Archives par mot-clé : Bonnie and Clyde

Bonnie c’est fini !

Alix Grinsell cc ( 15/02/16)
Xila cc ( 15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

La réalisation d’un mémoire n’est pas une chose aisée mais néanmoins passionnante. J’ai ressenti, une fois le mémoire achevé, une grande frustration. En effet, j’ai eu l’impression que je pouvais encore apporter beaucoup d’autres connaissances à mon mémoire. Comme si mon travail pouvait être infini, ou du moins beaucoup plus gros que les 50 000 signes que nous imposait la consigne. J’ai dû pour cela revoir ma rédaction à plusieurs reprises de manière à réussir à synthétiser mon écrit. Cela n’est pas chose facile.

Je suis satisfaite de l’angle de vue que j’ai emprunté, mon mémoire reflète une nouvelle analyse du film Bonnie and Clyde. Ma démarche fut d’analyser à travers un axe de réflexion psychanalytique le comportement des protagonistes. Pour cela j’ai dû, dans un tout premier temps, comprendre le contexte dans lequel mon film s’insérait afin de saisir ensuite au mieux les raisons qui ont motivé le réalisateur à appliquer de tels comportements à ses héros.

Xila

Une héroïne en quête d’adrénaline…

(cc 29/12/2015 alix grinsell)
(cc 29/12/2015 Xila)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Je vais m’octroyer le doit d’inverser les deux questions fondamentales de ce billet, « pourquoi et comment ? » en « comment et pourquoi ? » Au fur et à mesure des discussions avec mes camarades de classe, mes amis ou ma famille, l’élaboration de la structure narrative du mémoire évolue. La semaine dernière, j’ai fait la rencontre du nouveau colocataire d’un ami en doctorat de Psychologie. Je lui ai expliqué la problématique de mon mémoire sur Bonnie and Clyde, et un débat de trois heures  a débuté entre nous. Il m’a aiguillée sur certains auteurs à lire (Nazio, Sartre, Valleur…), et indiqué des termes psychiatriques traitant de la relation que je souhaite aborder dans mon plan de mémoire entre le couple de hors-la-loi et leur notion de liberté qui est quasi-pathologique. Pour illustrer mon propos, il me sera nécessaire de définir le terme de « conduite ordalique ». La définition suivante est issue de la thèse de Marc Valleur, Les addictions sans drogue et les conduites ordaliques. L’Information Psychiatrique (2005) : « La conduite ordalique peut être définie comme le fait, pour un sujet, de s’engager de façon plus ou moins répétitive dans des épreuves comportant un risque mortel : épreuve dont l’issue ne doit pas être évidemment prévisible et qui se distingue de ce fait tant du suicide pur et simple que du simulacre ».

Une fois le terme psychiatrique de conduite ordalique défini, nous pouvons affirmer que Bonnie and Clyde réitèrent tout au long du film leurs actes illégaux (fuite, braquage, cavale…). Ce qui montre qu’ils ont développé un réel goût pour la prise de risque. Ils sont dans un cercle vicieux engendré principalement par la quête du plaisir immédiat. Ils ne sont pas capables de s’en débarrasser, ou ils sont obligés de continuer ainsi. Peut-être vais-je devoir parler d’addiction à l’adrénaline que suscite chez eux le danger. Enfin, ils se sentent exister, vivre, libres… mais ce n’est qu’une sensation illusoire.

Xila

Objectif mémoire !

alix grinsell 20/11/2015
alix grinsell 20/11/2015

 

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois ».

Après avoir passé un certain temps à lire des livres en tout genre, bons comme moins bons et une fois l’axe de réflexion choisi, la question de la problématique se pose : mais comment la trouver ? Comme son nom l’indique, la problématique pose un véritable problème. Comment, pourquoi, en quoi ? Il faut qu’elle mette en avant toute les interrogations soulevées lors de cette première phase de réflexion. Une bonne problématique est capable de lier tous les axes du mémoire.

Dans un second temps j’ai pris le temps de m’entretenir avec des personnes, issues ou non du milieu du cinéma. C’est cette étape-ci qui m’a permis une meilleure appréhension du sujet, j’ai ainsi pu démêler les thèmes les plus importants de ma réflexion, ce qui m’a aidé à élaborer une problématique pertinente.

Pour ma part, le sujet dont je souhaite parler dans mon mémoire est explicite. Lorsqu’on regarde le film  Bonnie and  Clyde on ressent une véritable admiration envers eux, ce sont de vrais héros modernes. Ils sont à la recherche d’une liberté mais d’une liberté peu commune : une liberté destructrice car ils y trouveront  la mort.

J’ai donc souhaité traiter la question : comment Arthur Penn utilise-t-il le personnage de Clyde pour offrir une liberté à Bonnie ?

Alix Grinsell