[B4, G3] Continuités…

Sarah Vasseur (23/11/2012)

Existe-t-il des domaines réellement privés, ou sommes-nous toujours reliés les uns aux autres ? Les traditions spirituelles, appuyées par la science, nous apprennent que nous possédons chacun des microcosmes (du grec micro = petit et cosmos = monde), qui nous entourent de façon invisibles, et qui émettent nos vibrations sur plusieurs mètres (une vingtaine). Ainsi, sommes-nous toujours en quelque sorte connectés et mélangés les uns aux autres ? Alors, qu’est-ce que l’espace personnel ? Quelles en sont ses limites et comment le définir ? Peut-être s’agit-il de l’espace de l’ego, l’espace physique dans lequel il se plait à avoir ses repères. La notion de repères est certainement importante. Nous possédons des meubles, qui sont toujours les mêmes, souvent à la même place, dans une même pièce, tout cela dans un espace constant et tout à fait mobile à la fois : un appartement ou une maison. La langue française utilise d’ailleurs cette expression « c’est mon repaire », pour évoquer un lieu plus ou moins grand dans lequel on se retrouve régulièrement et auquel on est attaché. Une métaphore qui en dit plus qu’il n’y paraît… En tant que domaine physique, la maison est un domaine privé qui sert de “repère” parmi des milliers d’autres. Un espace personnel n’est jamais un lieu inconnu. C’est non seulement un espace que l’on connaît, mais plus encore que l’on reconnait, dans lequel on se reconnait, et qui nous est réconfortant.

Dans le cadre du débat que nous devons créer entre les personnages, j’ai choisi de faire ce dessin, parce qu’il évoque bien la question du domaine privé, du lieu de vie personnel, soulevée par Ayaka (un de nos protagonistes). On y voit un lit aperçu à travers le trou d’une serrure, symbole d’une intimité menacée.

Après tout, pourquoi peut-on refuser que certaines personnes entrent chez nous, d’autant plus si nous sommes absents ? Parce que l’on y crée une ambiance, une atmosphère énergétique précaire, liée à notre être, qui peut se briser en un rien de temps par l’interaction d’autres personnes, émanant des énergies différentes des nôtres ? Plus particulièrement, une chambre est le lieu des rêves, des relations sexuelles, et permettre à des personnes de l’utiliser pour des rapports ou même pour une nuit, n’est finalement peut-être pas un acte anodin puisque que l’on permet de bouleverser tout l’équilibre ambiant qui y règne.

Le feng-shui, notamment, pratique chinoise qui se penche sur l’importance des circulations énergétiques dans un lieu, prône l’importance des énergies apportées, modifiées ou enlevées dans un lieu donné. Ayaka pourrait éventuellement être sensible à ce genre de « détails », de philosophie, et défendre ainsi l’importance du domaine privé face à Nikolaï.

De manière générale, nous créons des frontières, des barrières physiques avec le monde qui nous entoure, et cela en vivant dans des lieux séparés, fermés par des portes. Cela permet de créer des « cocons », où l’on s’y sent protégé, parce que nous y mettons quelque chose de nous, quelque chose de connu et que nous pouvons reconnaître. On peut décorer d’une façon qui nous plaît, on y écoute un certain type de musique, nous y regardons certains types de films… Avec un lieu, se crée toute une alchimie liée aux personnes qui l’habitent… dans tous les sens du terme.

Mais « ne s’y trouve-t-il que le confort, la soif de confort, cette chose furtive qui entre dans la maison en invité, puis qui devient l’hôte, et puis le maître ? », Khalil Gibran, 1993.

Juliette Chanson (23/11/2012)

Cette photo représente Barbara cachée derrière une toile d’araignée, comme tout individu derrière son écran d’ordinateur, et pouvant se créer n’importe quelle identité sur le net. Personne ne peut la percer à jour, elle est tapie dans l’ombre.

Nous connaissons la dérive des sites internet. Derrière un profil, un statut, une photo, tout le monde peut se cacher. Cela reste du virtuel. On se définit une identité sur la toile mais il n’y a aucun contrôle. On ne dit que ce qu’on a choisit de dire sur nous, on s’affiche comme on le souhaite.

Dans notre continuité non-dialoguée, Nikolaï a pris contact avec une inconnue via un site internet. Cela va nous permettre de trouver des arguments qui, encore une fois, animeront notre débat ! Ayaka peut enchaîner les arguments reposant sur le fait qu’elle a entendu parler de meurtres, d’histoires louches, qui se seraient produits suite à de mauvaises rencontres sur le net. On peut trouver une logique dans sa réticence à laisser Nikolaï aller au rendez-vous, en se reposant sur une réalité, de nombreux internautes se sont déjà fait duper.

