[B2, G9] Who’s the boss ?

Quelle hiérarchie au sein de la troupe de théâtre?

En premier lieu quel est notre projet ?
Pour expliciter notre démarche nous devons d’abord expliquer ce projet qui nous réunit ici et maintenant. C’est un web documentaire essentiellement sonore accompagné d’images, avec une partie interview en vidéo. Ce documentaire à la forme si particulière traite d’un sujet de société à savoir celui du monde du travail, qui nous touche tous. Nous estimons que le travail participe à la construction identitaire de chaque individu.
En effet, une troupe de théatre et plus particulièrement son metteur en scène s’est approché de ce monde du travail, de ses problématiques, de ses questionnements pour créer une pièce, Les Nouveaux Barbares (1) qui traite de la souffrance au travail. Nous avons rencontré l’auteur et metteur en scène, Frédéric El-Kaïm, et avons pu échanger avec lui sur la génèse de sa pièce, sur ses ambitions, ce qu’il voulait montrer.

Une semaine plus tard tous les M2 se sont rassemblés et nous avons discuté de ce que nous aimerions “montrer” ou plutôt faire entendre… Nous avons dégagé différentes thématiques autour du projet de la pièce, qui nous permettraient d’étudier à la fois le travail de la troupe mais aussi le travail vu par l’auteur dans sa pièce. Chaque groupe a ensuite décidé du sujet sur lequel il souhaitait davantage travailler.
Nous avons choisi le thème de la hiérarchie, de l’équilibre des contraintes, des rapports entre employés. Ce choix est né de phrases prononcées par Frédéric El-Kaïm au cours de l’entretien. Il a en effet dit, et ce en l’espace de deux heures, qu’il n’y avait pas de chef dans le groupe (entendre le metteur en scène, la troupe et l’équipe) et plus tard, évidemment dans un autre contexte : “les comédiens, ils viennent, ils travaillent, puis ils se cassent”. Cela nous a paru contradictoire et donc intéressant. Dans ses recherches, l’auteur est tombé sur la question de la “soumission invisible” et de “l’équilibre des contraintes”, ce qui nous a aussi intéressées et poussées à travailler sur ces thèmes.

Pour ma part (Lucille), la thématique des rapports professionnels et humains m’interesse beaucoup. Je me rends compte que je me retrouve souvent à parler de cela ou à orienter mes projets dans ce sens. Et cela, quand j’écris pour moi ou quand j’étudie un aspect d’une expérience, comme par exemple dans mon rapport d’étonnement de fin de stage de 1ère année intitulé “Rapports professionels et communication”. C’est donc tout naturellement que cette thématique s’est présentée à moi et que j’ai voulu la traiter.
Tout comme Lucille ce sujet me touche car il fait partie de nos vies depuis notre tendre enfance, mais cela peut prendre des proportions totalement différentes dans le monde du travail où les jeux de pouvoir et de domination prennent part. Ainsi est-ce que cette thématique est tout autant présente au sein d’une troupe de théâtre qu’au sein d’une multinationale ? (Mariane)

Nous nous sommes donc intéressées aux relations entre les personnes, entre les différents postes présents. Nous avons commencé à réfléchir à l’écriture documentaire avec les connaissances et les hypothèses que nous avions en tête. Un exemple d’hypothèse pourrait être la place du patron et celle de ses employé(e)s, structure couramment présente, ou alors travailler sur la situation inverse comme le suggérait le metteur en scène de la troupe que nous allons suivre.

Voici notre première version du synopsis :
“Nous voulons montrer la complexité des rapports entre personnes qui travaillent ensemble (ici l’auteur-metteur en scène, les comédiens, le régisseur, l’éclairagiste, le costumier, etc) en nous interessant à la question de la hiérarchie. Comme point de départ, nous prenons l’affirmation du metteur en scène “il n’y a pas de hiérarchie, on travaille ensemble” et sa déclaration ultérieure quelque peu contradictoire “les comédiens, ils viennent, ils travaillent, puis ils se cassent.” Nous nous concentrerons à la fois sur les questions de hiérarchie au sein de la troupe –  y a t-il des personnalités qui prennent le dessus sur les autres et pourquoi ? (ancienneté, succès antérieur, etc.) Et si vraiment aucune hiérarchie n’existe, comment un groupe d’une telle ampleur s’organise-t-il ? – et sur les questions de hiérarchie soulevées dans la pièce, son propos.”

Si nous finissons par montrer qu’il y a effectivement un chef, nous pourrons nous demander si ce chef n’est pas soumis à un autre chef, celui qui donne son accord ou non pour la création, qui finance ou non. L’auteur avait d’abord prévu de créer un spectacle autour d’Hamlet, mais à l’époque il n’a pas pu réunir les financements et s’est donc tourné vers cet autre projet. Nous avons ajouté à la fin de notre synopsis ce paragraphe :
“Nous voulons montrer que cette question du “patron” dépasse parfois le groupe de travailleurs et va chercher plus loin. Si le metteur en scène est le boss de la troupe, n’est-il pas lui aussi soumis à d’autres entités ? Il nous a indiqué avoir décidé de monter cette pièce car il ne trouvait pas les financements pour monter un projet sur Hamlet. Des producteurs frileux, et l’on doit changer ses projets.
Et si le boss, c’était l’argent ?”

