Indien ou cowboy ?

Consigne: C’est le bazar dans tête… (ou pas)

Difficile de savoir où j’en suis face à mon mémoire. Ce Monument Valley qui me parait infranchissable. D’un côté, je suis le cowboy, arpentant les mythes de l’Ouest Américain pour la première fois tel un conquérant. Tout  ce qui concerne mon sujet m’est inconnu. Je suis perdu dans un vaste désert d’informations.  Mais j’ai les pieds sur terre, j’avance pas à pas et la direction est claire : l’ouest, et nul par ailleurs. J’emporte avec moi quelques outils qui me permettront de me défendre : une winchester’73 et les théories nécessaires à la rédaction d’un mémoire. De l’autre côté, je suis l’indien, le sauvage, prêt à arracher quelques scalps pour arriver à mes fins. Je fonctionne à l’instinct et rien ne me fait peur. Animiste, je sais invoquer l’esprit de l’aigle pour me projeter au loin. Mon objet filmique,  le Texas, je le connais comme ma sacoche à peau de bison. Mais je ne devrais pas être si confiant. Nous savons tous comment ces peuples ont fini …

Posons les colts et les tomahawks, faisons la paix. Mettons fin à cette schizophrénie, et mettons-nous au travail. C’est une chose, certes, de s’imprégner totalement du mythe Américain pour expliquer comment Wenders l’a lui-même utilisé pour critiquer ce pays irraisonné, mais il faut savoir redescendre sur terre. Mon seul rôle à jouer, dans tout ça, c’est celui du chercheur. Mes seuls outils sont les livres et les films, sans quoi je n’atteindrai jamais le fond du sujet…

Tristan Leyri

Esprit martyrisé ! Mais esprit libéré !

L'Assoiffé Guru Dutt 1957

Depuis plusieurs mois, je n’ai qu’une idée en tête : trouver le sujet de mon mémoire. Et voilà qu’un jour, comme une évidence, j’ai trouvé mon sujet. Pourtant, depuis ce jour-là, c’est la confusion dans mon esprit. Mon idée était pourtant claire. Seuls les éléments pour la traiter et l’exploiter me font défaut. Confus, je ne sais donc pas par où commencer face à la multitude d’informations qui traversent mon cerveau. Un jour je tente de définir la représentation du poète dans la société. De là, les questions s’enchaînent: Quelle époque ? Quel poète étudié ? Comment le définir ? Puis, de la confusion naît la panique. Le temps, les aiguilles de l’horloge qui tournent et cette incapacité à trouver des réponses. Cette peur de ne pas savoir traiter mon sujet et de ne pas m’organiser face aux informations a contribué à mettre « le bazar dans ma tête ».

Pour remédier à cela, mon entourage a été important. J’ai parlé de mon mémoire autour de moi, ce qui m’a permis de prendre un certain recul. Ainsi, j’ai pu faire le tri et ranger ce bric-à-brac confus. Mes amis, ont su me guider vers l’essentiel : gérer mon temps et sélectionner les bonnes informations. Ma directrice de mémoire, madame Martine Versel a su m’appuyer et m’aider à cibler mon travail de recherche. J’ai pu trouver ma problématique et une bibliographie correspondant à ce sujet. Tout cela m’a permis de reprendre confiance en moi et de repartir sur une nouvelle façon de travailler, sans panique ni confusion.

Najib Mabchour

Le chaos dans le Nostromo, mais aussi dans mon cerveau

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Le travail que j’effectue à l’heure actuelle sur ce mémoire me donne beaucoup de pression, car venant de formations professionnelles (BTS + Licence pro), ce genre d’exercices est relativement nouveau pour moi, même si j’avais effectué ce genre de travaux lorsque j’étais dans mon premier. Ce fut d’ailleurs la raison de mon départ de cette formation car il s’agissait d’un exercice dans lequel je n’excellais pas du tout. Concrètement, j’ai toutes les données nécessaires afin de faire un bon mémoire, mais je ne sais pas comment les mettre en forme car je ne comprends toujours pas ce qui clochait dans mon ancien plan, ainsi que dans ma problématique.