Barbara Lancia (23/11/2012)

Le fantasme de l’inconnu, c’est ce à quoi succombe Nikolaï dans notre scénario. Son inscription sur le site de “rencontres éphémères” Duculducul.com nous le prouve. Le fantasme sexuel est défini comme un scénario érotique, imaginaire ou non, provoquant une pulsion ou une excitation sexuelle, pas nécessairement assouvie du fait de l’auto-censure sociale ou religieuse. Or, le fantasme de l’inconnu a ses particularités propres. En effet, avoir un rapport avec un inconnu induit une forte excitation de par l’impossibilité de contrôler entièrement la situation et la mise en danger que cela suppose.

Sur cette image, le masque représente le fantasme de l’inconnu. En effet, une fois qu’il est porté, on ne peut jamais vraiment savoir qui se cache derrière le masque. Porté lors d’un rapport sexuel, il permet à chacun de ne pas se montrer réellement tel qu’il est, et de s’inventer une personnalité ou une attitude différente, sans craindre le regard de l’autre. De plus, il instaure une distance entre les partenaires qui évite tout attachement ou tout engagement futur. Éveillant la curiosité, il a une forte valeur érotique. L’individu masqué devient donc un inconnu. Le masque représentant la facette de sa personnalité que celui-ci décidera de montrer.

 

Juliette Chanson (23/11/2012)

 

Nous pouvons voir sur cette image une annonce du site internet de rencontre Adopteunmec.com. Nous nous sommes inspirées de ce site dans notre continuité dialoguée, pour comprendre les motivations, l’état d’esprit de Nikolaï inscrit sur un site de ce genre, les réticences de ses amis, ainsi que leur surprise.

Meetic, Badoo, E-darling… Nous vivons actuellement dans une société où les sites de rencontre se généralisent, se multiplient. De plus en plus de gens non seulement s’inscrivent sur ces sites, mais se rencontrent “dans la vraie vie”, et beaucoup de relations virtuelles deviennent réelles. Il s’agit de sites promettant des rencontres amoureuses, mais chacun y va avec ses propres attentes. Il y a aussi des sites de rencontre qui ont un nom bien plus direct et qui annonce un tout autre type de relation, comme par exemple Adopteunmec.com où on « fait son marché » en mettant les hommes qui nous plaisent dans des paniers. On peut aussi voir sur l’image que le site parle de stocks de femmes et d’hommes ! On comprend bien que ces sites sont moins conventionnels et qu’ils laissent une totale liberté d’attentes aux internautes.

Dans notre débat, nous avons voulu que Nikolaï ait rencontré une fille sur un site de rencontre, car ce personnage aime les belles filles. De plus, il est assez représentatif de ces jeunes gens qui passent leur temps à faire le tour des profils et des photos sur les sites afin de trouver LA magnifique fille avec qui sortir. Nous avons opté pour un site qui s’appellerait « Duculducul.com », ce qui définit totalement bien la forme de relation que Nikolaï souhaite partager avec la belle inconnue.

Barbara Lancia (23/11/2012)

Cette photographie illustre le conflit  survenant entre Ayaka et Nikolaï dans notre continuité non-dialoguée. Ayaka a du mal à comprendre le mode de vie de Nikolaï, qui multiplie les conquêtes féminines, sans jamais chercher à poursuivre la relation. Ce débat naît donc de deux visions différentes de la relation amoureuse, et de la capacité pour certains à dissocier sexe et sentiments.

Cette photographie représente un lit à deux places, dans une obscurité partielle. On remarque que le lit est défait, la couverture est froissée et retournée. De plus, plusieurs vêtements et sous-vêtements sont éparpillés sur le lit.

Une fois la photographie bien observée, on imagine aisément la nature des événements qui se sont déroulés dans la pièce. L’image laisse en effet deviner des ébats amoureux récents. Amoureux, peut-être pas… D’où les deux phrases inscrites de chaque côté de la couette : « Toi & moi pour la vie » et « Toi & moi pour la nuit » ; le débat reste ouvert.

 

Sarah Vasseur (23/11/2012)

Si j’ai choisi de prendre cette photo, c’est parce que, personnellement, rien ne m’évoque plus le domaine privé que l’écriture. Même si elle est par la suite portée aux yeux de tous, l’écriture est d’abord un acte profondément intime, qui nous permet de flirter avec les aspects les plus secrets et les plus enfouis de notre être. C’est le moment où l’on touche du doigt ce qui est en deçà et au-delà de toutes les lois tangibles. S’il y a bien quelque chose qui nous met à nu, c’est lorsque l’on écrit, et plus encore, lorsque quelqu’un lit ce que l’on a écrit avec une profonde spontanéité. On ne peut jamais écrire autre chose que ce qu’il se passe en nous. On ne peut jamais exprimer autre chose que ce qu’on laisse vivre en nous. Ainsi, l’écriture, qu’elle fasse part de nos réflexions, de nos émotions, de nos pensées, de notre imaginations, est toujours le miroir de nous-même, et l’on peut choisir de la laisser voir ou non aux autres. Il n’en est pas question dans l’épisode de Profession étudiant que nous voulons créer, mais il s’agit cependant, pour moi, d’une des images qui illustre le mieux la question du domaine privé. De plus, cela peut également amener à réfléchir sur le contenu et le ton des messages échangés sur un site de rencontre.

