De la morale à la punition

 

(CC) Louise Tressens 20/11/2015
(CC) Louise Tressens 20/11/2015

 

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois ».

Cette recherche de problématique, visant à soulever différentes interrogations à propos de notre film, se concrétise depuis la rédaction du Travail Préparatoire à la Recherche de M1.

J’ai tout d’abord choisi de mettre en question la morale inexistante du personnage principal, Malik El Djebena, qui s’émancipe de cette punition carcérale grâce à une violence insoupçonnable. La domination et le contrôle qu’il acquiert sur son sort et sur les autres tout au long du film suscitent effectivement des interrogations de la part du spectateur quant à la morale finale de l’œuvre. Faire d’un criminel le héros victorieux d’une épopée carcérale bouleverse les règles tacites qui consistent à punir les « méchants ».
J’ai ensuite décidé de soulever le problème du fondement même de la punition avec des thèses antagonistes traitant de la punition. Malgré l’appui de lectures diverses et indispensables à la rédaction d’un mémoire, je me suis aperçue que m’interroger sur le bien-fondé et l’efficacité de la peine carcérale relevait davantage d’un travail sociologique.

Ma récente problématique vise donc à exposer ces deux thématiques que le film Un Prophète soulève : l’émancipation d’un personnage ultra-violent pourtant enfermé et les raisons qui justifient ou réfutent la privation de liberté. Je suis donc parvenue à cette question provisoire :
Si l’unique liberté accessible aux prisonniers réside dans l’interdit, comment Malik El Djebena s’émancipe-t-il du joug de l’enfermement carcéral ?

Louise Tressens

Quand le noir devient or

(cc) Julie.T
(cc) Julie.T

Consigne :  « Ma problématique, un casse-tête chinois »

Il y a un an, le choix de Blade Runner de Ridley Scott a été motivé par un questionnement personnel et somme toute un peu inconscient : qu’est-ce que l’homme ? Le film dérangeait par sa capacité à nous mettre en face de robots, les répliquants, par moment plus humains que les habitants du Los Angeles de 2019. Au travers du travail préparatoire de recherche, j’ai surtout posé la question de la liberté de création vis-à-vis du combat du réalisateur tout au long du processus de création, qui s’est seulement achevé en 2007 avec une Final Cut officielle. Dans le prolongement de ce travail, ma première problématique a été la liberté de création que prend l’Homme sur la nature. Cette liberté de création passe par l’industrialisation totale de la planète et la création d’une vie robotique. Le personnage de Tyrell incarne parfaitement ce sentiment de toute puissance que l’homme pense avoir sur la nature En effet, ce dernier crée son image en tout point alors que jusqu’à présent seul Dieu pouvait le faire. A la réflexion, cette problématique m’entraînait sur les chemins de la religion. Or, le sentiment de passer à côté de ce qui était l’essence du film devenait oppressant. Je suis revenue alors sur ce qui avait motivé mon choix, la question de l’humanité et des robots.

Le casse-tête a débuté quand il m’a fallu déterminer comment j’allais m’y prendre. Les pistes de recherches se sont éclairées : la robotique, l’intelligence artificielle, l’homme, la pensée, pour ne donner que les grands thèmes. Toutefois, il me manquait mon angle d’attaque. Blade Runner est un film emprunt de nostalgie d’une humanité perdue où le poids de la ville et du temps font peser une ambiance morbide et aliénée. La vision de l’humanité y est noire et sans illusion ou mensonge. Pourtant, je ne cessais de voir dans les répliquants, mis en opposition avec l’homme, la piste de ce qu’avait perdu cette humanité : l’envie de vivre et de ressentir des émotions aussi diverses que la peur et l’amour. L’opposition de l’homme et du robot, donné presque comme son égal dans le film, révélait les motifs essentiels que l’homme perdait dans l’aliénation de la ville, de la technique et de son sentiment de supériorité.  Loin de voir une promesse noire, je voyais dans Blade Runner une anticipation fictionnelle propre à nous mettre en garde. Si nous regardons bien le film, il nous questionne sur nous-même et l’on ressort pris de l’envie de retrouver cet appétit de vivre, appétit conscient ou non. Finalement, je me suis rendue compte que je souhaitais proposer une définition de l’homme en utilisant un axe positif. Comment justifier ce positivisme ? Je remercie alors Sophocle et ses trois paradigmes : l’homme, l’animal et la machine.

Julie T.

