Silence! Ca tourne!

(cc) Camille Nivat (17/01/2016)
(cc) Camille Nivat (17/01/2016)

De nombreuses questions se sont posées lors de l’écriture du scénario du teaser. Comment donner assez d’information pour faire comprendre le concept tout en gardant assez de mystère? Comment donner envie aux spectateurs de regarder cette émission? Petit à petit, les choses se sont précisés dans nos esprits. Mais cela restait purement fictif… Après l’écriture du teaser, il faut se confronter à la réalité, la réalisation concrète  de nos idées. Rien que le choix de l’acteur est venu modifier – légèrement – le concept. En effet, l’acteur est québécois. Puis, il a fallu se décider sur l’appartement dans lequel vivrait ce même personnage. Et définir les plans en fonction de cet espace particulier. Et la voiture! Ou trouver une voiture assez emblématique pour devenir un symbole de l’émission…  Nous devions créer ce teaser avec “les moyens du bord”, nous creuser la tête, afin de trouver des solutions à chacun des problèmes auxquels nous étions confrontées. Même au dernier moment, quand nous pensions avoir pensé à tout, un nouveau problème s’est présenté. Nous n’avons pas pu récupérer de projecteur. Là encore, il nous a fallu réagir vite – nous tournions deux jours plus tard.

Dimanche, 8h30, parking de l’université. L’équipe se rejoint sous une pluie battante; tout le matériel est chargé dans les voitures. Un petit café, et la journée – marathon – de tournage commence. En espérant que la pluie cesse, nous nous rendons en périphérie de bordeaux, à la campagne pour tourner la scène de fin du teaser. La pluie ne s’arrête pas; finalement cela donnera un aspect d’autant plus comique à l’image. Il nous faut nous organiser, deux d’entre nous bloquent la rue. La réalisatrice et son assistante font diverses essais de cadre, tout en protégeant au maximum le matériel de la pluie.  Sam est en place, la voiture aussi. Une autre personne est accroupie dans le véhicule, tenant le volant d’une main et le frein à main de l’autre. Action! Coupé! Le tournage de cette scène est extrêmement rapide. On remballe. Toute l’équipe repart vers Bordeaux, direction l’appartement du personnage central du teaser. Nous avions déjà fait des essais concernant ces plans, tout avait été décidé à l’avance. Nous n’avons plus qu’à poser la caméra à l’emplacement choisi, répété les mouvements et travailler le jeu d’acteur. La captation se poursuit. Nous pensions finir relativement tard et nous craignions que la lumière naturelle nous fasse défaut. En réalité, le travail préalable nous a permis de finir relativement tôt. C’est là où nous avons compris l’importance d’une telle préparation.

Avant la réalisation concrète de ce projet, nous avions toutes peur du résultat. Nous pensions ne pas réussir à concrétiser nos idées. Finalement, nous sommes plutôt fières de ce que nous avons réalisé. Vivement le montage terminé que l’on puisse voir à quoi ressemble notre teaser, une fois achevé!

Camille Nivat

La concrétisation!

(cc) Maelys Gosset 13/01/2016
(cc) Maelys Gosset 13/01/2016

« Copains comme cochons » voit le jour peu à peu… Après l’élaboration du projet et la préparation de sa mise en œuvre, le tournage du teaser a été une première étape cruciale dans l’avancement de la conception du magazine. Et pourtant cette journée avait commencé sous de mauvaises augures. La météo était loin d’être clémente en ce dimanche 10 janvier 2016 et une partie du matériel technique manquait (faute d’avoir accès au local technique). Mais coûte coûte ce teaser nous l’avons tourné !

Sous une pluie battante, nous avons commencé par les plans en extérieur. Chacun ayant un rôle bien défini, l’équipe a été efficace. Puis c’est dans l’appartement de Manon que le tournage s’est poursuivi à un rythme plutôt soutenu. Le découpage et les plans test étant précisés en amont, le reste de la journée s’est déroulé sans encombre et dans la bonne humeur ! Notre acteur, casté par Alix, a été une excellente recrue, collaborative et créative à la fois. C’est ainsi que notre projet prenait forme sous nos yeux, bien au delà de mes espérances. Prochaine étape, le montage qui devrait être aussi bien déterminant pour « Copains comme Cochons » mais également très bénéfique pour ma formation personnelle.