Barbara Lancia, Sarah Vasseur et Juliette Chanson

Bibliographie

Khalil Gibran, Le Prophète, Livre de poche, Librairie Générale Française, 1993

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B4, G8] Trouver l’unité dans le collectif

Alors que nous trouvions au préalable l’écriture à quatre mains contraignante, nous sommes parvenues au fil du temps à une méthode de travail qui nous convient parfaitement (comme évoqué dans le billet 11).

Lauriane Paganon (20/11/2012)

Au moment de la prise de vue nous attendions que Blandine vienne nous voir afin de nous donner son avis sur notre note d’intention. On peut observer sur l’écran de l’ordinateur que plusieurs documents sont ouverts puisque c’est de cette façon que nous travaillons. Nous avons créé un google doc afin de faire ressortir toutes les idées que nous souhaitions explorer. Puis, nous en avons ouvert un second où nous avons mis en forme toutes ces idées. Depuis nous ne faisons que jongler entre ces deux documents afin d’enrichir notre note d’intention de nouveaux éléments. Ces derniers émanent des remarques de Blandine, des recherches que nous effectuons de notre côté et des cours du master. Notamment en ce qui concerne les écoutes des documentaires radiophoniques de arteradio.com2 qui nous ont permis d’affiner l’aspect visuel et sonore que nous souhaitons donner à notre séquence.

Mais aujourd’hui, nous nous trouvons confrontées une seconde fois au problème de l’écriture à plusieurs. En effet, les cinq groupes du webdocumentaire doivent s’accorder sur le dossier de production. Or nous rencontrons certains problèmes de communication qui ralentissent l’écriture de ce document. De plus nous n’avançons malheureusement pas à la même vitesse sur le travail à produire.


Les 2 photographies sont de Lisa D. (20/11/2012)

Ces photographies ne représentent pas objectivement les méthodes de travail de chaque groupe car à ce moment là, Blandine était en train de parler. Aucun des groupes n’étaient donc en train de travailler en binôme à proprement parler. Cependant, nous avons trouvé que ces deux photographies, d’autant plus lorsqu’elles sont côte à côte, permettaient d’illustrer clairement le travail à deux et la façon dont nous gérons cette relation. On peut imaginer que certains sont encore dans l’imagination de leur documentaire pendant que d’autres sont entièrement dans la conception. Par ailleurs nous ne travaillons pas tous avec les mêmes outils. Bien que l’ordinateur prenne une place importante sur la photo de droite, il est intéressant de constater qu’il ne remplace pas pour autant le traditionnel bloc note et son crayon, respectivement sur la table de gauche et dans les mains de Marianne et Romain. Bien que nous vivions tous cette expérience de différentes façons, nous rencontrons tous des difficultés et des moments de découragement. Cependant, le fait que ce projet soit également collectif nous permet quelquefois de pouvoir nous appuyer les uns sur les autres suivant les compétences de chacun.

En ce qui concerne notre binôme, nous avions toutes les deux discuté de nos méthodes de travail respectives afin de les combiner, de telle sorte que nos compétences personnelles s’additionnent au lieu de s’annuler. Toutefois, nous nous demandons si cette démarche peut fonctionner à l’échelle d’une classe entière d’autant plus que le temps nous manque pour mettre en commun les revendications de chacun.

« En travaillant en groupes, en interagissant, les apprenants construisent du savoir ensemble, deviennent des ressources l’un pour l’autre. Ils augmentent leurs chances de devenir interdépendants ; l’enseignant n’est plus l’unique source de savoir et d’expertise dans la classe » [Coco, 2006].

Ainsi bien que nous soyons encadrés, cet exercice de mise en commun repose principalement sur notre capacité à travailler ensemble afin de réaliser un webdocumentaire cohérent. Le résultat attestera par ailleurs si nous y sommes parvenus. Nous nous devons donc de collaborer les uns avec les autres et cela ne sera possible que dans la mesure où nous décidons d’avancer à l’unisson. Cependant, nous accumulons actuellement du retard car chaque groupe avance de son côté, alors que des choix doivent être faits afin d’avancer dans l’écriture de la note d’intention générale.

