Cher poète,

Guru Dutt film-L'Assoifé

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Un jour d’octobre 2013, je vous découvre, Vijay le poète et toi Guru Dutt le réalisateur. Je vous mentirais en disant que je vous ai choisis. C’est l’envie de connaitre l’Inde et son cinéma qui m’ont amené à vous adopter. Je connaissais le cinéma populaire de Bollywood, cinéma que j’ai connu dans mon enfance et pendant mes vacances au Maroc. Ton cinéma est tout autre. Je t’ai découvert dans une société excessive et traditionaliste. Je me suis plongé dans « L’Assoiffé » en buvant chacune des scènes du film, où tu m’as laissé ta sensibilité exacerbée, ton envie de culture et de poésies incarnées. En grande admiration de ton travail et de ta sensibilité artistique. J’étais prêt. Nous passerons de longs mois ensemble à refaire le monde, où devrais-je dire à connaitre ton monde. Vijay et toi, vous ne faites qu’un, votre révolte face à un monde corrompu par l’argent, par l’injustice et le mépris des artistes m’ont touché. Le cinéaste et le poète que tu étais ont résonné en moi. Anne Barratin disait « Il n’y a pas de choix, il y a des rencontres. » c’est celle que nous avons faites.

Face à cette rencontre cinématographique le « MOI » en tant que chercheur est une réflexion mettant en lumière ce que le réalisateur a voulu laisser comme empreinte dans l’espace-temps. Mon regard de chercheur est un regard critique sur le film. Ma méthode, en premier lieu: connaître la vie de l’auteur. Puis, après avoir vu le film plusieurs fois, vient la phase de questionnement et d’interprétation. Enfin, je me suis penché sur le travail de l’auteur en tant que cinéaste, en me demandant qu’a-t-il voulu dire ? Pourquoi ce choix ? Cette mise en scène ou cette lumière ? En utilisant des outils d’analyse filmique (découpage séquentiel, analyse de séquence, étude des plans). C’est bien après ce travail de recherche que je me suis rendu compte qu’un certain lien se créait et l’affect pouvait prendre le dessus. C’est pour cela, qu’en tant que chercheur, je dois m’efforcer de garder une distance sur l’objet de ma recherche en gardant un esprit critique sur le fonctionnement du film.

Najib MABCHOUR

El mémoire que habito

Sylvain R. 03/10/2014
Sylvestre 03/10/2014
Consigne : Mon film, entre amour et haine. 
Voilà maintenant un an que mon choix s’est arrêté sur ce film, La piel que habito. Un choix qui ne devait pas être pris à la légère, puisqu’il allait me suivre durant deux ans. Pourquoi ai-je choisi ce film comme sujet d’étude ? Bonne question. Peut-être parce que ce film dérange, surprend, renverse la morale qui est en nous. Un film qui, s’il montre des horreurs, reste magnifique et perd le spectateur entre amour et haine des personnages.

À présent qu’une première partie du travail de recherche est faite, il faut en tirer des résultats. Après avoir fait une étude linéaire du film, je vais pouvoir orienter mon mémoire et trouver un point précis que je vais développer et approfondir en réutilisant mon premier travail. La question du genre me semblait principale, une question que le réalisateur, Pedro Almodovar, nous expose pour nous déstabiliser. Après m’être entretenu avec ma directrice de mémoire, cette piste semble compliquée, de par les avis divers qu’elle suscite. Une fois mon axe clairement défini, je m’attellerai à visionner le film séquence par séquence, afin d’en tirer, ou non, un lien avec mon axe de recherche.

Sylvestre

existence ou eXistenZ ?

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

eXistenZ est un film qui parle du jeu vidéo, c’est à dire d’un univers artificiellement reconstitué qui crée ainsi un monde parallèle dépendant du subconscient des joueurs. Autrement dit, eXistenZ est un jeu fait pour moi. J’ai toujours adoré les univers parallèles en passant mon temps à imaginer à quoi ils pourraient ressembler. Depuis toute petite, les univers virtuels ont été une source d’inspiration sans limite dans laquelle je me réfugiais la plus part du temps. Ce film est donc pour moi l’un des scénarios possibles d’un futur proche tel que je me l’imaginais. Ayant toujours eut ce goût particulier pour les jeux-vidéos, je me sens donc naturellement concernée par cette œuvre qui aborde des sujets sensibles actuellement avec l’avancée technologique, qui chaque jour permet de créer des jeux de plus en plus réalistes.

