[B4, G6] Convalescence

“L’entrée du siphon”
photo : Capucine Girard
20 novembre 2012

Le siphon d’un évier. Rappel furtif d’un disque d’accrétion, le tourbillon fatal qui entoure les trous noirs… Après nous être éparpillés dans nos recherches, nous sommes tombés dans un hors-sujet quant à l’écriture, qui a donc résulté en un retard et une nécessité de redoubler d’efforts pour rattraper les autres − ce que l’on n’a pas franchement réussi. Cette image d’évier, c’est comme tourner en rond avant de tomber, inexorablement, dans un tunnel dont on ne voit pas l’issue. Cependant, pour le bien du projet collectif qu’est notre webdocumentaire, il nous faudra ne pas atteindre le point de non retour, l’horizon des évènements1.

« Écrire, c’est flotter dans le vide » – Rosa Montero, La folle du logis, éd. française Métailié, 2004
cosmonaute dessiné par Florent P. sur une idée de Capucine G.
23 novembre 2012
inscription latine lato sensu = au sens large

Définition de flotter2 : Être porté çà et là, aller au gré des vents dans un mouvement ondoyant ; éprouver un sentiment de légèreté comme si on flottait dans l’air, avoir une présence diffuse. Bien sûr, il n’y a pas d’air dans l’espace, néanmoins c’est exactement ce sentiment de légèreté que l’on éprouve par rapport à ce travail d’écriture, nous n’y voyons plus, et même ne voulons plus y voir de fin – dans tous les sens que l’on peut accorder à ce terme. Envie de se laisser porter par quelque chose d’autre, quelque chose dans lequel on se sentira à notre aise, en sécurité, motivés par une envie d’avancer, le sentiment que, quelque part, ce projet qui nous porte nous appartient. Aussi nous abandonnons-nous au gré des différents vents que nous rencontrons.

Dans sa mouvante apesanteur, le cosmonaute semble se diriger vers le lecteur, avec sa petite antenne qui émet dans toutes les directions. Une attitude d’appel à la rencontre, les bras ouverts, vers l’inconnu. Et puis ce vide, quel est-il ? L’université, la vie ? Heureusement, la comète en arrière-plan rappelle la lumière au bout du tunnel…

“Sick-hollidays” – Florent Poussard
25 février 2012

C’était à parier : trop s’exposer aux vents enrhume, et arriver aux vacances a été pour nous un tel relâchement de pression qu’on est tous les deux tombés malade, chacun de notre côté. Quelque part, on s’y est laissé aller, quittant l’énergie certainement pathogène (sinon pourquoi serions-nous tombés malade ?), mais énergie quand même qui nous animait par rapport à l’écriture. L’ennui, c’est qu’à s’accorder (si on peut employer ce terme) une pause, c’est que le retard nous tombe dessus aussi assurément qu’un chat retombe sur ses pattes.

“Forgé par le vent”
photo : Florent P.
février 2011

Ainsi que cet arbre façonné par le vent impitoyable de l’austère Patagonie, nous faisons face à l’adversité,  et ce sur plusieurs fronts à la fois, ayant à composer avec mémoire, traduction, recherche de stage et autres… tout en ayant à rattraper notre séquence du webdoc, et en même temps en disant quoi ? Réellement, on ne sait pas quoi dire. Il faudrait une arme magique, un super-ordinateur qui écrit tout seul et surtout trie et classe par ordre d’intérêt les idées qui nous viennent mais qu’on hésite à développer, en fait juste quelque chose qui nous donne la bonne direction, une girouette, ou plus poétiquement une rose des vents, pour nous empêcher de grandir de travers. C’est lors du cours d’écriture documentaire que la machine s’est remise en marche, grâce aux discussions avec Blandine Schmidt nous ayant permis de remettre de l’ordre dans nos idées, et surtout de retrouver une direction fiable.

“Illumination”
dessin de Florent P. sur une idée de Capucine G.
24 novembre 2012

Et voilà, le truc qui est fort, c’est qu’à s’être détachés du projet pendant une courte période, s’être littéralement laissés tomber, s’être accordés une respiration et, à présent, forcés de prendre un nouveau départ… un nouveau souffle, comme par magie, une vague d’idées, d’un coup d’un seul, de but en blanc, comme ça, paf. Tout plein d’ampoules lumineuses, comme dans les bandes dessinées.