Nous pensons nous concentrer sur les liens, les rapports entre les différentes personnes liées à ce spectacle puis relativiser ces relations de pouvoir en ouvrant, à la fin de notre capsule de 3 minutes, sur la question de l’argent et si ce n’est pas ça qui finalement tire vraiment les ficelles. Pour l’expert, nous pensons donc interroger quelqu’un qui est jury ou qui s’occupe d’un fonds de soutien à la création dans le domaine théâtral ou le domaine audiovisuel, qui pourrait nous apporter son point de vue et ses connaissances sur la répartition de l’argent. Pourquoi et comment donne-t-on à tel et pas à tel autre ?

Au cinéma certains réalisateurs ont mis en image le jeu relationnel installé entre les employés et leur hiérarchie comme par exemple Compliance (2) sorti en salle il y a quelques semaines, ou alors Le Capital (3) prévu en salle dans quelques temps. Ces films mettent en scène les différents statuts hiérarchiques présents au sein d’une même société. Concernant Compliance le réalisateur va même au delà des rôles hiérarchiques en poussant à l’extrème les tâches demandées à ces personnes, poussant ainsi les personnages jusqu’à leur dernier retranchement. Il montre par là même jusqu’où les personnes peuvent agir en raison de leur statut professionnel. Quant au film Le Capital, le réalisateur met en scène la montée hierarchique d’un banquier écrasant les autres et qui comprend tous les rouages présents dans de grandes entreprises à expansion internationale.

Ces derniers exemples nous ont ouvert les yeux sur comment filmer les personnages avec leurs différentes positions, comment rendre compte de la puissance de l’un et la faiblesse de l’autre. Maintenant à nous de nous approprier ces moyens techniques de mise en image pour les transposer au niveau sonore. Par exemple, nous pourrions légèrement élever le volume sonore d’une voix ou au contraire le réduire, modifier le rythme d’une phrase, ajouter un écho…
Il nous semblerait intéressant également du point de vue sonore de superposer ou se faire suivre de près une phrase qui indique qu’aucune hiérarchie n’existe avec un cri, un ordre, un son qui suggère l’inverse.
Si nous décidons d’insister sur l’aspect financier qui gouverne toute création, un son de tirelire ou un autre de la sorte pourrait accentuer des propos qui espèrent s’en détacher ou qui en parlent à mots couverts.

Nous avons réalisé hier que ce billet contenait plusieurs éléments de note d’intention, et nous l’avons écrit petit à petit sans nous en rendre vraiment compte, jusqu’à ce qu’on entende les notes d’intentions de nos camarades et qu’on se dise que “ça, on l’a écrit dans le carnet !”

Photographie prise par iaaai, publié le 07/04/2011
Disponible sur http://mains-iaaai.blogspot.fr/ (consulté le 20/10/2012)

Cette photo nous inspire une idée de soumission, presque de crainte et de souffrance, nous l’assimilons à notre projet.

———–

(1) Une Compagnie, Les Nouveaux Barbares, mise en scène Frédéric El-Kaïm
(2) Craig Zobel, Compliance, 2012
(3) Costa Gavras, Le Capital, 2012

 

Crédit photo à la une : Caricature d’une situation de soumission

Lien du site: http://schaver.com/?m=200602

Titre de l’image : Boss ; Auteur : People ; Date de publication:  23/02/2006

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G3] Travail, compétences et complémentarité

Au sein du groupe que nous allons former cette année, de nombreuses questions vont se poser. On nous demande dans un premier temps d’évaluer nos compétences respectives. Mais comment peut-on évaluer nos propres compétences ? Une compétence se définissant comme une capacité reconnue dans un domaine donné, est-ce que cela signifie qu’il nous faut nécessairement nous concentrer sur nos capacités dans le domaine cinématographique ? Cela ne serait-il pas réducteur ? Il semble évident qu’on ne peut se cantonner à cet unique secteur, puisque les compétences relationnelles et littéraires ne doivent pas être négligées, notamment en ce qui concerne la rédaction d’un carnet de recherche.

Il semblerait que les compétences dépendent de nombreux facteurs, et que selon les situations ou les contextes, elles peuvent devenir des obstacles ou des inaptitudes. De plus, il existe certainement un fossé important entre les compétences que nous pensons posséder et celles que nous avons réellement, d’autant plus que nous nous connaissons très peu et n’avons d’autre choix que de prendre les spéculations des autres pour vraies. Définir les compétences d’autrui, au risque d’enfermer les individus dans de « petites boites », voilà une tâche qui pose un véritable problème.

Cependant, suite à nos discussions, après l’examen de nos cursus respectifs, nous avons pu déceler quelques points forts à exploiter. Barbara et Juliette, par exemple, sont avantagées en ce qui concerne les tâches techniques. En effet, la pratique de la prise de vue tout comme celle du montage leur sont familières. Le cursus de Sarah lui confère a priori davantage de compétences littéraires ou pédagogiques. Toutefois, Juliette apprécie également l’écriture et Barbara possède les qualités nécessaires pour formuler une critique pertinente. Barbara semble la plus méthodique puisqu’elle privilégie l’aspect rationnel et la construction syntaxique. Cet aspect de sa personnalité allié à une tendance au perfectionnisme lui confère la capacité de finaliser les projets dans le détail. Juliette et Sarah semblent quant à elles plus spontanées. Si Juliette nous a fait part de sa facilité à communiquer avec les gens et à mener des enquêtes de terrain à leur terme, Sarah privilégie elle aussi les interactions humaines au sein d’un projet créatif.

