[B5,G9] La dimension trouvée

Nous allons interviewer un expert. Comment filmer quelqu’un à qui l’on demande de nous apporter un savoir ? Comment se positionner pour le mettre à l’aise ? Comment faire en sorte que la caméra n’entrave pas la parole ? Expériences de spatialisation sous forme de jeu de rôle.

Mariane P. (29/11/2012)

Je suis bien trop loin. D’ici je ne peux rien obtenir d’elle. On distingue à peine les traits de son visage. Je n’ai pas non plus une bonne vision de ce qu’elle me montre. La distance est trop grande, plus de 5 mètres nous séparent. Nous nous trouvons dans la sphère de la distance publique1, aucune réelle connexion ne peut être établie. Mon œil est attiré par l’environnement immédiat de mon expert. Les tables, les chaises, le mur blanc sur la gauche, le bureau et les dossiers qui s’empilent dessus. Elle est perdue au milieu de tout. Je pense à Robert Capa :

Si ta photo est mauvaise, c’est que tu n’étais pas assez près.2

Lucille Hunter (29/11/2012)

Un grand vide entre nous est matérialisé par l’espace immense au sol. Je ne vais pas entendre ses questions et je n’ai pas envie de crier pour tenter d’y répondre. Je distingue à peine l’interviewer sur le fond sombre de la porte devant laquelle il se trouve, presque prêt à quitter la pièce. Je ne peux pas me concentrer, mon œil est attiré par le sol et le mur blancs si vides. Cette distance n’est pas propice à l’échange, il pourrait me tourner le dos, ça ne changerait pas vraiment la donne.

Mariane P. (29/11/2012)

Je ne vois qu’une partie de son visage, un seul de ses yeux. La figure scindée en son milieu occupe un tiers de l’image, à droite. À gauche, l’objet dont elle me parle est à peine perceptible derrière sa main. Je ne vois pas ce que j’ai besoin de voir. Je suis trop près, à moins de 30 centimètres d’elle. Nous nous nous trouvons dans la sphère de la distance intime. C’est propre à la confidence, mais je ne veux pas une confidence, je veux des informations, apprendre quelque chose, qu’on me transmette un savoir. Cette proximité est gênante. Je me suis trop approchée, je n’ai pas respecté son intimité. Je ne la sens pas en confiance. Son sourire gêné ne parvient pas à cacher son embarras : son regard fuit vers le lointain.

Lucille Hunter (29/11/2012)

D’ici, au moins, je constate que mon interviewer est une femme. Elle est bien trop près. Je me sens agressée. Cet objectif est trop proche de moi, je ne distingue presque pas mon interlocuteur. Je ne vois qu’un de ses yeux, et il est fermé. Ses mains sont affairées à régler des paramètres et à manipuler son appareil de prise de vue. Presque tout mon champ de vision est envahi par elle et je suis oppressée. Je ne me sens pas à l’aise pour intervenir dans ces conditions. Je me sens épiée, elle a pénétré mon espace d’intimité.  L’objectif, noir et imposant ressemble à un objet de torture. J’ai l’impression qu’elle se prépare à me décortiquer.

Mariane P. (29/11/2012)

Cette distance me paraît meilleure. Je me trouve à la limite de la distance personnelle et de la distance sociale, à environ 1,50 mètre. J’ai une vision claire de mon expert.  Elle paraît détendue. Je peux à la fois la voir et la filmer, lui parler et l’enregistrer. L’objet qu’elle me présente apparaît clairement dans le cadre également, dans tous ses détails. Il s’agit d’un vestige unique : c’est le réacteur électromagnétique d’un vaisseau spatial extraterrestre qui s’est écrasé dans les Landes en 1909. J’en saisis les détails. J’ai l’impression de respecter une distance de politesse tout en étant assez près pour établir un lien avec mon interlocutrice et l’encourager à me parler. Il me semble que j’ai trouvé la bonne distance.