“Nouveau départ” (aquarelle) – Florent P.
23 novembre 2012

Pour conclure, ces quelques semaines de léthargie tournent en notre faveur, puisque sans avoir été obligés de redoubler d’efforts, les éléments qui nous manquaient pour l’écriture du web documentaire nous sont tombés dessus sans que nous nous creusions la tête ! – ce qui, évidemment, n’est pas tout à fait vrai, ce n’est que l’impression qu’on en a eu. Aujourd’hui, en prenant du recul par rapport au processus de création, on se dit que cette léthargie temporaire était finalement un mal nécessaire (peut-être même pas un mal, d’ailleurs, puisqu’on en ressort plus en forme), faisant partie intégrante de ce processus de création, nous permettant de nous détacher du projet pour revenir dessus avec un œil neuf et, à présent, travailler sur l’idée. Sans cette période de vide, probablement serions-nous encore à l’étape du tunnel.

Sur cette image, les visages des deux protagonistes laissent supposer une certaine hésitation, une forme d’anxiété liée à l’idée de reprendre la route, et en même temps, quand même, finalement, l’idée que, oui, grâce à ce cours de Blandine où les idées nous sont tombées dessus comme par enchantement, on est prêts à repartir à l’aventure.

Florent Poussard, Capucine Girard


1. Pour en savoir plus sur les trous noirs : http://www.dinosoria.com/trou_noir.htm

2. Définition de flotter : CNRTL http://www.cnrtl.fr/definition/flotter

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B4, G4] La mise en mots

Emeline D. (05/11/2012)

Figure de Une : Fêtons la fin du monde
Dessin de Florence DELAVAUD
Idée originale de Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah KARRAY

Le carnet de recherche prend donc une nouvelle tournure. Après les séances de discussions sur la voie que nous souhaitions prendre, nous avons décidé, en accord avec J.-P. Ronssin, de nous lancer dans une idée de scénario totalement loufoque et originale. Notre personnage central sera Ayaka, jeune japonaise et fille de diplomate, ayant appris la culture française dans les livres. Cette jeune fille, superstitieuse au possible, tentera de convaincre ses amis (Maélie, Nikolaï et Vincent) de réaliser leurs derniers vœux face à la terrible nouvelle de la fin du monde, le 21/12/2012. Fêtons la fin du monde prend alors tout son sens : le symbole de la mort est au centre de l’image, omniprésent, mais ne renvoie pas directement à l’horreur et à la peur. Ici, tout est joyeux : les couleurs sont vives, la tête de mort porte des cotillons, on a presque envie d’y participer nous-même. Et puis,  ce sera le moment pour tous les personnages de se désinhiber sans crainte du jugement. Les étudiants, ne l’oublions pas, appartiennent souvent à un groupe social, ils suivent des codes, imitent parfois leurs prédécesseurs ; l’intervention de la thématique de la fin du monde dans notre scénario permettra de dévoiler plus en profondeur les personnalités des personnages. Si la fin du monde est proche, alors pourquoi ne pas en profiter pour être enfin soi-même …

 

 Emeline D. (23/11/2012)

Figure 2 : Oll problems killed
Idée originale d’Emeline D.

Selon Wikipédia, plusieurs rumeurs contemporaines attestent que l’expression O.K. serait issue de la Guerre de Sécession. Les sudistes auraient utilisé un système pour compter les morts. 3K correspondait à trois morts, alors qu’ils inscrivaient O.K. pour « 0 killed ». Un bon nombre de légendes urbaines donnent des sens différents à l’origine de cette expression. Cette dernière serait plus vraisemblablement issue de 1839 où elle était utilisée au sein de la rédaction du Boston Morning Post pour la première fois. O.K. aurait été l’abréviation de “Oll Korrect“, elle-même altération graphique de “All correct“, expression fréquemment utilisée à l’époque.

Les trois mains représentées sont ici autant de représentation du symbole O.K. qu’il y a de membre dans notre groupe. O.K. sera utilisé ici pour “Oll problems Killed” car nous sommes enfin parvenues à trouver une idée de scénario qui nous convienne à toutes les trois. La piste lancée il y a une dizaine de jours par Florence a fait son petit bout de chemin dans les esprits. Ce nouveau thème, mais surtout les questions qui en découlent, ont fait l’unanimité.

It’s O.K.