En réalité, certaines choses semblent se compléter dans cette première évaluation de nos compétences. Néanmoins nous préférons établir un système de fonctionnement démocratique, au sein duquel chacune d’entre nous pourra toucher à tous les domaines concernés. Chaque membre du groupe sera investi à chaque étape du projet. Nous avons conscience de l’étendue de nos compétences actuelles, mais nous nous laissons la possibilité de développer celles qui nous font défaut, en nous répartissant les différentes tâches de manière égale !

De cette interaction entre nos différentes compétences, nous espérons aboutir à un groupe équilibré, au sein duquel les lacunes des unes pourront être comblées par les connaissances des autres. Et nous pourrons apprendre les unes des autres en nous entraidant. Cette méthode de création induira un travail en groupe permanent qui permettra de favoriser les échanges. Même s’il est certain que cette expérience de travail en groupe débouchera sur certains désaccords, voire parfois sur des conflits, elle n’en reste pas moins intéressante, puisque les antagonismes sont parfois la source d’une grande poussée créative. En effet, ils nourrissent parfois une motivation qui se plait à aller par-delà les obstacles, et à contourner toutes les barrières à l’expression. D’autant plus que c’est une situation à laquelle nous serons confrontées régulièrement dans le monde professionnel, où il faudra jongler entre expression de ses propres points de vue, idées et concessions.

Nous espérons que ce mode de fonctionnement nous permettra de réévaluer certaines compétences, d’en découvrir de nouvelles et d’en éliminer d’autres au fil des différentes situations auxquelles nous seront confrontées. L’avantage des aptitudes, c’est qu’elles ne sont pas figées, et se manifestent parfois à un moment précis qui ne se reproduira peut-être jamais, en particulier au sein des processus créatifs. Nous pensons donc qu’il n’est pas nécessaire d’arrêter des compétences définies, puisque celles-ci sont en perpétuel mouvement…

Barbara Lancia, Juliette Chanson et Sarah Vasseur

Crédits photos :

Photo à la une : Team with puzzles, d’Anatoly Maslennikov

Chaque personnage apporte sa pièce du puzzle et donc sa part de connaissances. On peut y voir une illustration de la complémentarité du groupe.

Photo dans le corps du texte : cliché réalisé par Barbara, Juliette et Sarah.

Les débuts de notre groupe.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G7] Entre réalité et fiction

Fiction : Création de l’imagination ; ce qui est du domaine de l’imaginaire, de l’irréel – Définition Larousse 2012

Réalité : Ce qui est réel, ce qui existe en fait, par opposition à ce qui est imaginé, rêvé, fictif – Définition Larousse 2012

« La réalité dépasse la fiction, car la fiction doit contenir la vraisemblance, mais pas la réalité » C’est à partir de cette citation du romancier américain Mark Twain, que nous souhaitons, avant tout autre chose, méditer ensemble sur l’antagonisme entre ces deux notions : “fiction” et “réalité”. Nous, Romain et Brice, sommes différent, bien entendu. Ces deux mots peuvent éclairer cette différence. Différents oui, mais aussi complémentaires.

Explication…

La passion de Romain, c’est le théâtre. Cela fait maintenant 12 ans qu’il y investit toute son énergie et tout son talent. Sur les planches d’abord,  en tant qu’acteur, il s’est exercé à la comédie dans près de 15 pièces. Mais il s’est également révélé talentueux dans l’écriture de pièces de théâtre. L’écriture d’un scénario de fiction est un exercice singulier, et il le sait. Apogée de son expérience théâtrale, Romain, aguerri aux nouvelles technologies comme tout bon jeune post-années-80, a savoureusement fait le mélange entre fiction, web, et quelque chose qui lui trottait dans la tête depuis de nombreuses années : la vidéo… On mix, on saupoudre, on secoue, et, après quelques heures de montage, on obtient une web série  ! Au rayon des “nouveaux formats”, en voilà un bien original : douze épisodes de 2  à 10 minutes, courts, concis, mais efficaces. On est sur Internet et l’idée, c’est de capter l’internaute, ne surtout pas lui laisser le temps  de s’ennuyer, de s’échapper ! Bref, entre réalité et fiction, Romain l’a bien compris, il faut garder les pieds sur terre quand on s’adonne à rêvasser.

