Parcours d’un scénario

Depuis le dernier billet, nous avons réalisé le dossier artistique de Parcours. Nous avons ensuite soumis à la lecture, ce dossier artistique à un notre groupe pour qu’il nous en fasse la critique. Leurs retours ont été très constructifs. Globalement, le dossier était bien construit mais il fallait revoir un peu le scénario. En effet, ces lecteurs regrettaient un peu de ne pas assez rentrer dans le conflit des deux sœurs. Nous étions restés à un niveau trop superficiel alors que ce conflit est pourtant l’élément central de cette histoire. De plus, ces lecteurs n’ont pas compris ce que les sœurs savaient du père biologique d’Emilie et remettaient également en cause la pertinence du grand-père dans l’histoire.

Au vu de toutes ses remarques, il était clair pour nous que le scénario devait être retravaillé en profondeur. Nous travaillons donc actuellement sur une nouvelle version de ce scénario. Tout est repris, chaque scène, chaque personnage et chaque élément est remis en question pour savoir s’ils sont pertinents quant à l’avancée de l’histoire. Par exemple, le personnage du grand-père est amené à disparaitre, ce qui engendre des conséquences sur le scénario puisqu’il annonce à Emilie que son père n’était pas son père biologique. Il faut alors trouver une autre façon d’amener cet événement dans le scénario. Tout est chamboulé mais pas de tournage sans un scénario abouti. C’est pour cette raison que nous n’hésitons pas à travailler et retravailler sur ce dernier pour aboutir à une version complète afin de pouvoir envisager le tournage… fin 2015 ?

Laëtitia

On touche au but…

Je nous revois, il y a quelques mois, face à ce scénario que j’avais écrit. Des premières incohérences pointées du doigt par le regard extérieur de mes collègues à l’aboutissement d’un scénario plus crédible. Et puis, il y a eu la confrontation de ce nouveau travail aux autres groupes de la classe. Encore une fois, des problèmes ont été soulevés et la phase de réécriture a été plus longue cette fois-ci, notamment en ce qui concernait les notes d’intention et de réalisation. De fil en aiguille, le scénario s’est ficelé pour évacuer toutes les parties non nécessaires à la compréhension de l’histoire, et pour ajouter des moments plus intéressants narrativement parlant. Le nombre important d’opinions que nous avons pu avoir sur ce projet nous aura permis d’avancer de manière impressionnante.

Aujourd’hui, la dernière phase d’écriture est en cours. Ce dernier mois de cours nous sera utile pour mettre au point les derniers dialogues, avant de commencer à mettre en place un planning de tournage en fonction de nos stages respectifs et des personnes souhaitant participer au tournage. Pour le moment, la pré-production est prévue pour cet été afin de réaliser Parcours en septembre. Un autre problème qui nous taraude depuis le début du projet devra aussi être réglé : trouver un titre mieux adapté à ce court-métrage…

Tiphaine Robion

Supprimer pour éclairer

Après que nous ayons eu des retours sur la première version du dossier artistique de Parcours, il s’est avéré que le scénario, bien qu’ayant été jugé intéressant, manquait de cohérence et de précision. Nous sommes limités par le format du film, nous devons donc aller au plus clair. Nous devons penser ce scénario pour le court-métrage, car il n’y a pas de place pour des éléments « accessoires ». Nous avons donc travaillé pour savoir comment nous pouvions, d’une part, simplifier le scénario et, de l’autre, mieux caractériser les personnages. Le but est de toujours rester sur le même axe, de continuer de faire avancer le scénario dans ce sujet de complexité familiale.

Nous avons commencé par supprimer un personnage : le grand-père. En effet, ce personnage n’était pas assez caractérisé. Plutôt que de chercher à le développer, nous nous sommes rendu compte qu’il n’était pas indispensable au cheminement de l’histoire. En effet, nous l’avions introduit pour servir de moyen pour les jeunes filles de découvrir l’adresse du père biologique. En introduisant cette information directement dans la découverte des lettres de la mère, le grand-père n’a plus besoin d’apparaître. Ceci permet de se focaliser sur les deux sœurs et sur la façon dont elles gèrent ensemble cette nouvelle pour le moins troublante. Nous procédons ainsi pour chaque scène, en définissant leur but, afin d’éventuellement les réécrire. De cette manière nous comptons rendre le scénario plus intelligible.

Sylvestre

Sciences Infuses : projet ou concrétisation?

Au départ Sciences Infuses était un projet destiné à la télévision. Fanny avait imaginé un programme tel un magazine scientifique avec un ton “comique” et ludique. Après nous avoir présenté le projet, il nous est paru évident que ce magazine s’adressé à un public de “jeunes” adultes, pour lequel il était nécessaire d’adapter notre moyen de diffusion. De là, nous avons décidé de développer notre série en webzine : un magazine diffusé sur le web. Avec cette idée de webzine, nous avons du ajuster le programme aux plateformes de diffusion envisageables et au format qui nous paraissait le plus convainquant. Ainsi notre programme s’est transformé en une série d’épisodes de 7 minutes, chacun abordant une invention ou une innovation scientifique actuelle. L’important pour nous était d’exposer de découvertes scientifiques réelles et les conséquences que cela pouvait engendrer, en les présentant de manière rigoureuse et ludique.

Après avoir développé notre concept et son contenu, nous voulions réaliser un pilote. Tout d’abord nous avons choisi le sujet puis, nous avons demandé de l’aide à un scientifique pour vulgariser les concepts de la découverte que nous voulions présenter. A partir de ce moment un problème s’est posé : comment écrire notre pilote. Nous ne sommes pas auteur et nous ne nous sentions pas capable de rédiger ce pilote. En définitive, nous nous retrouvons dans un cas de figure où nous devons nous même trouver un auteur et c’est peut être en cela que le programme est intéressant. Au final je reste convaincu de la qualité de ce projet auquel il ne manque de pas grand chose pour être concrétisé.

Lisa Delpech.

Une science exacte ou presque

De nombreuses différences sont à noter durant l’évolution de ce dossier. Tout d’abord nous avons choisi de mieux s’organiser pour être plus efficace. Ainsi il était plus intéressant de voir le progrès dans nos recherches respectives, pour ma part j’avais plus de facilité avec les chiffres. J’ai donc étais bien plus utile lorsqu’il s’agissait de chiffrer, budgétiser, évaluer les ressources nécessaires. Ceci est pratique comme fonctionnement car chacune avait sa propre tâche et cela nous permettait d’avancer tout en conservant l’aspect du travail d’équipe.

Notre manière de fonctionner ? Une fois les rôles répartis, nous nous retrouvions en classe pour en parler, analyser et comprendre ensemble le travail effectué. Ce qui nous permettait de faire le point et de savoir régulièrement où nous en étions. Combiner notre travail pour l’étudier ensemble par la suite a permis une réelle avancée qui convenait à tout le groupe. Ainsi le magazine audiovisuel est construit sur des bases solides qui permettent de mener le projet à bien si ce dernier voit le jour.

Soline Testard