 Sarah Karray (23/11/2012)

Figure 3 : Appartement d’Ayaka
Dessin de Florence DELAVAUD
Idée originale de Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah KARRAY

L’écriture d’un scénario est un processus plutôt long, d’autant que nous sommes plusieurs dans le groupe et que nous n’avons pas les mêmes références et ne partageons certaines fois pas les mêmes avis. Les contraintes d’écriture amènent finalement un cadre, et la liberté totale provoque finalement une certaine hésitation : puisque j’ai le champ libre, je dois livrer ce que j’ai de meilleur, voilà qui est embarrassant, point de vue que nous partageons toutes les trois. Le cours de J.-P. Ronssin a toutefois permis de nous aiguiller : nous avons affiné nos idées pour en tirer le meilleur et les jumeler avec d’autres.  Ayaka sera donc notre protagoniste . Nous avons souhaité développer son caractère car, dans notre histoire, et de tous les personnages, elle semble être la plus incrédule face aux réalités et la plus apte à réagir avec angoisse et folie face à la nouvelle de la fin du monde. L’objectif est également de créer du suspense : lors d’un dîner organisé par Ayaka, et à travers un jeu, chacun notera le souhait qu’il veut voir se réaliser avant de disparaître. Le choix du jeu de hasard s’est immiscé alors que nous réfléchissions à un moyen de créer de l’action : le débat est intéressant mais doit être jumelé d’une gestuelle et de mouvements pour ne pas retomber à plat. Enfin, nous avons encore une fois dû prendre en compte les contraintes du logiciel MovieStorm, contraintes qui nous ont permis de réaliser que le mieux, pour un épisode de seulement 3 minutes, était de faire une sorte de huis-clos, sans s’éparpiller dans les lieux et décors pour éviter d’emmagasiner des informations qui ne seraient pas utiles aux propos de l’histoire.

 

 Emeline D. (23/11/2012)

Figure 4 : Une soirée avec 4 caractères bien trempés
Idée originale d’Emeline D.

Notre principal souci, lorsqu’il a fallu imaginer et concevoir notre histoire, était que nous ne nous retrouvions dans aucun des quatre personnages prédéfinis. C’est vraiment déroutant car, sans compter le fait qu’ils ne sont pas proches de nous, ils ont également tous un côté atypique très prononcé que l’on ne parvient pas forcément à saisir au premier abord. Le côté atypique et prononcé de chaque personnage est caractérisé ici par une différence de forme, de taille et de couleur des verres. Le point de vue zénithale (dit vue du dessus) permet de mieux comprendre la différence et la complémentarité des personnages. De plus, notre histoire se déroulera au cours d’un dîner ; disposer les 4 verres comme autant de personnages dans une assiette, elle-même symbole d’une table-à-manger, c’est un joli méli-mélo de métaphores. Il nous a fallu réaliser que dans de nombreuses séries que nous regardions, les personnages étaient tous tranchés et extrêmement différents pour créer des situations cocasses ou dramatiques. Le secret d’un bon dialogue est, paraît-il, de faire défendre à chacun son opinion et que chaque personnage, lorsqu’il suit sa logique, ait parfaitement raison. C’est pour cette raison que des personnalités originales sont intéressantes à mettre en situation et que nous espérons que vous partagerez notre plaisir à passer une soirée (de fin du monde qui plus est) en leur compagnie.

 

 Emeline D. (23/11/2012)

Figure 5 : A 90° Celcius
Idée originale d’Emeline D.

Tout nettoyer à fond et à haute température. C’était le travail de cette semaine pour parvenir à une continuité non-dialoguée qui tienne la route. Notre enseignant en scénario, J.-P. Ronssin, nous a conseillé de faire le ménage dans nos idées. Car en effet, de toutes les discussions que nous avions eues, il subsistait des éléments qui n’étaient plus pertinents mais que nous laissions parce qu’elles nous tenaient à cœur. Jeunes adultes que nous sommes, l’époque du “doudou”, de l’objet fétiche dont on n’aime pas se séparer, n’est pas si loin derrière nous. Durant les dix premières années de nos vies, on découvre que le “doudou” est moins indispensable, mais reste toujours présent dans un coin de notre chambre, en cas de rechute. Lors des dix suivantes, l’objet fétiche change et deviens quelque chose qui nous identifie à un groupe d’individus ; le “doudou” n’a plus d’importance, on a su s’en séparer pour avancer, en se rattachant à d’autres choses tout du moins. C’est le même concept avec les idées : on y croit, on ne souhaite pas s’en séparer, c’est forcément une bonne idée. On confronte les points de vue et l’on réalise que notre idée n’était pas la meilleure, mais elle persiste dans un coin de notre tête. Puis une idée lumineuse intervient, et toutes les autres passent à la trappe. Il faut savoir se séparer du travail qui a déjà été fait s’il n’est plus pertinent. Cela nous a permis de dégager les enjeux majeurs qui ressortent dans le discours de notre histoire : quelle réaction implique le sentiment d’insécurité face à la fin du monde ? Comment parler des désirs non assumés ? Qu’est-on prêt à faire par amitié ?

