Parcours vers un dossier artistique

Depuis le mois dernier nous avons bien avancé. Le scénario de Parcours a été retravaillé en profondeur. A la lecture de la première version, nous avions tous fait le même constat : il s’agissait d’un scénario pour un long ou moyen-métrage. Il y avait beaucoup trop d’actions et de déplacements pour un court-métrage.  Il a fallu retravailler l’ensemble de l’histoire et faire des choix en ce sens pour aboutir à un scénario cohérent et pas trop éloigné de l’idée principale de l’auteur. De plus, les personnages d’Emilie et Lisa, ont été affinés. On a créé la biographie de chaque personnage afin d’avoir une histoire cohérente autour des deux sœurs. Dans cette nouvelle version de court-métrage, le point de suspension se trouve sur l’acceptation des deux sœurs mais également sur la rencontre entre Emilie et son père biologique.

Une fois le scénario retravaillé, nous avons établi la liste des pièces à fournir pour demander une contribution financière auprès du CNC (Centre National du Cinéma), afin de pouvoir développer ce projet. Nous avons donc rédigé le synopsis, la note d’intention, la note de réalisation, la note du producteur, le CV de l’auteur… Toutes ces pièces réunies avec le scénario font parties d’un dossier artistique que nous pourrions déposer au CNC  pour obtenir cette aide avant réalisation. Il s’agit donc de faire un dossier professionnel et propre afin de donner envie aux lecteurs de nous suivre dans cette aventure.

Laëtitia

Démarrage forcé

FLOU

Après la rédaction du premier billet visant à expliciter ce que l’on attendait réellement de ce projet documentaire, nous nous sommes tous réunis afin de discuter. Nous nous sommes alors très vite rendus compte que nos attentes pointaient la même direction. Le but sera de souligner cette relation professeur/élèves de la manière la plus juste en se focalisant sur l’art. Par ailleurs, la notion de multiculturalisme présente dans l’école internationale nous semble être l’un des points importants de notre récit. En effet, à une époque où l’on ne cesse d’interagir avec nos compatriotes européens et mondiaux, il serait intéressant de présenter le fait que dans une classe regroupant des élèves venus des quatre coins du monde, il est possible de mener un projet à bien, ensemble, en mêlant les cultures et les origines de chacun.

Afin de rencontrer les élèves, nous avons rédigé une lettre de demande de rendez-vous à l’attention du directeur de l’école. Première difficulté : il ne nous a pas répondu. Nous allons donc cette semaine tenter de le relancer. Ne pouvant pas commencer la rédaction d’un scénario sans cette rencontre primordiale, nous avons décidé de nous focaliser sur le dossier artistique. Mes camarades et moi sommes en train de travailler sur notre note d’intention et sur la note de traitement. Bien qu’étant tous d’accord sur la manière de réaliser le projet, il est quelque fois compliqué de travailler à 4, notamment sur les choses formelles comme celles-ci, chacun ayant sa propre façon de s’exprimer. Nous travaillons également sur la mise au point d’un scénario provisoire visant à nous orienter quant à la phase d’écriture. Toutes ces étapes nous aident jusqu’à présent à visualiser de façon claire l’ensemble du projet et également à nous préparer à la rencontre avec, dans un premier temps, le directeur, puis ensuite avec les élèves.

Emilie.D

Un chemin encore long entre projet et réalisation

Après avoir rassemblé nos différentes idées, nous avons compris que notre documentaire serait orienté sur le lien de transmission de l’art entre Anouk et ses élèves. Collaborer avec une classe multilingue et surtout multiculturelle est une grande opportunité. En effet la technique éducative des professeurs diffère de l’enseignement classique que nous connaissons en France. Un autre aspect important, est que ces d’adolescents sont dans une section spécialité Arts.  En plus de filmer un enseignement international, nous tenterons de montrer comment ce brassage des cultures se ressent au travers de la création artistique. La sensibilité et la créativité de chacun est – elle décuplée par l’ouverture à l’autre ?