Lucille Hunter (29/11/2012)

Cette distance est plus rassurante. Je distingue avec précision la présence de mon interlocutrice. Elle est toujours cachée par son objectif mais je l’entends me parler, et elle prend le soin de se dégager de temps à autre de son appareil pour me regarder. Sa silhouette se dégage du fond par un contraste puissant du noir sur le blanc. Sa verticalité est rappelée par la bande noire qui imite le bord d’une pellicule peinte sur le mur blanc. Une impression de stabilité se forme dans mon champ de vision. Nous pouvons établir un échange. Je préfèrerais que deux personnes se trouvent en face de moi, pour que je puisse constamment adresser mon regard vers une personne de chair et non un objet fait de métal et de plastique : l’une s’occuperait de filmer, et c’est avec la deuxième que je parlerais.

Après ces expériences, nous avons décidé de mener notre interview d’expert dans un lieu qui lui convient pour se sentir à l’aise et qui nous convient en terme d’enregistrement sonore et visuel. Nous nous placerons environ à 2 mètres de lui. La caméra, sur pied, sera opérée par Mariane, et Lucille se positionnera à 40 cm à côté de la caméra. Elle établira un contact visuel et verbal constant avec l’expert et se chargera de poser les questions et de le relancer. Nous équiperons notre expert d’un micro HF pour qu’il ne se sente pas contraint par la vision d’une perche et la présence d’un perchman en plus de celle de la caméra.

Lucille Hunter et Mariane P.

Bibliographie

CAPA Robert, Cité in : BIRD Maryann [2002], « Robert Capa, in Focus », Time magazine, 30/06/2002. En ligne http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,267730,00.html#ixzz2ECoWsE00 (dernière consultation le 05/12/2012)

HALL Edward T. [1966], La dimension cachée, Seuil, Paris, 1984.

 

  1. Nous nous référons aux quatre distances de la vie sociale établies dans La dimension cachée [Hall 1966] :

    • la distance publique ( plus de 3,60m)
    • la distance sociale (de 1,25m à 3,60m)
    • la distance personnelle (de 45cm à 1,25m)
    • la distance intime (moins de 45cm)

    []

  2. If your pictures aren’t good enough, you’re not close enough“ []

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B5, G5] Mettons en scène !

Nous voici à l’étape du choix des décors… Choix de nos décors. Par conséquent, nous pouvons penser que nous sommes des metteurs en scène. Nous nous sommes posées la question de la représentation du corps et l’utilisation de l’espace en vidéo au sein même de notre webdocumentaire.

Sophie R. (29/11/12)

Cette première image illustre la visite de Frédéric El Kaïm le 29/11/12 au SCAV. Nous organisons l’espace pour faciliter les interactions. Chaque étudiant fait face à un autre. Frédéric et Blandine ne sont pas assis avec nous, ils sont tous les deux debout à côté du rectangle que nous avons choisi de former. « Ils nous regardent de haut ». Puis Frédéric s’est installé à une table où chaque groupe pouvait s’entretenir avec lui en face à face. La fin de la phase de préparations approchant, nous avons discuté du projet commun à la promotion pour s’accorder sur les derniers détails de mise en page puis chaque groupe a avancé sur son projet. Nous avons travaillé notre note de réalisation. C’est vraiment ce moment là que nous avons démarré notre travail de mise en scène.

Notre documentaire se compose de dix regards et de cinq points de vus différents. Quel regard adoptons-nous dans notre thématique ? Cette photo met en scène Laura. Actuellement dans un moment de réflexion, nous essayons d’organiser les différents points que nous voulons traiter dans ce web-documentaire. Quel point de vue adopter ?

Le sujet est au centre de l’image. Le traitement de la lumière représente l’espace temps dans lequel nous nous trouvons, c’est-à-dire, dans celui du sujet.  La photo a été prise volontairement en noir et blanc afin de dissocier le temps réel et celui consacré à la réflexion. Le visage légèrement penché en avant, le genou relevé et la main sur une feuille de papier, le sujet est en pleine séance d’écriture. Cette image est une passerelle entre le monde extérieur et celui de Laura. Nous sommes à mi chemin entre ses pensées et la réalité. Le schéma ci-dessous représente ce que Laura a dessiné.