 

 Emeline D. (23/11/2012)

Figure 6 : Désorganisation zénithale
Idée originale d’Emeline D.

En guise de conclusion, cette photographie prise en plongée zénithale sur un espace de travail. Il est vrai que ces derniers jours, la désorganisation a un peu régné au niveau de l’écriture du billet. Nous étions tellement plus enthousiastes à l’idée d’écrire notre scénario et d’enfin se lancer dans le processus créatif que nous en avons négligé le reste. Et pourtant, nous ne sommes pas fâchées d’avoir pris ce parti car nous avons énormément avancé dans le choix des thèmes, des contraintes, du ton. Tout ceci nous permet maintenant de nourrir notre discours. La création est quelque chose d’imprévisible et de spontané qui n’est pas régie par des lois d’ordre et d’organisation strictes. Et ça, c’est plutôt arrangeant.

Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah KARRAY

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B4, G1] Inspirez, expirez !

Une photo qui déchire, Chloé H. (23/11/12)

Le pouvoir des images est indicible et manifeste. Emplie de paradoxes, la photo capture une réalité d‘une richesse incommensurable et délivre un message aux interprétations infiniment complexes et variées. Les mots ne sauraient couvrir les sens multiples d’une image. Nous nous emploierons donc désormais à leur attribuer la place qu’elles méritent.

Seulement, les moyens limitent parfois l’expression. C’est ainsi avec une webcam et un petit appareil numérique que nous mettons en image notre réflexion cette semaine et les photographies ne sont pas à la hauteur de nos pensées mais libre à vous de voir par delà les clichés.

Quand de nouvelles consignes nous encouragent à produire des “photos qui déchirent”, taquins, nous ne cherchons pas plus loin…

Aménagement de l’espace de travail, Manon H. (20/11/12)

La pie, est bien plus réputée pour son bavardage et son attirance pour les objets brillants que pour son plumage noir et son ventre blanc. Peut-être est-il alors préférable de la bâillonner si l’on souhaite avancer sans s’éparpiller. Tel a été traitée notre bavarde Chloé, trop souvent encline à nous détourner des objectifs fixés.

Silence

Après quelques instants de tranquillité, la prolixité de la dénommée Chloé est regrettée. Il nous faut constater que son flot de paroles incontrôlées entraîne un ricoché d’idées dont on ne saurait se passer.

Doper sa créativité ?, Manon H. (28/11/12)

Les arbres rougissent, les feuilles se craquellent et recouvrent les pavés bordelais, le ciel est tantôt gris, blanc, mauve ou bleu, c’est l’automne ! Et avec lui s’en viennent les virus sournois prêts à attaquer nos corps affaiblis par les températures mais pas encore immunisés par le froid. Oui mais voilà, les devoirs eux n’attendent pas et les échéances menacent. Créatifs et prolixes, il faut l’être maintenant, pas demain. Hélas, la santé ne se commande pas. Alors pour faire face à ses obligations, on trompe son organisme par le biais de composés chimiques, espérant naïvement que l’inspiration reviendra

Le stress de la page blanche
Gabriel F. (23/11/12 & 17/11/12)

 Blanche tu es et blanche tu restes. Ma main tâtonne, fait virevolter la plume sans jamais parvenir à poser un mot sur ta peau. Le premier mot, c’est lui qui m’obsède et m’handicape. Il m’empêche d’avancer, d’imaginer, me hante même. Je ne le trouve point. Ô rage, ô désespoir, je ne m’en sors pas, mon esprit divague. Où vais-je trouver l’indice tant convoité qui saura débloquer mes pensées ?

L’art de brainstormer, Chloé H. (23/11/12)

S’il est trop hardu de formuler une histoire sur une page blanche, il est plus aisé de tirer un récit d’un amas de mots et concepts posés au hasard sur le papier. Le brainstorming, telle est la clé de notre créativité !

Une idée jaillit, puis s’en vient une autre, et encore une autre, et encore une autre… Elles se choquent, se repoussent et s’entrecroisent menant ainsi la réflexion vers des chemins toujours plus nombreux et inattendus. Et là, ici, au croisement de deux chemins improvisés sur le papier, là voilà, l’idée ! Celle qui nous inspire et fertilise notre imagination. Il faut la tenir, l’étoffer, lui donner du relief, l’enrichir, la cajoler. On la tient !