Ses pieds, Brice, il les a toujours gardé sur terre. Et pas qu’un peu !  Véritable globe-trotter, il l’a bien arpentée !  Les voyages sont pour ce voyageur averti, “un véritable art de vivre”. Se donner les moyens d’aller sur le terrain, se confronter à la réalité,  vivre des expériences inoubliables, c’est devenu son leitmotiv. A l’entendre, c’est plus qu’une évidence : aller à la rencontre des autres cultures, chercher à connaitre les gens, c’est pour Brice plus qu’une envie, un véritable besoin ! Les clichés touristiques ? Très peu pour cet amoureux des voyages qui, depuis son plus jeune âge, arpente l’Europe à bord du camping-car de ses parents. La tête sur les épaules, il se sent chanceux d’avoir pu voyager dès son enfance. Une passion qui ne le quittera jamais, au contraire, elle s’accentue… Il espère pouvoir continuer,  à travers son futur métier de Journaliste Reporter d’Images, voir du pays, et aller sur le terrain, au contact des populations…

De nos deux profils, à première vue antagonistes — l’un porté sur le réel, l’autre sur l’imaginaire — se dégagent malgré tout des aspects similaires… Mine de rien, le journaliste écrit, mais le scénariste aussi ! Pas de la même manière probablement, chacun a sa sensibilité, son approche, mais le vocabulaire, ainsi que l’attachement au “mot”, sa signification, le goût de la “bonne formulation”, restent identiques. C’est sur cette complémentarité que nous allons travailler ensemble pour faire avancer ce carnet de recherche. Chacun sa vision des choses, mais au service d’un objectif commun : réaliser un web documentaire. Chacun mettra sa sensibilité au profit de ces projets. Cette commune sensibilité s’exprime également dans l’attrait pour le cadrage et l’esthétique de l’image. Nous avons effectivement tout deux de l’expérience dans ce domaine. Il nous paraît donc essentiel de réfléchir ensemble sur l’importance et la fabrication de l’image. C’est un domaine qui nous semble primordial de développer. Le projet de web documentaire qui nous attend cette année sera pour nous deux l’occasion de mettre en commun nos compétences, mais aussi de procéder à un travail en amont qui ne nous est pas nécessairement habituel ou “naturel”. Nous essayerons, grâce à cet espace d’expression, de faire part de nos attentes, nos recherches, et nos réflexions concernant le nouveau défit que représente la réalisation d’un web documentaire. 

Romain Gallon et Brice G.

Oeuvre artistique dans le centre de Bordeaux, Place du Parlement
Paradoxe entre fiction et réalité. La réalité n’existe pas, la vitrine projette t-elle alors un semblant de réalité ?
Une invitation à prendre du recul face au flot d’informations qui nous entoure. Il s’agit du premier opus d’un programme de diffusion artistique intitulé “Crystal Palace”, lancé par la structure “Zébra3/Buy-Self”.

Œuvre artistique dans le centre de Bordeaux, Place du Parlement.

Illustration

Figure 1 (image à la une)

Titre : La réalité n’existe pas.

Auteur : Brice Gouronnec

Légende :

Paradoxe entre fiction et réalité. La réalité n’existe pas, la vitrine projette t-elle alors un semblant de réalité ? Une invitation à prendre du recul face au flot d’informations qui nous entoure. Il s’agit du premier opus d’un programme de diffusion artistique intitulé “Crystal Palace”, lancé par la structure “Zébra3/Buy-Self”.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G6] Complétence

Titre du billet : néologisme issu de “complémentarité” (n.f.: caractère de ce qui est complémentaire) et “compétence” (n.f.: capacité dans une matière donnée).

Mercredi 19 septembre, 11h15, studio, premier cours de « Carnet de recherche » avec Blandine Schmidt, qui nous explique en quoi consistera la réalisation de nos billets pour le blog. Notre premier exercice : définir les compétences de l’un et de l’autre. Nous nous racontons notre parcours et dressons chacun de notre côté un tableau de nos compétences à tous les deux, puis confrontons les résultats. L’addition des deux donne l’équation suivante :

CAPUCINE

Parcours : c’est à Paris, sur l’île St Germain, que j’ai vécu les 16 premières années de ma vie. Habiter une petite île, un petit quartier, mais habiter aussi une grande capitale. Ma mère s’occupait du foyer, une femme juste et authentique qui ne parle pas beaucoup. Mon père travaillait et travaille tous les jours… je peux dire aujourd’hui par plaisir et envie. Il est architecte décorateur d’intérieur et sa vie c’est son métier. A 71 ans, il ne compte toujours pas s’arrêter.

Déjà toute petite je préférais être ailleurs que chez moi. Dans ce petit quartier sécurisé, avec tous les copains de l’école, nous faisions notre vie dans la rue. Mon intérêt premier était d’avoir des amis, de parler, de rencontrer des gens, de jouer. Nous organisions des grandes parties de cache-cache dans le quartier. Mes résultats scolaires n’étaient pas catastrophiques mais autant dire que je n’étais heureuse d’être à l’école que pour retrouver les autres. Plus les années ont passé plus je m’éparpillais. Il fallait que je touche à tout. J’ai vécu ma dernière année parisienne en classe de seconde dans le 7ème arrondissement. Ce fut l’anarchie totale : bien trop de choses s’offraient à moi et il était difficile, voire interdit pour mon entourage de me canaliser… j’ai donc redoublé ma seconde. Cet été-là nous avons déménagé à Angers, bref,  j’ai fait une dépression! Mais un certain intérêt pour la culture, la connaissance, s’est suscité en moi et m’a permis de me relever rapidement. J’ai donc fait une première et terminale Littéraire option lourde histoire des arts.

