Archives par mot-clé : écriture

Mots de tête

Consigne : « Mon travail de recherche, alors … heureux ? »

L’achèvement de ce travail de recherche touche bientôt à sa fin. Après plusieurs mois de recherche, d’écriture et de réécriture, arrive l’heure de mon introspection. Originellement, un souvenir encore présent, me revient. Esquisser quelques lignes d’écriture, me paraissait inenvisageable. De là, un sentiment, l’angoisse toujours palpable, celle de la page blanche. Je me remémore : « Comment vais-je réussir à retranscrire mes idées à l’écrit ? ». La sensation de ne pas avoir suffisamment d’aptitudes pour produire un écrit universitaire, m’accablait. J’étais inquiet de ne pas réussir à écrire mon mémoire de recherche. Toutefois, il était pour moi inconcevable d’échouer à ce stade, après tant d’années d’études universitaires.

Finalement, je me suis aperçu que ce sentiment, était sans doute commun à beaucoup de chercheurs. Remettre en cause, ma capacité à retranscrire mes idées, n’était pas la meilleure façon de m’engager. Cependant, ceci m’a obligé à être beaucoup plus attentif pendant mon travail d’écriture. Mot après mot, j’ai repris confiance en moi. De ce fait, j’ai appris à écrire et à réécrire mes pensées, jusqu’à que celles-ci satisfassent ma pensée. Avec un certain recule à présent, j’ai découvert en moi cette soif de réussite. Elle m’a permis de réaliser mon mémoire, sans avoir aucun regret sur ma proposition de recherche. Seul point négatif, l’émergence d’un conflit avec le temps. Celui-ci avance beaucoup plus vite que l’on écrit.

Najib Mabchour

Mes adieux à Madame

“Mon travail de recherche, alors… heureux ?”

(cc)Lucile Moyano(21/02/2015)
(cc)Lucile Moyano(21/02/2015)

 Mon film et moi étions devenus amis. Je lui avais rendu visite plusieurs fois au cours de l’été, alors que notre travail préparatoire de recherche avait pris fin et que nous nous apprêtions à plonger ensemble vers une problématique plus personnelle. A la rentrée suivante, je me rappelle avoir eu le sentiment de prendre mon film par la main afin de l’emmener où bon me semblait. Cette marche autonome me rendait heureuse, comme la perspective de me lancer dans une écriture qui parlerait de moi autant que de l’objet cinématographique. Aujourd’hui encore, j’ai l’impression ténue mais bien présente que mes vingt années passées dans le circuit scolaire doivent s’illustrer dans ce mémoire.

Normal alors que la pression soit si forte, que je possède à quelques jour du rendu final le sentiment de n’avoir pas fait de mon mieux. La malédiction du chercheur ? Il m’aurait encore fallu un an, peut-être plus, pour tout lire, tout connaître et tout questionner. Continuer à trier et à filtrer, afin que ce mémoire soit le plus pur et le plus concentré possible. Cependant je ne pense plus être capable d’aller plus loin, car j’ai perdu patience. Ma directrice de mémoire me dit que ce travail de recherche nous rendra fiers toute notre vie et je la crois. Mais je suis désormais pressée d’utiliser la rigueur et la méthode apprivoisées au cours de ces deux ans dans des productions différentes. Je suis heureuse de refermer la porte de ce monde en noir et blanc pour me diriger vers des horizons plus créatifs.

Lucile Moyano

Une étape de plus

Image issue du film "Les Amours Imaginaires", inspiration esthétique pour Parcours et représentatif de notre état d'esprit pendant la rédaction du dossier artistique
Image issue du film “Les Amours Imaginaires”, inspiration esthétique pour Parcours et représentatif de notre état d’esprit pendant la rédaction du dossier artistique

Écrire un scénario, ce n’est déjà pas simple : beaucoup d’idées s’entremêlent, on a des choses à dire, on veut toutes les inclure sans condition, on veut voir accoucher ses pensées sur le papier. Mais vient ensuite le moment de la confrontation avec l’autre, les autres : “Pourquoi as-tu écrit ça ? Qu’as-tu voulu dire ? Comment ton personnage peut-il dire ça ?”. Ai-je vraiment besoin de me justifier pour ce que j’écris ? Vite chassé de ma tête,  ce questionnement dont la réponse était évidente – oui – a été remplacé par l’angoisse de devoir mettre sur papier des mots qui, cette fois, ne doivent plus s’entremêler, mais être mis dans un ordre précis et concret pour pouvoir convaincre des partenaires financiers de s’allier à notre projet.

 C’est là que s’est mis en place le travail du dossier artistique. La note d’intention, la note de réalisation, la note de production : autant de termes barbares qui murmurent “maintenant, il va falloir expliquer ces nombreux choix que tu as faits”. J’essaie de mettre des mots sur mes pensées, tout s’embrouille. J’écris malgré tout trois, quatre paragraphes un peu brouillons que je fais lire à mes collègues de travail. Ils me donnent leur avis et des conseils précieux. Tout repart, nous nous répartissons le travail et aboutissons enfin à quelque chose de concret : un dossier artistique que nous pouvons présenter aux autres groupes de travail qui pourront à leur tour nous aider à avancer.