Laura J. (03/12/2012)

Ce dessin est un plan du studio ou nous allons interviewer Pascal Laurent : au centre, la pièce et les différents éléments qui la compose, et sur les côtés, les annotations et remarques que nous nous sommes faites au cours de nos recherches. Nous avons réalisé ce croquis pour mieux analyser les différentes possibilités que nous avons pour filmer notre sujet. Les triangles verts correspondent aux angles de la caméra. Ainsi nous pouvons d’ores et déjà imaginer nos plans. Le sujet (représenté par un rond marron) se trouve au niveau du bar c’est pourquoi la caméra se trouve à sa proximité. Par ce plan nous avons étudié les différents angles possibles, mais également la lumière. Nous avons relevé les différentes entrées de lumière naturelles (en haut du dessin). La partie hachée du dessin qui se situe à gauche de la pièce représente un espace libre ou nous pourrions éventuellement placer lumières (mandarine) et caméra. Ce croquis est un bon exercice pour étudier l’espace dans lequel nous allons travailler.

Capucine – Sophie R. (04/12/12)

Pascal Laurent sera interrogé dans son décor. Nous pensons qu’il n’en sera que plus à l’aise car il y a passé beaucoup de temps et ce sera une façon concrète d’illustrer ces paroles.Voici l’échelle de plan que nous avons choisi pour la majeure partie de l’entretien avec Pascal. Capucine est notre mannequin d’un jour. A la demande de la photographe elle a accepté de prendre quelques pauses. Elle se prête bien à l’exercice de la photographie et est plus grande que nous. Nous aurions été trop petites pour vraiment nous rendre compte de l’attitude que pourrait adopter notre expert derrière le comptoir. Elle ne regarde pas l’objectif. C’est une technique utilisée en interview. L’interviewé ne s’adresse pas directement à la caméra. Il s’adresse au journaliste qui se tient à côté de celle-ci. Ce processus permet de dégager un espace dans l’image grâce au sens du regard. Ainsi, le personnage n’accapare pas toute l’image et la parole, et il n’a pas un rôle d’acteur. Le spectateur n’est pas directement pris à partis. On efface partiellement l’effet de mise en scène du discours pour mettre en place un dialogue.

Sophie R. (04/12/12)

Voici une perspective de plan que nous aimons bien. Capucine est accoudée au comptoir dans une position décontractée. Les pans de bois du comptoir définissent un point de fuite et dirige le regard vers elle. On pourrait penser qu’elle s’adresse à quelqu’un derrière le bar. Lorsque nous tournerons ce plan avec Pascal son regard se portera sur Laura. Elle se trouvera sur le côté droit de la caméra. Pascal devrait être à l’aise dans son décor avec nous puisqu’il connait bien ce lieu, il y a passé pas mal de temps. C’est lui qui l’a construit. Derrière elle il faut imaginer le tableau des menus qui prendra la place de l’écran du vidéoprojecteur.

Sophie R. (19/11/12)

La main. La main façonne et crée, elle désigne et touche. Elle salue, elle est le prolongement du bras. Elle est l’œil de l’aveugle. Grâce à la main nous pouvons saisir des objets. Dans la nature, seuls les humains ont des mains. C’est une partie très importante du corps. Nous voulons insérer une photographie des mains de Céline dans notre webdocumentaire d’images et de sons. Elles font partie de l’esthétique du corps. Au bout des mains il y a les doigts et les empreintes digitales. Chaque individu à ses propres empreintes. Il n’existe pas dans la nature deux empreintes digitales identiques. Céline évoquera son corps lors de l’entretien. Ses paroles seront associées à des photos en plan rapproché de certaines parties de son corps. Les couleurs de cette photo sont chaudes et l’objet photographié se détache du fond noir. L’atmosphère de nos photographies sera sur le même ton de température de couleurs. Un ton chaleureux mais à la fois proche et confiné au même titre que le discours.

Sophie R. et Laura J.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B5, G7] Rencontre(s) et maturation

Romain Gallon (29/11/12)

Cette photo a été prise lors d’un rendez-vous que nous avons eu avec Yannick Anché, éclairagiste des Nouveaux Barbares. Nous avons effectivement organisé une rencontre de manière à établir un premier contact avec lui. Il nous a semblé important d’avoir une discussion dans un endroit chaleureux, qui n’a de lien ni avec son activité professionnelle ni avec l’université, un endroit où il serait plus simple de poser les questions qui nous intéressent. Nous avons donc pensé à un café…

Il est 19H00, rue du Loup, près de la place Pey Berland. On s’installe dans un bar aux consonances irlandaises, un lieu convivial et plein de chaleur, où naturellement les gens se retrouvent après leurs journées de travail, pour faire le bilan de la journée ou bien pour penser à autre chose. Une Guinness dans une main, le bloc-notes dans l’autre, nous voilà partis pour près de deux heures de discussion

