[B10, G3] Expressions et dérisions…

Sarah Vasseur (03/08/2012)
Sarah Vasseur (03/08/2012)

Dès à présent, il nous faut travailler de façon encore plus intensive avec le logiciel MovieStorm. Pour cela, il nous faut penser aux sons, comme je l’avais évoqué dans un billet précédent, mais pas uniquement. Ce qui est essentiel, c’est de parvenir à faire transparaître les émotions des personnages, que leurs mimiques permettent de traduire ce qu’ils peuvent penser ou ressentir. Cette photo représente l’ensemble des expressions d’un même personnage très célèbre, le Monsieur Jack de Tim Burton. De gauche à droite on observe dans un premier temps les expressions les plus neutres,  les plus « classiques », jusqu’aux plus marquées, présentant un plus fort potentiel émotionnel.

Si j’ai choisi cette photo, c’est précisément parce qu’elle évoque la diversité des sentiments qui peuvent se traduire sur un même visage que l’on travaille. En l’occurrence, il s’agit ici de figurines en pâte, qui peuvent se modeler à l’infini afin de sculpter des détails parfois très précis. Nous n’aurons certes pas un système de valeurs aussi pointu, mais il nous faut choisir les expressions que nous voulons traduire et imaginer de quelle façon nous allons les mettre en scène. Même si la plupart restent universelles, il est possible de trouver divers variantes, et le dégoût, par exemple, ne s’exprime pas de la même façon chez tout le monde, même si certains rictus sont typiques. Ne faut-il pas prendre en considération la personnalité de chacun pour imaginer le meilleur rendu possible ?

Sarah Vasseur

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G3] Top départ !

(cc) Barbara Lancia (16/03/2013)
(cc) Barbara Lancia (16/03/2013)

3, 2, 1… Le décompte est en marche. Nous sommes tous sur la ligne de départ, prêts à nous lancer dans la phase de création de notre websérie. La main sur le levier de vitesse, le pied sur l’accélérateur, nous attendons le feu vert de l’équipe pédagogique que nous rencontrons lundi afin de fixer les étapes clés du processus de création. Au cours de ce mois de travail, chaque groupe avancera à son rythme, avec plus ou moins d’imprévus et de difficultés. Le but sera de passer tous ensemble la ligne d’arrivée, le jeudi 11 avril, avec nos projets achevés.

Sur cette photographie, on peut voir trois voitures placées les unes derrière les autres. La première se trouve au niveau d’un feu tricolore et ce feu affiche la couleur verte. En arrière plan, on aperçoit un environnement urbain comprenant une arche, des immeubles, des lampadaires, d’autres voitures. Puisque le feu est vert mais que les véhicules se trouvent encore à son niveau, on peut imaginer qu’il vient tout juste de passer au vert et que les voitures n’ont pas encore eu le temps de démarrer. Ce feu symbolise ici le signal de départ, la date de lancement de nos projets.

Barbara Lancia

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G1] L’envers du décor

(cc) Chloé Hernandez (14/03/2013)
(cc) Chloé Hernandez (14/03/2013)

Depuis le mois de Septembre nous étudions dans cette salle, qui à l’origine, était loin de ressembler à celle sur la photo. Une sorte de moquette de couleur bleue pastel tapissait les murs et leur donnait un aspect terne et froid. Nous étions assis à des bureaux rectangulaires, les uns à côté des autres, un dispositif très strict pour un lieu qui est censé libérer notre création.

Il y avait cependant, l’ossature de ce qui deviendra le bar, le comptoir et les étagères. Au fur et à mesure nous avons constaté l’évolution de la salle : les murs ont été peints en vert foncé, les portes et les boiseries en jaune ocre, les abominables tables scolaires ont disparu pour laisser place à de petites tables rondes, afin de redimensionner l’espace, ce qui a totalement métamorphosé la pièce. Les changements effectués ont eu pour impact de rendre ce lieu convivial et plus adapté à notre filière artistique. Le décor prenait vie.

Sur la photo le bar semble désert, tout est calme et à sa place. Pourtant quelques minutes auparavant, grouillait une multitude d’étudiants qui s’empressaient d’accrocher des vinyles et cadres aux murs, participant à la modélisation du nouveau visage du décor.

