Voilà qui invite à la réflexion !

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

Dans un premier temps, je voulais préciser ma première idée : l’opposition entre tradition et modernité dans le film de Miyazaki. En reprenant ce travail, je me suis rendu compte des limites de cette problématique, il serait difficile de l’affiner ou de la développer. Après avoir vu une nouvelle fois mon film, j’ai eu envie de travailler sur ce qui m’apparaissait alors comme une évidence : le conte initiatique. Dans ma recherche de problématique, j’ai trouvé plusieurs pistes plutôt vagues qui demandent encore un approfondissement. Mes différents questionnements m’ont menée à d’autres réflexions qui ont fini par m’embrouiller. En effet, je me retrouve avec des idées partant dans tous les sens qui ne sont pas encore assez précises.

Me voilà avec tout un tas de questions qui forment la base de ma réflexion : Pourquoi le réalisateur utilise le compte initiatique ? Quel est son but ? Et qu’est-ce qu’il veut nous dire ? Comment le traite-t-il ? Je ne veux surtout pas me perdre et perdre du temps dans tout ce marasme d’idées et de pistes. En utilisant la méthodologie de l’entonnoir, j’ai pu préciser ma pensée. Après quelques échanges avec les chargés de mémoire, je me suis rendu compte qu’il était tout à fait possible de rapprocher mon ancienne problématique avec ma nouvelle idée. Il ne reste plus qu’à trouver les nouveaux éléments en rapport avec le conte et de les incorporer dans mon ancien travail.

Lisa Delpech

Je ne comprends rien, ça n’avance pas…

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

“Qu’est ce qu’on attend de moi ?” C’est la question que je me pose régulièrement. Si cela paraît clair pour les professeurs, je dois avouer que pour moi, l’objectif de ce mémoire reste encore flou.
Que lire ? Quoi ajouter ? Où creuser ? Vers quoi partir ? C’est tant de questions qui restent en interrogation dans ma tête. En effet, pour mon directeur de mémoire, l’objectif est précis mais semble loin de ce que l’on nous demande dans la formation ; beaucoup de psychanalyses (l’amour, l’imaginaire, la fascination) et de concepts lointains pour moi qui aime plutôt les choses concrètes.
C’est pourquoi trouver de nouvelles idées dans ce brouhaha cérébral est compliqué.

Heureusement, les rendez-vous avec mon directeur de mémoire permettent d’avancer petit à petit, même si l’objectif final est loin d’être clair. Ensemble nous définissons des objectifs à court-terme (pour la prochaine rencontre), ce qui permet d’avancer pas à pas.
Il m’a fallu définir les mots-clés des thèmes de mon film : amour, cinéma, fascination… pour découler sur des questionnements qui aboutiront à une problématique. De plus, ses conseils de lecture sur l’amour, l’imaginaire, le mélodrame au cinéma vont pouvoir enrichir ma future analyse.
Il s’agit donc maintenant de lire ces ouvrages et parallèlement prendre le temps de réfléchir, poser les questions et sortir une problématique qui pourrait englober tous ces concepts en rapport avec “La Rose pourpre du Caire”.

Laëtitia

 

Perdue dans un labyrinthe d’idées…

Alison Goizet (11/11/2014) (cc)
Alison Goizet (11/11/2014) (cc)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Au début, lorsqu’on me parlait du mémoire, j’étais assez sereine. Je me disais que mon film était tellement riche que je n’aurais aucune difficulté à enrichir mon plan et ma problématique. Assurément, les idées me viendraient au fur et à mesure et l’inspiration ferait le reste… ou pas! Les trois rendez-vous que j’ai eu avec mon directeur de mémoire, au lieu de me rassurer, m’ont plongée dans un océan flou rempli de zones obscures. L’axe sur lequel j’avais posé tout mon TPR et ma problématique ne sont plus d’actualité. Mon directeur m’a dirigé vers un axe qui, pour moi, n’est pas du tout clair et difficile à aborder. Lorsque je suis sortie de ma dernière rencontre avec lui, j’étais complètement perdue et dépitée.