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B4, G5] Questions et Réflexions

1. Réflexions et questions<br />Nous entrons dans le vif du sujet. Cette photo met en avant deux éléments: le carnet de recherche et Sophie. En pleine réflexion, nous avons construit une grille d’interview pour notre témoin et notre expert. Nous avons mis sur papier une série de questions afin d’être claires et précises. La photo retranscrit ce moment d’écriture. Sophie est au premier plan, la tête légèrement penchée en avant sur son carnet d’écriture. Cet élément se détache des autres par sa bichromie. L’œil est ainsi attiré par l’objet qui est au centre de l’image. Dans le carnet se trouve l’ensemble des questions que nous poserons à Céline Pérra et Pascal Laurent. Sur la page de gauche se trouve la grille correspondant à Pascal Laurent, et sur la page de droite celle correspondant à Céline Pérra. Les questions ne sont évidemment pas les même pour nos deux personnages. Nous avons choisi d’interroger Pascal sur la construction d’un décor en général, tandis qu’avec Céline Pérra nous nous intéressons plus précisément à la pièce de Fréderic Elkaïm.<br />Dans cette image, le photographe s’efface derrière Sophie. En se positionnant dans son dos, nous souhaitions que le spectateur se place dans la tête de Sophie, tout en gardant une certaine distance avec elle. Ainsi, nous assistons à la scène tout en préservant l’intimité du personnage.
Sophie R. (21/11/2012)

 1. Réflexions et questions

Nous entrons dans le vif du sujet. Cette photo met en avant deux éléments: le carnet de recherche et Sophie. En pleine réflexion, nous avons construit une grille d’interview pour notre témoin et notre expert. Nous avons mis sur papier une série de questions afin d’être claires et précises. La photo retranscrit ce moment d’écriture. Sophie est au premier plan, la tête légèrement penchée en avant sur son carnet d’écriture. Cet élément se détache des autres par sa bichromie. L’œil est ainsi attiré par l’objet qui est au centre de l’image. Dans le carnet se trouve l’ensemble des questions que nous poserons à Céline Pérra et Pascal Laurent. Sur la page de gauche se trouve la grille correspondant à Pascal Laurent, et sur la page de droite celle correspondant à Céline Pérra. Les questions ne sont évidemment pas les même pour nos deux personnages. Nous avons choisi d’interroger Pascal sur la construction d’un décor en général, tandis qu’avec Céline Pérra nous nous intéressons plus précisément à la pièce de Fréderic Elkaïm. Dans cette image, le photographe s’efface derrière Sophie. En se positionnant dans son dos, nous souhaitions que le spectateur se place dans la tête de Sophie, tout en gardant une certaine distance avec elle. Ainsi, nous assistons à la scène tout en préservant l’intimité du personnage.

2. Notre décor<br />Cette photo a été prise lors de notre première réunion dans le studio. Réaménagé en pub irlandais, le studio fait office de grands travaux ! Pascal Laurent en est le concepteur. Drôle de coïncidence, sur cette image il est parfaitement positionné sous la lumière du bar. Créateur divin ? L’auréole que forme le rayon de lumière sur la tête du metteur scène pourrait être perçue comme celle de l’homme qui détient le savoir. Dans l’ombre, il observe devant soi la foule qui exécute. Près à intervenir, c’est lui qui tient les fils accrochés sur nos articulations.<br />Le décor est encore vierge mais d’ici peu il débordera de toutes sortes d’objets. Nous avons établi une liste regroupant meubles, décorations et bibelots afin d’en faire un endroit vivant et chaleureux. C’est dans ce lieu que nous rencontrerons Pascal Laurent pour notre captation vidéo. Nous trouvons intéressant de l’interroger dans ce décor qu’il a confectionné et construit. Accoudé au comptoir, Pascal nous confira ses secrets de fabrication, et ce qui l’a poussé à travailler dans ce domaine.
Sophie R. (15/11/2012)

 2. Notre décor

Cette photo a été prise lors de notre première réunion dans le studio. Réaménagé en pub irlandais, le studio fait office de grands travaux ! Pascal Laurent en est le concepteur. Drôle de coïncidence, sur cette image il est parfaitement positionné sous la lumière du bar. Créateur divin ? L’auréole que forme le rayon de lumière sur la tête du metteur scène pourrait être perçue comme celle de l’homme qui détient le savoir. Dans l’ombre, il observe devant soi la foule qui exécute. Près à intervenir, c’est lui qui tient les fils accrochés sur nos articulations. Le décor est encore vierge mais d’ici peu il débordera de toutes sortes d’objets. Nous avons établi une liste regroupant meubles, décorations et bibelots afin d’en faire un endroit vivant et chaleureux. C’est dans ce lieu que nous rencontrerons Pascal Laurent pour notre captation vidéo. Nous trouvons intéressant de l’interroger dans ce décor qu’il a confectionné et construit. Accoudé au comptoir, Pascal nous confira ses secrets de fabrication, et ce qui l’a poussé à travailler dans ce domaine.