Depuis toute petite je voulais être journaliste. Je voulais que mon métier me permette de rencontrer, d’échanger de comprendre les gens… rapporter la parole des autres pour que tout le monde sache qu’il se passe ceci et cela à côté de chez nous ou à l’autre bout de monde. J’ai donc entamé une licence d’information-communication à Angers et me suis rapidement tourné vers l’audiovisuel. Avec ma caméra, je me suis tout de suite sentie très à l’aise. Depuis toute petite j’adorais filmer avec la caméra de mon père. C’est assez amusant de se rendre compte que petite je ne mettais pas en scène, j’observais, j’attendais que quelque chose de naturel arrive. J’essayais de faire en sorte que les autres oublient ma caméra. Je filmais les après-midi de mes frères cousins/cousines, en utilisant le tourner monter pour impressionner mon père lors de la diffusion devant toute la famille. Je me suis très rapidement rendu compte que le journalisme d’actualité n’était pas mon truc. Je voulais faire des documentaires, sur les hommes en particulier et sur les hommes en société. J’ai toujours été très attachée à la réalité des situations et des rapports entre les gens.

Qualités : spontanéité, curiosité, aime aller à la rencontre de l’autre et s’intéresser à ce qu’il fait, ce qu’il est, quel échange peut se créer. Tolérante, elle est néanmoins très attachée à défendre ses idées et à argumenter. Forte capacité à développer de l’enthousiasme et à le communiquer aux gens qui l’entourent, y compris dans un contexte de travail.

Défauts : trop sur la défensive, souvent à fleur de peau question sensibilité, sa spontanéité se traduit parfois par un emportement d’où découle une certaine confusion. Parfois brouillon, pas toujours ponctuelle, tendance à trop s’investir sur le plan émotionnel et ne pas parvenir à prendre du recul.

Compétences techniques : image, montage.

FLORENT

Parcours : si je devais me définir en un mot, je dirais “éclectisme”. Passionné de théâtre (à lire, écrire, mettre en scène et surtout jouer) depuis tout petit, je m’intéresse également à la musique, la littérature, le cinéma, et dessine un peu. Sur le plan familial, c’est dans le vignoble du Cognac que ça se passe, côté maternel je viens d’un clan de viticulteurs bouilleurs de crus (ceux qui distillent) et j’avoue que c’est au contact des vignes et de l’alambic familial que je puise mes ressources les plus profondes. Quant au père, il peint, dessine, grave, écrit, autres trucs, mais ça n’a jamais marché, faute à pas de chance et un tempérament rendant difficile le contact avec les autres. Mais je ne le vois que très peu. Pour ma part, je commence très tôt par la danse classique et la musique (violon puis piano) avant de découvrir à onze ans l’art dramatique qui sera une véritable vocation : la scène pour briller, la scène pour se soigner, les mots qui édifient, se donner à fond pour le public, qui souvent le rend bien.

Je grandis dans une famille recomposée étouffante dont je m’évade dès le lycée (jalousie du pseudo-beau-père, artiste raté qui ne supporte pas de me voir m’épanouir sur scène alors que lui y a échoué) pour trois années d’internat marquées par le rock, les belles amitiés et une géniale option théâtre, avant de m’orienter vers les classes préparatoires d’hypokhâgne et khâgne d’une part par indécision, pressions extérieures de ne pas gâcher un cursus marqué par d’excellents résultats scolaires, peur de me jeter aveuglément dans le monde du spectacle malgré le souhait indiscutable de devenir comédien ; d’autre part pour apprendre la rigueur au travail, gagner en culture g, et me constituer un pont-levis / porte de secours sur le CV.

Commencent alors cinq années d’études supérieures (pourtant jamais je n’aurais parié là-dessus !) qui passent par une licence d’aménagement du territoire – faute d’ouvertures possibles avec un deug d’histoire en poche, et également dans l’idée de voir une fois pour toutes si je peux oui ou non envisager une vie professionnelle en dehors du monde du spectacle… réponse : non. Et donc, l’entrée dans un master qui, je l’espère, me donnera accès au monde des intermittents sans crainte de m’y perdre. Néanmoins, mes quelques expériences de tournage professionnels me renvoient systématiquement à mes premiers rêves : mon objectif n°1 pour 2013 sera la classe libre du cours Florent.

Qualités : une bonne maîtrise de la langue française et un certain engouement pour l’acquisition de nouvelles connaissances quelles qu’elles soient. Malgré un caractère assez fantasque, sait faire preuve de sérieux et se montrer pragmatique. S’attache à prendre systématiquement du recul, volonté de ne pas trop prendre parti.

Défauts : un attachement à l’éclectisme qui peut résulter en un éparpillement préjudiciable, tendance à se laisser marcher sur les pieds, paresse occasionnelle, susceptibilité lorsqu’il se sent sous-estimé par un tiers, manque de ponctualité, scepticisme, pusillanimité. Timidité à l’oral, qui a cependant tendance à s’améliorer.

Compétences techniques : écriture, direction d’acteur, son.

L’utilité de ce répertoire de compétences est de nous permettre de déterminer nos forces et nos faiblesses, de voir en quoi on se complète, et ainsi anticiper le travail à deux.

–          La capacité de Capucine à communiquer son enthousiasme pour des sujets divers va être bénéfique à son collègue, et ainsi générer une motivation commune pour le sujet à traiter et pour le travail à deux en lui-même.

