Archives par mot-clé : amour

Alors, c’est quoi le plan ?

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Alors c’est quoi le plan ?

Dans ma tête il y a des idées, des envies, des informations, mais rien de très clair encore. Une seule certitude s’impose : mon film parle d’amour. Mais je ne souhaite pas m’arrêter à ça. Depuis plus d’un an maintenant, je cherche le bon angle à adopter, celui grâce auquel je pourrais attaquer cet amour, lui donner du sens, un sens que même ceux qui n’ont pas envie d’entendre « parler d’amour » pourront trouver intéressant. En cherchant cet angle d’analyse, j’ai croisé beaucoup de propositions : la beauté, le lyrisme, l’amour fou, le road-movie, la société, etc… Et chacune de ces idées était accompagnée d’une foule d’arguments, de citations, d’éléments significatifs dans mon film. Et puis, finalement, je crois que j’ai enfin trouvé ce que je cherchais : je vais analyser mon film pour démontrer que l’amour fou au cinéma peut-être utilisé comme un genre de la rébellion.

Bonne nouvelle : mon sujet est posé. Reste maintenant à trouver la bonne méthode pour l’exploiter. Le premier outil qui va me sauver sera un plan. Un plan intelligent, bien détaillé avec des grands thèmes, des résumés de mes parties, mais aussi des mots-clés. Et pour construire ce plan, je vais reprendre toutes les idées que j’ai trouvées préalablement au cours de mes recherches, tenter de juger si elles sont pertinentes ou pas, et ensuite les classer dans le plan, là où elles seront utiles à ma démonstration (en devenant ainsi les fameux mots-clés). Et quand tout cela sera bien rangé, viendra le temps de réfléchir pour en faire de belles phrases.

(cc) Elodie Chalumeau (11/11/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (11/11/2014)

Elodie Chalumeau

El mémoire que habito

Sylvain R. 03/10/2014
Sylvestre 03/10/2014
Consigne : Mon film, entre amour et haine. 
Voilà maintenant un an que mon choix s’est arrêté sur ce film, La piel que habito. Un choix qui ne devait pas être pris à la légère, puisqu’il allait me suivre durant deux ans. Pourquoi ai-je choisi ce film comme sujet d’étude ? Bonne question. Peut-être parce que ce film dérange, surprend, renverse la morale qui est en nous. Un film qui, s’il montre des horreurs, reste magnifique et perd le spectateur entre amour et haine des personnages.

À présent qu’une première partie du travail de recherche est faite, il faut en tirer des résultats. Après avoir fait une étude linéaire du film, je vais pouvoir orienter mon mémoire et trouver un point précis que je vais développer et approfondir en réutilisant mon premier travail. La question du genre me semblait principale, une question que le réalisateur, Pedro Almodovar, nous expose pour nous déstabiliser. Après m’être entretenu avec ma directrice de mémoire, cette piste semble compliquée, de par les avis divers qu’elle suscite. Une fois mon axe clairement défini, je m’attellerai à visionner le film séquence par séquence, afin d’en tirer, ou non, un lien avec mon axe de recherche.

Sylvestre