Archives par mot-clé : désir

Une problématique, c’est problématique…

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Contrairement à ce que j’imaginais, la recherche de la problématique du mémoire est pour le moment le travail qui m’a donné le plus de fil à retordre. En accord avec mon directeur de mémoire, j’ai choisi d’axer ma problématique sur la manière dont Mike, le protagoniste de Deep End, cherche à trouver sa place entre normalité et perversité du monde qui l’entoure. Le plan qui en découle alterne entre analyse de la mise en scène des corps, la quête du désir et la violence latente du film. Après des heures de réflexion intense, j’ai enfin trouvé mon objet d’étude ! Quel soulagement. Je pensais donc pouvoir trouver une problématique résultant de ces recherches. Facile à dire…

En me heurtant à ce nouveau problème, j’ai essayé de recouper toutes les parties de mon plan pour voir ce qui pouvait en ressortir. Les thèmes, je les ai, mais comment les regrouper en une problématique viable ? Comment ne pas insinuer la réponse à ma question dans l’énoncé même du problème ? Ce n’est pas si évident. Pour l’instant, ma problématique est bloquée sur la formulation suivante : Comment Mike essaie-t-il de trouver sa place entre normalité et perversité du monde adulte ? J’ai bien conscience que cette problématique est pour le moment bancale et ne prend pas en compte toutes les parties de mon plan. Afin d’avancer sur ce problème, je vais continuer à mettre au point mon plan détaillé pour qu’il soit parfait, que je puisse enfin me concentrer sur la problématique et commencer la rédaction du mémoire au plus vite.

Tiphaine Robion

C’est un premier film

L’avancée du projet Germain et les difficultés que Tristan rencontre pendant son développement me renvoient à des contraintes auxquelles je suis moi-même confronté en réalisant mon premier court-métrage. Affiner le sujet, expliquer pourquoi cette histoire est importante, créer des plannings, imaginer un budget. Rêver. Rêver. Rêver. Être déçu. Perdre espoir. Être soutenu. Se retrouver face à un monument qui semble colossal alors que tout part d’une idée simple, un élan créatif spontané. Si le scénario d’un premier film existe, il y a une raison. Est-ce qu’il est intéressant, pas forcément. Est-ce qu’il peut toucher plus de personnes que son auteur seul ?  Pas forcément et tant pis.

C’est un premier film. Ni plus ni moins. Un premier film avec les étoiles dans les yeux et toute l’humilité qui en dépend. Ces premiers films doivent exister. Ils sont imparfaits. Tout est à découvrir. Ils doivent conserver leur spontanéité, sonner faux, être vilain et ne rien raconter. Tant pis. Car même s’ils ne sont pas du cinéma avec un C majuscule, même s’ils ne rencontrent pas leur public, ils correspondent à l’aboutissement d’une recherche personnelle, au désir profond d’un auteur de proposer quelque chose qui lui semble essentiel. Le premier film, il parle de soi, souvent ou même tout le temps. Il n’est peut-être pas passionnant mais il permet à son auteur de se regarder dans un miroir d’une manière bien différente. Il permet de se connaître en fait. On y injecte des choses très personnelles, sans même en avoir conscience. Je pense que pour pouvoir parler aux autres, communiquer avec le langage cinématographique des idées, une vision du monde qui soit cohérente et pertinente, il faut d’abord s’être confronté à soi-même au travers d’un premier film. Alors que faire ? Nos études nous poussent à murir les projets, à les perfectionner, à leur donner un sens le plus universel possible. Tant pis, c’est un premier film, il doit exister en l’état, être tourné vite, être vite post-produit, que son auteur leur regarde, en soit fier pour que deux mois plus tard, il le déteste et le range dans un maudit carton. Quand je regarde Germain et que je vois les peurs de Tristan, j’ai envie de lui dire : “Mets tout ton cœur dans Germain, ça ne dira rien à personne mais à toi si. Fais-le, vite, c’est essentiel”

Jonathan Rochier