Archives par mot-clé : Choix

Les 400 possibilités

(cc) Coline Portet
(cc) Coline Portet

 

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”.

Un mémoire ça se construit, ça s’imbrique, ça s’assemble pour former un développement de pensées uniforme. C’est donc au fur et à mesure du temps que l’on trouve sa structure. Une fois les idées trouvées et dévoilées, il me faut les agencer, les relier et les positionner. Pas si simple de montrer l’évolution de sa pensée sur un bout de papier!

On essaye, on efface, on raye. Petit à petit, une structure se dessine, puis une autre. Les possibilités sont multiples. Je construis un parcours, je flèche mes idées mais surtout j’essaye de les raccorder. Le but étant que mon mémoire soit fluide, clair et limpide, qu’il se lise simplement et facilement. J’essaye de créer un mémoire où chacune de mes idées est claires et j’essaye de faire en sorte que l’ordre de leurs apparitions soit cohérent. L’une doit amener l’autre. Une première partie un peu générale, une deuxième partie bien centrée sur le film et une troisième partie plus originale, une sorte d’ouverture plus libre. Voilà donc la dernière version de ma structure, elle me semble judicieuse et justifiée. Mais cela est encore susceptible de bouger. A présent, j’essaye de rattacher toutes mes petites parties les unes entre les autres avec des transitions, en cours d’élaboration…

Coline Portet.

La première est la bonne !

La première est la bonne ! (cc) Laetitia Stoffel (05/10/2014)
La première est la bonne ! (cc) Laetitia Stoffel (05/10/2014)

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

C’était il y a un an déjà, que je tenais entre les mains cette longue liste de films, parmi lesquels je devais choisir celui que je suivrais au cours de mes deux années de Master. Les noms des films que j’avais déjà vus m’avaient immédiatement sauté aux yeux, mais l’un m’avait plus marqué que les autres : Le Corbeau d’Henri-Georges Clouzot. En lisant ces mots je m’étais souvenue avoir adoré ce film et j’ai été saisie d’une forte envie de le revoir. Mais je voulais choisir un film nouveau pour partir de zéro et pouvoir analyser sérieusement mes sentiments dès le premier visionnage. J’ai donc regardé une petite dizaine des films présents sur cette liste, mais je n’accrochais pas réellement…  Le Corbeau volait toujours dans un coin de ma tête.

J’ai donc fini par me fier à ma première intuition et j’ai choisi le deuxième film de Clouzot comme sujet de mémoire. À partir de cet instant il a fallu que je devienne un spectateur actif et que je cesse de regarder ce film passivement, comme si je regardais un téléfilm. Cela n’a pas été facile et je ne remarquais pas grand chose lors des premiers visionnages. Mais au bout d’un certain temps, je me suis appropriée le film et à partir de ce moment, regarder Le Corbeau était devenu un réel plaisir enrichissant. Je sais aujourd’hui que j’ai fait le bon choix, car je ne me lasse toujours pas de voir ce film, et j’ai constamment envie d’en savoir plus, que ce soit de simples anecdotes ou des faits marquants dans la vie de l’auteur. Je ne regrette qu’une seule chose : avoir suffisamment de mémoire pour ne pas oublier la fin entre deux visionnages.

Le souvenir d’une rencontre

Emilie Dequenne dans Rosetta, des frères Dardenne
Emilie Dequenne dans Rosetta, des frères Dardenne

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Je me souviens. Ce jour où l’on a mis entre mes mains une liste de films dont la majorité des titres m’était inconnue. « Suis-je à ma place dans cette formation ? ». « Vais-je choisir le bon ? ». Un soir, sceptique face à cette feuille de papier énumérant les choix s’offrant à moi, j’aperçois un prénom. Rosetta deviendra l’objet de mon travail de recherche. L’œuvre, dévoilant « une fille d’aujourd’hui », est une rencontre entre un personnage et son spectateur. Si réaliste semble-t-elle, Rosetta donne à voir le monde par le biais de son propre regard.  A la fois forte et torturée, je crois qu’au-delà de la rencontre, je me suis identifiée à elle. Tantôt attachante, tantôt détestable, c’est entre amour et haine que je l’ai suivie dans son combat pour la survie.

La difficulté avec l’analyse d’un film comme Rosetta est justement la proximité. Inspirés du format documentaire, les frères Dardenne jouent volontairement sur des mouvements esthétiques s’en rapprochant afin de créer la rencontre. Rosetta est fictive mais c’est un personnage quasiment tangible qui s’impose au spectateur par le biais de sa douleur, ses difficultés et ses sentiments. Dans le cadre d’un travail de recherche, la prise de recul devient alors une évidence, nécessaire à la justesse de l’analyse. Lors du premier visionnage de Rosetta, je me suis justement autorisée cette rencontre. Comme un spectateur lambda, j’ai inconsciemment habité le quotidien “documentarisé” de ce personnage de fiction le temps d’une unique immersion. Une fois consciente et avertie de la dimension affective de Rosetta, j’ai considéré le film plutôt comme une succession de plans réfléchis et travaillés qu’une globalité émotionnellement absorbante.

Coline CESBRON