[B11, G2] Séquence un

2012-11-14 15.09.22
(cc) Morgane Kerarvran (26/03/2013)

Voila, la fin est proche, ceci est la rédaction du dernier billet. Après relecture, et redécouverte, des dix premiers, j’ai pu me rendre compte que l’écart était grand. Dans les premiers temps, durant l’écriture en groupe, nous nous évertuions à rendre quelque chose de plutôt savant, de très littéraire. C’était une activité qui me rappelait mes années de recherches, en art.

Ces pas incertains nous ont permis de nous connaître, de faire une synthèse et de nous rendre compte que nous embarquions pour une grande aventure. Enfin, c’est l’impression que j’ai eue. Les billets univoques furent différents, et devinrent vraiment enrichissants : un format court pour une histoire fugace en apparence. Mais cela m’a permis de réfléchir au plus important et d’aller droit à l’essentiel. De plus, le travail sur profession étudiant à mis en évidence toute une chaine de travail avec les difficultés que cela soulève.

Aujourd’hui je me dis que malgré ma petite taille, j’ai été capable de faire de grands pas. Même si ce qui m’attend m’enthousiasme de plus en plus, c’est avec fébrilité et nervosité que je regarde devant moi. Cette année m’aura fait gagner quelques centimètres et même si cela me rassure, grandir est un phénomène douloureux. En attendant, comme le montre la photographie, nous sommes plusieurs sur le même bateau et créer, travailler, apprendre dans cette dynamique, est ce qu’il y a de plus enrichissant.

Morgane Kerarvran

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G7] Un visa pour l’emploi

_MG_0163 copie
Brice G. (27/04/2013)

Voici venue l’heure des bilans. Encore une année (scolaire) qui s’achève. Mais celle-ci a une saveur particulière, puisque c’est la dernière. Mais alors, quel bilan dresser de tout cela ?

Ce carnet de recherche a été l’occasion pour nous de disséquer chaque instant de la conception d’une production audiovisuelle. C’est un moyen de prendre de la distance à mesure que l’on progresse dans un projet : des prémices de l’écriture en passant par l’élaboration du dossier de production jusqu’à l’étape presque finale du montage. Nous avons donc pu expliquer, décrire, examiner nos erreurs, nos problèmes, nos solutions. Cela nous sera probablement utile pour l’avenir, puisque tout ceci est désormais couché sur le papier (virtuel) d’une page web. Dans le processus d’une création documentaire il est toujours bon d’apprendre de ses erreurs, ou du moins de les reconnaître. C’était par exemple des erreurs dans le choix des thématiques ou bien des directions à prendre. Ce que j’aurais à faire comme remarque, c’est probablement sur la durée d’un tel projet. J’ai effectivement trouvé ça un peu long, notamment l’étape de l’écriture. Mais je suis bien conscient qu’il faut prendre du temps pour réfléchir, imaginer et construire en amont ce qui va être produit.

La formule adoptée pour le carnet est également source de satisfaction. À mesure que nous avancions, elle s’est trouvée moins contraignante et plus adaptée aux contraintes du web. Du billet 2 au billet 6, un cap a été franchi dans les différentes règles (notamment la rédaction d’articles plus court). Cela a donc été plus simple pour nous de nous concentrer sur un angle, un aspect particulier à chaque billet. Il est vrai qu’au début, cela paraissait plus compliqué, surtout en termes de contrainte de taille (assez conséquente). Cela devenait vite un billet brouillon, où nous essayions d’aborder tous les sujets à la fois. Si l’on s’attache également à la compréhension du lecteur, la dernière formule est donc plus intéressante pour tout le monde. La rédaction de ces billets est devenue de plus en plus simple pour moi. J’ai pu développer au cours de ce projet des compétences en matière de rédaction web, mais également en matière d’adaptabilité au niveau des règles à suivre.

Après six années d’études, il est temps de mettre les voiles et de se confronter à la (dure ?) réalité du marché de l’emploi. Après ces années d’insouciances, il va falloir avoir les nerfs bien accrochés pour se faire une place au soleil. La recette : du courage, de l’abnégation, de la disponibilité et de la confiance. L’illustration ci-dessus est une photographie de mon CV. L’image reste sombre parce qu’à ce stade l’avenir reste assez flou. Le stylo est là pour rappeler que la suite reste à écrire. Après la période de stage, il sera mon visa vers d’autres univers. Travail ? Voyages ? En ce qui me concerne, probablement les deux.