Lauriane Paganon (20/11/2012)

 Si une personne était entrée dans le studio mardi matin, voilà ce qu’elle aurait pu observer. A l’origine nous n’étions pas installés comme cela mais Blandine nous a demandé de travailler nos notes d’intention individuelles, nous nous sommes donc installés par groupe. Par ailleurs, nous nous sommes aperçus que le fait de travailler en binôme rapprochait considérablement les étudiants qui le compose, il nous arrive donc souvent de reformer inconsciemment ces binômes lorsque nous nous installons en classe. Ce qui est d’autant plus le cas dans cette salle, puisque ces tables nous prédisposent dans un certain sens à nous départager. A la différence des tables mises bout à bout où nous nous installons les uns à la suite des autres sans vraiment réfléchir. Il est donc intéressant de se rendre compte que lorsque les tables sont séparées, le choix nous est offert de nous asseoir où bon nous semble. De plus, ce placement de tables favorise la communication entre les élèves lorsque celle-ci est permise. Par ailleurs si Lisa se trouve au premier plan cela est dû au fait que nous avions besoin de l’ordinateur de la salle. Le principe de cette photo étant de donner une idée de la disposition des élèves depuis l‘entrée de la salle et non de mettre notre groupe au premier plan.

Lisa D. (22/11/2012)

Il arrive aussi que nous déplacions les tables afin de faciliter la discussion. Par exemple, nous avions positionné les tables comme sur le dessin ci-dessus pour éviter le caractère frontal des élèves et du professeur et débattre au mieux sur nos travaux. La communication a tout de suite été plus rapide a établir car nous pouvions tous nous voir. En effet, lorsque les tables sont alignées les unes à la suite des autres, la première rangée est amenée à tourner le dos à la seconde, il est donc beaucoup plus difficile de communiquer entre nous. Grâce à ce nouvel aménagement (temporaire en ce qui concerne le SCAV), nous avons eu l’impression d’avoir une véritable réunion de travail. La barrière enseignant/étudiant se faisant moins ressentir. Notamment en ce qui concerne les remarques de Blandine, car nous pouvions tout de suite en discuter et entendre le point de vue de chacun.

Nous nous retrouvons donc face aux difficultés inhérentes à tout projet en commun : une participation plus ou moins active et des remises en question qui retardent toute prise de décision. Cela a par ailleurs été notre cas dans le sens où nous avions tous décidé que le webdocumentaire serait en couleurs, et finalement en y réfléchissant plus longuement nous nous sommes toutes les deux dit que nous préférions que notre séquence soit en noir et blanc. Il a donc fallu rouvrir le débat alors que nous nous étions tous mis d’accord la semaine dernière.
Par ailleurs, cet exercice se révèle instructif puisque nous serons sûrement amenés dans le cadre professionnel à travailler en équipe. Et le fait d’avoir au préalable vécu cette expérience nous permettra certainement de mieux nous intégrer dans un groupe de travail.

Lisa D., Lauriane Paganon

Bibliographie

COCO Myriam [2006], Campus numérique et représentations des futurs enseignants de langues étrangères, Distances et savoirs, 4, 2006

Illustrations

Photo à la une

Auteur : Lauriane Paganon

Date : 20/11/2012

Légende :  Le cours est terminé, nous sommes donc tous debout. Nous pourrions nous en aller pourtant nous faisons le choix de rester. Nous espérons avoir le temps de poser encore quelques questions restées en suspens concernant la mise en page du dossier de production. Blandine prend alors le temps de nous répondre mais également de nous rassurer. Nous décidons alors de faire le point la semaine prochaine sur l’avancée de nos travaux.

  1. http://cineoeil.hypotheses.org/92 []
  2. “En ligne : http://www.arteradio.com/ (dernière consultation 22/11/2012)” []

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B4, G7] Brainstorming pour une réalisation

Brice G. (20/11/12)

Ce cliché a été pris lors de notre précédente séance d’écriture documentaire avec Blandine Schmidt. Lors de cette séance, il nous a été présenté les dossiers de production rendus par les précédents élèves du Master 2 CPI. Cet atelier a ainsi été pour nous l’occasion de nous confronter à ce type particulier de document (dans sa forme comme dans son contenu) propre au milieu de l’audiovisuel. Il s’agit d’un document extrêmement important dans la réalisation d’un projet tel qu’un web documentaire. Apprendre à concevoir un dossier de production est un enjeu essentiel pour nous, puisqu’il est capital dans la recherche de partenaires financiers, mais aussi pour la coordination du travail de tout les membres d’une équipe de réalisation. Il est d’ailleurs le fruit et l’aboutissement de tout un travail d’écriture et de réflexion. Ce travail préparatoire permet ainsi de coucher sur le papier ses idées en terme de réalisation, d’organisation et de conception du montage, etc. C’est sur cette tâche que nous nous investissons en ce moment même. Mais attention, ce document doit être soigné, sa mise en page doit être claire et son esthétisme recherché, afin qu’au delà de ses aspects pratiques, il soit agréable à parcourir. C’était donc pour nous l’occasion de lire les documents élaborés par nos prédécesseurs, pour mieux en analyser à la fois les points positifs et négatifs.

