Enlevez votre peau d’âne mon enfant, vous y verrez plus clair!

(c) Manon Sultana

 

Consigne : “Ma problématique : un casse-tête chinois”

 
Une problématique découle souvent de multiples lectures qui guident les diverses compréhensions que l’on peut avoir du film. Mais avant cela, il faut déjà trouver un axe de lecture. Pour ma part je me suis dirigée vers la psychanalyse. C’est pour cela que je suis allée vers Bruno Bettelheim et sa Psychanalyse des contes de fées ou encore Cinq leçons sur la psychanalyse de Sigmund Freud. Le livre de Pierre Péju, La petite fille dans la forêt des contes, m’a montré une vision poétique du conte. Mais le livre qui a le plus intriguée ma conception du film reste Enchantements désenchantés. Les contes queer de Jacques Demy. Ce dernier a changé ma première vision psychanalytique du film avec  le mythe d’Électre ou encore l’inceste. Ce livre est novateur dans l’interprétation des films de Jacques Demy car il en découvre le côté queer, voir camp. Ces mots me sont d’ailleurs  encore difficiles à définir.

 C’est en cela que commence le casse-tête chinois de la construction de ma problématique. Il me faut mettre en adéquation la psychanalyse, le genre du conte et la vision novatrice du monde queer. Ma problématique actuelle est : “En quoi Peau d’Âne de Jacques Demy met en scène une vision novatrice du conte ?” Je ne la trouve pas encore assez pertinente mais l’idée est là. J’aimerais montrer tout ce que Jacques Demy a pu apporter au conte d’un point de vue littéraire, psychanalytique et queer. Ce qui me pose le plus problème reste cette thématique queer car je n’ai lu qu’un seul livre à ce sujet. Il faut que je le définisse par une lecture plus riche et que je voie sa pertinence avec le film.

Manon Sultana

La problématique ce n’est pas automatique

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”.

Depuis que j’ai commencé mon travail de recherche, j’ai pour objectif de traiter du contexte historique du film Easy Rider, c’est-à-dire le mouvement de la contre-culture américaine dans les années soixante. La formulation de ma problématique va me permettre de poser la bonne question à laquelle je vais tâcher de répondre dans mon développement. Ainsi la problématique doit faire ressortir les thèmes principaux que je souhaite traiter dans mon mémoire, c’est-à-dire l’esprit contestataire du film, le mouvement de la contre-culture dans lequel il s’inscrit et enfin l’expression d’une liberté singulière. C’est toute la difficulté d’un travail de rédaction d’un mémoire, la mauvaise formulation d’une problématique peut entraîner un hors-sujet.

Pour le moment l’intitulé de ma problématique est : “Comment Easy Rider, un road-movie contestataire, illustre-t-il le mouvement de la contre-culture américaine dans les années soixante ?” Cependant la plupart du temps, quand je rédige une dissertation, mon développement n’est pas entièrement en cohérence avec ma problématique, je suis donc dans l’obligation de la reformuler lorsque mon travail d’analyse est abouti. Je procède donc de manière inversée. Suis-je comme les personnages principaux de mon film d’étude ? En effet le parcours de Wyatt et Billy est le chemin inversé des pionniers aux États-Unis puisqu’ils partent de la Californie pour se rendre à la Nouvelle-Orléans. Pour en revenir à mon travail de recherche, il est donc possible que l’intitulé de ma problématique, au cours de mon travail de recherche, soit modifié. Nous pouvons donc en conclure qu’une problématique ce n’est vraiment pas automatique !

Delphine Delumeau

 

Dans ma bulle

Sans titre 4
Coline Portet 23/11/15

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”.

Avant d’entamer cette nouvelle année, élaborer mon mémoire me paraissait être un moment enrichissant, excitant et passionnant.  Actuellement “en plein dedans”, je me rends compte que faire mon mémoire est également un moment déroutant. Choisir un axe de recherche, établir une problématique… Tous ces éléments ne sont pas évidents.  Une difficulté en entraînant une autre, c’est un véritable parcours empli d’obstacles qu’il me faut dépasser.

Étant passionnée par mon sujet, j’ai du mal à rester fixée sur un axe en particulier qui délaisserait tous les autres au profit de ce dernier. Pour m’en sortir et réussir à dégager le centre de mon mémoire : ma problématique, il m’a fallu trier, organiser, modifier… pour tout imbriquer. Après avoir listé toutes mes idées dans le désordre en créant une sorte de brainstorming, j’ai ensuite lié les éléments entre eux en utilisant un code couleur : à chaque idée son identité visuelle. Grâce à ce véritable arc-en-ciel, j’ai pu affiner mon sujet en développant et en définissant chaque groupe. Une fois ces éléments reliés, j’ai choisi de donner un titre à chacun de mes groupes afin de définir chaque partie et de pouvoir les mettre dans un autre groupe intéressant et cohérent. La structure de mon mémoire prend forme. J’ai mes idées, mes recherches, mes parties mais toujours pas de problématique. Bloquée à ce stade de mon processus je me suis fait aider par des personnes qui m’entouraient. Leur parler de mon mémoire m’a permis de bien définir le centre de ma recherche et ainsi de faire ressortir les mots-clés qui sont essentiels à la construction de ma problématique. Mélangeant les mots dans tous les sens, il ne me reste plus qu’à trouver la meilleure façon de les lier ensemble.

