Archives par mot-clé : confiance

It’s time for a cow-boy to dream

Consigne : “Mes personnages & moi”

Je distingue trois étapes dans ma manière d’appréhender les personnages du film Rio Bravo. Tout d’abord, c’est grâce à eux que j’ai choisi d’étudier ce film. L’ayant vu étant petite, je me rappelais particulièrement d‘une scène, celle où le shérif Chance et ses trois compères, Dude (l’alcoolique), Stumpy (le boiteux) et le jeune Colorado chantent ensemble dans la prison. Ces personnages font partie de mes souvenirs d’enfance et c’est de la tendresse que j’éprouve à leur égard, ils n’ont pas vieilli, moi oui, et après les avoir admirés étant plus jeune je vais pouvoir à présent les étudier.

Au cours de la rédaction du mémoire, cette admiration pour les personnages a peu à peu laissé place à un sentiment d’empathie. En les étudiant je me suis rendu compte qu’ils n’étaient pas que des héros de western ou des personnages comiques mais des hommes blessés, faibles et manquant de confiance en eux… Le mythe du cow-boy s’effondre (et c’est tant mieux). Lorsque je revois le film je ne peux m’empêcher de sourire lorsqu’ils partagent un moment ensemble, ce sont comme de vieux amis dont j’aurais pris soin pendant un an.

De tous les personnages du film, seul un m’a un peu déçue sans que jamais je n’ose le lui avouer. C’est le personnage principal, Chance. Peut-être parce que j’ai appris que l’acteur était engagé politiquement auprès des Républicains, ou peut-être parce qu’il est celui des personnages qui se livre le moins, le plus fier. Oui mais cet acteur c’est John Wayne, le héros des westerns, charismatique et imposant, et je ne peux pas lui en vouloir.

Marion Souquet

Soline au pays des merveilles

« Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

S’attaquer à un mémoire pour la première fois est un peu semblable à découvrir un nouvel horizon : au départ on est perdu. On brasse alors beaucoup de sujets, quelques fois même de l’air et on se sent noyé par le surplus d’informations. Cependant, détenir autant de données est une chose, et s’en est une autre de savoir les trier selon leur pertinence. Ma plus grande peur résidait donc dans le fait de ne pas savoir faire le bon choix pour un mémoire des plus judicieux. Cependant, mes craintes ne se limitaient pas qu’à cela puisque je me demandais également si ma culture générale était suffisante pour m’aider.

 Aujourd’hui, je suis proche de l’achèvement de mon écrit et lorsque j’inspecte mon travail avec du recul, je comprends qu’il y a une réelle différence entre mon travail de recherche et mon mémoire. Dans un premier temps je me contentais de trouver mes propres repères et je me suis donc retrouvée face à moi-même sur un terrain inconnu. Puis j’ai appris au fur et à mesure à faire des choix et à affiner mon dossier grâce, notamment, au regard bienveillant de ma directrice de recherche et l’avis de mes proches. J’ai alors appris à centrer mon travail pour le rendre davantage productif et moins éparpillé. De plus, la réalisation de ce mémoire est pour moi une découverte concernant l’analyse. Maintenant je comprends mieux l’univers du réalisateur, et tout comme Alice à la fin du film, je me sens à ce jour plus lucide face à cet univers qui m’a servi de vecteur pour interpréter le cinéma différemment.

Soline TESTARD