Archives par mot-clé : correction

Clap de fin V1 … Clap de fin V2 … Clap de fin V3 …

(cc)
(cc) Google images – réécriture

Consigne : “Clap de fin”

Plusieurs fois on croit écrire la dernière lettre, le dernier point, mais là commence en réalité le travail de réécriture.

Après le travail des idées, le travail des mots commence. Et si je mets ce verbe-ci est-ce mieux ? Si je reformule cette amorce est-ce plus fluide ? Mon paragraphe sur la philosophie du temps est-il réellement compréhensible par quelqu’un qui ne connaît pas le sujet ? Toutes ces questions qui mettent en doute les mots que les idées ont fait s’aligner pendant les durs après-midis de labeur. Le risque est de venir à douter de tout et finalement de dénaturer l’idée même que l’on s’efforce de bonifier.

La réécriture est un travail fastidieux, les mots finissent par se confondre les uns et les autres. On connaît chaque virgule, chaque guillemet. On termine une première version de réécriture pour voir réapparaître certaines fautes et interrogations. On se lance alors dans une deuxième version. Les détails deviennent trop fins, on bloque sur une périphrase, on ne voit vraiment pas comment écrire cet argument autrement. Seulement la réécriture n’est pas que matérielle, elle est aussi orale. Trouver le moyen d’expliciter sa démarche et son mémoire en dix minutes : la synthèse est à l’honneur. Cependant, en attendant cette ultime échéance, essayons déjà de faire une troisième version.

Julie T.

Le début de la fin

(cc) Maelys Gosset 11/02/2016
(cc) Maelys Gosset 11/02/2016

Consigne : “Clap de fin”

La fin de la rédaction du mémoire se profile. Mais sera-t-il vraiment fini un jour ? Je le relis encore et encore en essayant d’améliorer la formulation de mes phrases, en intégrant les remarques et conseils après le rendu de la première version. Et pourtant, la même question revient dans mon esprit : Est ce que je me fais bien comprendre ? Suis-je suffisamment claire ? Est-ce que je m’exprime véritablement sans équivoque ? Prendre de la distance sur notre mémoire à ce stade de notre recherche est particulièrement difficile.

Nous achevons notre travail en ajustant aussi bien le fond que la forme. Une mise en page soignée et une expression précise sont primordiales pour exprimer nos idées sans ambiguïté. L’enjeu est, pour moi, de traduire aussi clairement que possible ce que je veux dire à autrui. Ne pas laisser la place aux malentendus dans l’esprit du lecteur, le guider dans mon raisonnement. Et plus je le relis, plus le doute s’installe. Bien sûr, la concision de ce travail de recherche nous donne un léger goût d’amertume, une frustration que nous ne pourrons assouvir cette année et qui pourrait faire l’objet d’un autre projet. Ce mémoire est alors la fin d’une recherche, mais peut-être le début d’une autre.

Maelys Gosset