Après une grande réflexion et les encouragements de mon copain, j’ai arrêté de paniquer et j’ai relu les notes et les conseils que mon directeur m’avait donné. J’ai commencé de nouvelles recherches et revu mon film afin de mieux percevoir ce qui m’avait précédemment échappé. De plus, j’ai relu mon TPR afin de garder ce qui pouvait l’être. Ma problématique n’est pas encore finalisée mais mes lectures m’aideront à l’exprimer autant à l’oral qu’à l’écrit.

Goizet Alison

Le flou de mes recherches

Le flou de mes recherches (cc) Laetitia Stoffel (11/11/2014)
Le flou de mes recherches (cc) Laetitia Stoffel (11/11/2014)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Écrire un mémoire, c’est d’abord faire des recherches. Et toutes ces recherches se traduisent par des idées qui nous viennent à l’esprit, en discutant avec nos parents ou nos amis de notre film, en replongeant notre nez dans des cours de philosophie datant du lycée, ou en promenant notre regard sur les étagères de la bibliothèque de nos parents. Cela prend un certain temps et nous paraît souvent vain, dans la mesure où seules les pistes les plus larges et les plus opposées les unes des autres germent dans notre esprit. Pourtant, au bout d’un moment, une idée va traverser notre esprit et nous intéresser plus que les autres. Elle aura une ou plusieurs particularités qui nous donneront envie de la développer et d’en savoir davantage. Commencera alors une partie de recherches plus plaisante : lorsque l’on sait où l’on va.

J’espère qu’au fil de mes lectures, une idée va germer dans ma tête et donner naissance à une hypothèse viable, qui pourra prendre la forme d’une problématique par la suite, et alimenter ainsi toutes mes recherches ultérieures. Je compte également sur les pistes que j’avais abordées l’année dernière lors de la rédaction de mon TPR (travail préparatoire à la recherche) pour orienter et éclairer mes recherches. Il faut donc que je m’accroche à mes lectures, que je ne désespère pas de ne rien trouver, et que je reste aux aguets, pour être à même d’identifier la bonne idée ou l’hypothèse intéressante et pertinente qui traversera mon esprit.

Laetitia Stoffel

Alors, c’est quoi le plan ?

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Alors c’est quoi le plan ?

Dans ma tête il y a des idées, des envies, des informations, mais rien de très clair encore. Une seule certitude s’impose : mon film parle d’amour. Mais je ne souhaite pas m’arrêter à ça. Depuis plus d’un an maintenant, je cherche le bon angle à adopter, celui grâce auquel je pourrais attaquer cet amour, lui donner du sens, un sens que même ceux qui n’ont pas envie d’entendre « parler d’amour » pourront trouver intéressant. En cherchant cet angle d’analyse, j’ai croisé beaucoup de propositions : la beauté, le lyrisme, l’amour fou, le road-movie, la société, etc… Et chacune de ces idées était accompagnée d’une foule d’arguments, de citations, d’éléments significatifs dans mon film. Et puis, finalement, je crois que j’ai enfin trouvé ce que je cherchais : je vais analyser mon film pour démontrer que l’amour fou au cinéma peut-être utilisé comme un genre de la rébellion.

Bonne nouvelle : mon sujet est posé. Reste maintenant à trouver la bonne méthode pour l’exploiter. Le premier outil qui va me sauver sera un plan. Un plan intelligent, bien détaillé avec des grands thèmes, des résumés de mes parties, mais aussi des mots-clés. Et pour construire ce plan, je vais reprendre toutes les idées que j’ai trouvées préalablement au cours de mes recherches, tenter de juger si elles sont pertinentes ou pas, et ensuite les classer dans le plan, là où elles seront utiles à ma démonstration (en devenant ainsi les fameux mots-clés). Et quand tout cela sera bien rangé, viendra le temps de réfléchir pour en faire de belles phrases.

(cc) Elodie Chalumeau (11/11/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (11/11/2014)

Elodie Chalumeau