Archives par mot-clé : difficulté

Une UNIQUE question

(cc) Camille Nivat (22/11/15)
(cc) Camille Nivat (22/11/15)

 

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”

Un an. Un an à s’informer sur un réalisateur, à étudier, analyser, décortiquer l’un de ses films, Million Dollar Baby. A essayer de déceler les différents sujets abordés. Et le voilà, le mémoire final du Master 2 ! Cela signifie se résoudre à analyser un unique sujet. Mais comment se décider, comment choisir ? J’ai débuté l’année en pensant travailler sur le thème de la culpabilité, et ce, en me focalisant d’avantage sur le personnage de Frankie. Une multitude d’approches se sont présentées à moi : l’angoisse, la perte, la solitude… Mais aucune ne me convenait. C’est alors que plusieurs interrogations m’ont traversé l’esprit. Pourquoi me restreindre à Frankie ? Après tout, le personnage de Maggie ne me parle-t-il pas d’avantage ? C’est ainsi que mon regard a basculé ; je me suis concentrée sur le personnage de Maggie. J’ai alors interrogé l’histoire de cette jeune femme. Qui est-elle ? Que fait-elle ? Et surtout que recherche-t-elle ? J’ai énoncé un sujet général : la Liberté au travers du sport. J’ai sélectionné les séquences qui me semblaient en lien direct avec ce sujet et je les ai analysées. C’est ainsi que le concept de la reconnaissance est apparu et s’est imposé au centre de mon mémoire.

Reste encore à énoncer la problématique ! Une unique question, qui vient porter l’ensemble d’une réflexion. Il est impératif de choisir les termes avec le plus grand soin. Et comment les choisir sans en connaître le sens exact, la profondeur? Il me faut donc poursuivre avec un travail de recherche poussé, visant à définir de manière détaillée le besoin de reconnaissance. Mais en aucun cas il ne faut se détacher de l’objet filmique – Million Dollar Baby – autour duquel tourne la problématique elle-même et l’ensemble de la réflexion qui en découle. Je me suis donc recentrée sur mon film et j’ai observé l’évolution du besoin de reconnaissance de Maggie. Comment se traduit-il ? Par quels moyens Maggie compte-t-elle l’assouvir ? Par qui Maggie souhaite-t-elle être reconnue? Pourquoi ? Et surtout comment cette quête se termine-t-elle ? J’ai alors pu distinguer deux types de reconnaissance. Une première, une reconnaissance sociale qu’elle obtient par la boxe, un sport de spectacle. Le public l’applaudit, clame son nom. Mais cette reconnaissance est-elle véritable ? Suffisante ? Une seconde, de l’ordre de la reconnaissance affective. Maggie souhaite être reconnue par Frankie ; dans un premier temps comme boxeuse, puis comme fille. Dans quelle mesure le second type de reconnaissance présenté prévaut sur le premier ? Il est important d’ajouter que cette quête de reconnaissance aboutit à la mort de Maggie. Alors en quoi ce désir est-il destructeur ? Beaucoup de questions auxquelles il faut répondre…

Camille Nivat

Problématique planifiée

Consigne : Ma problématique, une odyssée 

David Cronenberg a réalisé une œuvre qui, comme tout bon film, connaît plusieurs angles d’approches. Il faut savoir que tous les thèmes abordés m’intéressent : l’identité, l’organique, l’univers et bien d’autres… Le problème est de savoir lequel choisir. Je me suis alors penchée sur le travail de David Cronenberg et me suis demandée ce qu’il souhaitait nous révéler à travers ses films. Ainsi le rapport au corps m’a sauté aux yeux. Il m’a donc semblé intéressant de creuser les moyens mis en œuvre pour traduire ce rapport si particulier. J’ai donc dû faire un choix qui s’est arrêté sur « Par quelles stratégies David Cronenberg redéfinit-il le corps au       cinéma ?». Finalement j’ai réussi à me réorienter vers une problématique en prenant du recul. Cette dernière permet la réalisation d’un travail plus en profondeur.

La démarche n’a pas été facile car le mot « comment » s’avérait plus handicapant que prévu. En effet, toutes les hypothèses qui me paraissaient plausibles commençaient par cette formulation. Ce n’est qu’après avoir terminé mon plan de mémoire que la problématique m’est apparue. Il fallait un sujet qui me permette de couvrir plusieurs points importants tout en restant pertinent. Ainsi j’ai choisi de m’orienter vers les métamorphoses du corps livrées à l’œil du caméraman, cela me permet d’aborder l’univers de David Cronenberg et son travail.

Soline Testard