J’ai photographié ce moment de calme « après » la « tempête », où tout semble avoir été là depuis toujours, alors qu’il n’en ai rien. J’ai pu assister à l’envers du décor, observer ce qu’il s’est produit pour aboutir à ce résultat , ce que ne raconte pas la photographie lorsque le spectateur l’a regarde. Nous avons contribué à l’évolution du lieu, nous avons agit dans l’ombre du spectateur.

La production audiovisuelle, c’est comme être dans les coulisses du projet que l’on construit.

Chloé Hernandez

 

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G1] Into the web

Manon Harsigny (15/03/2013)
(cc) Manon Harsigny (15/03/2013)

Nous y passons des heures chaque jour, il nous paraît simple et accessible et pourtant il appartient à un univers extrêmement codé que peu maîtrisent parfaitement. Le web cache bien son jeu à ses fidèles internautes et on ne saurait deviner l’existence de balises, classes et autres feuilles de style derrière cette façade virtuelle qui nous est offerte quotidiennement. C’est en cours de programmation web que nous sommes passés de l’autre côté du miroir pour décrypter et se jouer du monde ultra codé de la création web.

Au fil des heures, nous apprenons donc à manier ces langages informatiques presque mathématiques et obtenons progressivement une ébauche de page web, future page d’accueil de notre websérie, Profession Étudiant. La rigueur et la concentration sont de mise. Le moindre guillemet manquant ou tiret en trop rend notre code HTML obsolète, mais j’aime le défi et les énigmes et me lance ainsi à corps perdu dans l’élaboration hypercalibrée de notre future plateforme virtuelle. Résultat final prévu très prochainement !

Avide de contrastes, j’ai choisi d’opposer dans ma photo le flou persistant du rendu final et donc de l’écran à la netteté des pratiques et codes informatiques représentés par mon clavier. La perspective fuyante accentue cette idée de production toujours insaisissable. En effet, si la création web s’est éclairée dans mon esprit, je ne sais pas encore tout à fait à quoi pourra ressembler notre futur site en cours d’élaboration. Il en va de même pour notre webépisode, clair dans nos esprits et pourtant toujours inachevé, à l’état de projet.

Manon Harsigny

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G1] L’épreuve du réel

(cc) Gabriel Feuvrier [16/02/2013]
(cc) Gabriel Feuvrier (16/02/2013)

A l’heure où ces lignes sont écrites, seulement trois jours nous séparent du démarrage de la phase de tournage du projet Profession Etudiant, affectueusement et officieusement sous-titré “saison 3”.  Pendant un mois, il s’agira d’être confronté à l’intégralité du processus de production, de la phase de préparation (les scénarios étant déjà écrits) à la phase de diffusion. Ce cliché est donc l’occasion de présenter métaphoriquement la différence entre résultat et mise en scène.

Cette photo représente assez clairement Juliette et Emeline en train de se prêter à un jeu d’actrice qui nous permis en février de travailler la disposition de l’éclairage lors de la journée “Image et Lumière”. De manière totalement narcissique, j’ai trouvé cette photo assez esthétique car on peut voir à la fois le résultat de l’image filmé en bas à gauche du cadre, et à la fois l’organisation de la scène en hors champ. De plus, on remarque que la caméra, dont le résultat s’observe sur l’écran moniteur, est braquée du côté droit de Juliette (la jeune femme blonde), tandis que l’angle de la photo a permis la capture du côté gauche de Juliette, sans toutefois offrir une perspective réellement symétrique, à mon grand regret.

Le résultat est purement esthétique ; néanmoins, sur cette photo, il y a également deux valeurs de plan différentes. Ainsi, sur l’arrière plan, il s’agit d’un plan large qui permet de montrer la disposition ou plutôt l’organisation de la scène et de comprendre que deux personnes se font face, tout juste séparées par une table. Le premier plan, quand a lui, est un gros plan avec amorce qui permet de mettre en exergue l’expression faciale de Juliette, concentrée, et profondément grave et envoûtante.

Gabriel Feuvrier

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website