« Par la soif, on apprend l’eau. »

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Le choix d’un sujet et les thématiques abordées dans un mémoire de recherche nous semblent, au départ, assez clairs. Il en résulte une envie de mieux connaître un sujet qui nous touche dans notre for intellectuel. Néanmoins, le choix d’une problématique lors d’un mémoire de recherche filmique paraît beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Cette étape doit nous conduire à nous questionner sur un point en particulier du sujet. L’esprit peut alors se brouiller et les choses se compliquer. Dans mon cas, mon choix d’étude s’est porté sur l’ambiguïté du message délivré par le cinéaste : en quoi la figure du poète et sa relation à la société, imagées par le cinéaste Guru Dutt, dans un film divertissant, peut-elle fournir une lecture politique de l’Inde post-indépendante ? J’ai choisi cette problématique étant donné que la question de la lecture politique d’une société à travers le cinéma me semble d’actualité et pertinente. Elle m’emmène à étudier plusieurs axes de recherches. Ceci, tout en développant mon étude au travers d’un croisement des arts : cinéma, poésie, littérature et politique.

Cette problématique est née après une première étude du film « L’Assoiffé ». Tout à commencé, en première année de master où j’ai entrepris un travail d’analyse filmique. J’ai dégagé plusieurs thématiques qui m’ont interpellé : la figure du poète, le portrait de l’Inde post-indépendante et l’esthétisme du film. Dès lors, mon objectif fut de mieux cerner le travail personnel du cinéaste : quel message souhaite-t-il délivrer ? Comment arrive-t-il à dresser un portrait de la société dans laquelle il vit ? Le paradoxe était de trouver un film divertissant voulu comme  apolitique, tout en nous laissant entre apercevoir une lecture politique.

Najib MABCHOUR

Guerre créatrice ?

Buffle africain
Buffle africain

Et si les contours se dessinaient ? Après avoir complexifié ma pensée au point de ne plus rien comprendre du tout et avoir proposé une problématique du type : « La guerre fournit-elle le terreau nécessaire à l’édification d’une civilisation nouvelle avec ses propres mythes et restrictions morales ? « , la clarification pointe son nez.
Cette proposition pleine de redondance m’a tout de même amené à une question. De tout temps, les guerres ont marqué l’histoire de l’homme et notre civilisation s’est toujours écrite dans le sang. Pourquoi ? Le lien entre la violence et la nature humaine est indéniable et déjà maintes fois exploré. Qu’est-ce que nous ont amené ces guerres ? Il semblerait qu’elles aient souvent été cause d’émancipation sociale (augmentation des salaires de la classe ouvrière durant la Seconde Guerre mondiale) ou économique (les Trentes Glorieuses à peu près partout en occident). C’est donc le caractère non pas inhérent à l’être humain mais bien nécessaire à la civilisation de la guerre qui est posé. La guerre est-elle créatrice ? La guerre est-elle le seul moyen que l’homme a pour avancer ?

Je suis gêné par cette question qui en fait me taraudait depuis longtemps depuis les premiers travaux autour d’Apocalypse Now, sans pouvoir mettre de mots dessus. Je n’avais pas pris conscience de sa clarté et me poser cette question me dérange. Elle compromet par un paradoxe évident ma vision humaniste et progressiste du monde. L’humaniste ne cherche pas de bouc émissaire, il cherche l’union, le progressiste, cherche évidemment le progrès social. L’un appellerait au pacifisme, l’autre à la guerre. C’est une vision du monde extrêmement pessimiste que nous propose Coppola. Une vision appuyée par les mythes, par l’historie des civilisations et par des recherches ethnologiques qui semblent conséquentes en vue de mes premières pistes. Apocalypse Now n’est bien-sûr pas une preuve, c’est une question. Mais qu’est-ce qui ronge le colonel Kurtz au fond? C’est justement une question.

 

Jonathan Rochier

Une problématique, c’est problématique…

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Contrairement à ce que j’imaginais, la recherche de la problématique du mémoire est pour le moment le travail qui m’a donné le plus de fil à retordre. En accord avec mon directeur de mémoire, j’ai choisi d’axer ma problématique sur la manière dont Mike, le protagoniste de Deep End, cherche à trouver sa place entre normalité et perversité du monde qui l’entoure. Le plan qui en découle alterne entre analyse de la mise en scène des corps, la quête du désir et la violence latente du film. Après des heures de réflexion intense, j’ai enfin trouvé mon objet d’étude ! Quel soulagement. Je pensais donc pouvoir trouver une problématique résultant de ces recherches. Facile à dire…

En me heurtant à ce nouveau problème, j’ai essayé de recouper toutes les parties de mon plan pour voir ce qui pouvait en ressortir. Les thèmes, je les ai, mais comment les regrouper en une problématique viable ? Comment ne pas insinuer la réponse à ma question dans l’énoncé même du problème ? Ce n’est pas si évident. Pour l’instant, ma problématique est bloquée sur la formulation suivante : Comment Mike essaie-t-il de trouver sa place entre normalité et perversité du monde adulte ? J’ai bien conscience que cette problématique est pour le moment bancale et ne prend pas en compte toutes les parties de mon plan. Afin d’avancer sur ce problème, je vais continuer à mettre au point mon plan détaillé pour qu’il soit parfait, que je puisse enfin me concentrer sur la problématique et commencer la rédaction du mémoire au plus vite.

Tiphaine Robion