[B7, G3] De la théorie à la pratique

(cc) Barbara Lancia (01/02/2013)

A présent que les bases de la captation du son nous ont été inculquées, l’heure est à la pratique !

Sur cette photographie apparaissent trois étudiantes (Emeline, Juliette et Florence). Emeline et Florence occupent le premier plan, alors que Juliette se trouve plus en retrait. Juliette tient une perche son avec, à son extrémité, le micro qu’elle dirige en direction de la bouche d’Emeline. On aperçoit une deuxième perche au premier plan, orientée vers la bouche de Florence ; le perchman n’apparaît pas dans le cadre. Les acteurs sont mis en avant ; ils concentrent l’attention alors que les techniciens restent dans l’ombre. Emeline semble concentrée sur le texte des dialogues qu’elle s’apprête à interpréter. Le silence est de mise.

Cette photographie, prise sur le vif, nous permet d’entrer au cœur de l’action. Tour à tour les acteurs lisent les répliques d’un ou de plusieurs personnages et les perchmans doivent anticiper les prises de parole de chacun. L’alliance de concentration et de bonne humeur, reflétées par l’attitude des protagonistes, donne à la scène une atmosphère particulière où travail et plaisir se confondent.

Barbara Lancia

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B7, G6] Préparation aux ajustements


Photo originale : Lauriane Paganon (17/01/2013)
Retouche en cours d’infographie : Florent Poussard (30/01/2013)

Hop, hop, deuxième couche, on prend quelque chose de déjà existant, et on module, on modifie, on dénature, on remanie… A la base, il y a une image brute, trace visuelle d’une équipe au travail (ici, la promo M2 en plein montage de projecteurs) et ensuite, il y a ce qu’on en fait : dé-saturation, fumée, barbelés, police rouge sang… Oui, ça pourrait bien être une image de couverture du futur webdocumentaire sur la souffrance au travail (en l’occurrence, c’était l’idée de l’exercice en cours d’infographie) ! Mais, en ajustant la lumière, en saturant les couleurs, éventuellement en plaçant un petit arc-en-ciel en transparence, un rayon de soleil artificiel… on retrouverait plutôt la ritournelle de Blanche-Neige et ses amis qui sifflotent en travaillant.

Tout ça pour dire que, actuellement (et en parallèle de la rédaction de mémoire), c’est la dernière ligne droite de la préparation du tournage. Après les rappels élémentaires en prise de son, prise de vue et montage, il s’agit de savoir comment transformer les heures de rushs, sons et images, en un produit fini, avec une identité propre, une cohésion d’ensemble, tant éthique qu’esthétique. L’épreuve du réel est proche. Elle est même déjà là.

Florent Poussard

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B7, G2] Question futile

Gaylord gauvrit (01/02/13)

Prenons le temps de nous poser une question futile. Démarrant à peine le second semestre, sortant ainsi d’une mi-saison hivernale synonyme d’hibernation intellectuelle, nous prenons tout juste en compte les problématiques techniques de son, d’image et de lumière, afin de nous préparer au grand rush de fin d’année où nous réaliserons et finaliserons nos épisodes de Profession Etudiant.

Avant de prendre mon second souffle pour atteindre tête baissée cet objectif final, j’aimerais prendre le temps de me poser une question primordiale mais qui semble futile, car jamais traitée : Quel est notre public ? Qui es-tu, lecteur de ce billet ? Lecteur habitué de hypothese.org égaré, ou internaute avisé arrivé directement sur notre sous-catégorie ?

Difficile de le savoir sans avoir préalablement étudié la plateforme et pensé en amont ces questions. Ce n’est pas non plus un commentaire isolé quelconque qui nous donnera des indices sur l’identité de notre potentielle cible. « Cible », un mot qui fâche, marqué au fer blanc par son utilisation marketing, un mot qui semble tabou au sein du master CPI, où nous sommes bien plus concentrés sur notre ego d’artistes, que nos alter ego.

Le montage ci-dessus tente d’illustrer ce questionnement et mon envie d’ajouter, en plus du titre et du contenu de mon billet, un destinataire, une cible à qui m’adresser.

Gaylord Gauvrit

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B7, G2] Stolen eyes

 

(cc) Morgane Meneau (01/02/2013)

Cette semaine nous  nous somme plongés en cours d’image dans l’art du tourné-monté. Pour ce tournage nous avions choisi de ne pas intégrer de dialogue, afin de nous focaliser sur l’image et les plans. Malgré les difficultés rencontrées, cette contrainte m’a permis de comprendre à quel point l’image peut raconter à elle seule une histoire.

Le thème imposé était « A doit tuer B ». J’ai donc adapté cette thématique en racontant les mésaventures d’une pomme. J’ai essayé d’utiliser quelques règles que nous avions  vues, comme le raccord regard ou le champ-contre champ. J’ai tenté de raconter une histoire (celle d’un mannequin de bois qui vole les yeux d’une pomme), simplement à base de plan succincts. J’ai tenté de donner du sens à certains de mes plans : la plongée produit l’impression d’une pomme petite et fragile, tandis que la contre-plongée renforce le côté menaçant du mannequin dangereux (d’autant plus que le contre-jour focalise l’attention sur son visage sans traits).

Je me suis rendue compte une fois de plus que tout comptait dans un film, aussi bien la lumière que le son. Au fond tout participe à la construction du sens de l’histoire…. Cependant, je ne sais toujours pas où pourrait être ma place dans ce processus de création filmique. J’ai envie de tout choisir ! Je me trouve un peu comme ce mannequin insatisfait de sa condition, qui la prochaine fois, ira sûrement agresser une orange pour lui voler ses oreilles…

Morgane Meneau

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B7, G2] Plus tard

Yann Kerarvran (08/1995)

J’ai retrouvé cette photographie. La petite fille avec l’appareil c’est moi. Cette image me fait rire, car c’est avec gravité et sérieux que l’enfant que j’étais imitait son père. Cependant, avec le recul cela me semble plus qu’un simple jeu de mime. J’ai souvent singé mes parents dans divers tâches : les additions, le jardinage, la cuisine, les talons hauts et pleins d’autres choses que je n’oserais même pas évoquer. Pourtant je ne sais toujours pas faire cuire mes pâtes correctement, je n’aime pas spécialement creuser des trous pour y planter des fleurs, et je n’ai jamais eu envie de me lancer dans de longues études aux côtés de Pythagore. Non, ce qui m’attirait, c’était bien cela : l’art, l’image.

Lundi dernier j’ai tenu une vraie camera de professionnelle pour la première fois. J’ai également tenu une perche avec au bout, un imposant micro, afin d’enregistrer les témoins utiles à la réalisation de la série. En fixant cette photographie je me dis que je suis enfin grande. J’y réfléchis et pense que je sais parler d’un film, que je suis à l’aise et bientôt une spécialiste. J’ose parler d’analyse, de balance des blancs, d’ondes sonores. Et puis, mes envolées quelque peu orgueilleuses sont interrompues par un sourire : que penserais-je de l’enfant que je suis aujourd’hui, dans vingt ans ?

Morgane Kerarvran

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website