[B10, G9] Flashback

Lucille Hunter (15/03/2013)
Lucille Hunter (15/03/2013)

À l’heure où nous terminons le montage de nos projets, je désire faire un saut dans le passé pour voir d’où nous sommes parties. Quand je jette un oeil à notre synopsis, je me rends compte que notre objet final n’y ressemble plus vraiment.

Notre séquence de trois minutes présente des photos des comédiens en répétition. Nous n’avons utilisé aucune photo provenant de l’extérieur. Les seuls sons que nous avons rajouté aux voix enregistrées sont des scènes de répétition et des pièces qui tombent sur le sol. Il n’est plus question de portes qui claquent, de tasses qui s’entrechoquent, de cafetière en plein travail… Dans le montage final, ces éléments n’avaient plus lieu d’être, et ce car l’organisation de notre séquence a changé. Les trois parties pensées au départ ne sont plus distinctes, ni dans le même ordre, ni complètement présentes, mais ce n’est pas une mauvaise chose. Il me semble que le décalage entre ce qui était écrit au départ et le résultat final fait partie intégrante de tout processus de création. Nous avons réussi à parler de ce qui nous intéressait vraiment (les rapports entre personnes, l’organisation de la troupe), et ce en choisissant de nous concentrer davantage sur les voix, et en laissant de côté la plupart des bruitages initialement prévus.

Ce montage photo représente mon analyse du chemin parcouru. Deux images se superposent, elles ont des points identiques, des objets qui n’ont pas bougé (le câble, le badge et les petits galets) ; des points communs, matérialisés par les objets qui ont été déplacés (l’ampoule, la pièce de 10 centimes) ; et des différences notables : certains objets ont disparu (la clé usb, le parapluie de cocktail), d’autres sont apparus (le stylo). Il s’agit du même projet, mais il a évolué. “L’ancien” est en noir et blanc car il symbolise le passé, “le nouveau” est en couleurs.

Lucille Hunter

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G4] Face à face

(cc) Florence Delavaud 18/02/2013

Dans le cadre, nous apercevons Sarah, étudiante du master, que j’avais déjà photographiée pour mon dernier billet. En effet, celui-ci traitait de “l’autre côté du miroir”, l’autre côté de la scène dans lequel les techniciens officient.

J’ai pris cette photo depuis l’angle opposé, sur scène donc, dans la peau d’un acteur en train de donner sa réplique. Cela permet d’imaginer la dureté de ce métier. Il s’agit de constamment être authentique, tout en faisant abstraction des techniciens  bien qu’ils gravitent autour de la scène. Cet enjeu à été particulièrement évoqué dans  le billet  “La dimension trouvée” de Lucille Hunter. Nous constatons sur cette photographie que la concentration règne, avec l’expression de Sarah. Gabriel est masqué mais nous imaginons que leurs regards convergent vers l’action. La caméra est un médiateur entre acteurs et techniciens, elle les relie dans l’espace et leur permet de communiquer, d’être en accord ou non.

J’ai choisi d’utiliser cet angle, bien que nous ne soyons pas des acteurs en herbe, afin d’imaginer les enjeux de ce métier mais aussi car nous souhaitons trouver nos voix pour Movie Storm très prochainement. La voix sera l’avatar humain de nos personnages, elle remplacera des acteurs “physiques”, et attribuera de la personnalité à nos quatre caractères.

                                                                                                Florence Delavaud

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G9] Un millefeuille de pistes

Mariane P. (14/03/2013)

Dernière dernière dernière étape : la finalisation du projet.

Après la rédaction, le tournage et le montage : la finalisation. Pour se faire, on lit, on modifie, on relit et on modifie à nouveau. Une fois l’ours réalisé (un montage grossier définissant dans quel ordre vont apparaitre les différentes parties) il faut travailler les transitions, mettre des fondus ou des clés pour faire apparaitre progressivement images et sons.

Comme pour un millefeuille le projet final est constitué de plusieurs couches. Une première couche (la matière brute), puis une lecture sur laquelle on applique ses nouvelles modifications, qui constituent une nouvelle couche, et à nouveau une nouvelle lecture, de nouvelles modifications, une autre couche et ainsi de suite jusqu’à l’obtention d’un objet audiovisuel fini et autonome. C’est pour cela que cette photographie est un très gros plan du gâteau, on peut y voir facilement les multiples couches qui amènent au glacage.

Les couches sonores et visuelles se superposent. Concernant cette étape nous avons travaillé sur Soundtrack Pro (un logiciel dédié exclusivement au travail sonore) afin de réaliser un montage fluide, dynamique, tout en étant compréhensible de tous. Pour dynamiser son propos nous n’avons pas hésité à couper ses moments d’hésitation, à changer de cadre et à réaliser des splits audio pour mieux lier le contenu.