Romain Gallon (20/11/12)

Cliché photographique, une nouvelle fois pris pendant un cours d’écriture documentaire avec Blandine Schmidt. On peut d’ailleurs apercevoir cette intervenante à gauche du cadre, avec un haut gris, en train de guider le travail d’un groupe d’étudiantes. Celle qui apparait sourit, signe du plaisir que lui procure ce travail autour du processus créatif. En arrière plan, d’autres groupes d’étudiants travaillent sur leurs parties du projet. A gauche du cadre, Brice semble plongé dans ses pensées.  Les différentes tables matérialisent les différents groupes qui réaliseront chacun une partie du web-documentaire. Cependant ces parties, pour l’instant indépendantes, doivent, au final, former une unité audiovisuelle, d’où la recherche d’une uniformité stylistique commune à tout nos travaux. Effectivement, une convention est en train de naître, de se dessiner peu à peu, de se concrétiser. Ainsi, par exemple, il a été décidé qu’aucune voix off ne serait utilisée, pour aucun des projets, ou encore que l’identification de nos experts serait aidée par la formation d’un “synthé” (bandeau grisé avec le nom de la personne interrogée). Cette convention permet avant tout une harmonisation de l’œuvre. Une unité dans la forme, mais aussi dans le fond, puisque le web documentaire devra suivre un fil conducteur. Celui-ci doit apparaitre logique et évident, à la fois pour nous, mais surtout et avant tout pour l’internaute qui visionnera l’œuvre. Il est donc important, dès à présent, et grâce à nos séances avec Blandine Schmidt, de connaître les avancées de chacune des équipes concernant leurs recherches, mais aussi de recentrer le sujet autour d’une idée principale et commune, un thème central qui ressortira peu à peu de ces temps de réflexion collective.

Brice G.  (20/11/12)

Cette photographie témoigne également de cette séance d’écriture documentaire. Nous pouvons apercevoir le bout d’une main, équipée d’un stylo. Voilà bien l’outil premier et fondamental du documentariste. Le second sera bien évidemment sa caméra. On observe plusieurs termes qui viennent d’être couchés sur le papier : « photo » et « plateau ». Nous étions à ce moment précis en train de réfléchir à nos intentions de réalisation, notamment en ce qui concerne le déroulé de l’entretien vidéo avec Sylvain Montagnac, directeur de la photographie, que nous projetons d’interviewer dans le cadre de notre projet (d’où les termes “photo” et “plateau” faisant référence au éléments clés du tournage d’un film). Nous pensions pour cette “pastille” vidéo, outre son interview, pouvoir le suivre sur le tournage d’un de ses films. Cette interview sera réalisée dans le cadre de notre réflexion autour des différences principales existantes entre le métier d’éclairagiste (en particulier au théâtre) et celui de directeur de la photo. Nous aimerions connaître le matériel qu’il manipule, le vocabulaire qu’il emploi, ses manières de faire, etc. Cela permettra au spectateur d’observer, de comprendre de manière concrète, ses actions, ses interactions sur un tournage avec les différents protagonistes qui l’entourent, et finalement de saisir véritablement la différence entre ces deux arts, si proches et pourtant si lointains dans la forme.

Romain Gallon (21/11/12)

Ce doigt auquel nous avons dessiné la tête d’un homme et ajouté une cravate, fait ici office de doublure pour notre expert, Sylvain Montagnac (à savoir notre directeur photo comme expliqué ci-dessus). C’est ici une démonstration de ce que nous aimerions faire dans le cadre de notre interview. La lampe du dessus représente un projecteur de cinéma, une “mandarine”, qui n’éclaire qu’une partie du visage. Suivant toujours notre projet de travailler sur les hommes de l’ombre, l’image devra refléter allégoriquement le thème traité.  Il nous semble aussi intéressant, pour des facilités de montage, d’utiliser plusieurs valeurs de plans pour le cadrage de l’interview. Aussi, lorsque nous poserons des questions, nous en profiterons pour zoomer un peu plus sur le visage de l’homme, et vice-versa, ce qui permettra ensuite de choisir uniquement les séquences qui nous intéressent. Ces images, capturées durant l’entretien, seront entrecoupées d’images du directeur de la photographie “en action” sur le plateau (comme expliqué ci-dessus).

Brice G. (21/11/12)

Cette image est un montage photographique réalisé sous Adobe Photoshop. Ici, c’est Romain qui a servit de modèle. Il s’agit d’une démonstration de l’effet que nous souhaiterions donner au diaporama photo réalisé pour l’interview de Sylvain Anché, l’éclairagiste de “Une Compagnie”. Nous voulons commencer le diaporama avec des images peu éclairées, ne laissant pas percevoir les reliefs du visage de Monsieur Anché. A mesure que nous progresserons dans l’interview et que nous en apprendrons plus sur sa vie et son travail, le visage s’éclairera de plus en plus. Cela donnera un effet esthétique et métaphorique que nous trouvons tout particulièrement intéressant. Le spectateur sera ainsi peu à peu “éclairé” sur le métier d’éclairagiste et sur le rôle de Sylvain Anché dans la création de la pièce “Les Nouveaux Barbares”. C’est ainsi que le photo-montage ci dessus, reflète la tonalité que nous voulons donner à notre future réalisation. A gauche l’image est sous-exposée, au centre le visage de Romain est un peu plus éclairé (on remarque d’ailleurs que son visage est “à demi” éclairé, pour mieux symboliser le chemin vers la découverte “à moitié” parcourut), puis à mesure que l’on progresse la photographie est pratiquement sur-exposée.

