[B6, G3] Accord parfait

Barbara Lancia (17/01/2013)

L’image ci-dessus présente un musicien et son instrument, une guitare. Le cadre, restreint à la guitare, laisse apparaître au premier plan la main gauche du musicien sur le manche de l’instrument, puis, un peu plus en arrière, le reste de la guitare. On constate qu’une corde vient d’être jouée, sa vibration est retranscrite par une zone de flou sur l’image. Le point est réalisé sur la main droite du musicien, alors que l’extrémité du manche et la main gauche sont floues. Ce procédé participe à focaliser l’attention du spectateur sur l’action du musicien sur la corde et nous laisse imaginer l’émission d’un son.

A travers cette image, j’ai cherché à obtenir une représentation imagée du son. En effet, le son est le domaine sur lequel nous devrons bientôt concentrer toute notre attention pour finaliser nos projets. Le premier cours d’initiation au son nous a été dispensé cette semaine et cela m’a permis de considérer les nombreux enjeux liés à cet aspect de la création. Une réflexion approfondie sur les bruitages et musiques à intégrer au projet, sera nécessaire pour donner vie à nos personnages et à notre scénario ; l’objectif étant de parvenir à un ensemble harmonieux et sans fausse note !

Barbara Lancia

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G6] Mauvais temps

Florent Poussard (13/01/2013)

Ah, le temps qui passe, qui arrive vite, qui surprend, même, comme un diable à ressorts. C’est que, finalement, une fois passée la pause hivernale du mois de décembre… les échéances sont proches ! D’abord celle du mémoire, et après, juste après, le tournage. Et à nous de gérer ce temps, ce temps diabolique qu’on voudrait voir durer 48 heures par journée pour avoir le temps de tout faire sans se presser, sans se stresser. L’université, le tournage à venir, la recherche de stage, les choses en dehors, et les imprévus, aussi, qui parfois vous mettent bien en retard parce que vous ne les aviez, justement, pas prévus.

En fait si la journée commençait et s’arrêtait à la faculté, ce serait plus simple, d’autant plus qu’à présent se multiplient les cours de montage, de prise de vue, de prise de son. Ces activités ont un côté ludique évident en plus de nous préparer pour le tournage qui se rapproche, se rapproche… On se pose les questions de lumière, de son, de cadre, de techniques d’interviews. Mais la vie ce n’est pas ça, la vie c’est aussi les courses à faire, les problèmes avec la voiture, avec la banque, des relations humaines à entretenir, des bonnes surprises aussi. Enfin, il faut que je file, je suis encore en retard.

Florent Poussard


Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6,G5] Starting Block !

Starting Block, Sophie R. (17/01/2013)

Voilà… Nous y sommes… Cette photo représente ce que j’attendais avec impatience. De la pratique, enfin !

Ce qui nous interpelle en premier c’est la mandarine qui se trouve sur le bord droit de l’image. Elle prend beaucoup de place dans le cadre. L’angle de la lampe donne un sens de lecture diagonal à l’image. Elle éclaire la scène et nos yeux se posent sur notre professeur, Jean Baptiste Beis. Il nous explique les orientations de la lumière tandis que Florent assis au centre fait office de comédien. Laura regarde et écoute attentivement les consignes de Jean Baptiste tandis qu’au fond, Capucine et Romain prennent la scène en photo. A cet instant, ils pensent comme moi qu’elle leur servira pour le billet du Carnet de recherche. Je ne serai pas étonnée que plusieurs d’entre nous ait la même.

Ce que moi je perçois  dans cette image c’est l’aboutissement des mois de théorie que nous avons eu précédemment. On voit ici  une installation de base pour la pratique de l’interview. C’est de ça que nous avons besoin, les bases. Par bases, j’entends les techniques de prise de vue de l’interview où le technicien définit son cadre en fonction du sens du regard de l’interviewé et met en place un éclairage qui mettra en valeur son personnage. Par exemple, une lumière en « contre » détache le personnage du décor tandis qu’une lumière de face lui éclaire le visage.

C’est une étape cruciale avant le commencement de notre tournage.

Sophie R.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G2] Impression

Morgane Kerarvran (29/12/2012)

Pour cette première écriture en solitaire j’aimerais parler d’une illumination dont l’origine remonte aux vacances hivernales. La photo présentée fut prise lors de l’une de ces soirées loin du master et des autres étudiants. J’avais sorti mon appareil photo de son tiroir, décidée à faire la plus belle image du monde. Évidement ce n’est pas aussi simple. Déjà il ne fonctionne plus normalement, il a l’air malade, comme moi. Et puis les réglages ne marchent pas ou plutôt je ne sais pas m’en servir. Énervée, j’appuie sur le déclencheur, j’éternue, ma main bouge, la photo est ratée. Elle est floue, les lumières dansent. Finalement, ce que je vois sur l’écran me charme plus que ces immeubles derrière ma fenêtre. Cela me fait penser à ces moments, où l’on regarde rapidement les choses, où celles-ci mettent un temps avant de devenir claires. C’est un peu ce que je ressens, l’incertitude du début commence à partir et laisse place à un schéma définît, un scénario écrit, une mise en scène en route, une vision plus éclairée de la production, du cinéma et de leurs enjeux. De plus, certains cours techniques sur l’image me permettront enfin de prendre des photos plus nettes !

Morgane Kerarvan

 

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G2] Confession

Morgane Meneau (17/01/2001)

La photographie représente deux moments dans le processus créatif que j’ai vécu : celui où je «bloque » et celui où « j’enlève ce qui m’empêche d’avancer ». Le fait de rédiger désormais les billets seule, de ne pas voir son groupe de travail pendant un mois, m’a obligé à me poser des questions sur moi, ma façon de travailler et où était ma place dans le travail de groupe. Tous ses doutes m’empêchaient d’avancer puisque je n’avais plus d’interlocuteur pour me répondre. Je deviens la seule à juger de mes actes, c’est pour cela que je me suis mise en scène. Je suis le sujet de ma propre analyse, le miroir est mon propre regard. Les post-its sur le miroir représentent ce que je dois faire et ceux sur mon corps mes propres questions sur moi-même. Dans la seconde photo je les jette, je me libère pour avancer, ces remises en questions m’ont permis de trouver une nouvelle fin pour le scénario qui convient au groupe. Il faut parfois savoir se lancer, repartir pour ne pas rester spectateur, reprendre le projet. Ces photos représentent ce regain, ce nouveau départ. J’ai dû résoudre certains problèmes pour me préparer à de nouveaux et laisser ceux qui seront toujours là.

Morgane Meneau


Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website