Au menu … tournage et pluie

(cc) Manon Sultana
(cc) Manon Sultana

Le tournage du teaser de Copains comme Cochons  (titre originel et qui nous reste aux lèvres) a été la grosse avancée du projet. Après avoir dû décaler trois fois le tournage, le 10 janvier nous nous sommes enfin toutes retrouvées pour tourner. Malgré que la préparation aie été simple, la semaine juste avant le jour J a été rude ! Tout d’abord, le temps : un déluge de pluie et de grêle s’est abattu sur Bordeaux ! La grande question, Pourrons-nous tourner les plans extérieurs ?, nous a hanté. Puis une autre galère s’est rajoutée : impossible de récupérer le matériel lumière. L’un dans l’autre cela nous a permis d’être plus rapide, mais l’esthétique des plans en intérieur n’est pas celle que nous aurions voulu.

En me levant ce fameux dimanche 10 janvier à 7h, je me préparais à une journée difficile. Ce fut tout le contraire ! Nous avons joué d’un timing parfait avec les ondées, pouvant tourner sans soucis en pleine campagne ! Nous avons monté les ISO pour compenser le manque de lumière et vaille que vaille nous avons enchaîner les plans les uns après les autres dans la bonne humeur et les blagues ! Peut-être que notre acteur et son accent québécois n’y était pas pour rien ! Nous entrons maintenant dans la dernière étape, la post-production mais ceci est un autre billet !

Julie T.

Un conte au cinéma, une narration singulière

queer jacques demy

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”

Le montage narratif au cinéma correspond à l’assemblage de plans destiné à rendre la narration compréhensible pour le spectateur. Il est souhaitable que l’on comprenne l’histoire de manière chronologique et linéaire. Concernant l’écriture de mon mémoire, je dois m’efforcer de considérer toutes les facettes du film qui correspondent à ma question principale, à mon sujet. Puis je vais développer mes hypothèses, mes interrogations et mes arguments. Ceci en allant du plus évident à l’idée la plus étonnante. Mon but étant toujours d’étayer ma question principale. Cet exercice me demande de me focaliser sur le sujet que je souhaite aborder et sur les idées que je veux démontrer, grâce à d’autres auteurs ou films qui appuient mes arguments. Il n’est pas aisé de rester sur son chemin de réflexion, mais il est plus facile de se perdre dans la multitude de sujets dont on a envie de traiter. C’est pourquoi je trouve important de bien garder son axe premier afin d’être plus efficace.

Avant de penser au plan j’ai tout d’abord fait des recherches sur Peau d’Âne. J’ai découvert un livre traitant du queer/camp chez Jacques Demy. C’est après cette lecture fort étonnante que j’ai décidé d’étudier ce sujet. Mais je ne voulais pas parler seulement de cela. Voici ma problématique provisoire, qui montre ma volonté d’élargir le sujet : “En quoi Peau d’Âne de Jacques Demy montre-t-il une vision novatrice du conte ?” Je ne suis pas encore convaincue par cette formulation. Mais mon idée reste de montrer en quoi ce réalisateur nous fait revisiter un conte classique tout en nous conviant à entrer dans son univers, à comprendre sa liberté et ses inspirations. De cette idée est venue mon plan tout aussi provisoire. Ce dernier se divise en trois parties. La première montre l’adaptation du conte de Perrault par Demy. La seconde montre le désir par l’inceste, mais aussi par Electre, Oedipe. Enfin la troisième partie montre l’univers queer, voire camp que nous propose le réalisateur dans son adaptation. Pour introduire mon mémoire je pense parler du film Marguerite et Julien de Donzelli qui sort en décembre 2015 et qui fait de nombreuses références à Peau d’Âne. Ceci montre que Jacques Demy laisse une trace esthétique et narrative importante encore aujourd’hui. Et pour conclure je parlerai du dernier film de Jacques Demy : Trois places pour le 26. Ce dernier traite ouvertement de l’inceste et montre que cette thématique est importante dans la filmographie du réalisateur. Il me faut continuer à écrire pour que mes idées, mon argumentation et mon montage narratif prennent forme.

Manon Sultana

 

Les 400 possibilités

(cc) Coline Portet
(cc) Coline Portet

 

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”.

Un mémoire ça se construit, ça s’imbrique, ça s’assemble pour former un développement de pensées uniforme. C’est donc au fur et à mesure du temps que l’on trouve sa structure. Une fois les idées trouvées et dévoilées, il me faut les agencer, les relier et les positionner. Pas si simple de montrer l’évolution de sa pensée sur un bout de papier!

On essaye, on efface, on raye. Petit à petit, une structure se dessine, puis une autre. Les possibilités sont multiples. Je construis un parcours, je flèche mes idées mais surtout j’essaye de les raccorder. Le but étant que mon mémoire soit fluide, clair et limpide, qu’il se lise simplement et facilement. J’essaye de créer un mémoire où chacune de mes idées est claires et j’essaye de faire en sorte que l’ordre de leurs apparitions soit cohérent. L’une doit amener l’autre. Une première partie un peu générale, une deuxième partie bien centrée sur le film et une troisième partie plus originale, une sorte d’ouverture plus libre. Voilà donc la dernière version de ma structure, elle me semble judicieuse et justifiée. Mais cela est encore susceptible de bouger. A présent, j’essaye de rattacher toutes mes petites parties les unes entre les autres avec des transitions, en cours d’élaboration…

Coline Portet.

Punition vs Oeuvre

(CC) Louise Tressens 21/12/2016
(CC) Louise Tressens 21/12/2016

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”

La rédaction d’un mémoire mérite la maîtrise totale du sujet abordé pour bannir les contresens, les approximations et les dérives. Ayant la chance d’étudier et problématiser autour d’un film que l’affect nous a poussé a choisir, il semble plus simple d’en comprendre les limites et les possibilités. Le film Un Prophète, en tant que film portant sur la prison, suscite de nombreux questionnements. L’enjeu fut donc de les trier par ordre de priorité, de se focaliser sur le plus pertinent et de développer une réponse traitable en 70 000 caractères.
La question choisie, “Si l’unique liberté accessible aux prisonniers réside dans l’interdit, comment Malik el Djebena s’émancipe-t-il du joug de l’enfermement carcéral ?”, permet d’utiliser les éléments narratifs et esthétiques pour rester proche de l’œuvre – comme la consigne l’impose – tout en évoquant les fondements de l’enfermement carcéral et de la punition.

Les lectures doivent être le plus approfondies possible afin de rendre la réflexion plus savante et c’est en cela que la difficulté réside. Un mémoire doit-il être une restitution des savoirs d’autres personnes ou un questionnement personnel qui s’appuie sur des œuvres et courants de pensée préexistants ?
La rédaction n’est pas entamée mais le plan s’affûte au rythme de mes lectures. Le tout est de savoir où sont mes difficultés et mes points forts. En ce sens, écrire avec des mots une structure déjà très claire dans la pensée paraît surmontable, et presque une étape finale, rapide.

Louise Tressens