Brice G. (29/11/12)

Ce cliché nous montre Yannick Anché, la main droite pointant une source de lumière. C’est un clin d’œil à son activité professionnelle, éclairagiste de spectacle. Il a un regard complice voir malicieux vers ce qui est, pour lui, un de ses outils de travail. Et cela fait justement référence aux sujets que nous avons abordé avec lui… Ce pré-entretien nous donne avant tout l’occasion d’aborder quelques questions de notre interview finale, quitte à ajuster le tir, et modifier nos interrogations, de manière à être les plus pertinents possible le jour de l’enregistrement.

L’éclairagiste, comme nous le pensions également, n’est pas seulement un « pousse bouton ».  Il est aussi, et surtout, un créateur de lumière. Là où nous avons découvert quelque chose, c’est que pour Yannick Anché, l’éclairagiste est un artiste qui exprime sa créativité via la lumière. Pour lui, tout n’est que sensibilité de l’artiste, la lumière est donc un art comme un autre, un moyen d’expression. Il se décrit d’ailleurs comme “artiste” avant d’être “créateur lumière”. Un art qu’il maîtrise, mais un art parmi d’autres…

Brice G. (5/12/12)

Au cours de la conversation avec Yannick, nous lui avons découvert une seconde passion que nous ne soupçonnions pas : la chanson. Il nous semblait bizarre, dans un premier temps, qu’un éclairagiste qui a l’habitude des coulisses puisse un jour monter sur scène. Une impression commune à beaucoup de gens du « milieu » — ce qui lui a valu quelques railleries au début — certains ne le considérant pas comme un « vrai » chanteur.

Yannick, confiant en ses qualités d’auteur et d’interprète, a crée son groupe en 2003, sous le nom de « BORDELUNE ». C’est l’occasion pour lui de camper « un personnage que j’ai inventé pour raconter mes histoires en musique, histoires du quotidien teintées de malice, d’humour et de coups de gueules ! » Cette passion le transportait tellement que nous avions du mal à recadrer le sujet autour du métier d’éclairagiste. Très gentiment, il nous a invité à son prochain concert le 13 décembre à l’Antirouille, sur Talence, et nous a offert son album. Une première rencontre prometteuse…

 

Romain Gallon (03/12/12)

Nous voulions dans un premier temps interviewer Sylvain Montagnac en tant qu’expert de la direction de la photographie. Après une discussion avec Emmanuel Quillet, qui connaissait bien notre expert, il nous a avertit que celui-ci n’était pas à proprement parlé un “chef opérateur” et travaillait d’avantage aujourd’hui en tant que Régisseur plateau ou Réalisateur de courts métrages. Comprenant notre erreur, nous avons fait marche arrière et nous sommes tournés vers un autre expert, contacté au préalable, en cas de refus du premier…

Il nous semble aujourd’hui plus logique de demander à Fabrice Main — réellement directeur de la photographie et également producteur à Dublin Film, à Bordeaux — un entretien pour notre webdocumentaire. La procédure d’interview expliquée dans le précédent billet ne changera en rien avec ce nouvel expert… On peut voir ci-dessus un photo-montage crée par Romain sur Photoshop qui montre ce changement de direction, vers un nouvel expert qui semble plus adapté à notre vision du projet.

Brice G. (29/11/12)

Nous n’avons à l’heure actuelle pas eu l’occasion de rencontrer de visu Fabrice Main, celui-ci étant très occupé et n’ayant pas pu trouver une plage libre dans son emploi du temps chargé pour un rendez-vous . Même si une rencontre autour d’un verre dans un café, telle que nous avons eu la chance d’en partager avec Yannick Anché, est toujours bénéfique, il nous semble qu’un pré-entretien téléphonique avec Fabrice Main est à ce stade judicieux.

Cela nous permettra d’expliquer notre projet, notre cheminement pour arriver jusqu’à lui et de connaître ses premières impressions. Nous le contacterons dès ce week-end.