–          Bon équilibre pour ce qui est des tendances plutôt optimistes et engagées (Capucine) / pessimistes et aporétiques (Florent) qui permettent d’animer le débat, avec néanmoins un soin de tolérance commun aux deux pour s’assurer qu’il y a une écoute mutuelle.

–          Oral : bonne complémentarité, les prises de parole spontanées de Capucine permettent à Florent de prendre le temps de mettre en place ses idées et de rebondir sur les propos échangés.

–          Compétences techniques : 1+1=2 ?

–          Défauts communs : tendance à l’éparpillement, manie de chercher la petite bête qui peut découler sur une prise de tête et une perte de temps. Souci du perfectionnisme parfois handicapé par un manque de rigueur de Capucine ou une fainéantise passagère de Florent.

Fin de cette première séquence de travail. Florent passe sa main dans ses cheveux en affichant une moue dubitative, caractéristique de l’humeur du mec qui ne comprend pas vraiment sur quoi va s’axer notre travail d’écriture des billets. Il a peur que le principe d’observation de soi amène à un processus trop égocentré. Capucine rétorque avec son enthousiasme chronique que « mais non, c’est pas du narcissisme, t’inquiète ça va être drôle. » Nous tentons d’imaginer ce travail. Est-ce que, quand Florent passe sa main dans ses cheveux d’un air sceptique, Capucine doit relever et interpréter son attitude ? Doit-on observer nos faits et gestes pour ainsi comprendre notre façon de travailler, et donc l’avancée de notre recherche ? Nous imaginons alors que nous allons devoir nous épier et nous analyser. Mais sur quoi réellement ?

Pour commencer, on décide d’un commun accord d’écrire à deux, ce qui (on suppose) permettra une possible objectivité : à travers un ping-pong d’idées, l’observant devient observé et vice-versa, le propos est systématiquement analysé par la personne émettrice et la personne réceptrice, débattu à deux, avant d’aboutir à une conclusion satisfaisante (pour ne pas dire un compromis), ralliant nos deux points de vue. Ce qui nous amène à nous interroger sur l’opposition objectivité / subjectivité de l’observation. Blandine Schmidt nous propose de nous pencher sur le sujet.

Nos premières recherches se portent sur le principe d’objectivation participante théorisé par Pierre Bourdieu. Il explique le principe de réflexivité, qui consiste en une prise de conscience et en un examen approfondi de sa propre démarche scientifique. Le chercheur doit comprendre ses propres habitus pour objectiver sa relation à l’objet : « Par objectivation participante, j’entends l’objectivation du sujet de l’objectivation, du sujet analysant, bref, du chercheur lui-même, » explique Bourdieu lors d’une conférence donnée au Royal Anthropological Institute en 2000*. Cette méthode part de la notion de réflexivité, une démarche méthodologique en sociologie et en anthropologie consistant à appliquer les outils de l’analyse à son propre travail ou à sa propre réflexion et donc d’intégrer sa propre personne dans son sujet d’étude. Il s’agit donc d’être « à la fois sujet et objet, celui qui agit et celui qui, en quelque sorte, se regarde agir. »

*conférence de Pierre BOURDIEU retranscrite dans l’article L’objectivation participante, Actes de la recherche en sciences sociales, 2003, no 150, p. 43-58 : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_2003_num_150_1_2770

Chocolat Chaud
“Chocolat chaud” (by Flo), illustre la complémentarité entre deux éléments aux propriétés différentes qui, ajoutés l’un à l’autre, donnent un résultat tirant profit du meilleur de chacun d’entre eux. 1+1=2.

Sur une suggestion de Franck Cormerais, nous nous sommes également penchés sur les profils psychologiques couramment associés à nos prénoms. Le résultat nous a semblé plutôt saisissant, dans la mesure où l’on s’y retrouve assez nettement :

Capucine vient du latin caput (= la tête), mais a Fleur pour sainte patronne. Les capucines sont en effet des fleurs rouges-orangées, dont le nom serait lui-même hérité du capuchon porté par les membres d’une branche religieuse issue des ordres mendiants de Saint François d’Assises : les Frères Mineurs Capucins.

Avec les Capucine, c’est souvent la politique du tout ou rien. Pour elles, la vie est une aventure perpétuelle, et elles ne manquent jamais d’enthousiasme. Hypersensibles, émotives, combattives, entêtées, fantasques, leur esprit est constamment en éveil et leur curiosité insatiable. S’intéressant fortement à l’humain, elles sont néanmoins de vraies individualistes : l’esprit de lutte est chez elles très présent, et elles se battent volontiers pour défendre leurs points de vue. La difficulté est de ne pas tomber dans une attitude de lutte permanente face à l’adversité, qui se trouve souvent être une figure d’autorité : en effet l’ordre établi, les hiérarchies et les conventions rebutent profondément les Capucine. Sans être nécessairement anarchistes, leur rapport à l’autorité est souvent chaotique, et elles préfèrent être marginales que de se conformer au moule. Néanmoins, elles aiment repousser constamment leurs limites, savent encaisser les coups et se relever de leurs échecs.

Florent vient du latin florens (= le florissant). On peut évoquer la ville de Florence, siège emblématique de la Renaissance italienne.

