« Who was Tom Doniphon ? »

doniphon 3
(cc) Camille Coquereau (23/10/2015)

Consigne : « Mes personnages & moi »

L’homme qui tua Liberty Valance, c’est Ransom Stoddard. Ou peut être Tom Doniphon, on ne sait pas très bien. Toujours est-il que Liberty Valance sera tué par l’un des deux. Entre Stoddard et Doniphon, je ne sais qui choisir, à l’image d’Hallie dont le cœur balance entre les deux. Le premier vient de l’Est et ne comprend pas que la violence puisse être la seule solution pour régler un conflit. Le second est un cowboy, persuadé qu’un homme doit être fort et pour qui le colt est synonyme de résolution de problèmes. Finalement, le héros, c’est lui.

Comment le cerner, le grand Doniphon ? Lors de sa première apparition, il est figuré par un cercueil. J’apprends alors, larme à l’œil, qu’il est mort. L’histoire qui va suivre est la sienne. Imposant par sa carrure de cowboy, main vissée au pistolet qu’il porte à la ceinture à tout instant, je le crains un peu, tout de même. La force est sa manière de répondre aux violences et il est considéré comme plus fort que l’homme le plus dangereux du pays. Paradoxalement, une forme d’admiration naît chez moi à son égard. Derrière cette force ce cache l’amour qu’il porte pour Hallie. Celle-ci lui préférant l’homme de l’Est, mon cœur se brise alors en même temps que le sien. Trop d’époques nous séparent, rendant l’identification impossible. Néanmoins, l’humanité de cet homme dur au cœur brisé m’atteint et le rend alors totalement fascinant.

Camille Coquereau

Serais-je une répliquante ?

Consigne : « Mes personnages & moi »

Réplicant : un androïde en tout point similaire à l’homme à ceci près qu’il ne ressent aucune émotion …

Les personnages principaux de Blade Runner de Riddley Scott sont tous des réplicants : Roy Batty, Pris, Zhor , Rachael et peut-être Deckard (la question reste en suspens même si le réalisateur s’est prononcé)… Malgré des scènes intenses avec chacun des personnages : la mort de Roy, les doutes de Rachael ; je ne m’identifie à aucun des personnages. Ils me parlent par la remise en question de leur identité, de leur existence. Aucun ne me rebute ou me fascine. Ils ne sont que des clés pour appréhender le sujet de l’histoire.

La mise en scène et le montage mettent le spectateur dans un état de contemplation. C’est ainsi que nous percevons les personnages : nous contemplons leur vie et leurs doutes. Le film n’en est pas moins fort, il n’utilise simplement pas l’attachement et l’identification au personnage, mais plutôt une esthétique particulière.

Julie T.

Lincoln, le tout-puissant

Consigne : « Mes personnages & moi »

Lincoln est un biopic réalisé par Steven Spielberg, sorti en 2012. Le 16ème président des États-Unis est donc le personnage principal. Daniel Day-Lewis interprète dans cette œuvre une figure emblématique de la mémoire collective américaine. En effet, Abraham Lincoln tient une place particulière dans le cœur des Américains puisqu’il incarne le défenseur de la liberté des Hommes par excellence. Plus que tous les autres Présidents américains, il est une figure mythique de l’hégémonie de la puissance des États-Unis en faisant adopter à la Chambre des Représentants le 13ème amendement abolissant ainsi l’esclavage.

Steven Spielberg, par des choix de mise en scène et une esthétique travaillée,  nous présente un Lincoln puissant, autoritaire et même divin ce qui entre en dissonance avec son propos humaniste : celui de la liberté et de l’égalité des Hommes. Spielberg renoue ici avec la tradition du cinéma des années Reagan de reviriliser l’Amérique en construisant un Président puissant doté de tous les pouvoirs qui se justifie par une bienveillance exacerbée. Le cinéma comme médium de communication internationale bénéficie d’un certain pouvoir de persuasion diffusant une idéologie qui prône le culte de la personnalité, de sa puissance, à travers l’image emblématique du Président. Mon Président, ce héros ! Aucune opposition, aucun allié pour le seconder, Lincoln est seul usant de son pouvoir, contournant la loi. Le roi de l’entertainment nous plonge au cœur de la Maison Blanche dans une  exaltation du leader politique américain. Ce qui semble inédit puisque Lincoln se présente comme un Président autoritaire remettant en cause le principe même de la Démocratie. Alors que j’avais une réelle admiration pour le personnage avant de me plonger dans l’analyse de cette œuvre de Steven Spielberg, il me paraît maintenant plus cruel que jamais !

Maelys GOSSET

Born to be wild

Easy Rider de Dennis Hopper
Easy Rider de Dennis Hopper

Consigne : « Mes personnages & moi »

Passionnée par le genre du road-movie, j’ai choisi d’étudier Easy Rider car c’est pour moi le film le plus représentatif du thème de la liberté. Je suis fascinée par le périple routier de ces deux motards voyageant dans le sud des États-Unis. Wyatt et Billy expriment la révolte et la soif de liberté mais s’attirent la haine des médiocres et des conformistes parce qu’ils sont différents. Ainsi ils sont perçus comme des marginaux incapables de s’intégrer à la société américaine des années 1960.

Je ne peux pas dire que je m’identifie totalement à ces deux amis, cependant nous avons quelques points communs – notamment au niveau de l’apparence. Mon style vestimentaire s’inspire un peu du leur, mon vêtement fétiche est un blouson en cuir noir similaire à celui de Wyatt et j’aime beaucoup porter des chapeaux à toutes les saisons comme Billy qui ne quitte jamais le sien. Tout comme eux j’ai soif d’aventure et j’accorde beaucoup d’importance à mes amis : c’est principalement pour ces raisons que je me sens presque proche d’eux.

Delphine Delumeau