Partager, c’est avancer

Photographie issue du film "The Virgin Suicides" de Sofia Coppola", une de mes inspirations pour le court-métrage
Photographie issue du film “The Virgin Suicides” de Sofia Coppola”, une de mes inspirations pour le court-métrage

L’histoire de Kate et Lisa, deux soeurs en proie à leur histoire familiale, a commencé à germer dans mon esprit il y a un peu plus d’un an. Ce scénario est inspiré de plusieurs personnes de mon entourage qui ont contribué à donner du corps aux personnages. J’ai écrit d’une traite la première partie de l’histoire puis j’ai repris le scénario de temps en temps quand un trait de caractère d’une personne que je rencontrais me semblait pertinent pour un de mes personnages. Pourtant, très vite, j’ai senti un blocage et n’ai plus été en capacité d’écrire. J’ai identifié le problème récemment : je ne souhaitais pas faire lire mon scénario à qui que ce soit tant que le texte n’était pas abouti. Or, il est important de le partager pour avoir un avis extérieur et ainsi avancer sur le projet.

C’est donc dans cette idée que j’ai décidé de continuer l’écriture en compagnie de Coline, Sylvain et Laëtitia. Je leur ai demandé, après lecture du scénario et discussion, ce que racontait l’histoire selon eux : pour eux, c’est une histoire sur la complexité des relations fraternelles. C’est donc maintenant sur cette idée principale que nous allons orienter le court-métrage. Le fait de s’engager dans cette démarche de partage a modifié l’enjeu du projet. Cette idée a été conçue au départ plus comme un exercice personnel qu’une réelle intention de mener ce projet à bout : l’ajustement du scénario sera désormais orchestré en prenant en compte l’aspect financier et notre capacité à aboutir à sa réalisation, le but étant de mener ce court-métrage de fiction à une diffusion publique.

Thiphaine

Deux personnages à caractériser

Ce scénario raconte l’histoire de 2 jeunes femmes, sœurs, qui ont la vingtaine d’années et qui viennent de perdre leur mère. L’une a 26 ans, elle est psychologue, fiancée, elle vient d’acheter un appartement. L’autre a 20 ans, elle est encore en études, artiste et beaucoup plus délurée que sa sœur. Ces 2 jeunes femmes totalement opposées qui ne s’entendent pas très bien, se retrouvent à faire un périple familiale ensemble. Entre histoires familiales, rivalité et révélation, les 2 filles tentent de se comprendre.

L’enjeu de ce scénario est de comprendre la complexité des relations fraternelles. Ces 2 jeunes femmes qui ne se comprennent plus vont affronter ensemble leur histoire familiale et enfin tenter de se connaître réellement. La caractérisation de ces 2 personnages est donc un enjeu très important dans le scénario puisque chacune d’entre elles réagit selon son caractère, son mode de vie, son travail, ses études… Ce travail de caractérisation doit donc être précis afin que l’histoire soit cohérente et crédible. De plus, il faut que le cadre soit posé rapidement, dès les premières minutes, afin que le spectateur comprenne facilement à qui il a à faire, pourquoi il y a un conflit, pourquoi elles ont de telles réactions… L’enjeu de ce scénario va donc se trouver sur cette caractérisation, point sur lequel nous allons travailler.

Laëtitia

Découverte d’un Parcours

Road trip en duo, questionnements sur une famille… la découverte de ce projet de fiction a été étonnante, de par le sujet traité, mais également sur le simple fait de son existence, que nous ne soupçonnions pas. Un projet qui restait en sommeil sans qu’on le sache. Voyage entre colère et amour, ce projet captive et devrait parler à beaucoup de personnes. Il montre à quel point la famille peut-être source de mystères, de conflits, mais témoigne également des forces qu’elle exerce pour pouvoir aller de l’avant. Un sujet universel et intemporel.

En prenant connaissance de la version actuelle du scénario, l’histoire et les personnages m’ont touchés. Bien que le travail d’écriture ne soit pas terminé et qu’un axe demande à être précisé pour ancrer le projet dans un format de court-métrage, des éléments viennent rendre l’histoire vivante, par des dialogues et des pointes d’humours notamment. Certains passages encore flous donnent envie de s’investir dans le projet pour les retravailler et les rendre utiles à l’histoire. C’est ce sentiment, que j’ai eu lors de la lecture du scénario, qui m’a fait rapidement comprendre que le projet m’intéressait et que je souhaite en faire partie, pour le porter vers une finalité.

Sylvestre

Le commencement

Notre projet, initié par Fanny, est de créer une émission de vulgarisation scientifique qui apporte à la fois des informations réelles d’actualité et du divertissement. La première étape du travail est divisée en deux parties. D’une part, il faut se renseigner sur ce qui existe déjà en la matière, pour pouvoir à la fois s’en inspirer et surtout ne pas se lancer dans du déjà vu. L’objectif est ici de mettre en place une émission au concept unique et nouveau, pouvant attirer un public bien ciblé dès le début. D’autre part, il est nécessaire de réfléchir au type de sujets que nous souhaitons traiter avant de contacter des personnes susceptibles de nous aider dans la mise en place du projet. En effet, choisir de traiter de culture scientifique demande une certaine rigueur dans le traitement des sujets présentés et surtout des références provenant d’une personne travaillant directement dans le secteur concerné.

 Commencement de la science

Pour ma part, je me suis occupée de faire un inventaire des émissions de télévision à caractère scientifique existant ou ayant existé enFrance. Grâce à internet, j’ai pu trouver des images d’archives de magazines télévisuels ou de documentaires qui ne passent plus à l’antenne aujourd’hui et même depuis longtemps pour certaines. Pour chaque émission trouvée, j’ai cherché à savoir quel est, ou était, son concept principal, son format et ses conditions de diffusion. Ce rassemblement d’informations permet d’avoir une idée globale de l’état du secteur de la culture scientifique à la télévision et nous aidera sûrement dans la prochaine étape de notre projet : la prise de décision concernant la structure et la forme à donner à l’émission.

Elodie Chalumeau

L’école de l’art

Pour notre projet nous nous sommes dirigés vers un documentaire, qui aura pour objet de suivre Anouk une artiste plasticienne. Ses créations ont fréquemment pour sujet l’Afrique et ses habitants. Au delà de son travail de création, Anouk est aussi enseignante. Elle donne des cours d’art pour des personnes de tout âge, des initiations comme des cours réguliers dans une école internationale à Bordeaux. Ses classes sont composées d’enfants entre 12 et 18 ans. Nous voulons que notre documentaire porte sur comment elle transmet le goût de l’art à des jeunes. Les cours sont donnés en Anglais, qui est loin d’être la langue natale de tous, ni même de l’enseignante. Les niveaux étant différents, comment avec cette contrainte, qui n’en est peut être pas une, Anouk enseigne-t-elle l’art ?

Lorsque que je pense à ce documentaire, j’imagine qu’une grande partie se tournera dans sa salle de classe. Avec des portraits d’adolescents, la vision qu’ils ont de l’art et  son apprentissage. Il y a une richesse à capter dans leurs profils, le lieu d’enseignement étant une école internationale les enfants viennent des quatre coins du monde. Ils amènent dans ce cours d’art, une culture, une sensibilité propre à eux. Je pense qu’il est intéressant de filmer cette relation entre Anouk et ses élèves.  Quelles sont les méthodes employées par cette classe pour échanger et transmettre ? Je pense qu’il est primordial de mettre en avant cette pédagogie alternative. Elle s’adapte au multiculturalisme et s’appuie sur cette différence pour faire émerger des projets créatifs.

Alexia DI CIOCCIO