Sciences Infuses, version 2.0 ou 0.1 ?

dernierbillet

Aujourd’hui Sciences Infuses en est à sa cinquième version. Le dossier s’est précisé et affiné tant sur le fond que sur la forme. Julien, notre “caution scientifique” du projet, nous a livré une première ébauche qui nous servira pour l’écriture de notre pilote : un article complet sur l’encodage de données dans l’ADN… tout en anglais ! En effet, l’anglais est la langue première utilisée pour le travail des chercheurs, et Julien n’échappe pas à cette règle. Par chance, la traduction ne fut pas si compliquée que cela…

Et c’est bien plus qu’une simple explication que l’article se propose de donner. Non seulement il vulgarise tout en respectant les codes des articles scientifiques mais en plus il livre des exemples très ludiques et originaux nous permettant de faire travailler notre imagination et d’ouvrir des perspectives. Grâce à cet article, un premier travail d’écriture a été réalisé. Nous avons dès à présent des pistes plus précises pour nous lancer dans l’écriture de notre pilote et pour accompagner notre futur scénariste.

Fanny G.

Un projet qui en restera un

Sciences Infuses partait d’une belle idée : l’envie de vulgariser la science, de l’aborder avec humour tout en conservant le sérieux des propos. Nous en avons beaucoup discuté, et même débattu pourrait-on dire. Le projet a considérablement évolué en quelques mois. Nous avons matérialisé l’idée de départ à travers un dossier construit et détaillé. La réalisation de ce document nous a permis de nous renseigner sur ce qui existait déjà en terme d’émissions scientifiques, de cibler le public correspondant à notre idée et d’imaginer très précisément quel serait l’univers de la série. Cela nous a également donné l’opportunité de prendre contact avec un chercheur qui aurait pu devenir notre caution scientifique pour ce travail.

Malheureusement, ce projet ne se réalisera probablement pas. Du moins, il ne sera pas réalisé dans le cadre actuel (universitaire), ni avec l’équipe actuelle. Nous sommes en effet sur le point d’achever notre année scolaire ainsi que notre formation, sans avoir eu le temps de  concrétiser le projet. Sciences infuses restera donc de belles idées couchées sur du papier, dossier classé sur un disque dur. C’est un peu décevant pour nous de n’avoir pas pu mener ce projet jusqu’à son aboutissement. Mais peut-être que Fanny, la porteuse principale du projet, décidera plus tard, avec des moyens plus important qu’aujourd’hui, de ressortir le projet du tiroir et de passer à l’action. Car après tout, c’est avec des projets d’étudiants que l’on peut parfois lancer une belle carrière.

Elodie Chalumeau

A la croisée des projets

Notre projet est né d’une rencontre, celle d’Anouk. Son métier de professeur d’arts plastiques dans une école internationale nous a tout de suite inspiré. Nous avons donc monté un dossier artistique afin de pouvoir donner le jour à notre projet. Malgré nos efforts et nos lettres de demandes nous n’avons pas réussi à entrer dans cette école. Aujourd’hui le projet est en pause car nous n’avons plus aucunes nouvelles d’Anouk. Nous avons finalement décidé de laisser le projet de côté pour le moment. Puis nous avons réfléchi un certain temps à comment surmonter ce problème.

De nos discussions a découlé la recherche de nouveaux organismes qui initient les enfants à l’art. Ce qui nous a amené à contacter plusieurs structures sur Bordeaux, cependant les ateliers qu’elles proposaient ne correspondaient pas à nos attentes. Après quelques semaines de passage à vide nous avons fini par rebondir. Nous avons trouvé par le biais d’une amie, une association qui accompagne des adolescents de quartiers défavorisés. Cette association travaille en partenariat avec la mairie de la ville de Marseille. Elle propose aux jeunes de nombreuses activités pendant les vacances et les weekends. Ces activités sont aussi bien sportives que culturelles. Notre sujet initial sur la transmission de l’art à donc totalement été abandonné en faveur d’un questionnement sur la place de la jeunesse dans notre société.

 A. D

Nouveau départ

Avant d’entamer la rédaction de ce dernier billet qui se veut récapitulatif, j’ai relu le billet précédent. J’annonce très clairement dans ce dernier l’avancée de notre projet et les actions à suivre. Après notre rencontre avec Anouk, nous étions sûrs de nous : la mise en route du projet était amorcée positivement. Nous avons donc tenté de rencontrer le directeur de l’école afin de présenter nos intentions et d’obtenir l’autorisation de tourner. Quelques semaines d’attentes et toujours rien. «Ça viendra, nous disions nous». Finalement, nous n’avons jamais obtenu de réponse.
Face au silence d’Anouk, notre seul contact avec l’école, nous nous sommes rendus à l’évidence : il fallait abandonner l’idée de tourner en ces lieux.

Très déçus, nous pensions que notre idée tombait totalement à l’eau. Ce n’est qu’après quelques semaines de discussion que nous avons décidé de donner à notre projet une nouvelle direction. Nous avons assisté à un atelier artistique à la maison de quartier « Union Saint-Bruno ». Le thème était le même mais la manière divergeait totalement de notre idée première. Nos recherches se sont alors dirigées vers une association accueillant les jeunes issus de quartiers défavorisés en leur proposant diverses activités. La notion de culture s’entremêle à la transmission d’une discipline et nous tenterons de tourner nos premières images prochainement. Finalement, le premier échec nous a permis de nous orienter vers un sujet qui nous touche et nous intéresse. Comme quoi parfois, d’une déception peut naître une idée.

Emilie D.

Projet sans fin

Notre incapacité à réaliser notre projet initial, conduit l’équipe du projet à se remettre en question. En effet, j’ai dû annoncer aux membres de mon groupe que je n’avais toujours pas de nouvelles de l’école où nous souhaitions tourner. De là, en accord avec tous les membres du groupe, nous avons dû abandonner le projet, malgré nous. Dès lors, les premiers regrets se font ressentir. Nous avions pourtant, selon nous, un sujet captivant abordant l’éducation, l’art et le multiculturalisme. Dans une école atypique avec des élèves internationaux, notre sujet était d’étudier la transmission du savoir entre l’enseignant et l’élève. Pour cela, nous avions imaginé suivre une classe d’arts plastiques. L’art comme langue universel dans une classe multiculturelle.

Après cette déception, très vite, nous avons décidé de réfléchir à de nouveaux projets. Ce projet, cette école, n’est pas une fin en soi, mais un commencement. En réfléchissant, les mêmes thématiques revenaient dans nos discussions : savoir, transmission, éducation, atypique, multiculturalisme. Dès lors, nous sommes répartis dans une nouvelle recherche. Cette fois-ci, je me suis dit qu’il ne fallait pas penser absolument à l’objet final : c’est-à-dire le documentaire. Pour l’heure, notre priorité, c’est de rencontrer des associations et des lieux atypiques d’enseignements. Puis, en découleront les échanges, les rencontres, les idées, qui nous permettrons de mieux connaitre notre sujet. Ainsi, après cette phase, cela nous permettra dans un avenir proche de peaufiner l’objet audiovisuel que nous souhaitons créer.

Najib Mabchour.