Depuis que je travaille sur ce projet j’ai pu constater que différentes lectures étaient possibles dans un film. Dans un premier temps, j’ai recueilli tous les thèmes évoqués par Cronenberg et me suis rendue compte que ces derniers tournaient essentiellement autour de l’hybridation. J’ai donc par la suite pris des rendez-vous pour rencontrer des chercheurs afin de faire un point avec eux et par ce fait compléter mon travail empirique. Ainsi j’ai pu me rendre compte que cette hybridation était directement liée à l’identité virtuelle. Mais pourquoi avoir choisi l’hybridation comme technologie pour parler de réalité ? Pour répondre à cette question je compte mettre ce film en parallèle avec l’une des productions de Ridley Scott –qui est très porté sur la technologie– afin de pouvoir comparer ces deux styles antagonistes.

Soline T.

Paris, Texas, Bordeaux…

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

Paris, Texas. Un dossier noyé parmi tant d’autres : Rosetta, L’embryon, Tropical malady… Même pas un petit Batman qui traîne,  non, rien que des titres  inconnus. Allez, j’en regarde quelques-uns et on verra bien… Paris, Texas : du blues joué au bottleneck, des paysages grandioses, une relation père/fils émouvante et une actrice principale franchement mignonne. L’embryon : une femme fouettée pendant deux heures et demi. Le choix est difficile… Paris, Texas. Je ne suis hélas pas le seul à l’avoir choisi. Une guerre froide commence. Il va falloir se la jouer diplomate et faire changer d’avis l’une de mes collègues. La bataille est rude, mais je sors vainqueur… Paris, Texas. Nous allons devoir cohabiter ensemble pendant deux ans. On s’observe timidement. Je le soupçonne d’être un film à l’eau de rose. Lui me soupçonne d’être trop niais pour le comprendre. On verra bien…

Les soupçons s’estompent finalement très vite. Après l’avoir vu, revu, découpé, retourné, le film ne devient plus qu’une simple grille d’analyse. Tout est clair : l’histoire, les personnages, les décors… Seulement, je réalise que je reste indifférent à son auteur, ce fameux Wim Wenders. Je dois lui faire face. Quelque chose de clair et d’évident ressort de ses bouquins : c’est un obsessionnel des Etats-Unis. Tel un psychanalyste, j’essais alors de me faufiler dans son esprit. Je creuse dans ses neurones. Je vis dans ses rêves. Je veux et dois assimiler son point de vue. J’essaie de comprendre son rapport personnel à l’Amérique. Comment se la représente t-il ?  Comment nous la présente t-il ? Pourquoi de telle manière et pas d’une autre ? Une nouvelle lecture du film s’opère donc, problématique en tête. Je le perçois désormais comme une ethnographie que l’auteur et son altérité conçoivent pour et par l’image.

 

Tristan Leyri

 

Bouleversement

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

Le choix de Princesse Mononoké était pour moi une évidence. Ce film a marqué le commencement d’une passion et d’une fascination pour le cinéma d’animation japonais. C’est le premier film de Miyazaki que j’ai vu et il a complètement changé ma perception de ce genre cinématographique. J’ai tout d’abord été touchée par son esthétisme à travers les personnages complexes et attachants auxquels je me suis tout de suite identifiée puis par l’histoire qui m’est apparue comme une aventure incroyable : une jeune fille qui vit parmi des dieux-loups, un jeune homme qui se bat pour la paix entre les espèces et une femme forte qui dirige tout un village. Cette idée d’harmonie entre progrès technique et dieu de la nature m’a beaucoup plue. Ce film me bouleverse encore…

L’enjeu de ce travail de recherche est de rendre un essai scientifique dénué de mes sentiments. Cet exercice est plus difficile que je ne le pense et j’ai mis un certain temps avant d’y arriver. Pour commencer, j’ai visionné le film comme spectatrice lambda afin de retrouver les émotions éprouvées la première fois. Après ce visionnage, j’ai listé tous les passages et moments considérés comme marquants pour me donner des pistes de recherche. Puis, j’ai laissé de côté cette liste quelques jours, pour faire mûrir mes idées. Enfin, j’ai regardé une nouvelle fois le film avec ma liste entre les mains, pour trier ce qui relevait de l’émotionnel et de l’analyse. Ce moment là marqua le passage du film comme objet affectif à objet d’étude.

Lisa Delpech