Romain Gallon (21/11/12)

Cette photographie prise par Romain montre l’ombre du visage de Brice, de profil, projetée sur un mur blanc. A nouveau, ici, il s’agit d’une démonstration, un test, afin de mieux cerner les différentes formes de clichés que nous voulons réaliser dans le cadre de l’interview de notre témoin. La photo précédente représentant d’avantage le type de portrait que nous souhaitons réaliser, cette image-ci est un repérage pour d’autres sortes de photographies. Mais, bien entendu, nous ne voulons, et ne pouvons, pas utiliser uniquement des portraits dans le diaporama. Ceux-ci seront en effet entrecoupés d’autres images, notamment par des photographies sur le jeu des ombres portées des acteurs sur scène. Nous pourrons de la sorte deviner les contours des visages et des corps des différents acteurs. On pourra, avec une suite d’images prises en mode “rafale”, imaginer certains de leurs mouvements et déambulations. Il sera aussi intéressant de monter une succession de photographies de spots s’allumant et s’éteignant, procurant un effet clignotant, et montrant ainsi l’action concrète de l’éclairagiste durant la représentation théâtrale.

 

Brice G. et Romain Gallon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B3, G5] À demi parcours

A demi-parcours…

Il est déjà venu le temps de défendre notre projet documentaire…

Le chemin de la réflexion

Ce projet mûrit dans notre esprit depuis un certain temps déjà et nous commençons à pouvoir lui donner notre empreinte. Notre démarche de travail consistait à nous approprier les thèmes du corps et de l’espace grâce à des recherches documentaires, mais à ce stade là le sujet ne nous appartenait pas encore. Ainsi, nous pouvons désormais nous référer aux articles de Peter Brook en matière de déambulation puisque son nom est incontournable dans le domaine ainsi que celui de Sophie Proust [Proust, 2004]. Ce dernier est intéressant puisqu’il aborde un aspect original de l’appréhension du corps au théâtre. C’est là le but de notre documentaire.

Dans  son ouvrage « L’espace vide » [Brook, 2001], Peter Brook part d’un théâtre qui réunit chaque soir des gens différents et dont la transmission de paroles se fait en partie à travers  le comportement des acteurs. Une mise en scène est établie et doit être reproduite. Mais du jour où elle est fixée, quelque chose d’invisible commence à mourir. Le metteur en scène s’attache à dépeindre toutes les contraintes qui nourrissent le théâtre. Il parle d’une substance invisible qui provient de l’énergie ambiante, de perceptions sensorielles. Une des parties de son ouvrage est consacrée à la notion de « théâtre brut ». C’est principalement cette direction là qui nous intéresse. Selon lui, les artifices de la mise en scène ne sont pas une nécessité pour la réussite d’une pièce, et pour trouver une véritable émotion.  Dans Les nouveaux barbares, Fréderic Elkaim fait le choix d’une scénographie simple et épurée. Peu d’éléments, peu de matériaux seront sur scène. Les corps des comédiens suffiront pour faire ressentir toute la sensibilité de la pièce.

L’étape suivante (note d’intention) est très importante dans le processus de création de notre œuvre puisque c’est à travers elle que nous définissons notre angle d’approche.  Nous savons quels thèmes nous voulons aborder et pourquoi nous avons choisi de les traiter (ce travail se précise petit à petit et n’est pas encore totalement abouti, nous en reparlerons surement dans un prochain billet).

Il s’agit en réalité de défendre notre projet et lui donner du sens et de l’intérêt. Pour nous, il était important de parler de la scène puisque nous y avons déjà été confronté. Nous avons eu la chance de pouvoir faire quelques concerts puisque nous formions un groupe de musique et nous voulions partager cette expérience. Selon nous, c’est un des aspects du métier de documentariste.

Nos stars d’un jour…

L’étape que nous venons de franchir (rédaction de la note d’intention) nous a permis de choisir les deux professionnels que nous voulons interroger. Le premier sera un comédien de la troupe puisqu’il est le premier intervenant dans le rapport entre le corps et la scène que nous cherchons à comprendre. Le deuxième sera un scénographe qui est un expert en matière de décor et déambulation. Nous avons déjà eu l’occasion de travailler avec lui l’année dernière à l’occasion d’un projet universitaire de réalisation d’une websérie fictionnelle tournée en studio avec des marionnettes. Il s’agit de Pascal LAURENT, marionnettiste et scénographe d’expérience. Nous connaissons bien le personnage et nous sommes convaincues qu’il se prêtera fort bien à l’exercice de la parole. Homme de théâtre, Pascal apportera à notre documentaire une touche de fantaisie. Sa connaissance et son savoir faire dans ce domaine permettrons de nourrir notre thématique.

