Archives par mot-clé : animation

Casse-tête

(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)
(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)

Vents contraires, petit projet d’animation à l’état de mots doit à présent se faire une image. Six personnes pour mener le projet, c’est six visions différentes de cette histoire entre deux enfants.  Toutefois il faut se mettre d’accord car une seule représentation du scénario sera réalisée. C’est donc un casse-tête qui commence, celui du mélange des idées et des points de vues, des “je voyais cela plus comme ça” ou autres “on pourrait choisir cette couleur au lieu de celle-ci”. De ce méli-mélo d’idées nait notre petit film d’animation.

Puisqu’il faut bien se mettre d’accord un jour, une ébauche de story-board est faite. On sait alors quel cadre choisir ainsi que les objets qui seront visibles. Ceux qu’il faudra donc créer en priorité. Une direction de travail est donnée et ainsi le matériel à prévoir pour la réalisation de ces plans tests. Le plus important n’est pourtant pas encore fixé : à quoi ressembleront nos personnages ? Cette étape, la plus compliquée car aucune de nous ne sait réellement dessiner, est le challenge fixé pour la semaine. Gabriel et Victor auront-ils un visage qui plaira à tous ?

Camille Coquereau

Court passage à vide

(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)

Vents contraires est un projet de très court métrage d’animation dans lequel nous nous sommes lancées l’an dernier. Après avoir planché sur l’idée d’adapter l’histoire de Don Quichotte en animation, nous nous sommes très vite éloignées de cette envie de base au profit d’une histoire d’amitié plus classique entre deux enfants. La « touche » Don Quichotte reste toujours perceptible dans le regard naïf que l’un des deux enfants porte à l’univers qui l’entoure.

Aujourd’hui, quand je relis le très court scénario, j’avoue avoir quelques doutes. Nous gagnerons, à mon sens à retravailler l’histoire avant de passer à la réalisation. Toujours est-il que le fait de concevoir un projet en stop-motion avec du papier comme matériau principal m’enchante. J’ai toujours aimé la création visuelle, peindre, découper, coller. Il nous manquera certainement quelques qualifications techniques, et un talent pour le dessin nous serait bien nécessaire pour créer l’identité des personnages. En attendant nous rassemblerons les talents de chacune pour essayer de recréer l’univers de Victor et Gabriel tel que nous l’avions imaginé. Nous nous inspirons beaucoup de l’univers de Conor Finnegan dont nous avions découvert le travail l’an dernier. Je pense que c’est en s’armant de références comme celle-ci que nous arriverons à tracer les contours du projet.

Adélaïde Michel

Bouleversement

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

Le choix de Princesse Mononoké était pour moi une évidence. Ce film a marqué le commencement d’une passion et d’une fascination pour le cinéma d’animation japonais. C’est le premier film de Miyazaki que j’ai vu et il a complètement changé ma perception de ce genre cinématographique. J’ai tout d’abord été touchée par son esthétisme à travers les personnages complexes et attachants auxquels je me suis tout de suite identifiée puis par l’histoire qui m’est apparue comme une aventure incroyable : une jeune fille qui vit parmi des dieux-loups, un jeune homme qui se bat pour la paix entre les espèces et une femme forte qui dirige tout un village. Cette idée d’harmonie entre progrès technique et dieu de la nature m’a beaucoup plue. Ce film me bouleverse encore…

L’enjeu de ce travail de recherche est de rendre un essai scientifique dénué de mes sentiments. Cet exercice est plus difficile que je ne le pense et j’ai mis un certain temps avant d’y arriver. Pour commencer, j’ai visionné le film comme spectatrice lambda afin de retrouver les émotions éprouvées la première fois. Après ce visionnage, j’ai listé tous les passages et moments considérés comme marquants pour me donner des pistes de recherche. Puis, j’ai laissé de côté cette liste quelques jours, pour faire mûrir mes idées. Enfin, j’ai regardé une nouvelle fois le film avec ma liste entre les mains, pour trier ce qui relevait de l’émotionnel et de l’analyse. Ce moment là marqua le passage du film comme objet affectif à objet d’étude.

Lisa Delpech