L’effet Godard

karinagodard
(cc) Adélaïde Michel (21/12/2015)

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le montage narratif — expression que j’emploierai ici pour évoquer l’ensemble de ma réflexion, de mes recherches jusqu’à l’écriture de mon mémoire — peut sembler aussi surprenant et décousu que la structure narrative de certains films de Jean-Luc Godard. Dans mon cahier de notes apparaît une accumulation d’idées, un mélange de citations, de mots isolés pourtant évocateurs à mon goût, de références issues de mes lectures et de tournures de phrases griffonnées sur des coins de pages ; le tout se mêle dans ma tête à des extraits de films, à la voix de Ferdinand Griffon, de Jean-Paul Belmondo dans Pierrot le fou qui tourne en boucle comme un fond musical auquel je ne suis que parfois attentive… tout cela est bien déroutant au premier abord. Mais à bien y réfléchir cela l’est moins. Je m’explique.

À lire Godard — ou ceux qui en parlent — nous ne pouvons qu’être frappés par la multitude des interprétations qui sont faites de son œuvre, et par la multitude de thèmes qu’il aborde dans ses films. Alors dans mon mémoire j’évoque à la fois la musique, la publicité, la bande dessinée, les arts populaires, l’anarchisme et l’élitisme. Aragon aimait qualifier de « collages cinématographiques » les films de Godard multipliant références et citations. Moi-même dans mon travail d’écriture je suis en plein « effet Godard », faisant à sa manière un assemblage, ou devrais-je dire une narration en collage.

Adélaïde Michel

Le temps nous est compté

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”.

La date du rendu de mon mémoire approche. Après avoir modifié de nombreuses fois ma problématique ainsi que mon plan, il est temps de commencer la rédaction. Cette course contre le temps me fait penser à un moment de mon film d’étude. Avant de prendre la route, Wyatt lâche sa montre sur le sol et ce geste a une portée symbolique. En jetant sa montre, Wyatt rompt avec la servitude de la temporalité et renonce ainsi à la civilisation. Ainsi, ce film incarne une vision contestataire puisque les deux amis mènent un périple vers une liberté totale sans aucun attachement matériel, contraire au système capitaliste de la société américaine. Cependant, contrairement à Wyatt et Billy, je dois prendre mes responsabilités de chercheuse et le temps m’est compté.

Avant de rédiger et de développer mes trois parties sur les anti-héros, la violence et la liberté singulière du film, je dois rédiger l’introduction. Tout d’abord, j’ai réfléchi à une accroche pour susciter l’intérêt du lecteur et amener le sujet de la contre-culture. Je souhaiterais débuter mon introduction par les paroles de la bande originale du film « Born to be wild » de Steppenwolf, car elles sont en adéquation avec le thème de la contre-culture. Il faut savoir que Easy Rider est un film raconté en musique, c’est une ode composée par les rockeurs des années 1960. Lorsque les deux protagonistes reprennent la route une chanson débute et les paroles sont en lien avec la narration du film.

Delphine Delumeau

Tic Tac Tic Tac Tic Tac…

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

6 semaines. C’est le délai qui nous reste à l’heure de l’écriture de ce billet pour finaliser notre première ébauche de mémoire. Pour débuter l’analyse du film de Scott, je prends le film dans le sens inverse : commencer par la fin avec la voiture qui s’élance dans le canyonset remonter la chronologie afin d’essayer de comprendre comment Thelma et Louise en sont arrivées là. Car il s’agit de la première image qui nous vient à l’esprit lorsqu’on nous parle de ce long métrage. A l’époque de sa sortie, ce dernier avait divisé les spectateurs, plus particulièrement les femmes. En effet, certaines interprétaient le film comme une dénonciation des violences conjugales ou encore des inégalités homme-femme dans le monde du travail. Mais d’autres y voyaient ce vieux fantasme masculin de la femme guerrière et castratrice telle une Wonder Woman avec son lasso.

Et le plan qui a été élaboré tente de répondre à la problématique en trois questions simples : comment, pourquoi et par qui. Le “comment” se concentre sur le genre du film à savoir le road movie, qui est un paradigme du genre. Ensuite, le “pourquoi” se concentre sur le mouvement du féminisme à travers son histoire aux États-Unis et son évolution en reprenant la situation de 1991, pour la confronter à notre époque, et en déduire si l’histoire serait toujours la même. Enfin, la dernière partie concerne le réalisateur Ridley Scott, sa vision des femmes au cinéma, mais également sa position sur l’existentialisme. Maintenant que tout ceci a été mis en place il ne reste plus qu’à rédiger, tout en espérant de ne pas faire fausse route et basculer vers le côté obscur du hors-sujet …

Vincent Duquennoy

Assemblage

10151092_10208163086657186_779865776_n
(cc) Camille Coquereau (20/12/2015)

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif.”

La rédaction du mémoire, c’est cet instant où toutes les idées éparpillées doivent se rejoindre. Réussir à les faire se relier entre elles, de façon linéaire et fluide, n’est pas chose facile. Le plan est là, comprenant ses grands titres et ses sous-parties. A l’intérieur de chacune d’elles, les analyses, idées, exemples à développer sont présents sous formes de tirets. Il faut prendre chacune de ces parties, les développer et les soigner puis réussir la transition avec la suivante. L’introduction et la conclusion entourent le propos, deux parties qui renvoient l’une à l’autre en miroir. La première pose les questions, la seconde est censée y répondre. Pour le développement, je cherche les mots justes, mais simples, pour passer d’une idée à l’autre et rendre mon propos aussi fluide que je voudrais qu’il soit.

Pour la rédaction de ce mémoire, je suis l’ordre du développement. Une fois le plan détaillé terminé, avec toutes les références, exemples, analyses et idées inclus dans chaque partie, je commence l’écriture. Tout d’abord la première partie. Puis la seconde, puis la troisième. L’introduction et la conclusion viendront à la fin, lorsque tout mon développement sera réellement posé. J’écris tout, comme les phrases me viennent. Une fois cela fait, la partie plus précise et périlleuse commence et je repars du début pour peaufiner, modifier certaines phrases, ajouter des références ou accentuer l’analyse. Ce travail de collage entre partie donne naissance à mon mémoire, supposé linéaire.

Camille Coquereau

Un plan mené à la baguette !

(cc) Maelys Gosset 17/12/2015
(cc) Maelys Gosset 17/12/2015

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif.”

Après une longue et fructueuse recherche autour du mythe présidentiel et de la place du Président dans l’imaginaire et dans la société américaine, l’étape de l’élaboration du plan a été cruciale. En effet, alors que j’avais en ma possession de nombreuses informations, l’heure était à la sélection et à l’organisation de mes arguments. Le plus dur étant pour moi de mettre de côté ma tendance à me disperser dans mes idées et à me laisser emporter par mon enthousiasme de livrer tout ce que j’avais pu découvrir !

Comme un puzzle, il m’a fallu agencer différentes pièces pour harmoniser ma réflexion afin que chaque partie et chaque argument viennent nourrir ma thématique et ainsi proposer un angle original et pertinent. Néanmoins, toutes les informations recueillies m’ont détachée de mon film. Ainsi, je me suis rendue compte que je me perdais peu à peu, et me laissais aller de digressions en digressions. Le nombre de caractères imparti m’a permis de recadrer mon travail, de me concentrer sur l’essentiel. Je me suis donc astreinte à rester focalisée sur le lien entre mes idées et le film. Le mot d’ordre était donc : discipline !

Maelys GOSSET