[B8, G9] Prises et surprises

Lucille Hunter (14/02/2013)

À ce jour, nous avons enregistré l’interview sonore de nos deux témoins (metteur en scène et comédienne) et l’interview vidéo de notre expert (universitaire). C’est un bilan satisfaisant à la fin de la première semaine de tournage. Nous le devons à une bonne organisation, un certain acharnement et des coïncidences heureuses. Nous avons également pris quelques photos, nous aurons l’occasion de prendre d’autres clichés lors de la première semaine de mars.

Ce qui m’a frappée dans les interviews que nous avons réalisées, c’est que nous avons rencontré moins de difficultés que prévu. Nous pensions être davantage intimidées, nous pensions ne pas savoir interrompre. Cela n’a pas été le cas. Nous nous étions préparées, nous avions déjà vu nos témoins à plusieurs reprises avant le jour J, ce qui a dû contribuer à nous détendre. Je ne m’attendais pas non plus à ce que nous gérions aussi bien notre temps. La longue liste de questions me faisait penser que notre interview sonore de Frédéric El Kaïm durerait une heure et demie. J’ai été très surprise quand je me suis aperçue qu’en 35 minutes le tour était joué. Chaque interview m’a étonnée dans ce sens : elles furent à la fois riches et concises.

Le binôme a bien fonctionné : j’ai posé les questions, Mariane s’est occupée de l’enregistrement du son. Malgré mes innombrables “euhhhhhhhhhhh” en début de phrase, je ne pense pas avoir commis d’impair.

Sur cette photo sont présentes Lisa (au son) et Lauriane (aux questions) ainsi que Mariane (aux photos). De dos, au premier plan, notre témoin, Frédéric El Kaïm, que nous avons en commun avec le groupe 8. Cette photo fait office de making of, elle montre la manière dont nous étions installées pour notre interview sonore. Mariane et moi nous amusons à nous prendre en photo en même temps que nous photographions le dispositif.

Lucille Hunter

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B8, G8] Place à l’interview !

(cc) Lisa D. (14/02/2013)

L’heure de la mise en pratique est arrivée ! Nous devons passer à l’interview avec des personnes extérieures au Master. Jeudi, nous avons été à la salle de répétition de Frédéric El Kaïm pour l’interviewer sur plusieurs thématiques. Avec Lucille, Mariane et Lauriane, nous nous sommes réparties les tâches, et nous occupions à tour de rôle les différents postes.

Au moment de la photo, Mariane prenait le son, pendant que Lucille photographiait Frédéric El Kaïm pour le webdocumentaire. En réalité, le metteur en scène était le centre d’attention et nous l’entourions. On pourrait presque penser par la place qu’il occupe physiquement et hiérarchiquement, qu’il est en position de supériorité. Pourtant, au moment de l’interview, nous avons compris que ce n’était pas forcément le cas.

En tant qu’intervieweur, nous pouvons lui demander de faire ce que nous souhaitons, et nos questions peuvent être tournées de manière à obtenir la vérité. On peut le pousser dans ses retranchements et ainsi, prêcher le faux pour connaître le vrai. Cela pose tout de même quelques questions car, au final, cela s’apparente à une sorte de manipulation de l’interviewé. Jusqu’où alors l’intervieweur est en droit d’aller pour obtenir ce qu’il veut ? C’est, selon moi, une question complexe qui ne trouve de réponse que dans l’éthique de chacun.

Lisa D.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B8, G4] Plus d’un milliard de mots

Émeline D. (15 / 02 / 2013)

L’épreuve du réel passe par un processus passionnant où l’on se demande comment mettre en image tout un univers qui n’était alors raconté uniquement par des mots. Transformer une nouvelle en scénario : tel était l’exercice d’un des cours de la semaine. Pour ma part, après avoir hésité entre deux nouvelles de Edgar Poe et Bernard Werber, mon choix s’est porté sur l’auteur français car ses textes, moins descriptifs, laissent une immense variété de choix d’adaptation. L’exercice est difficile : il faut traduire tout un contexte sans pouvoir le raconter, imaginer des flash-back, couper des paragraphes entiers, revoir l’importance de chaque moment fort car ce qui est intéressant à l’écrit ne sera peut-être pas pertinent à l’image.