3. Notre Témoin : Céline Pérra<br />Profession : Comédienne<br />Lieu de résidence : Paris<br />Comédienne dans « Les nouveaux barbares », Céline Pérra est une réelle touche à tout, comme on pourrait le dire ! Télévision, Cinéma, Théâtre, Danse, Chant mais aussi Publicité et doublage, rien ne lui échappe. Personne ne dira le contraire : Céline Perra connait la scène !<br />Nous souhaitions travailler avec elle, notamment par la richesse de son parcours et la diversité de ses talents. De Tchekhov à A. Jaoui, ou encore d’A. Camus à P. Claudel, en passant par des pièces plus populaires comme <em>Mon colocataire est une garce</em>, de F. Blind et M. Delgado, la comédienne s’amuse d’un large répertoire. Nous sommes désormais en contact avec notre témoin : Céline à accepté avec enthousiasme de participer à notre Web documentaire. Dans un premier temps, nous lui avons fait part de nos intentions et de notre thématique, le corps dans l’espace scénique, afin qu’elle puisse prendre connaissance du projet.
Laura J. – Croquis Céline (21/11/12)

 

3. Notre Témoin : Céline Pérra

Profession : Comédienne

Lieu de résidence : Paris

Comédienne dans « Les nouveaux barbares », Céline Pérra est une réelle touche à tout, comme on pourrait le dire ! Télévision, Cinéma, Théâtre, Danse, Chant mais aussi Publicité et doublage, rien ne lui échappe. Personne ne dira le contraire : Céline Perra connait la scène ! Nous souhaitions travailler avec elle, notamment par la richesse de son parcours et la diversité de ses talents. De Tchekhov à A. Jaoui, ou encore d’A. Camus à P. Claudel, en passant par des pièces plus populaires comme “Mon colocataire est une garce”, de F. Blind et M. Delgado, la comédienne s’amuse d’un large répertoire. Nous sommes désormais en contact avec notre témoin : Céline à accepté avec enthousiasme de participer à notre Web documentaire. Dans un premier temps, nous lui avons fait part de nos intentions et de notre thématique, le corps dans l’espace scénique, afin qu’elle puisse prendre connaissance du projet.

4. Notre Expert : Pascal Laurent<br />Profession : Metteur en Scène, Comédien, Scénographe et enseignant en théâtre (marionnette) à l'Université Bordeaux 3<br />Lieu de résidence : Bordeaux<br />Après une période d’hésitation, nous avons décidé de porter notre choix sur Pascal Laurent. Chargé de cours à l’université Bordeaux 3, mais avant tout scénographe, Pascal s’est révélé être la personne idéale pour répondre à notre thématique.<br />C’est un homme de théâtre spécialiste du théâtre d'objets depuis de longues années. Nous avons rencontré Pascal l’année dernière pour la conception et la construction des décors de la saison 2 de « Profession étudiant ». Créatif, il a su nous faire partager son engouement pour la création artistique. Pascal a des valeurs et des convictions, et c’est sans doute ce qui rend son travail d’autant plus intéressant. « J’ai fait ma première année de fac en théâtre. Je me souviens encore du premier spectacle auquel j’ai assisté lors du séminaire d’intégration ; il s’agissait de la création de fin d’année d’étude de Pascal. Il me semble que la pièce s’intitulait « Rien était si beau ». Je fus impressionnée par tant d’imagination et d’ingéniosité quant au récit, à la mise en scène et à la scénographie. » (Laura). Et c’est sans doute ce souvenir qui nous a confirmé l’envie de travailler avec Pascal pour notre web documentaire. Ses compétences et ses connaissances en scénographie enrichiront notre travail. Le choix de Pascal fut pour nous une évidence car, est théoricien, mais également praticien.<br />Sa bonne élocution est une qualité pour ce documentaire où la part de la bande-son est particulièrement importante.
Laura J. – Croquis Pascal (21/11/12)