Virilité rime avec féminité

Alix Grinsell 22/10/15
Xila  22/10/15

Consigne : « Mes personnages et moi »

Quand je pense à Bonnie and Clyde je ressens un sentiment d’admiration envers Bonnie Parker. C’est pour cela que je vais m’attarder non pas sur mes personnages mais sur mon personnage. Cette véritable beauté ne se laisse pas traiter au même niveau que les autres femmes du film, mais comme une femme enfant, un objet fragile que l’on doit surprotéger. Bonnie tient les armes donc les rênes et participe activement aux prises de décisions du gang des Barrow. De plus, lorsqu’on pense à la protagoniste il est impossible de ne pas parler de son goût du risque et de l’aventure. C’est sur ce point que je m’identifie à elle. J’envie son road trip et le fait qu’elle ne soit pas consciente ou qu’elle se sente au-dessus des lois.  Rien ne lui fait peur, rien ne l’arrête, elle profite et vit tout simplement.

Cette héroïne virilise la féminité et féminise la virilité ce qui correspond à mes attentes et à ma manière de voir les choses. Dans ce film, pour l’une des premières fois au cinéma, Bonnie est une femme de pouvoir autant que son conjoint, Clyde. Ils sont sur un pied d’égalité. Je comprends son besoin de liberté, j’ai moi aussi éprouvé un sentiment de liberté lors de mon road-trip en Asie du Sud-Est. Enfin je n’avais plus d’obligations ni de contraintes, mon unique but était de vivre, d’avancer, découvrir et rencontrer. Bonnie, tout comme moi, est à la recherche d’une vie palpitante.

Xila

Malik El Djebena, son immoralité, mes interrogations

(CC) Louise Tressens (26/10/2015)
(CC) Louise Tressens (26/10/2015)

Consigne : « Mes personnages et moi »

Le long-métrage Un Prophète nous donne à voir un florilège de personnages qui gravitent en prison. Tous apportent profondeur et dramaturgie au récit mais il en est un qui suscite mon interrogation. Malik el Djebena, personnage principal du film, n’a ni le physique d’un « caïd » ni son aplomb, lorsqu’il est incarcéré en Centrale.

Je suis de ces spectatrices qui vivent le scénario différemment selon l’affect qu’elles entretiennent avec le personnage principal. Si ma première réaction fut d’abord proche de l’empathie envers Malik, qui se voit forcé à tuer pour obtenir la protection des Corses, son évolution sur l’échelle du crime tout au long du récit crée des ressentiments franchement moins positifs. Notre société judéo-chrétienne nous a appris que les méchants doivent être punis, dans la vie comme dans les films. Malik, lui, se sert de cette punition pour créer sa propre éducation. Analphabète, il sortira bilingue franco-corse. Faible, il sortira violent. SDF, il sortira riche. Sa position de baron de la drogue, Malik n’aurait jamais pu l’acquérir sans la prison. Mais le plus perturbant, c’est que les spectateurs, y compris moi, ne pouvons nous positionner quant à la morale de ce personnage.

Tandis qu’il agit de manière sanglante, ses actions sont presque justifiées par les sévices qu’il a subis auparavant et on ne peut catégoriquement lui souhaiter d’échouer ou de mourir. Il reste, malgré ses actes ultra-violents, le personnage que j’ai aimé voir prendre le dessus sur sa vie.

Louise Tressens

Peau d’Âne et Peau de Manon

la fille et le père

Consigne : « Mes personnages & moi »

Dans le titre du film tout est dit : Peau d’Âne. Le personnage principal est cette jeune fille/femme sans prénom. Ce qui est le cas de tous les personnages d’ailleurs : le roi, la reine, le prince, la fée, etc. Il m’est difficile de parler du personnage sans parler de Catherine Deneuve, mais je vais les dissocier.

Peau d’âne m’impressionne par son féminisme et sa détermination. J’aime sa manière d’évoluer. Au départ elle n’arrive pas à prendre une décision mais, sous les conseils de la fée, elle part du château. Au fur et à mesure de l’histoire, elle prend en main son destin. En effet, elle décide de mettre la bague dans le gâteau afin que le prince la retrouve. Ce geste me touche car il met en avant le personnage féminin. Et je pense m’identifier à elle dans sa quête initiatique : l’évolution de sa maturité, sa prise de décision et l’acquisition de sa confiance en elle.

Quand j’ai vu le film étant enfant je voyais de belles robes, un âne et un perroquet qui parle. Mais aujourd’hui je remarque une femme enfant que son père demande en mariage. Et je dois dire que sa relation avec lui me perturbe. Le complexe d’Électre qui s’énonce tout au long du film est intrigant. Le roi souhaite épouser sa fille et cette dernière l’aime beaucoup, mais jusqu’à quel point ? Je ressens une forme de rejet envers cette relation ambiguë père/fille. L’inceste était et reste un sujet tabou, ici incarné par la peau d’âne.  

Manon Sultana