Archives par mot-clé : émancipation

De la morale à la punition

 

(CC) Louise Tressens 20/11/2015
(CC) Louise Tressens 20/11/2015

 

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”.

Cette recherche de problématique, visant à soulever différentes interrogations à propos de notre film, se concrétise depuis la rédaction du Travail Préparatoire à la Recherche de M1.

J’ai tout d’abord choisi de mettre en question la morale inexistante du personnage principal, Malik El Djebena, qui s’émancipe de cette punition carcérale grâce à une violence insoupçonnable. La domination et le contrôle qu’il acquiert sur son sort et sur les autres tout au long du film suscitent effectivement des interrogations de la part du spectateur quant à la morale finale de l’œuvre. Faire d’un criminel le héros victorieux d’une épopée carcérale bouleverse les règles tacites qui consistent à punir les “méchants”.
J’ai ensuite décidé de soulever le problème du fondement même de la punition avec des thèses antagonistes traitant de la punition. Malgré l’appui de lectures diverses et indispensables à la rédaction d’un mémoire, je me suis aperçue que m’interroger sur le bien-fondé et l’efficacité de la peine carcérale relevait davantage d’un travail sociologique.

Ma récente problématique vise donc à exposer ces deux thématiques que le film Un Prophète soulève : l’émancipation d’un personnage ultra-violent pourtant enfermé et les raisons qui justifient ou réfutent la privation de liberté. Je suis donc parvenue à cette question provisoire :
Si l’unique liberté accessible aux prisonniers réside dans l’interdit, comment Malik El Djebena s’émancipe-t-il du joug de l’enfermement carcéral ?

Louise Tressens

Thelma et Louise : des personnages à double facette

Consigne : “Mes personnages & moi”

Analyser l’histoire de deux femmes qui prennent une revanche sur leur vie  et acquièrent leur indépendance à travers un périple sur les routes américaines. Pourquoi pas ? Surtout quand on est un homme ne connaissant pas ce genre de problèmes, à savoir se faire respecter dans un monde tournant autour de la testostérone masculine, lorsqu’on en est complètement démunie. Car aujourd’hui, la femme dispose de plus de ressources pour se faire respecter, contrairement à celle de l’époque du film, à savoir les années 80-90. C’est surtout en cela que le film m’a touché et fasciné, ces personnages « englués » dans leurs vies : l’une au foyer, soumise, l’autre serveuse dans un bar miteux, qui s’émancipent pour se découvrir une nouvelle personnalité, depuis longtemps enfouie à l’intérieur d’elles-mêmes.

Et cette émancipation, elles vont l’obtenir en reproduisant les codes de la gent masculine pour adopter finalement un comportement conventionnellement rattaché à des valeurs masculines. Au début, l’émancipation passe par les armes, car c’est avec un pistolet que tout commence. Les armes, symboles de la virilité, furent inventées par les hommes pour imposer leur pouvoir par la violence. Puis l’émancipation se manifeste par l’évolution des vêtements : au début Thelma est habillée avec une jolie robe blanche pour finir vêtue d’un jean et d’un tee-shirt pourvu d’une tête de mort. Les actrices jouent également sur leur physique pour se faire respecter car ce sont des femmes qui ont une certaine carrure, avec notamment Susan Sarandon qui rappelle beaucoup Ellen Ripley dans « Alien ». Le final du film représentant le saut dans le vide pourrait provoquer un sentiment d’empathie, mais il représente la victoire de ces femmes sur le monde masculin dont elles se libèrent pour toujours.

Vincent Duquennoy