4. Notre Expert : Pascal Laurent

Profession : Metteur en Scène, Comédien, Scénographe et enseignant en théâtre (marionnette) à l’Université Bordeaux 3

Lieu de résidence : Bordeaux

Après une période d’hésitation, nous avons décidé de porter notre choix sur Pascal Laurent. Chargé de cours à l’université Bordeaux 3, mais avant tout scénographe, Pascal s’est révélé être la personne idéale pour répondre à notre thématique. C’est un homme de théâtre spécialiste du théâtre d’objets depuis de longues années. Nous avons rencontré Pascal l’année dernière pour la conception et la construction des décors de la saison 2 de « Profession étudiant ». Créatif, il a su nous faire partager son engouement pour la création artistique. Pascal a des valeurs et des convictions, et c’est sans doute ce qui rend son travail d’autant plus intéressant. « J’ai fait ma première année de fac en théâtre. Je me souviens encore du premier spectacle auquel j’ai assisté lors du séminaire d’intégration ; il s’agissait de la création de fin d’année d’étude de Pascal. Il me semble que la pièce s’intitulait « Rien était si beau ». Je fus impressionnée par tant d’imagination et d’ingéniosité quant au récit, à la mise en scène et à la scénographie. » (Laura). Et c’est sans doute ce souvenir qui nous a confirmé l’envie de travailler avec Pascal pour notre web documentaire. Ses compétences et ses connaissances en scénographie enrichiront notre travail. Le choix de Pascal fut pour nous une évidence car il est théoricien, mais également praticien. Sa bonne élocution est une qualité pour ce documentaire où la part de la bande-son est particulièrement importante.

Ce croquis illustre bien notre thématique: il y est question de théâtre, d'un corps, d'un lieu, et d’appropriation de ce que corps par un autre. Le théâtre met en scène des personnages, eux même incarnés par des personnes. En cela le dessin peut être vu comme une métaphore du théâtre. Et puis nous souhaitions faire un clin d'oeil à Pascal Laurent dont la particularité théâtrale est la marionnette!
Laura J. – Croquis Marionnettiste (21/11/12)

Ce croquis illustre bien notre thématique: il y est question de théâtre, d’un corps, d’un lieu, et d’appropriation de ce que corps par un autre. Le théâtre met en scène des personnages, eux même incarnés par des personnes. En cela le dessin peut être vu comme une métaphore du théâtre. Et puis nous souhaitions faire un clin d’oeil à Pascal Laurent dont la particularité théâtrale est la marionnette!

5. Notre corps<br />Dans ce travail nous nous intéressons au corps. Le théâtre fait parler le corps et c’est ce que nous voulons montrer dans cette photographie. Il sert de support aux émotions, et notamment par l’expressivité. En faisant entièrement parti du langage scénique, le corps est un réel instrument de la pensée et du mouvement. Cette photo met en avant la place du photographe dans son œuvre. Quel est le regard de celui qui observe ? Prise au Museum of Modern Art (New York, USA), l’image est en parfaite adéquation avec notre questionnement actuel. En voulant comprendre comment se positionne le corps dans un espace restreint, nous nous confrontons à autrui et donc aux éléments qui entourent ce corps.
Laura J., Museum of Modern Art (New York,USA).
(8/04/2012)

 5. Notre corps

Dans ce travail nous nous intéressons au corps. Le théâtre fait parler le corps et c’est ce que nous voulons montrer dans cette photographie. Il sert de support aux émotions, et notamment par l’expressivité. En faisant entièrement parti du langage scénique, le corps est un réel instrument de la pensée et du mouvement. Cette photo met en avant la place du photographe dans son œuvre. Quel est le regard de celui qui observe ? Prise au Museum of Modern Art (New York, USA), l’image est en parfaite adéquation avec notre questionnement actuel. En voulant comprendre comment se positionne le corps dans un espace restreint, nous nous confrontons à autrui et donc aux éléments qui entourent ce corps.

Laura J. et Sophie R.