Nous avons choisi de mêler les interviews de nos deux témoins à des sons d’ambiance captés lors de notre rencontre. Selon nos intentions nous avons superposé certains sons pour les rendre inaudibles ou pour leur donner plus de force, comme pour recréer une scène de dispute. Et ainsi illustrer le propos du témoin, permettant également une pause pour l’auditeur.

Le projet final sera-t-il aussi délicieux que ce millefeuille ?

 

Mariane P.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G8] Un montage sans fin

(cc) Lauriane Paganon 22/03/2013
(cc) Lauriane Paganon 22/03/2013

Avec un peu de recul, je me suis aperçue qu’une routine s’était peu à peu installée durant cette phase de post-production. J’ai donc souhaité l’illustrer à travers cette succession d’images qui souligne l’aspect répétitif de nos journées. Je suis donc partie d’une photo de notre poste de montage, que j’ai par la suite dégradée dans des tons de plus en plus clairs afin de mettre en avant, au fur et à mesure,  l’aboutissement de notre travail.

J’emploie le mot routine dans le sens où le fait de devoir se rendre quotidiennement en salle de montage est en quelque sorte devenu notre rituel. Si bien que nous débutions la matinée en revisionnant avec un œil neuf ce que nous avions monté la veille, afin de nous rendre compte plus objectivement des modifications à apporter. Puis nous poursuivions avec l’assemblage de nos séquences en les enrichissant de nouveaux éléments photographiques et sonores, avant de terminer la journée avec le bilan de notre production. Et ce, de la même façon tous les jours et durant deux semaines. Nous avions donc l’impression que l’étape de la post-production ne prendrait jamais fin car nous ne cessions de répéter les mêmes opérations afin de perfectionner notre travail. Le terme « routine » peut donc ici avoir une connotation négative.

Néanmoins, nous nous sommes aperçues que ces habitudes nous ont permis d’affiner petit à petit le sens que nous souhaitions donner à notre séquence, et donc d’en apprendre plus sur nos intentions respectives.

Lauriane Paganon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G4] Ration (de) déco’

Sarah K. (14/03/2013)
Sarah K. (14/03/2013)

Après une période de travail collectif sur la création d’un site web commun à toute la promotion (cf. billet 8), nous voilà repartit vers nos groupes respectifs afin d’entamer le début de la réalisation de nos scénarios sur le logiciel MovieStorm.

Trois choses sont prioritaires actuellement. Tout d’abord, tous les groupes doivent se mettre d’accord sur le choix de certaines voix, puisque nos personnages seront animés par ordinateur mais les voix seront réelles. Nous avons commencé à déposer des annonces sur des sites spécialisés en audiovisuel [1] afin de trouver LA voix qui correspondra le mieux à chaque personnage [2]. Ensuite, nous devrons nous entendre sur le physique des protagonistes ; les quatre épisodes sont indépendants les uns des autres mais pas au point de différencier grossièrement leur physique. Et enfin, nous devrons tous consentir à réaliser des décors communs, puisque certains épisodes se passent dans un même lieu.

En parlant de décor, l’une des réalisations MovieStorm (celle du groupe 1) aura lieu dans un bar. J’ai donc choisi de faire le parallèle avec le « studio » du Master CPI. Il s’agit de notre studio principal qui a été transformé en décor de bar. J’ai pris la photo selon cet angle-ci car on voit au mieux la décoration réalisée sur les murs.

Nous avons eu un atelier de décoration (d’où mon titre « Ration (de) déco’ », déco-ration) cette semaine et c’est notre créativité (et les moyens dont nous disposions [3]) qui nous a permis de donner une ambiance au bar. Pour les décors de nos films sur MovieStorm, la contrainte sera la même : notre créativité [4] devra donner l’illusion d’une réalité, devra faire oublier aux futurs spectateurs la dimension de film d’animation.

Sarah K.

 ______________________________________________________________________

[1] Cineaste.org notamment. Nous avons déjà reçu des réponses de personnes fortement intéressées.

[2] Les points de vue seront forcément divergents, chacun ne recherchant pas exactement la même chose dans une voix (le timbre, l’accent, l’intonation, etc.). Nous devrons tous faire un effort afin de choisir le plus objectivement possible – et selon les réponses que nous recevrons – les voix de nos personnages.

[3] Les étudiants devaient apporter un maximum d’objets afin de reconstruire au mieux une ambiance de bar pour le décor, et nous avons dû faire avec le peu que nous avions. Notre imagination et les conseils des deux professionnels de la décoration nous ont aidés.

[4] Pas seulement notre créativité mais également les contraintes du logiciel.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website