Archives par mot-clé : aliénation

Quand le noir devient or

(cc) Julie.T
(cc) Julie.T

Consigne :  “Ma problématique, un casse-tête chinois”

Il y a un an, le choix de Blade Runner de Ridley Scott a été motivé par un questionnement personnel et somme toute un peu inconscient : qu’est-ce que l’homme ? Le film dérangeait par sa capacité à nous mettre en face de robots, les répliquants, par moment plus humains que les habitants du Los Angeles de 2019. Au travers du travail préparatoire de recherche, j’ai surtout posé la question de la liberté de création vis-à-vis du combat du réalisateur tout au long du processus de création, qui s’est seulement achevé en 2007 avec une Final Cut officielle. Dans le prolongement de ce travail, ma première problématique a été la liberté de création que prend l’Homme sur la nature. Cette liberté de création passe par l’industrialisation totale de la planète et la création d’une vie robotique. Le personnage de Tyrell incarne parfaitement ce sentiment de toute puissance que l’homme pense avoir sur la nature En effet, ce dernier crée son image en tout point alors que jusqu’à présent seul Dieu pouvait le faire. A la réflexion, cette problématique m’entraînait sur les chemins de la religion. Or, le sentiment de passer à côté de ce qui était l’essence du film devenait oppressant. Je suis revenue alors sur ce qui avait motivé mon choix, la question de l’humanité et des robots.

Le casse-tête a débuté quand il m’a fallu déterminer comment j’allais m’y prendre. Les pistes de recherches se sont éclairées : la robotique, l’intelligence artificielle, l’homme, la pensée, pour ne donner que les grands thèmes. Toutefois, il me manquait mon angle d’attaque. Blade Runner est un film emprunt de nostalgie d’une humanité perdue où le poids de la ville et du temps font peser une ambiance morbide et aliénée. La vision de l’humanité y est noire et sans illusion ou mensonge. Pourtant, je ne cessais de voir dans les répliquants, mis en opposition avec l’homme, la piste de ce qu’avait perdu cette humanité : l’envie de vivre et de ressentir des émotions aussi diverses que la peur et l’amour. L’opposition de l’homme et du robot, donné presque comme son égal dans le film, révélait les motifs essentiels que l’homme perdait dans l’aliénation de la ville, de la technique et de son sentiment de supériorité.  Loin de voir une promesse noire, je voyais dans Blade Runner une anticipation fictionnelle propre à nous mettre en garde. Si nous regardons bien le film, il nous questionne sur nous-même et l’on ressort pris de l’envie de retrouver cet appétit de vivre, appétit conscient ou non. Finalement, je me suis rendue compte que je souhaitais proposer une définition de l’homme en utilisant un axe positif. Comment justifier ce positivisme ? Je remercie alors Sophocle et ses trois paradigmes : l’homme, l’animal et la machine.

Julie T.