J’ai choisi de prendre en photo une étagère de ma bibliothèque car les livres sont pour moi la grande source d’inspiration et surtout un moyen infaillible de développer son imagination. La photographie réorientée dans ce sens permet une bonne lecture des titres des œuvres, mais je trouvais également que cela mettait davantage en valeur le format et les couleurs de chacun d’entre eux. De plus, on peut voir dans cette photographie comme un escalier qui serait une métaphore de l’effort à fournir dans ce projet mais aussi de la progression marche par marche.

Actuellement, je suis toujours plongée dans l’adaptation de La dernière révolte, la nouvelle de Bernard Werber. Bien que le ton de cette nouvelle soit très juste, elle ne fait pas partie de mes favorites puisqu’elle développe une idée que j’ai déjà rencontré dans plusieurs ouvrages. Cependant, il m’a semblé astucieux d’opter pour une histoire plus classique, de manière à avoir des points de repères et de comparaison avec d’autres adaptations.

Émeline D.

WERBER Bernard [2002], L’arbre des possible, Paris, Éditions Albin Michel, 2002

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B8, G4] Story of a Story board

(cc) Florence Delavaud (14/02/13)

Preuve que la concrétisation de notre projet est proche, j’ai commencé cette semaine le story board, ou scénarimage. Alors que j’y réfléchissais, j’ai crayonné cette illustration, des ciseaux et une ligne pointillée, rappelant le découpage des scènes. “Découpage” car on définit ce que l’on garde et ce que l’on ignore.

Ces choix artistiques peuvent être frustrants : dans une scène de dialogues, par exemple, il est intéressant d’utiliser un champ/contrechamp entre les interlocuteurs, quitte à ce que les autres personnages soient gommés à cet instant, et d’aller à l’essentiel. Cette étape est déterminante car elle représente une passerelle entre scénario et écran, écrit et image.

Afin de préparer ce travail, je me suis rendue sur le site de la cinémathèque française. La fonction du story board est diverse : elle est préparatoire bien sûr, mais aussi esthétique, technique et économique. J’ai consulté plusieurs planches avant de me lancer. Je n’ai pas détaillé plan par plan, mais sur le modèle de la bande dessinée. Ceci permet d’avoir une vue graphique : échelle du plan, mouvements de caméra… L’exercice est long, mais le jeu en vaut la chandelle car, à présent, je visualise notre court métrage. Le story board me semble être au film ce que le plan architectural est à un bâtiment, c’est une phase clé de réflexion et de réalisation.

                                                                                                                                                                                                                                            Florence Delavaud

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B8, G8] Entraide

(cc) Lauriane Paganon (15/02/2013)

Mariane, Lucille, Lisa et moi nous sommes rendues compte que « notre équipe » fonctionnait bien dans le sens où nous communiquons plus rapidement car nous savons dans quel domaine nous nous sentons le plus à l’aise. Nous avons donc décidé de rendre chaque groupe disponible pour l’autre durant les entretiens filmés et sonores.

Pour celui-ci, les rôles d’intervieweur et de cadreur étaient respectivement tenus par Lucille et Mariane, tandis que Lisa était perchman et que je m’occupais de la seconde caméra. Bien que je sois consciente de la simplicité des cadrages dont j’avais la charge, j’ai beaucoup apprécié ce poste qui m’a permis de pouvoir faire concilier image et discours, et donc de me sentir vraiment investie. En outre, nous étions tellement concentrées que j’ai oublié de prendre une photo de notre dispositif. C’est pourquoi j’ai choisi de le retranscrire sous forme de dessin1. Il illustre la place de chacune durant l’entretien, mais également celle de Jean, l’ingénieur du son, qui nous a permis de nous sentir plus à l’aise grâce à ses conseils.

À l’issue de cet entretien, nous étions toutes satisfaites de son déroulement. Le fait d’être quatre nous a permis d’installer calmement le dispositif au préalable, mais également d’éviter de cumuler plusieurs postes et donc au final d’êtres plus sereines. C’est pourquoi nous espérons, Lisa et moi, que le nôtre se déroulera dans les mêmes conditions !

Lauriane Paganon

  1. par ailleurs le rectangle marron vertical représente le « bar » du studio []

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website