 

 

 

 

 

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B4, G9] Une pause s’impose

Lucille Hunter (30/10/2012)((1))

Nous avions décidé de commencer notre quatrième billet avec cette photographie. Elle a été prise lors d’une des deux rencontres qui ont eu lieu avec toute la troupe dans le lieu de répétition. Elle montre Frédéric en train de regarder sur un écran d’ordinateur un des comédiens de la troupe, qu’il a filmé la veille. Frédéric paraît très grand à côté de la toute petite figure du comédien qui n’est pas physiquement présent aux côtés du metteur en scène mais qui nous apparaît indirectement, par le biais de l’écran d’ordinateur. Tel Gulliver [Swift 1726] chez les Liliputiens ou Gargantua [Rabelais 1534] parmi les hommes, Frédéric est un Géant face à son (ses ?) comédien(s). Cette image peut suggérer qu’il leur inspire crainte et respect malgré son sourire en coin. Limengo, le comédien à l’écran, pourrait être un homme créé de toute pièce pour une animation assistée d’un logiciel. Il pourrait être un pantin, savamment manipulé par son créateur. Nous aimons cette image car elle dit ce que nous avons d’abord ressenti des rapports entre metteur en scène et comédiens : il y a un dominant et un dominé, un grand et un petit, un qui commande et un qui obéit. C’est une chose que nous nous sommes tellement répété que sa signification se dérobe à nous, nous finissons par croire que nous ne savons plus vraiment de quoi nous parlons.

Papier et portable,  éléments de travail d'écriture et organisationnel

Mariane P. (14/11/2012)

Moment de solitude, baisse de motivation. Un trieur violet, une feuille de papier pliée en deux posée en travers et au-dessus, un téléphone, écran face à la table, synonyme de rejet : le téléphone est l’objet auquel nous avons recours quand une activité nous lasse. Les lignes de cette photo se croisent à multiples reprises, créant un déséquilibre, un manque de stabilité qui reflète nos pensées. Le téléphone cache partiellement ce qui est écrit sur la feuille… De plus, la première partie de l’image est floue alors que l’arrière plan est net, nous savons où aller mais nous ne savons pas encore comment. On jette l’éponge ? On ne veut plus en entendre parler ? À force d’avoir l’esprit très occupé par l’écriture documentaire et de se sentir – il faut le dire – parfois un peu seules, l’exaspération prend le dessus et les esprits finissent par rejeter ce qu’ils ont créé. Un peu déstabilisées par ce moment de doute, nous finissons par apprécier le recul qu’il nous permet de prendre.

Lucille Hunter (23/11/2012)

On plie nos esprits dans tous les sens, on cherche à y trouver du sens. Mais les plis se répètent, parfois trop, et ce qu’on construit nous échappe. Le texte d’origine est encore là, mais nous avons intercalé tant de corrections, précisions, modifications qu’il nous file entre les mains et ne veut presque plus rien dire. C’est rageant de se sentir ainsi dépossédées de notre propre écrit, de le sentir presque étranger. Il ne faut pas laisser ce sentiment s’emparer de nous et s’empirer.  Nous n’aimons pas perdre le contrôle. Alors on fait une pause.

Lucille Hunter (23/11/2012)

Et on déplie. Les idées, les corrections, les précisions, les modifications. Au lieu de continuer à plier, on défait, et on observe. Et on découvre que c’était là, devant nos yeux, mais que des parties étaient cachées. Les traces des plis restent. Elles deviennent nos guides, des balises dans le texte qui nous permettent de retrouver nos idées initiales et de renouer avec elles, tout en prenant conscience du chemin parcouru.

Mariane P. (20/11/2012)

Écrire le séquencier. C’est ce qui nous a libérées. Nous nous sommes rendues compte que nous savions exactement ce que nous voulions, que nous avions une idée précise de ce que devaient contenir nos trois minutes. Ce fut un moment de soulagement, car nous avons découvert que nous n’étions pas réellement perdues, que les doutes, la sensation d’égarement étaient un passage obligé. Élaborer le séquencier nous a permis de préciser notre synopsis, notre note d’intention et notre grille de questions. Tout est devenu plus limpide.

Mariane P. (23/11/2012)

Le doute, l’agacement, le rejet, le recul, le soulagement, et enfin l’apaisement. Ce sont les stades d’un certain deuil. Nous avons l’impression d’avoir franchi une étape. Ce dessin est synonyme de conclusion du billet, tout est dit, c’est pourquoi il est si simple. Nous nous sentons plus légères et confiantes.

Lucille Hunter et Mariane P.

((1 Cette photo apparaît dans le billet 3 d’un autre groupe. Étant peu nombreux ce jour-là et munis d’un unique appareil photo que nous nous sommes échangé, nous avons décidé de partager nos ressources.))

Bibliographie

RABELAIS François [1534], Gargantua, Pocket, Paris 1998.

SWIFT Jonathan [1726], Gulliver’s Travels, Oxford University Press 1986.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website