Tiphaine Robion

Anouk, la classe et l’art

Alison Goizet (07/11/2014) (cc)
Alison Goizet (07/11/2014) (cc)

Lorsque les différentes personnes ont exposé leurs sujets, j’ai immédiatement été séduite par ce projet-ci. Anouk la classe et l’art serait un documentaire court qui suivrait Anouk une jeune enseignante en art. Ayant moi -même été initié à l’art dans ma jeunesse, mais en gardant le souvenir d’une discipline assez sectaire ; cela m’intéressait fortement de suivre une personne qui enseigne l’art en option à un groupe d’adolescent venant de culture totalement différente et faisant en même temps l’apprentissage de la culture française. De plus, l’éducation à l’image est une chose qui nous suivra toute notre vie et qui nous aide à nous forger note propre opinion.

Notre but est d’aboutir réellement ce projet sous la forme d’un documentaire. Pour cela, nous avons pris contact avec Anouk; nous la suivrons lors des cours qu’elle dispensent. Nous avons également des formalités administratives à effectuer (autorisations, lettres au directeurs de l’école…). Ensuite nous devront écrire le projet, ce qui sera, à mon avis, le plus dure de notre travail. Finalement, la réalisation du documentaire serait l’aboutissement d’une année de notre projet.

Goizet Alison

Entre Rêves et Réalité

Entre Rêves et Réalité - Laetitia Stoffel (20/10/2014)
Entre Rêves et Réalité – Laetitia Stoffel (20/10/2014)

En ce début de deuxième année de Master 2 Création Production Images, nous nous sommes regroupés autour de projets proposés par certains d’entre nous, dans le but de les porter le plus loin possible, en les développant, voire même en les produisant.

Mon choix s’est arrêté sur le projet de Tristan, car lorsqu’il nous l’a présenté en nous résumant le scénario qu’il avait déjà commencé à écrire, j’ai rapidement été touchée par cet univers à la frontière du réel, presque intemporel, dans lequel un jeune homme, Germain, se retrouve coincé entre ses rêves et la réalité à la suite d’un accident de voiture. Le personnage de Germain m’a également beaucoup séduite dans la mesure où je trouve qu’il incarne une profonde innocence, et pas seulement lors de sa jeunesse, mais tout au long de sa vie. Car en effet, un peu comme Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, cette histoire, qui s’intitule La Vie en Négatif de Germain, retrace, comme son nom l’indique, la vie de Germain, depuis sa tendre enfance jusqu’à ses dernières belles années. Ce qui m’a également beaucoup touchée dans cette histoire, c’est ce voyage de Germain, le voyage de sa vie en fin de compte, qui montre que, d’une certaine façon Germain se cherche, cherche à connaître son identité, à savoir qui il est vraiment. Et cela se traduit à la fois par le fait qu’il prend des photos pour s’exprimer, qu’il se perd, et jongle entre ses rêves et la réalité, et qu’il suit l’Amour, au travers d’un personnage irréel pour trouver le chemin de sa vie. Cette histoire est aussi celle d’un homme qui refuse de grandir de façon plus ou moins inconsciente, puisqu’il vit dans une sorte de rêve éveillé dans lequel ses passions et ses jeux d’enfant le stimulent.

Maintenant que l’idée est posée, il ne nous reste plus qu’à commencer à travailler, et un long chemin se profile devant nous. En effet, puisqu’il s’agira d’un court-métrage de fiction, il faut accorder une très grande importance au scénario. C’est pourquoi dans l’immédiat nous nous focalisons sur la réécriture et l’approfondissement du scénario proposé par Tristan, à la fois pour que chacun d’entre nous s’approprie le projet, et pour que l’histoire tienne bien la route. Pour cela, il est important que nous cadrions davantage le sujet de ce film. En effet, la première ébauche de scénario proposée par Tristan évoque plusieurs thèmes, certes liés, mais bien différents. Or pour un court-métrage, il est important de se focaliser sur un seul et même thème. Nous avons donc passé plusieurs heures à essayer de déterminer quel était le sujet phare porté par cette histoire. Cela s’est traduit par l’écriture d’un séquencier assez différent de l’idée initiale (même si l’histoire reste relativement similaire), que nous allons transformer en scénario.

Par la suite, dès que le scénario sera proche de sa version finale, nous nous attaquerons à l’élaboration du plan de financement et du devis prévisionnel du projet. Même si nous ne pensons pas recevoir d’aides financières pour réaliser ce projet, nous attacherons un soin particulier à ce travail, car cela représente un excellent exercice de production et une concrète mise en situation pour nous, petits producteurs en herbe. En parallèle, nous réfléchissons également à des décors susceptibles de correspondre à l’atmosphère que nous recherchons pour réaliser les séquences. Nous cherchons également des personnes, dans nos connaissances, dans les lieux publics, etc. qui auraient des caractéristiques physiques intéressantes pour jouer les différents personnages qui interviendront dans ce court-métrage.

Tout cela représente une certaine quantité de travail qu’il va falloir réaliser avec rapidité et précision car nous avons prévu de tourner les séquences au cours du mois de janvier, ce qui ne nous laisse que deux petits mois pour tout organiser… Mais cela ne nous fait pas froid aux yeux, au contraire c’est un challenge que nous comptons remporter avec brio !

Laetitia STOFFEL