Nous entamons la phase de prise de contacts et de première approche avec eux dans le contexte de ce nouveau projet de réalisation de webdocumentaire. Nous souhaitons leur présenter notre projet afin qu’ils s’imprègnent de notre démarche et qu’ils aient le temps d’y réfléchir. Avec l’aide précieuse de Blandine SHMIDT nous réfléchissons à une grille de questions que nous aimerions leur poser ou des différents thèmes que nous souhaiterions aborder avec eux.

Illustrations…

Les trois photos ci-dessous sont une illustration d’un corps dans l’espace. Seul le point de vue change, les éléments restent à la leur place. Trois éléments prennent place dans le cadre et pourtant nous choisissons d’en prendre un et de le détacher des deux autres. Sur scène, le processus sera le même puisque tous les comédiens seront sur scène en même temps. Libre au spectateur de regarder là ou bon lui semble…

Photo de Laura J., Novembre 2012.
Photo de Laura J., Novembre 2012
Photo de Laura J., Novembre 2012

 Laura J., Sophie R.

Bibliographie :

PROUST Sophie [2004], le corps du metteur en scène, Lille : 2004, Revue DEMéter, 11p, disponible sur http://demeter.revue.univ-lille3.fr/corps/proust.pdf , (consultée le 27/10/12).

BROOK Peter [2001], L’espace vide, Points, Octobre 2001.

Photo à la une:

http://www.fotopedia.com/items/flickr-3196203602

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B3, G6] Eparpillement

Des feuilles qui s’éparpillent, portées par le vent
[source: http://www.flickr.com/photos/luschei/1466010372/]

Force est d’avouer que nous nous sommes quelque peu égarés dans notre course à la recherche concernant le sujet de notre webdoc : l’aliénation – car c’est, ne l’oublions pas, un exercice s’apparentant au film de commande. Notre souci a été de nous laisser embarquer dans nos réflexions sur le sujet de l’aliénation au travail, omettant du coup la pièce Les Nouveaux barbares, dont nous n’aurions pas dû nous éloigner.

Nous étions dès le départ d’accord sur le fait que notre partie du web-doc ne devait pas traiter de la souffrance en elle même, mais des actes, comportements et règles à l’origine des symptômes. Pourtant les symptômes ont semblé être plus présents dans nos recherches que les facteurs. Pourquoi ? Il nous paraît utile de préciser que beaucoup de nos discussions concernant notre sujet de recherche se sont appuyées sur nos vies personnelles et des réflexions intimes (mais on ne va pas tout vous révéler, on n’est pas dans Voici.). Nous nous sommes certes intéressés aux facteurs de la souffrance au travail qui devient aliénation, mais n’avons pas pu nous empêcher de passer beaucoup de temps à cogiter sur les symptômes, car cela faisait écho à des phases de notre vécu personnel, et qu’il y avait quelque chose de libérateur, de thérapeutique à étudier un sujet auquel on pouvait rattacher notre vécu, un peu comme une sorte d’auto-psychanalyse. L’aliénation nous ramène rapidement à notre éducation, nos jobs occasionnels, nos études, et jusqu’à notre vie quotidienne, et ce depuis la petite enfance.

Aliénation, c’est à dire devenir étranger à soi-même – il y a forcément là-dedans le jeu d’un acteur extérieur, celui qui aliène, qui prend la propriété de l’autre, volontairement ou non, consciemment ou non. La souffrance de l’être aliéné n’est pas systématique, ou du moins consciente. Néanmoins, combien de choses fait-on sans réellement savoir pourquoi on les fait, pour quel intérêt, et pour qui ?

Analyser l’autre, c’est aussi s’analyser soi
dessin : Florent Poussard
9 novembre 2012

Précisons qu’on a l’un comme l’autre des vécus qui auraient de quoi passionner n’importe quel psychanalyste – ce point-là, ça nous regarde ; toujours est-il ce thème de l’aliénation nous a amené à nous (re)plonger dans nos vécus respectifs. Le fait de se confier l’un à l’autre nous a permis d’instaurer un rapport de confiance et surtout de comprendre des choses sur l’autre et sur nous-mêmes [fig.2 “Auto-psy”]. Ces réflexions ne sont certes pas à mettre de coté – du moins le pensons-nous – mais nous ont amenées à nous éparpiller dans l’écriture du web-doc [fig.3 “Hors piste”].