Les Florent sont de nature plutôt altruistes, sensibles, affables, rêveurs, parfois un peu secrets et timorés. Ils sont attirés par la beauté sous toutes ses formes, tandis que la violence et le désordre les révoltent. Ils ont l’esprit subtil, le goût du raffinement, fourmillent d’idées parfois assez fantasques – ce qui les fait souvent passer pour des originaux, voire des excentriques. On peut leur reprocher leur vanité, leur narcissisme dû à un constant besoin de plaire : ils attachent en effet un très grand prix à l’opinion des autres. Néanmoins, ils s’intéressent à l’humain, sont capables de charmer et savent se montrer à l’écoute des autres, au point de parfois se laisser marcher sur les pieds et montrer des difficultés à s’affirmer au sein d’un groupe. Leur plus grande peine est de décevoir les gens dont l’estime leur est chère ou d’être incompris de leur entourage, et ils ont besoin de se sentir approuvés et appréciés pour être heureux.

Et que donne une combinaison Capucine + Florent ?

A l’écoute l’un de l’autre, il est tout naturel qu’une forte complicité s’installe entre eux. Le calme et la tranquillité de Florent peuvent tempérer l’impulsivité de Capucine, tandis que l’enthousiasme et l’audace de celle-ci stimuleront son partenaire et l’aideront à assumer ses responsabilités. Florent ne doit cependant pas faire trop souvent preuve d’indécision ou de manque d’initiative, et ne pas se murer dans le silence en cas de contrariété. Son côté trop cérébral et raffiné peut déplaire à Capucine, et à l’inverse la combattivité parfois agressive de celle-ci peut le déstabiliser. Tout l’enjeu est de trouver le bon équilibre afin de rester autant que possible sur un pied d’égalité, et de cette façon nouer une amitié solide.

* profils des prénoms compilés à partir des sites http://www.signification-prenom.com et http://www.bebe-prenoms.com

Capucines rouge et jaune
capucines florissantes : nos deux prénoms réunis
[source : http://wikipedia.fr]
 A travers le carnet de recherche, nous allons donc observer nos processus de travail en commun, et pour aller plus loin, observer le collègue et soi-même autant que le résultat de notre collaboration. Ainsi, l’observation et écriture à deux constitueront le processus constructif de l’exercice.

Capucine Girard & Florent Poussard

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G2] Plan d’ensemble

Ce billet est le premier d’une longue série. Ici débute un travail d’observation et de recherche sur le processus de création. Notre cadre de réflexion s’appuie sur la web série Profession étudiant, projet sur lequel nous allons  travailler en équipe. Nous allons donc commencer par nous présenter, exposer nos compétences, déterminer les objectifs et la méthode de travail que nous allons mettre en place.

Nous avons décidé de travailler ensemble. Dans un premier temps par affinité, puis pour nos compétences. Ce groupe réunit trois profils différents et complémentaires. Pour mieux comprendre notre démarche, nous pensons qu’une présentation personnelle est nécessaire. Nous avions des obligations vis-à-vis de la formation du groupe, trois personnes, dont deux ayant des aptitudes plutôt littéraires et une autre des capacités plutôt techniques. Les « techniciens » étant en sous nombre, nous nous sommes jetés sur Gaylord. Gaylord, ancien étudiant en informatique, un peu geek sur les bords mais créatif. Il a donc décidé de se réorienter vers la communication, moins technique et plus multimédia, pour finalement se spécialiser en postproduction sonore. Après avoir découvert un monde sans lumière, toujours en studio et en fin de chaîne de projet, un poste ingrat, il s’est rendu compte que cela ne  convenait pas à ses attentes. À travers Profession Étudiant, le carnet, la création et la production il pourra devenir le touche-à-tout qu’il a toujours rêvé d’être. Le reste du groupe ne fut pas difficile à réunir. En effet pour des raisons pratiques, Gaylord, ayant des difficultés à retenir les prénoms, a crié  le seul qu’il connaissait : Morgane. Par chance nous étions deux. Ainsi naquit le groupe.

Commençons par présenter Morgane. Morgane M., licenciée en information communication, ne voulait plus continuer dans cette voie. En effet, elle se rendit vite compte que son imagination  ne pouvait pas s’y épanouir pleinement. L’image et les cours de cinéma étaient ceux qui la passionnaient le plus durant ce parcours. Néanmoins, ces années lui ont permis de prendre du recul sur ses objectifs. Elle veut créer quelque chose de visuel, aime écriture et écouter de la musique. Elle a besoin d’apprendre à écrire et à créer avant de se lancer, plus tard, dans la réalisation.

Morgane K. est allée jusqu’à sa première année de master en arts plastiques. Elle y a appris à lire l’image sous toutes ses formes et a même rédigé un mémoire. Elle considère que ce qu’elle a appris par rapport à la création purement plastique ne lui suffit plus et que son travail de recherche ne pourra pas aboutir s’il reste figé sur le support papier. Le cinéma, qui est un support plus accessible, lui conviendrait donc mieux. Au début nous nous sommes réunis par affinité, mais en passant du temps ensemble, nous nous sommes rendu compte que nos compétences se complètent réellement et que de nos oppositions naissent des frictions créatives.