Romain Gallon (29/11/12)

Et voilà, l’échéance approche. Quand nous parlons d’échéance, nous entendons la présentation finale du dossier de production devant un jury universitaire. C’est d’ailleurs ce qui est illustré sur cette photographie. Il s’agit de la photo d’un ordinateur où l’on aperçoit le logiciel Microsoft PowerPoint en action. Ce logiciel permet de créer des présentations sous forme de diaporama, à projeter sur un grand écran, afin d’éclairer un propos ou une démonstration.

Au moment de la photographie, nous étions en cours d’élaboration de ce diaporama qui nous servira à éclairer notre exposé concernant notre séquence de webdocumentaire. Il s’agit de la dernière étape avant la présentation. Celle-ci sera l’occasion pour nous de recueillir un avis extérieur sur notre projet, ce qui sera forcément bénéfique pour la bonne conduite du dit-projet

 

Romain Gallon et Brice G.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B5, G3] Balle de match

Alfred gravit les marches

Juliette Chanson (6/12/2012)

Cette image réunit trois photos. On y voit à chaque fois Alfred, un chien en peluche. Sur la première photo Alfred est en bas à droite, au premier plan, sur la toute première marche d’un escalier qu’on découvre en contre-plongée. Il est adossé contre le mur, la route est encore longue. Sur la photo suivante, on retrouve Alfred qui est cette fois-ci sur la deuxième marche. Tiens, la petite boule de poil a fait un petit peu de chemin. C’est la première marche qu’on a maintenant en premier plan, Alfred s’éloigne de la case départ. On voit toujours l’escalier en contre-plongée, et il y a encore quelques marches avant d’atteindre le sommet. Alfred est maintenant allongé, le ventre en l’air. Alfred a travaillé dur. On découvre enfin la troisième photo. Alfred en est à la quatrième marche ! Il a compris comment il fallait faire pour bien monter les marches, il va plus vite maintenant. La première marche est toujours en premier plan, l’escalier toujours en contre-plongée. Autant dire qu’Alfred commence à être loin maintenant. Il est bien parti pour arriver en haut.

Voilà, Alfred, c’est nous. C’est notre groupe qui petit à petit avance dans son projet. Cette semaine nous avons fini de rédiger et de mettre en forme notre scénario. Il nous manque un titre. Mais nous avançons.

Sarah Vasseur, 08/12/2012

Pourquoi cette image, et comment la décrire ? De la même façon que pour l’écriture, lorsque je dessine, c’est souvent d’une manière spontanée, intuitive, et il m’est difficile d’avoir un regard objectif. J’ai simplement essayé de penser à ce que peut être un processus créatif, et particulièrement celui que l’on met en place au sein de notre groupe. On peut y distinguer comme une forme d’arbre, dont les racines sont présentes et visibles. C’est la connexion entre la terre et l’air, le ciel. Or, on peut dire que la création fait le lien entre ce qui est « dans l’air », pour le matérialiser, le rendre « terre ». Créer est-ce autre chose que capter les énergies dans les airs, omniprésentes, palpables, afin de les rendre visible, de les matérialiser ?
Explosion. Explosion d’énergie, qui provient d’un même centre et se disperse partout autour.
Les cris. Les pleurs. Les rires. Agitation qui m’entoure, et cette télévision, que je ne regarde jamais, mais qui me vrille pourtant les oreilles, qui veille et créé un silence abrutissant dans les yeux des enfants de mon colocataire. J’aimerais les occuper autrement, mais je dois travailler pour le carnet. Frustration.

Pourtant, nous créons, chaque fois que nous éteignons cette foutue télévision. Je les observe, « s’apaiser », et puis rétreindre progressivement, alors que la création nait dans l’espace vide qui lui est laissé. Remplir le vide de futilités, le bourrer d’aberrations, cela n’amène jamais la création. Elle est endormie, annihilée. C’est peut-être cette révolte explosive qui s’exprime dans ce dessin où l’on distingue des traits à la fois très saccadés et droits, qui donnent un caractère agressif à l’expression de l’émotion dans la création, qui contraste avec les traits plus souples et ondulés qui servent de base à la création. Le calme, le vide. Rien ne surgit jamais dans un espace saturé. La création c’est d’abord la capacité d’accepter le vide pour accueillir la nouveauté, ce qui peut être… l’arbre des possibles…

Barbara Lancia (6/12/2012)

Cette image est composée de deux photographies. Sur la première photographie, on aperçoit une jeune fille qui regarde par la fenêtre en écartant le rideau avec sa main. La jeune fille est vue de dos et nous faisons face à la fenêtre. On distingue vaguement le décor extérieur, sans en percevoir les détails.