Brice G.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G7] Il était une fin…

Romain Gallon (15/12/2012)
Romain Gallon (15/12/2012)

Le moment est venu de faire le bilan, de synthétiser deux années du Master en moins de trois mille signes… Si je ne devais m’en tenir qu’à cette année, je dirais qu’il y a eu des hauts et des bas, comme dans toutes choses que l’on entreprend. D’abord, de nombreuses périodes de doutes, notamment sur mon avenir, sur « l’après-fac ». C’est encore aujourd’hui un peu flou, quelque part c’est tout à la fois assez excitant et assez « flippant ». Sur l’année en question, j’ai eu des incertitudes concernant le projet audiovisuel que nous devions réaliser. Tout d’abord, le fait qu’on nous annonce au départ que ce sera un documentaire sonore illustré d’images fixes. J’étais quelque peu déconcerté, peut-être même un peu déçu. Puis, au fur et à mesure que nous avons avancé dans le projet, j’ai découvert l’enjeu de cet exercice, le double sens de la lecture (ce que l’image pouvait apporter à l’écoute). Je crois pouvoir affirmer que nous avons pris du plaisir à réaliser ce documentaire. Je pense que cela peut se voir à la vue des premières images du web-documentaire. Je suis impatient de voir le résultat final, une fois que celui-ci sera mis en ligne.

Mais il n’y a pas eu que l’aspect technique au sein de cette formation… Le mémoire nous a également demandé beaucoup de temps. Après ces deux années où il nous a été demandé d’écrire deux dossiers de plus de vingt pages, je ne peux pas dire que je sois devenu un grand passionné. Et je suis vraiment reconnaissant qu’on ne nous ait pas demandé un dossier de plus de cent pages, j’en aurais été incapable… J’ai malgré tout pris beaucoup de plaisir à écrire la seconde partie ce mémoire, où je rentrais bien plus dans le sujet, avec l’analyse du film « Volem, rien foutre al païs », alors que jusqu’ici je ne faisais que relater l’histoire du film militant un peu rébarbatif…

Et puis il y a eu l’écriture de ces billets, qui est également un travail d’écriture, il fallait apprendre à synthétiser une pensée et être régulier dans sa mise en ligne (qui m’a parfois fait défaut). Je suis content de l’avoir fait, je ne sais pas encore quel sera le fruit de ce travail, il faudra un peu de temps, pour prendre du recul et en comprendre tous les aspects.

A la fin de cette semaine, ma scolarité va prendre fin, reste le stage sur Paris. Je vais travailler en tant qu’assistant de production au sein de la société Prendel Médias, de mi-avril jusqu’à fin août. Je vais devoir assister la productrice sur tous les projets audiovisuels en cours, également travailler un peu en post-production (montage de différentes séquences, dérushage de bandes vidéos, etc.) et mettre à jour leur site Internet qui n’est plus fonctionnel.

Ainsi, cette photo représente trois années de ma vie, durant lesquelles j’ai étudié au sein de cette faculté, le long chemin que j’entreprenais pour arriver à mon bâtiment. C’est désormais la fin d’une époque. J’ai hâte d’entreprendre cette nouvelle expérience, dans cette nouvelle ville que je ne connais pas encore, en somme, de prendre un nouveau départ… A moi de ne pas faire de… faux-départ…

Romain Gallon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G3] Destination Finale

(cc) Barbara Lancia (29/03/13)
(cc) Barbara Lancia (29/03/2013)

Cette photographie représente un circuit de dominos. On aperçoit en haut à gauche le point de départ symbolisé par la pancarte quadrillée, surmontée de l’indication « Start ». Divers éléments jalonnent le parcours. Même si leur fonctionnement est parfois complexe, ils font partie intégrante du circuit et participent à la continuité du parcours. On remarque que les dominos sont en train de tomber, la majorité étant déjà au sol, et qu’ils approchent d’un point de division des chemins. Trois possibilités de parcours se présentent alors. Au premier plan, on voit un parcours simple se terminant par la représentation d’une guillotine. Juste derrière, se trouve un parcours de difficulté moyenne menant à un avion prêt à décoller. Enfin, le troisième parcours semble complexe et risqué. Il comporte un looping, un cercle de feu à traverser et se termine par un mur.

Cette photographie représente l’ensemble de notre processus de création, développé depuis le début de l’année scolaire. On peut constater le chemin parcouru et les obstacles, relatifs au travail de groupe, à l’écriture du scénario ou aux limites du logiciel Moviestorm, surmontés jusqu’ici (voir billet 1, billet 2 et billet 5). Même si notre progression a pu être ralentie par ces difficultés rencontrées, notre avancée n’a jamais été interrompue. En effet, ces obstacles étaient des éléments nécessaires à l’évolution de notre réflexion et ont finalement enrichi notre création, de par les questionnements qu’ils ont engendrés. Chaque domino représente un élément du projet, le scénario, l’animation, la prise de son… Une étape à valider avant d’envisager la suite du parcours.