Ensemble, nous avons des connaissances éclectiques, des méthodes de travail et manières de penser divergentes qui enrichiront nos travaux, et nous ferons évoluer en tant que groupe et en tant que personnes. Nous voyons ci-dessus qu’en nous présentant, nous avons aussi défini des compétences propres à chacun. Nous allons donc, dans un premier temps, définir simplement le terme « compétence » avant de le replacer dans notre contexte. Dans le travail, la compétence se divise en trois catégories : le savoir, qui regroupe les connaissances théoriques, le savoir-faire regroupant les connaissances techniques et le savoir-être, l’ensemble des qualités relationnelles. Les compétences telles qu’on les a décrites sont celles mise en pratique notamment dans le monde du travail. Mais la situation dans laquelle nous nous trouvons est particulière : il s’agit d’une « situation-problème ». En effet, nous sommes en phase d’apprentissage et de découverte active. A mesure que nous arborons le monde étudiant ainsi que la pratique du travail en groupe, nous assimilons des savoirs, nous résolvons des problèmes et nous perfectionnons nos compétences.

« Ce qui est réellement éducatif, c’est tout autant l’activité déployée par l’élève dans cette résolution de problème que l’acquisition de la réponse elle-même. » (1)

Notre travail de recherche s’inscrit dans ce paradoxe de la « situation-problème », c’est un apprentissage actif, une mise en action de nos compétences à mesure que nous les découvrons, que cela soit dans le milieu étudiant ou au sein de notre équipe de travail. Évoquons maintenant les compétences propres à chaque membre de notre groupe. Gaylord, par exemple, pourra apporter son savoir-faire en multimédia et en son. Son esprit rigoureux nous permettra, par ailleurs, de cadrer l’équipe. Le débat est rapidement né entre Gaylord et Morgane K., ce qui semblait au début problématique car une réflexion commune avait du mal à se créer. Morgane M. a naturellement joué un rôle indispensable de médiatrice en faisant appel à ses compétences relationnelles et a ainsi réussi à créer une discussion ouverte et une réelle écoute de la part de chacun pour finalement tirer le meilleur de ces débats. Chacun, au sein du groupe possède donc une particularité qui permet d’être optimiste vis a vis de notre futur travail. Gaylord a des compétences techniques, Morgane K. a des compétences théoriques et Morgane M. relationnelles.

Ce travail est le premier que nous élaborons tous les trois. Nous nous sommes donc posé beaucoup de questions et nous étions souvent en contradiction. Nous avons mis un certain temps à nous plonger dans l’écriture de ce billet, car nous n’étions pas d’accord sur sa forme, son ton, son style, son sujet, ou encore sa cible. Comment, aux vues de nos disparités, répondre d’une voix commune à toutes ses interrogations et comment s’envisager en tant que groupe ? Comment réussir collectivement ? C’est lors d’un de ces fameux débats qu’est donc née l’idée de s’écouter à travers l’écriture. Afin de sortir de l’impasse du “ personne n’écoute ”, nous avons eu l’idée de poser nos remarques et nos observations par écrit. À tour de rôle chacun pourra donc s’exprimer devant le reste du groupe qui posera des questions et prendra des notes. Nous avons décidé de poser cette méthode pour que chacun puisse s’exprimer librement et ai son mot à dire. Le travail du carnet durant deux semaines, nous choisirons dans un premier temps un thème commun. Pendant la première semaine chacun se posera ses propres questions et effectuera ses propres recherches et en rédigera une synthèse sous forme de lettre. Puis, la semaine suivante, nous nous rejoindrons pour partager et lire ce travail. Chacun prendra des notes sur le travail des autres. Cela nous permettra de partir sur une réflexion commune, sans que personne ne soit mis de côté. Nous espérons que cette méthode permettra de régler nos problèmes initiaux.

Cette idée de lettres, de réflexion au jour le jour sur la nouveauté, nous est inspirée par les Lettres Persanes de Montesquieu. En effet lors de la découverte d’un monde totalement différent du sien, d’un monde étant l’antithèse de tout ce qu’il avait déjà vu, il échangea et s’engagea dans une correspondance où il faisait part de son étonnement. Il créa ainsi un dialogue entre deux mondes. Plus qu’un modèle à suivre pour nos méthodes de travail, il est intéressant de noter que nous sommes, d’une certaine façon, dans la même situation que lui. Nous découvrons le travail de groupe, mais aussi le monde du cinéma, la complexité  de l’écriture d’un scénario et ces carnets seront le pont entre chacun de ces mondes.

Nous rentrons donc dans une nouvelle logique, celle d’une socioanalyse participante du monde étudiant. Comme cela fait longtemps que chacun des membres de ce groupe est immergé dans ce milieu, nous avons donc déjà eu l’occasion de réfléchir à la situation d’étudiant, à ses enjeux et ses questionnements. Cela n’est donc plus une cause d’étonnement pour nous. Bien que nous ne sommes pas encore experts, cette expérience commune est un atout fondamental pour la suite de ce projet et sera le lien parfait entre nos parcours différents et nos caractères difficiles à coordonner et permet dès aujourd’hui de lancer ce projet dans une optique commune.

(1) DUGAL Jean-Paul, Dicodidac, 1992

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website