Quoi qu’il en soit, nous n’avons pas pu nous empêcher de penser que, quels que soient nos choix, on est toujours conditionné par quelque chose de l’extérieur, qu’une totale maîtrise de notre destin relève de l’illusion. Ainsi que dirait Jacques le fataliste, « Nous croyons conduire le destin, mais c’est toujours lui qui nous mène » Ne serions-nous que des marionnettes dont les fils sont tirés de là-haut ? [1]  Soit, mais prendre conscience des divers conditionnements qui nous ont amené à être ce que nous sommes, n’est-ce pas s’en libérer, quelque part ? Prendre position, grâce à une démarche de prise de recul, pour déjouer notre conditionnement et retrouver notre Moi, une démarche un peu à la manière du dubito ergo cogito ergo sum de Descartes [2]? Pouvons-nous dès lors affirmer un socratique “gnôthi seauton” [3] ?

Pour en revenir à l’écriture de notre web-documentaire, on peut dire que notre travail portera ses fruits au moins pour l’interview de l’expert, un ergonome spécialisé dans la prévention des risques psycho-sociaux liés au travail, dans la mesure où on aura acquis un bagage suffisant pour lui poser les bonnes questions. C’est en revanche dans le choix des témoins que nous avions fait fausse route (dans la mesure où nous « zappions » la consigne d’interroger des personnes appartenant à la compagnie de Frédéric Elkaïm). Il nous semblait pertinent de nous adresser à des témoins extérieurs à la troupe, au nombre de deux, et complémentaires : un employé qui aura subi des techniques de management abusives et pourra témoigner de l’humiliation, de la frustration, du déni et du sentiment d’injustice ; un manager à qui il aura été demandé d’appliquer des méthodes pathogènes. Pour nous c’était important d’avoir deux témoins pouvant témoigner de leur propre vécu, et non d’une pièce de théâtre : parler du monde réel et non d’une œuvre le « reflétant. » Ainsi nous aurions eu un employé pour donner à entendre le témoignage d’une « victime » représentative, et un manager pour parler des techniques de management et montrer qu’il n’est pas nécessairement coupable ni même responsable de ce qu’il fait subir à son employé, car ça lui a été imposé par ses propres supérieurs hiérarchiques et qu’il se retrouve donc dans une situation délicate dans le cas où il désapprouverait la méthode : défendre ses convictions ou se taire pour conserver son poste. Mais voilà, si quelque part on aurait parlé du sujet des Nouveaux barbares, le traitement de la pièce aurait été complètement absent. Du coup, on se pose de nouveau la question de quel témoin interroger : Frédéric Elkaïm, l’auteur, qui pourra nous expliquer le message qu’il aura voulu faire passer dans la pièce, comment il aura souhaité rendre compte de sa vision de la réalité ; ou bien un comédien, qui nous fera part de sa manière d’incarner l’employé qui souffre, comment il s’est préparé à son rôle.

Egalement, en partie suite au cours d’Emmanuel Quillet autour de la mise en image d’un documentaire sonore via le logiciel Klynt, nous commençons à être à même d’entamer notre réflexion sur les images que nous montreront dans notre web-documentaire, images qui ne doivent pas simplement illustrer mais au contraire apporter un regard voué à enrichir le document sonore, à multiplier les possibilités de lecture et d’interprétation. Cette réflexion fera l’objet du prochain billet.

Et donc, à présent, le hors piste on va éviter !
dessin : Florent Poussard
10 novembre 2012

Capucine Girard – Florent Poussard

1. Denis DIDEROT, Jacques le fataliste et son maître (Paris, 1796) : le personnage de Jacques est convaincu que le monde est régi par une puissance supérieure (« Le grand rouleau où tout est écrit ») et que tout évènement n’a lieu qu’en fonction d’un principe de causalité, remettant en cause le principe de libre-arbitre. Bien que Diderot ne soit pas fataliste lui-même (on peut au contraire voir une forme de raillerie dans son traitement du personnage de Jacques), il écrit encore : « Faute de savoir ce qui est écrit là-haut, on ne sait ni ce qu’on veut ni ce qu’on fait, et qu’on suit sa fantaisie qu’on appelle raison, ou sa raison qui n’est souvent qu’une dangereuse fantaisie qui tourne tantôt bien, tantôt mal. » 

2. René DESCARTES, Discours de la méthode (La Haye, 1637) : l’auteur développe la méthode du doute pour reconstruire son savoir sur des certitudes : « je doute, donc je pense, donc je suis », raisonnement logique auquel Descartes confère une exactitude mathématique, pour constituer des connaissances dont on ne peut ensuite plus douter. La méthode du doute est à l’opposée de la tradition scolastique à l’époque prédominante, que Descartes juge trop spéculative.

3. « Connais-toi toi-même », traduction du grec ancien “gnôthi seauton” (γνῶθι σεαυτόν), rapportée par le personnage de Critias dans le discours Charmide de PLATON, idée qu’à la base de toute sagesse est la connaissance de soi, et qu’il faut donc aborder la quête de connaissance par une démarche introspective.

Capucine Girard, Florent Poussard

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website