remballe. Toute l’équipe repart vers Bordeaux, direction l’appartement du personnage central du teaser. Nous avions déjà fait des essais concernant ces plans, tout avait été décidé à l’avance. Nous n’avons plus qu’à poser la caméra à l’emplacement choisi, répété les mouvements et travailler le jeu d’acteur. La captation se poursuit. Nous pensions finir relativement tard et nous craignions que la lumière naturelle nous fasse défaut. En réalité, le travail préalable nous a permis de finir relativement tôt. C’est là où nous avons compris l’importance d’une telle préparation.

Avant la réalisation concrète de ce projet, nous avions toutes peur du résultat. Nous pensions ne pas réussir à concrétiser nos idées. Finalement, nous sommes plutôt fières de ce que nous avons réalisé. Vivement le montage terminé que l’on puisse voir à quoi ressemble notre teaser, une fois achevé!

Camille Nivat

La route est encore longue !

(cc) Maelys Gosset 23/10/2015
(cc) Maelys Gosset 23/10/2015

Copains comme cochons, Larrons et Lardons… Le titre est encore à déterminer mais tout le monde a l’air emballé par le projet ! Le scénario du teaser est prêt pour lequel les idées ont fusé. De manière assez naturelle, tout le monde y a mis sa petite touche personnelle. Notre  « Arthur », soyez en sûr, il va en voir de toutes les couleurs puisque le teaser ne trainera pas dans la longueur. Le rythme sera soutenu si le tournage se déroule sans déconvenue. Entre les images que l’on se fait dans la tête et ce qui est possible de réaliser et de tourner, je pense que l’on va devoir bricoler ! Mais avec imagination et conviction, j’ai la sensation que l’on tiendra bon.

Créer un teaser pour un projet comme « Copains comme Cochons », m’enthousiasme à fond. Je travaille sur le projet depuis le début et j’avoue avoir envie de nouveaux points de vue. Alors lorsque l’on a écrit le scénario, les idées ont fusionné avec brio. Puis le découpage plan par plan n’a pas été un désenchantement, mais plutôt une nouvelle source d’inspiration. Ça a surtout été l’occasion de se poser les bonnes questions. Effectivement, si le lieu de tournage est tout trouvé, à nous 6 les accessoires seront rassemblés. Quant à notre apprenti acteur québécois, on le remercie mille fois d’avoir accepté d’incarner notre « Arthur » si souvent idéalisé ! Mais un problème demeure et qui va peut-être nous prendre des heures… En rade d’Acadiane, on se sent pousser des ailes lorsque Louise propose de négocier une 4L ! Sinon tant pis, j’essaierai de transformer ma twingo, en camionnette rétro. Mais qu’importe, puisque chacune a son poste, on n’ira pas de main morte. La route est encore longue, pour qu’enfin, Arthur puisse rencontrer ses séniors vifs et futés ! Mais je ne me décourage pas, je pense que l’on tient là, une bonne équipe qui s’engage dans une aventure épique. Alors ne perdons pas le Nord et surtout que le tout le monde reste à bord !

Maelys Gosset

Une science exacte ou presque

De nombreuses différences sont à noter durant l’évolution de ce dossier. Tout d’abord nous avons choisi de mieux s’organiser pour être plus efficace. Ainsi il était plus intéressant de voir le progrès dans nos recherches respectives, pour ma part j’avais plus de facilité avec les chiffres. J’ai donc étais bien plus utile lorsqu’il s’agissait de chiffrer, budgétiser, évaluer les ressources nécessaires. Ceci est pratique comme fonctionnement car chacune avait sa propre tâche et cela nous permettait d’avancer tout en conservant l’aspect du travail d’équipe.

Notre manière de fonctionner ? Une fois les rôles répartis, nous nous retrouvions en classe pour en parler, analyser et comprendre ensemble le travail effectué. Ce qui nous permettait de faire le point et de savoir régulièrement où nous en étions. Combiner notre travail pour l’étudier ensemble par la suite a permis une réelle avancée qui convenait à tout le groupe. Ainsi le magazine audiovisuel est construit sur des bases solides qui permettent de mener le projet à bien si ce dernier voit le jour.

Soline Testard

Les joies du travail d’équipe

Des idées on en a, pas de soucis. Le problème arrive quand il s’agit de les ordonner, de les creuser. Qu’est-ce qu’on doit faire ? Qu’est-ce qui nous manque ? Qui fait quoi ? Quand est-ce qu’on se réunit ? Nous ne sommes pas toujours tout à fait d’accord sur certains points et la discussion occupe le temps de cours attribué qu’il nous reste. Et puis nous passons à autre chose, l’heure du repas, un autre cours, nos activités extra-scolaires, etc. Et nous oublions le projet pour un temps. Chacune y repense chez elle à un moment et travaille sur la partie qui lui avait été attitrée.

Un autre jour, l’une de nous relance l’idée de faire une réunion, car nous l’avions un peu trop laissé de côté et l’échéance arrive. La date de rendu ! Elle nous paraissait si lointaine le premier jour, et voilà quelle est là, tout près, et rien n’est bouclé. Il va falloir re-répartir les choses, en parler rapidement et écrire. Parce que les bribes d’informations dans tous les sens c’est bien, mais un dossier ça s’écrit, et ça se relit. Autant dire qu’une fois de plus, malgré toute la bonne volonté déployée au début, c’est un dossier achevé seulement la veille qui sera rendu. Car malheureusement, la pression semble encore être la seule capable de booster un groupe d’étudiant.

Elodie Chalumeau