Afin de pouvoir concrétiser ce projet, nous nous concentrons actuellement sur la rédaction du dossier artistique.  Après quelques cours de prise de vue, nous voyons plus concrètement comment nous désirons traiter esthétiquement ce documentaire. En manipulant et en faisant des essais afin de se familiariser avec le matériel technique, la mise en scène du film commence à murir. Cependant nous arrivons à un moment où le développement du projet stagne. Nous n’avons toujours pas pu rencontrer le directeur pour exposer nos idées, et ainsi pouvoir rencontrer la classe d’Anouk. Malgré plusieurs lettres et contacts avec le secrétariat nos demandes restent sans réponses. Ne pas avoir fait la connaissance des élèves représente un véritable frein. Il devient compliqué de terminer notre dossier artistique notamment en ce qui concerne le traitement.

A. DI CIOCCIO

Dossier infusé

Je pense réellement que le projet Sciences Infuses a de l’avenir. Depuis le début je trouvais que l’idée de Fanny G. était ambitieuse et plus nous développons ce concept, plus j’entrevois les solutions qui s’offrent à nous. Au delà de la motivation de chacune d’entre nous et de la bonne ambiance qui règne dans le groupe, l’objectif de cette émission est innovant et nous garantira par son originalité des opportunités de marché qui sont largement sous-exploités pour le moment. Ainsi, ce projet d’avenir a toutes ses chances de percer si nous nous donnons la peine de persévérer dans cette voix.

Depuis le dernier billet nous avons confortées les bases en travaillant sur le concept que nous avons développé et amélioré. En nous inspirant d’émissions déjà parues (« Le joueur du grenier », « C’est pas Sorcier »…) nous avons trouvé notre propre identité avec un plan pour l’émission s’articulant autour d’une démonstration liée à la technologie présentée, le générique, les explications scientifiques simplifiées appuyées -ou non- d’archives avant de terminer sur des perspectives farfelues pour conserver un côté léger. Enfin, nous sommes toujours lancées dans cette folle aventure qu’est Sciences Infuses et sommes en train de monter un dossier afin de donner un aspect professionnel et concret à nos idées.

Soline TESTARD

Une étape de plus

Image issue du film "Les Amours Imaginaires", inspiration esthétique pour Parcours et représentatif de notre état d'esprit pendant la rédaction du dossier artistique
Image issue du film « Les Amours Imaginaires », inspiration esthétique pour Parcours et représentatif de notre état d’esprit pendant la rédaction du dossier artistique

Écrire un scénario, ce n’est déjà pas simple : beaucoup d’idées s’entremêlent, on a des choses à dire, on veut toutes les inclure sans condition, on veut voir accoucher ses pensées sur le papier. Mais vient ensuite le moment de la confrontation avec l’autre, les autres : « Pourquoi as-tu écrit ça ? Qu’as-tu voulu dire ? Comment ton personnage peut-il dire ça ? ». Ai-je vraiment besoin de me justifier pour ce que j’écris ? Vite chassé de ma tête,  ce questionnement dont la réponse était évidente – oui – a été remplacé par l’angoisse de devoir mettre sur papier des mots qui, cette fois, ne doivent plus s’entremêler, mais être mis dans un ordre précis et concret pour pouvoir convaincre des partenaires financiers de s’allier à notre projet.

 C’est là que s’est mis en place le travail du dossier artistique. La note d’intention, la note de réalisation, la note de production : autant de termes barbares qui murmurent « maintenant, il va falloir expliquer ces nombreux choix que tu as faits ». J’essaie de mettre des mots sur mes pensées, tout s’embrouille. J’écris malgré tout trois, quatre paragraphes un peu brouillons que je fais lire à mes collègues de travail. Ils me donnent leur avis et des conseils précieux. Tout repart, nous nous répartissons le travail et aboutissons enfin à quelque chose de concret : un dossier artistique que nous pouvons présenter aux autres groupes de travail qui pourront à leur tour nous aider à avancer.

Tiphaine Robion