[B6, G8] Mise en lumière

Lisa D. (17/01/2013)

Quand le jour du tournage approche, la panique monte. On commence à pratiquer et mettre en place tout ce qu’il faut pour le tournage (pour l’interview notamment). Jeudi, on a commencé à penser la lumière avec la disposition de l’éclairage, les effets souhaités, etc. On voit sur la photo Romain et Laura mettre en place deux projecteurs pendant que Mariane est assise pour tester les effets de la lumière sur un éventuel sujet. Personnellement, je n’avais pas encore pensé à tout cela et je me pose beaucoup de questions maintenant. C’est un peu la panique car je ne suis pas très à l’aise pour confectionner une lumière et ma partenaire non plus. Heureusement qu’au début, on sera encadré mais ce ne sera pas tout le temps le cas. En attendant, grâce aux cours des intervenants, on apprend à manipuler le matériel et comprendre comment et dans quel but il fonctionne. Avec Jean-Baptiste Béis, on a pu compléter les connaissances acquises l’année dernière avec Fabrice Main. Reste à savoir, si on saura (si je saurais) les mettre en pratique correctement pour obtenir un bon résultat pour ce webdocumentaire.

Lisa D.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G5] Un site Web pour un Web-Doc!

Un site Web pour un Web-Doc, Laura J. (17/01/2013)

Nous avons franchi une nouvelle étape puisque nous sommes actuellement en train de créer le site internet qui accueillera notre web documentaire « Travail en scène, acte sonore pour les yeux ». Nous avons suivi trois cours sur la conception d’un site web pendant lesquels nous avons conçu différents schémas et croquis pour la conception des pages numériques. La création d’un site internet a pour intérêt d’obtenir une lisibilité plus large. Il sera composé des cinq séquences et sous séquence du web documentaire. L’internaute découvrira ainsi le travail effectué au sein du master CPI de Bordeaux 3.

Je me suis mise en scène afin de reconstituer cette étape de travail. Je suis au premier plan à gauche, en haut du cadre. L’ordinateur est l’objet central de l’image car il représente l’outil de travail. Je suis en train d’effectuer un wireframe, qui est un dessin d’écran présentant la zone de contenu des vidéos et des textes du site internet. Travaillant sur le logiciel Klynt nous nous adaptons aux différentes caractéristiques et contraintes qu’il propose. Ainsi nous avons d’ores et déjà un aperçu de ce que sera notre site web. Nous prenons en compte différents points, notamment en terme d’ergonomies afin d’en faire un objet agréable et intéressant d’usage pour l’internaute.

 Laura J.

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G1] Flic flac

Flic flac, Manon Harsigny (19/01/2013)

J’entends la pluie et pourtant je ne la vois pas tomber. Je sais qu’elle existe, je visualise même le clapotis des gouttes sur les pavés de ma cour et pourtant je ne l’ai qu’entendue. Ô ouïe, m’entends-tu ? Nous t’avons trop souvent préférée la vue sans jamais réaliser ton importance, ton incroyable pouvoir d’évocation. Aujourd’hui nous y remédions !

Avec un projet 3D, le risque est grand de tomber dans l’irréalisme et de laisser échapper ainsi l’attention du public. Le son toutefois, peut suggérer mille et une choses et compenser la virtualité propre à Moviestorm. Il peut déplacer l’attention du spectateur sur un objet jusqu’alors passé inaperçu ou bien donner à voir une action pourtant hors-champ. Si ma photo de gauche ne montre pas la pluie, je sais néanmoins qu’il pleuvait au moment de la prise de vue puisque ma fenêtre était la source d’un bruit explicite, néanmoins c’est en zoomant (photo de droite) que ma vue pu confirmer cette information jusqu’alors auditive. Nous nous emploierons donc à accorder au son la place qu’il mérite dans notre webfiction !

Et parce que parfois on croit entendre la pluie alors qu’il n’en est rien : Perpetuum Jazzile – Africa (dernière consultation: 29/01/2013)…

Manon Harsigny

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G1] La problématique du son dans un projet

La problématique du son dans un projet, Gabriel Feuvrier (17/01/2013)

Mercredi 16 janvier 2013 était l’occasion d’un premier cours technique avec Jean Collot, l’ingénieur du son en charge de notre initiation à la prise et à l’enregistrement des sons en audiovisuel.

Les scénarios finis et la période des fêtes passée, il fallait se remettre dans « le bain » si je puis dire et attaquer la partie pragmatique du processus de création filmique. Si le scénario représente une base plus ou moins satisfaisante sur laquelle travailler, il est essentiel de le tailler dans les formes souhaitées, comme on taillerait un bloc de granit pour en faire une oeuvre. Travailler sur un scénario écrit, c’est déjà donner sa vision des choses, c’est interpréter. Ce billet s’attarde sur la dimension sonore du film, car si on la laisse parfois de côté, il ne faut pas oublier qu’elle représente 50% d’une oeuvre audiovisuelle.

Si j’ai choisi de saisir l’image d’une oreille, c’est parce que c’est l’organe le plus concerné par la question sonore. Rien de très recherché donc si ce n’est le fait que la personne qui m’a servi de modèle déteste qu’on s’approche de près ou de loin de ses oreilles, que ce soit physiquement ou de manière photographique.

Gabriel Feuvrier

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G1] La Petite Mort

La Petite Mort, Chloé Hernandez (18/01/13)

Voilà la concrétisation de plusieurs mois de travail : la validation de notre scénario intitulé « La petite Mort », ici présent sur la photo. L’angle de vue choisi témoigne de l’intimité que nous avons avec notre projet mais aussi de son appartenance. De plus ce cadre rapproché renforce le côté « top-secret » du scénario et sert en quelques sorte de bande annonce : attention prochainement vous pourrez découvrir « La petite Mort », le nouveau court métrage de Gabriel Freuvrier, Chloé Hernandez et Manon Harsigny …

Tenir entre ses mains notre projet a quelque chose de gratifiant, un pas de plus dans l’aventure, peu à peu le projet avance. Nous pourrions penser que le plus dur est fait. Effectivement, nous nous sommes confrontés à diverses difficultés lors de l’écriture de notre scénario, notamment sur la « crédibilité » de nos dialogues ou encore sur le fait d’aller à l’essentiel, ne pas trop écrire avant d’arriver à la chute de notre histoire, car le court métrage doit durer au final 3 minutes. Après la validation de notre scénario par notre mentor M. Rossin, nous avons pu présenter notre travail devant nos camarades de M2 et devant nos enseignants. Nous leurs avons exposé notre processus de création, les difficultés rencontrées jusqu’à l’aboutissement de l’écriture des dialogues et ce que nous avons retenu de cet exercice enrichissant. Après avoir eu un retour de nos enseignants sur notre intervention, nous pouvons désormais nous concentrer sur les prochaines étapes de la réalisation de notre projet, afin de l’enrichir et qu’il prenne peu à peu vie.

Chloé Hernandez

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website