Sur la seconde photographie, nous nous trouvons à présent plus près de la fenêtre. Cette fois, le décor est net et on le distingue parfaitement. La main, toujours posée sur le rideau, nous indique qu’il s’agit d’une même scène, prise au même moment mais de deux points de vue différents. Alors que nous contemplions la scène d’un point de vue extérieur sur la première image, nous la percevons à travers les yeux de la jeune fille sur la seconde image ; on adopte un point de vue subjectif. Ce changement de point de vue est également marqué par les zones de netteté. Sur la première photographie, c’est la jeune fille qui est nette ; elle est le centre d’intérêt de l’image. On imagine qu’on est mis à la place d’un second personnage qui s’intéresserait à ce que fait la jeune fille. Or, sur la deuxième photographie, c’est le décor extérieur qui est net ; c’est ce à quoi s’intéresse la jeune fille.

Cette illustration des points de vue fait référence aux prises de position des personnages lors d’un débat. En effet, le débat n’a de raison d’exister que lorsque les protagonistes défendent des points de vue différents, voire opposés.

A chaque camp son argument

Juliette Chanson (6/12/2012)

Sur cette photo, nous distinguons deux choses distinctes. L’une est l’arrière plan, représentant un dessin d’une raquette de ping-pong, et l’autre une boulette de papier posée sur la raquette, représentant la balle. La raquette est donc plate, insérée dans le papier, alors que la balle de papier est bien réelle. Et cette balle, c’est un argument. Chaque raquette a sa balle, tout comme chaque personnage a son argument. C’est cela qui rend un dialogue intéressant. Chaque adversaire se renvoi la balle, et il ne doit pas la louper. Chaque personnage défend son point de vue, et il ne doit pas se détourner de son objectif. Et ce qui est intéressant, c’est lorsque chaque point de vue est défendable.

Barbara Lancia (5/12/2012)

Sur cette image, on peut voir quatre kiwis disposés de manière significative. En effet, entre les kiwis, on distingue deux signes mathématiques : le « + » et le «  = ». On devine donc une équation mathématique induisant que « un kiwi plus un kiwi est égal à deux kiwis ». On remarque que cette équation est juste et logique.

Cette image illustre en réalité la logique qui doit être inhérente au scénario. En effet, chaque réplique du dialogue doit logiquement découler de la précédente afin d’assurer la cohérence du débat et d’accroître l’impact de chaque prise de parole.

Sarah Vasseur, 08/12/2012

Même processus. Je ne sais pas ce que je vais dessiner, je prends une feuille, et les traits viennent naturellement. Je découvre, à mesure que ma main va, ce que je dessine. Un personnage, entre imaginaire et réalité. La musique écoutée se mêle aux tourbillons d’idées qui fusent, qui nous attirent dans d’autres sphères, d’autres mondes imaginaires. Ouverture sur la gauche, parce que nous devons encore ouvrir davantage certains aspects, nous n’avons pas encore détaillé tous les aspects du scénario qui est encore un peu « grossier ». Ouverture qui fait face à toute la profusion qui naît dans la musique. Évocation d’un plaisir personnel à créer « en musique ». Nous sommes plusieurs, alors il y a évidemment beaucoup d’idées différentes, ce qui explique peut-être les différents tourbillons. Tout ce qui se trouve sur la gauche, semble être ce qui reste à venir, à préciser, qui n’est pas encore inséré aux profusions imaginaires. Séparation par un trait entre un tourbillon et un autre, sur la gauche, qui entoure une planète. Impossibilité de communication entre cerveau gauche et droit ? Entre logique rationnelle et imagination spontanée ? Chacune tire plus ou moins fort de son côté, dans son sens, ce qui explique peut-être la présence des deux tourbillons opposés qui « crachent », et toujours une troisième personne qui essaye de maintenir tout cela, qui ramène de façon pragmatique à l’aspect pratique des choses (le personnage qui essaye de tenir, de saisir le tourbillon). L’alternance de celles qui jettent les idées dans le vent et celles qui les rationalisent. Entre imagination et réalité. La cohésion dans le groupe.