La rencontre avec mon directeur de mémoire M.Engelibert fut vraiment bénéfique car ce dernier m’a indiqué une nouvelle piste de recherche sur la peur à travers l’espace du décor, mais également des livres sur la peur et la science-fiction dans lesquels j’ai trouvé des données intéressantes. Je souhaite également développer le principe de l’archétype de l’Ombre à travers la créature, mais également avec l’androïde Ash, car ce dernier représente lui aussi le Mal à travers sa mission de ramener l’alien coûte que coûte, quitte à sacrifier l’équipage entier du vaisseau. Le renouveau du genre de la science-fiction est un point que je voudrais aussi traiter au travers notamment du décor, qui  rompt avec les précédents comme ceux de Planète Interdite, propres et brillants, afin de donner un environnement sale et sombre, tout comme les premiers Star Wars, datant de la même époque.

Vincent DUQUENNOY

Esprit embué

hunger f3

En écrivant la dernière ligne de mon Travail Préparatoire à la Recherche l’année dernière, j’étais sure de moi : tous les points concernant ma problématique étaient traités. Mon plan était fixe, organisé de manière cohérente et répondait à la problématique. Cependant, au moment de me replonger pleinement sur mon travail dans le but d’écrire mon mémoire final, tout s’est embrouillé. Comment pourrais-je compléter mon analyse ? De quelle manière m’y prendre ? Devrais-je changer ma problématique et repartir à zéro ? Ou devrais-je ponctuer celle-ci de mes dernières recherches en organisant un tout nouveau plan ? Tant de questions qui m’ont plongé dans le flou, embuant et enfumant mon esprit de manière à me perdre dans une mare d’informations.

Avant de céder à la panique, j’ai tenté d’appréhender cette nouvelle étape de façon calme et raisonnée. Après une longue discussion avec mon directeur de mémoire, j’ai compris qu’il était possible d’apporter à mon TPR les informations nécessaires afin de le transformer en mémoire. Il suffisait alors de structurer ce dernier et de venir glisser les éléments nouveaux de manière à le rendre complet et intelligible. En commençant les recherches premières, le dessin d’un nouveau plan a commencé à se dessiner dans ma tête. Il permettait alors, selon moi, de mêler les éléments déjà présents dans ma rédaction aux nouveaux aspects qui finalement correspondent également à la ligne directrice de ma problématique. Maintenant, reste à creuser et rédiger…

E.Donès

De nouveaux horizons

Sigmund Freud
Sigmund Freud

Depuis septembre, la plus grande difficulté selon moi concernant le travail de mémoire a été de se replonger dans un travail qui était pour moi terminé. En effet, le Travail Préparatoire à la Recherche avait pour but de nous approprier le film qui sera l’objet de notre mémoire. Mais j’y ai passé tellement de temps et d’énergie que le rendu final était pour moi une fin en soi. Or, comme son nom l’indique, le TPR n’était que la préparation au mémoire, la base indispensable à poser avant de commencer le vrai travail de recherche qui nous attend maintenant. J’ai alors du mal à reprendre les idées que j’avais construites pour les déconstruire, les réordonner et reprendre un travail plus en profondeur.

Afin de pallier ce blocage, mon travail va obligatoirement passer par de nombreuses lectures. C’est je pense la seule manière de se détacher de l’analyse filmique déjà réalisée l’année dernière et de dégager de nouvelles pistes d’analyse, notamment au niveau psychanalytique, avec Sigmund Freud ou Philippe Jeammet par exemple. Mon mémoire portera sûrement sur le thème de la violence adolescente : des notions psychanalytiques et sociologiques me seront donc essentielles. Recouper ces nouvelles notions avec Deep End me permettra d’avancer de manière plus productive et de ne pas rester bloquée sur le premier travail effectué l’année dernière.

Tiphaine Robion