Coline Portet

Une UNIQUE question

(cc) Camille Nivat (22/11/15)
(cc) Camille Nivat (22/11/15)

 

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”

Un an. Un an à s’informer sur un réalisateur, à étudier, analyser, décortiquer l’un de ses films, Million Dollar Baby. A essayer de déceler les différents sujets abordés. Et le voilà, le mémoire final du Master 2 ! Cela signifie se résoudre à analyser un unique sujet. Mais comment se décider, comment choisir ? J’ai débuté l’année en pensant travailler sur le thème de la culpabilité, et ce, en me focalisant d’avantage sur le personnage de Frankie. Une multitude d’approches se sont présentées à moi : l’angoisse, la perte, la solitude… Mais aucune ne me convenait. C’est alors que plusieurs interrogations m’ont traversé l’esprit. Pourquoi me restreindre à Frankie ? Après tout, le personnage de Maggie ne me parle-t-il pas d’avantage ? C’est ainsi que mon regard a basculé ; je me suis concentrée sur le personnage de Maggie. J’ai alors interrogé l’histoire de cette jeune femme. Qui est-elle ? Que fait-elle ? Et surtout que recherche-t-elle ? J’ai énoncé un sujet général : la Liberté au travers du sport. J’ai sélectionné les séquences qui me semblaient en lien direct avec ce sujet et je les ai analysées. C’est ainsi que le concept de la reconnaissance est apparu et s’est imposé au centre de mon mémoire.

Reste encore à énoncer la problématique ! Une unique question, qui vient porter l’ensemble d’une réflexion. Il est impératif de choisir les termes avec le plus grand soin. Et comment les choisir sans en connaître le sens exact, la profondeur? Il me faut donc poursuivre avec un travail de recherche poussé, visant à définir de manière détaillée le besoin de reconnaissance. Mais en aucun cas il ne faut se détacher de l’objet filmique – Million Dollar Baby – autour duquel tourne la problématique elle-même et l’ensemble de la réflexion qui en découle. Je me suis donc recentrée sur mon film et j’ai observé l’évolution du besoin de reconnaissance de Maggie. Comment se traduit-il ? Par quels moyens Maggie compte-t-elle l’assouvir ? Par qui Maggie souhaite-t-elle être reconnue? Pourquoi ? Et surtout comment cette quête se termine-t-elle ? J’ai alors pu distinguer deux types de reconnaissance. Une première, une reconnaissance sociale qu’elle obtient par la boxe, un sport de spectacle. Le public l’applaudit, clame son nom. Mais cette reconnaissance est-elle véritable ? Suffisante ? Une seconde, de l’ordre de la reconnaissance affective. Maggie souhaite être reconnue par Frankie ; dans un premier temps comme boxeuse, puis comme fille. Dans quelle mesure le second type de reconnaissance présenté prévaut sur le premier ? Il est important d’ajouter que cette quête de reconnaissance aboutit à la mort de Maggie. Alors en quoi ce désir est-il destructeur ? Beaucoup de questions auxquelles il faut répondre…

Camille Nivat

Red is the new black

red-scare-communist-witch-hunt-federal-employee-loyalty-program

Consigne : “Ma problématique : un casse-tête chinois”.

De toutes les étapes du mémoire (recherches, fiches de lecture, analyse de film, rédaction), la recherche et la formulation des hypothèses et de la problématique sont les parties pour lesquelles ma motivation s’intensifie. Mon sujet tourne autour du Maccarthysme et plus particulièrement de la chasse aux communistes à Hollywood. Comme il est d’usage, j’ai tout d’abord commencé par faire des recherches sur le contexte historique : les antécédents de “peur” de l’ennemi intérieur avec l’épisode des Sorcières de Salem, les tensions durant la Guerre Froide, la forte influence des syndicats politiques à Hollywood ainsi que les réalisateurs, scénaristes et films qui ont marqué cette époque (1947-1959).

La difficulté d’aborder cette période réside dans le peu de travaux de recherche analysant ce contexte d’un point de vue cinématographique, beaucoup se fondant sur une analyse historique, ainsi que sur le risque de se perdre dans un sujet très large. J’ai donc essayé par la suite de centrer mes recherches sur le côté artistique : quels effets la chasse aux sorcières a-t-elle eu sur la production Hollywoodienne ? La restriction politique a-t-elle lancé malgré tout un mouvement de création libératrice ? Il me faudra à présent essayer de trouver des réponses à ces questions tout en gardant en tête mon fil rouge, le film Rio Bravo et son réalisateur (républicain et anti-communiste) Howard Hawks .

Marion Souquet