Barbara Lancia, Sarah Vasseur et Juliette Chanson

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B4, G2] Into the flat

Figure 1 Capture Moviestorm (22/11/12), Réalisation 3D : Gaylord Gauvrit, Morgane Kerarvran, Morgane Meneau, Montage : Gaylord Gauvrit

Nous avons eu, dans le courant de la semaine, un cours de décoration qui nous a fait prendre conscience que la décoration a un rôle très important dans la mise en scène et la narration. Nous avons donc voulu construire, avec le logiciel Moviestorm, un décor possible afin de pouvoir juger des possibilités qu’il nous offre. Nous avons installé un salon d’une collocation d’étudiants et essayé de le rendre le plus réaliste possible. Il a donc fallu éviter de rendre la pièce froide, car celle-ci est habitée par des jeunes. Il a également fallu éviter de la rendre trop luxueuse car il est rare que les étudiants aient beaucoup de moyens financiers. La série se déroulant, à Bordeaux nous nous sommes interrogés sur ce qui caractérise les logements de cette ville. Nous avons donc cherché, dans les objets du logiciel (Tapisseries, meubles, sol..) ce qui pouvait correspondre à tous ces critères. Or nous avons vu  qu’il est pauvre de ce côté. Nous étions surpris de voire qu’il y a une collection complète « Thanksgiving » mais aucune cuisine. Nous trouvons que pour ce logiciel de création de lieux de vies, ne pas disposer de tout ce qui est nécessaire à leur reconstitution fait de lui un outil limité et inadapté à notre histoire. Nous étions donc frustrés de pouvoir construire des vaisseaux spatiaux, mettre en scène des corbeaux géants ou autre éléments improbables, alors qu’il nous est impossible de créer un environnement réaliste.  Mais nous avons trouvé des solutions qui pourraient  nous permettre de résoudre partiellement ce problème : des logiciels où il a des éléments 3D, mis à la disposition de tous gratuitement et qui peuvent s’intégrer dans Moviestorm. Aussi, nous pouvons importer de vraies photos : cela pourrait permettre la conception de nouvelles textures, des posters « étudiants » (l’emblématique Pulp Fiction)

Figure 2 Lieu de vie (23/11/12), Photographie : Morgane Meneau, Montage : Morgane Kerarvran

Nous avons pris comme lieu d’exercice un salon pour montrer l’importance des accessoires et leurs rôles dans la narration. Les objets permettent de définir les personnages, ainsi dans le cadre de notre série, la recherche d’objets se fera par rapport au fait que se sont des étudiants. Un appartement est témoin des gouts, de la personnalité et du budget de ses habitants. Enfin, les accessoires donnent des indices sur l’action en général qui a déjà eu lieu. Cela est très important pour nous qui travaillerons sur une ambiance de lendemain de fête (avec des bouteille par terre, des cendriers remplis, des verres un peu partout). Ici la cuisine nous a permis de mettre en évidence les bénéfices des accessoires.  La première image montre une cuisine presque vide, j’ai volontairement laissé une corbeille de fruit au milieu de la table pour montrer que les accessoires allaient plus loin qu’un élément lambda de décoration. La corbeille de fruit, comme une nature morte, donne une vision clichée de la cuisine, et un aspect plus faux comme dans une cuisine témoin. La seconde photographie incorpore plus d’éléments dits « décoratifs » comme des coussins ou des tableaux mais l’enjeu est plus grand car on y voit plus de vie et de mouvement.  Cela est dû aux choix des objets et leurs emplacements. Ici ils indiquent que quelqu’un est présent hors du cadre, mais qu’il est dans la maison à travers la présence de chaussures, de tasse de café sur la table… La personne n’a pas rangé car elle est toujours présente. A travers la mise en scène des objets on comprend qu’elle est hors champs.

Nous avons eu du mal pour cette photographie  à avoir un angle de vue assez large car la cuisine est trop petite. C’est aussi un élément que nous allons devoir prendre en compte pour la fabrication du salon, trouver un juste milieu pour que le déplacement des personnages soit fluide. Mais il faut que l’appartement corresponde à une certaine réalité « étudiante ». Il est amusant de noter que la lumière chaleureuse de la deuxième photo n’a pas été préméditée et  qu’elle contraste avec la première : «  froide et médicale ».