Nous arrivons maintenant à la fin du parcours et les décisions à prendre concernant notre projet vont être décisives. Le but est de produire une réalisation la plus complète et détaillée possible, tout en prenant en compte les limites du logiciel. En effet, si nous optons pour une mise en scène trop simpliste, le résultat manquera d’impact et de réalisme. En revanche, si nous choisissons une réalisation trop complexe, nous risquons de dépenser beaucoup de temps et d’énergie pour, au final, ne pas parvenir à nos fins et aller droit dans le mur, en se retrouvant face à des problèmes insolubles. Seul un compromis entre ces deux options, comportant une prise de risques maîtrisée, permettra de parvenir à un projet propre et abouti. Dès lors, nous pourrons laisser libre cours à nos idées, sans risquer le crash.

Cette expérience des carnets de recherche fut pour le moins singulière. Je n’avais jamais rien fait de similaire auparavant et j’ai au départ trouvé le concept surprenant. En effet, j’ai d’abord eu du mal à saisir l’intérêt des billets, en particulier lorsque leur fréquence de rédaction était plus élevée que l’avancement du projet lui-même. Cependant, j’ai fini par me familiariser avec cette méthode de travail et, plus le projet s’est mis à progresser rapidement, plus l’inspiration pour les billets a été grande. À présent, je constate l’évolution de notre travail depuis le début de l’année. Je remarque que le passage des longs billets collectifs aux billets individuels s’est avéré plutôt fructueux, entraînant la création de textes plus originaux et plus personnels. Les billets collectifs nous ont cependant appris à travailler ensemble, à prendre en compte les avis de chacune, à accepter de faire des compromis et à mieux nous connaître mutuellement.

Barbara Lancia

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G3] Entre idéalité et réalité

Sarah Vasseur (27/03/2013)

Nous étions lancées, comme des astronautes partant découvrir une nouvelle planète, tels des chevaux fous aux grandes élancées, dont nous ne connaissions même pas la destination. Entre idéalité et réalité, nous découvrons aujourd’hui la réalisation concrète de tous nos fantasmes, différente en somme de ces derniers, mais qui nous apprend beaucoup sur nous-mêmes et sur la tension omniprésente, inhérente à la vie, entre idéalité et réalité…

Notre première source d’anxiété fût d’écrire ensemble. Mais finalement, tous ces moments étaient des occasions pour nous de nous rencontrer, de nous retrouver de façon amicale et ont permis la construction de notre groupe tel qu’il existe aujourd’hui. Avec le recul, nous nous faisions la réflexion, Juliette et moi, que cette combinaison a fonctionné comme nous le présentions au départ : une excellente communication entre nous et un respect mutuel qui ont créé une atmosphère de travail détendue et harmonieuse, où nous nous sommes relayées les unes et les autres pour nous soutenir à tour de rôle. Toutes les craintes que je pouvais évoquer au début de cette année universitaire, quant au fait de me retrouver isolée, étant donné que Juliette et Barbara vivent ensemble en colocation, n’étaient en réalité pas fondées, puisque cela s’est avéré être un atout de travail plutôt qu’un frein. Je me suis d’abord posée quelques questions abstraites sur quelque chose qui n’avait encore aucune réalité. Après avoir douté, hésité et tâtonné comme une enfant, arrive la traversée du désert. Je n’en vois pas le bout, pas la fin, tout m’exaspère, tout me semble loin, abstrait, sans aucune réalité, je n’arrive pas à créer et même les enfants de mon colocataire qui regardent la télé me renvoient à ma propre vacuité créative.

Puis, les plumes s’envolent et décollent, la phase d’écriture se fait rapidement, spontanément, et la satisfaction de Jean-Pierre, notre professeur de scénario, nous conforte dans notre travail. Longtemps, nous avions pensé notre scénario et très vite, cela s’est mis en place, naturellement, à un moment précis. Soulagement. Une étape est franchie. J’ai l’impression de pouvoir souffler. Ce n’est qu’une illusion. Mais je m’accorde un temps de repos. Finalement, lorsque j’observe tout ce que j’ai rédigé dans les billets, je me rends compte que beaucoup de pensées théoriques ou de prévisualisations, concernant le son, les personnages, les plans, etc., prennent d’abord naissance dans nos têtes et puis, avec le temps qui passe, mûrissent jusqu’à une réalisation concrète. Au départ, cela semble toujours complètement délirant, tellement loin, et puis aujourd’hui nous y voilà. La lumière au bout du tunnel, le bout de la route, nous la voyons enfin, nous en voyons le bout. Même si nous ne sommes pas encore totalement arrivées, puisque nous sommes encore à ce jour en train de travailler sur MovieStorm et que cela génère beaucoup de stress et de tensions quant au rendu final. Voilà ce que la photo ci-dessus s’efforce de représenter.

Arrivée sur cette planète inconnue, je suis troublée, parfois émerveillée, mais jamais certaine de là où je mets les pieds. J’essaye des choses, je bidouille avec ce que je trouve dans mes bagages, j’agite un hochet comme une gamine et je regarde ce qui se produit. Je ne suis pas toujours satisfaite, mais je ne suis pas mécontente non plus, parce que j’apprends et ma manière intuitive de créer conserve son rôle prépondérant.

Sarah Vasseur

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website