Maelys GOSSET

Vents contraires, source d’oppositions

12575897_10208415076716780_1063635883_n
(cc) Camille Coquereau (24/01/2016)

Pour réaliser Vents contraires, nous devons nous mettre d’accord sur le rendu physique de nos personnages et de notre décor. C’est un film d’animation, c’est donc justement tout l’univers graphique que nous allons créer qui prime. C’est actuellement ce qui pose problème. Dans le cas de la réalisation à plusieurs, chacun a sa vision du projet. Nous n’arrivons néanmoins pas à nous mettre absolument d’accord sur ce que serons nos deux héros. Nous savons que nous voulons réaliser un travail en noir et blanc, avec des silhouettes. Celle-ci ne sont cependant toujours pas définies et personne ne parvient à proposer quelque chose qui plaise à tous.

Pour remédier à cela, nous sommes en ce moment en train de réunir nos idées, nos trouvailles et travailler à la réalisation de ces silhouettes. Personne n’étant dessinatrice dans le groupe, c’est ce qui met un frein à l’avancée du projet. Nous ne sommes toutefois pas dépourvues d’idées, fort heureusement. Une fois que tous nos visuels seront trouvés, il nous restera la tâche fastidieuse mais obligatoire d’impression et découpage. Place à la mise en scène ensuite.

Camille Coquereau

Un rêve d’aventure

(cc) Adélaïde Michel (24/01/2016)
(cc) Adélaïde Michel (24/01/2016)

Il y a des projets que l’on a du mal à porter jusqu’au bout. Qui depuis la première idée griffonnée sur un coin de feuille, n’ont pas forcément évolué dans le sens que l’on souhaitait. Les images que chacune avait à l’esprit, se sont mélangées jusqu’à créer un univers qui mêlant tous nos imaginaires ne colle au final plus à aucun d’entre eux. Les petites concessions ont été les plus simples, changer tel prénom, tel événement dans le scénario, tel accessoire. Mais le jour où le volume fait de matériaux colorés s’est transformé en un aplat de papiers noirs et blancs, j’ai eu l’impression de perdre ce qui me rattachait à ce projet. Les métiers de la production pourtant nous demandent de défendre des projets en lesquels il faut croire corps et âmes. Jusqu’au bout. Qu’importe les difficultés.

Je crois que nous avions écrit l’aventure de ces deux enfants, sans nous plonger totalement dans l’aventure, justement. Peu importe la technique finalement, je reste déterminée à mettre en image notre idée de départ. A quelques jours du début de la réalisation, je rassemble encore dans un moodboard des éléments visuels qui me plaisent, et qui dans mon imaginaire, correspondent à ce que j’avais imaginé de Vents Contraires. Tant pis pour les couleurs, les matières, je pense qu’une émotion pourra tout aussi bien être retranscrite grâce à un travail de contrastes, et qu’une lumière parfaitement maitrisée donnera de l’éclat au court-métrage. Après tout, Vents Contraires reste notre aventure !

Adélaïde Michel

Entre une idée et un projet

(CC) Louise Tressens 25/01/2016(CC) Louise Tressens 25/01/2016

Le projet n’a toujours pas de nom fixé au sein de l’équipe mais il prend déjà naissance. Après plusieurs mois de gestation, nous l’avons imaginé ce teaser, nous l’avons pensé, discuté et même porté jusqu’au tournage.

Parmi toutes les idées qui naissent en notre esprit, peu d’entre elles voient vraiment le jour en tant que projet qui réunit plusieurs personnes autour de lui. Larrons et Lardons en est devenu un pour notre groupe et la satisfaction réside surtout dans le bon déroulement des événements.

Pour le moment, nous avons eu une chance inouïe que tout s’imbrique facilement, aussi bien dans les ententes que dans le tournage du teaser qui fût fort productif. Le choix du personnage interprétant le rôle de notre Arthur s’est penché sur Sam, Québécois à l’accent sympathique et incarnant parfaitement la dynamique et la joie de vivre que l’on souhaitait insuffler à ce magazine.
Après tant de mois à mûrir le projet, je trouve cela très réconfortant que le résultat dépasse nos espérances.
Il reste à monter les rushs désormais et nous amuser à rendre le fini propre, graphique et alléchant.
J’ai toute confiance en ce groupe de travailleuses et suis impatiente de pouvoir montrer le teaser à mon entourage.
On the road again …

Louise Tressens