Figure 3 Textures (23/11/12),  Photo : Morgane Meneau, Montage : Morgane Kerarvran

Habitant depuis quelques années à Bordeaux nous-même nous avons repéré quelques éléments typiques des appartements d’étudiants Bordelais. Par exemple les immenses fenêtres de « trois  mètres » de haut, ou encore les cheminées condamnées, rappellent l’histoire des appartements bordelais qui n’ont pas toujours servi à de pauvres  étudiants en colocation. Ces appartements souvent très anciens et refait rapidement gardent un charme particulier. Nous avons donc réalisé ce patchwork pour illustrer les éléments dits de « textures » souvent notables dans ces appartements et pour avoir des premiers éléments réutilisables au sein de Moviestorm. Nous dépasserons ainsi les limitations du logiciel en lui ajoutant des éléments pour finalement être le plus réaliste possible. Sur la figure 3 le premier élément est un mur vétuste, un mur blanc peint il y a quelques années, montrant l’humidité des maisons bordelaises. Le deuxième élément est un papier peint démodé, néanmoins le budget prime sur l’esthétique chez les étudiants. Le troisième élément est un parquet : c’est «  l’atout charme » de beaucoup de studios. Le carrelage très vintage a aussi son charme. Enfin le mur en pierre est souvent présent dans la pièce à vivre.

Figure 4 A gauche patchwork  A droite l’équipe en plein travail avec Morgane Kerarvran et Gaylord Gauvrit (23/11/12) Photographies : Morgane Meneau/Morgane Kerarvran.

Après avoir effectué une recherche concernant les éléments fixes de notre décor (objets, mobilier, sol et murs) qui nous aura permis d’avoir une vision réelle et commune du lieu où se passera l’action de notre scénario, nous nous sommes concentrés sur les éléments en mouvements, ceux qui prennent vie au sein de la scène : les acteurs. La figure 4, ci-dessus, est un patchwork de nos recherches préliminaires rassemblant des prémices de storyboard, de placement de caméra et d’acteurs. Ces éléments nous permettent de modéliser, de mettre en mouvement et de clarifier des éléments de notre scénario dont la mise en scène est un peu complexe. Nous les avons organisé de manière à ce que la disposition des feuilles rappelle un plan d’appartement : des angles droits, pas de vides entre chaque document. Cela représente notre façon de travailler : organisée et méthodique.

Figure 5 Mouvements (23/11/12), Infographie 2D et montage : Gaylord Gauvrit

Nous avons mis au propre les croquis montrés précédemment, ainsi ce schéma sera utile lors de la réalisation. La figure 5 définit donc les déplacements des personnages à l’intérieur de l’appartement ainsi que les mouvements de caméra qui permettront de suivre et de rendre à l’image l’action. A travers ces trois schémas techniques, seule une partie de notre scénario est défini. Il s’agit de la scène finale où Vincent, Nicolas et Maélie se disputent au centre de l’appartement (représenté par des ronds roses cerclés de noir). Ayaka sonne à la porte d’entrée (“Position 1”). Maélie se déplace vers la porte (déplacement représenté par une flèche rouge) et ouvre à Ayaka qui entre. Durant ce déplacement, la caméra (déplacement représenté par une flèche bleue) se rapproche de Maélie, la contourne par derrière tout en montrant les réactions de Vincent et Nicolas qui restent à leur position initiale. Puis, la caméra suit Maélie de dos dans son déplacement vers la porte. Le dernier axe de caméra de la “Position 1” montre Maélie et Ayaka à l’intérieur de l’appartement. Les deux autres schémas décrivent, de la même manière, les déplacements des personnages et des caméras pour finalement nous montrer le dénouement de notre scénario.

Figure 6 Storyboard (23/11/12),  Photographie et dessin : Morgane Kerarvran

La Figure 6 et la Figure 5 ont été réalisées simultanément et cela a permis de penser le départ du projet en groupe. Ainsi malgré nos différentes manières de concevoir une image ce travail en particulier nécessité une préparation commune. En effet ces deux éléments techniques se basent sur les mêmes intentions de réalisations. Par ailleurs le storyboard permet de schématiser ce qui sera réellement montré au spectateur et permet donc, à l’instar de la Figure 5, d’avoir une vision horizontale de l’action.

Morgane Meneau, Morgane Kerarvran, Gaylord Gauvrit

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website