Archives par mot-clé : cinéma

Une esthétique problématique

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

L’objet de mon mémoire porte sur l’esthétisme dans le cinéma d’Amos Gitai.  J’ai choisi cet angle car je pense qu’il est essentiel dans  le domaine de l’audiovisuel de décrypter l’image. Le cinéma est un art visuel avant tout, on ne peut en faire une lecture uniquement narrative.  Les images, elles aussi, constituent une forme de narration, pour cela il faut creuser leur sens caché. Amos Gitai a fait ses armes en tant que réalisateur de documentaires, il cherche à produire du “réel” au travers des images qu’il tourne, à la limite du “docu-fiction”. La question qui en découle est la suivante : Quelles représentations de la communauté Juive ultra-orthodoxe, la caméra d’Amos Gitai met – elle en lumière ?”

L’étude de cet esthétisme s’est imposée d’elle-même. Lorsqu’on visionne « Kadosh » les images nous suggèrent implicitement de nombreuses significations. Plusieurs scènes sont des rites du Judaïsme reproduits à l’identique. Au départ, je ne comprenais pas  ce qu’Amos Gitai voulait représenter. Après avoir fait des recherches j’ai compris les rituels. Dès lors les mouvements de caméra, les décors, les couleurs m’ont frappés. Mon esprit était prisonnier de la narration à vouloir absolument tout comprendre, les indices étaient pourtant devant moi, dans l’esthétique qui compose chaque scène. Au travers de cet esthétisme, l’enfermement et la servitude volontaire engendrent une libération inéluctable des personnages.

Alexia DI CIOCCIO

Reprendre, continuer… pour enfin terminer !

LaRosePourpre-B1

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Qui n’a jamais rêvé de parler avec l’un des personnages de son film préféré ? Qui n’a jamais voulu que ce personnage devienne réel ? Qui n’a jamais rêvé entrer dans un film ? J’ai choisi le film “La Rose pourpre du Caire” pour le scénario que je trouve très original : c’est le film dans le film. Malgré le contexte de crise économique dans lequel vit Cécilia (le personnage principal), ce film reste une comédie plutôt joyeuse, avec des situations et des dialogues humoristiques ce qui lui donne une certaine légèreté et m’a permis de l’apprécier encore plus. Plusieurs thèmes sont abordés comme l’amour, la vie socio-économique mais surtout la fascination que peut provoquer le cinéma. C’est cette fascination qu’éprouve Cécilia et que peut éprouver tout spectateur touché par un film, qui m’a intéressé puisque dans “La Rose pourpre du Caire”, elle est poussée à l’extrême.

Le but de ce travail de mémoire est d’analyser le film avec ma vision personnelle : ce que je vois, j’entends et ce que je ressens. Dans un premier temps, j’ai réalisé le travail demandé (découpage séquentiel, recherches sur le contexte économique etc.) sans trop savoir vers quoi j’allais. Puis, c’est finalement lors de l’analyse d’une séquence en particulier, celle où le personnage sort du film pour rejoindre Cécilia que tout est ressorti. C’est effectivement dans cette séquence que je me suis aperçue qu’il y avait un contraste évident entre la réalité triste de Cécilia et la fiction bien plus belle. C’est ce contraste que l’on retrouve sur la globalité du film qui m’a permis d’axer tout mon travail.
Il s’agit maintenant de reprendre et continuer ce travail de recherche et d’analyse…

Laëtitia