Archives de catégorie : Série 3

To be continued…

Alison Goizet (28/11/2014) (cc)
Alison Goizet (28/11/2014) (cc)

A ce jour, notre projet est un peu au point mort. En effet, nous devions avoir un premier contact avec un responsable de l’école mais, malgré de multiples appels de la part de Najib, cela n’a pas abouti. Le dossier artistique quant à lui est rédigé et reflète le plus honnêtement notre projet. Personnellement, j’ai un peu plus de difficultés à m’impliquer pleinement dans le dossier et tout le reste puisque j’ai moins d’expérience dans ce domaine que mes camarades. Je n’ai pas fait de stage au sein d’une société de production, je n’ai donc que les cours de l’année dernière sur lesquels m’appuyer. De plus, ce n’est pas ma matière de prédilection.

Cependant, je pense qu’avec des efforts supplémentaires et à travers l’expérience de mes partenaires, je vais réussir à m’impliquer davantage. Quant au problème de communication auquel nous sommes confrontés, nous n’avons pas trouvé d’autres solutions que nous déplacer directement sur le lieu en question. Ou bien se contenter de faire comme si nous allions aboutir le projet et aller le plus loin possible dans la réalisation de celui-ci. Cette dernière solution n’est pas non plus une solution de fatalité puisque cela nous permettra d’avoir une expérience supplémentaire dans le domaine de la production.

Goizet Alison

La machine est en marche.

Pour commencer nous avons dû faire un point. Chacune aillant travaillée dans son coin, nous avions toutes en tête une idée différente du magazine. En effet, nous n’étions pas d’accord sur le support et le format de notre projet. D’une part la question qui se posait, était de savoir si ce magazine à vocation scientifique, se vouait à être diffusé seulement sur internet ou encore sur la télévision, voir sur les deux. Puis une discussion s’en suivit sur la durée d’un épisode ainsi que son contenu. Toutes ces interrogations étaient nécessaires pour résoudre une autre problématique, le choix des éventuelles subventions à demander. Après avoir débattu et répondu à ces différentes réflexions, nous avons pu alors nous concentrer sur le dossier de production. De là nous avons choisi les différents point qui formeraient notre dossier et nous nous sommes réparties le travail.

J’ai tout d’abord entrepris de trouver différentes études et rapports, nous permettant de montrer en quoi notre projet a son importance. Après avoir regroupé différents sondages (la science et les français, la science et les jeunes, la perception de la recherche par les français), j’ai dû faire une synthèse. Celle-ci a pour but d’étayer notre argumentation sur la nécessité de ce magazine, celle-ci sera développée dans notre note d’intention. Depuis pas d’avancement, en définitive après s’être réparti le travail nous n’avons pas réussi à nous réunir pour en rediscuter, faute d’emploi du temps de chacune.

Lisa Delpech.

Qui n’avance pas recule

Bientôt deux mois, que je me suis lancé dans un projet de film documentaire. Force est de constater qu’aujourd’hui les choses n’avancent pas énormément. Pourtant, malgré un volontarisme de l’équipe, nous sommes toujours au même point depuis plusieurs semaines. Notre seul désir, rencontrer le directeur de l’école où nous voulons tourner. Malgré de multiples relances, nous n’avons toujours pas d’interlocuteur à qui exposer notre projet. Nous sommes face à un directeur qui voyage énormément et qui est très peu présent dans son établissement. Le temps qui passe et cette incapacité à avancer fait perdre peu à peu l’espoir de réaliser ce film documentaire.

Notre sujet nous intéresse, projet engagé et instructif. Tout en ayant cette envie de réaliser le film documentaire, je suis conscient que le processus peut être long et compliqué. Il faut savoir être patient tout en essayant de maîtriser son temps. Le plus important pour nous, c’est de rencontrer le directeur de l’école. Certains documentaires mettent plusieurs années avant d’aboutir. J’ai l’intime conviction que nous allons réussir à entrer en contact avec nos interlocuteurs, même si pour l’instant, nous sommes les témoins d’une institution mal organisée et qui ne communique pas assez. Mais, ce qui nous fait tenir c’est cette envie de s’exprimer à travers l’image: tourner un film documentaire est immensément gratifiant et enrichissant  

Najib Mabchour.

Sciences infuses, cerveaux bouillonnants

Doutes et confusions. Sciences Infuses à réussi à nous embrumer l’esprit ces derniers temps. Alors que je pensais que le concept était bien infusé par toute l’équipe et moi-même, je me suis rendue compte que ce n’était peut-être pas si évident. Via quel médium notre projet verrait il le jour ? Un projet web comme ou alors un concept télé à part entière ? Nous nous sommes confondues et perdues entre le potentiellement réalisable et l’idéal. Après maintes discussions, nos cerveaux en ébullition se sont apaisés et nous sommes reparties la base: un projet entièrement web.

Maintenant il s’agit de constituer notre dossier et d’affiner le plus possible notre concept. Pour cela nous menons un travail presque journalistique en écumant les articles et les statistiques. Nous devons parfaitement définir notre cible: qui est elle et quelles sont ses habitudes envers les médias et notre sujet ? Quel rapport les français entretiennent-ils avec la science ?

scinfusesbillet
(cc) Fanny Galou (28/11/2014)

C’est un premier film

L’avancée du projet Germain et les difficultés que Tristan rencontre pendant son développement me renvoient à des contraintes auxquelles je suis moi-même confronté en réalisant mon premier court-métrage. Affiner le sujet, expliquer pourquoi cette histoire est importante, créer des plannings, imaginer un budget. Rêver. Rêver. Rêver. Être déçu. Perdre espoir. Être soutenu. Se retrouver face à un monument qui semble colossal alors que tout part d’une idée simple, un élan créatif spontané. Si le scénario d’un premier film existe, il y a une raison. Est-ce qu’il est intéressant, pas forcément. Est-ce qu’il peut toucher plus de personnes que son auteur seul ?  Pas forcément et tant pis.

C’est un premier film. Ni plus ni moins. Un premier film avec les étoiles dans les yeux et toute l’humilité qui en dépend. Ces premiers films doivent exister. Ils sont imparfaits. Tout est à découvrir. Ils doivent conserver leur spontanéité, sonner faux, être vilain et ne rien raconter. Tant pis. Car même s’ils ne sont pas du cinéma avec un C majuscule, même s’ils ne rencontrent pas leur public, ils correspondent à l’aboutissement d’une recherche personnelle, au désir profond d’un auteur de proposer quelque chose qui lui semble essentiel. Le premier film, il parle de soi, souvent ou même tout le temps. Il n’est peut-être pas passionnant mais il permet à son auteur de se regarder dans un miroir d’une manière bien différente. Il permet de se connaître en fait. On y injecte des choses très personnelles, sans même en avoir conscience. Je pense que pour pouvoir parler aux autres, communiquer avec le langage cinématographique des idées, une vision du monde qui soit cohérente et pertinente, il faut d’abord s’être confronté à soi-même au travers d’un premier film. Alors que faire ? Nos études nous poussent à murir les projets, à les perfectionner, à leur donner un sens le plus universel possible. Tant pis, c’est un premier film, il doit exister en l’état, être tourné vite, être vite post-produit, que son auteur leur regarde, en soit fier pour que deux mois plus tard, il le déteste et le range dans un maudit carton. Quand je regarde Germain et que je vois les peurs de Tristan, j’ai envie de lui dire : “Mets tout ton cœur dans Germain, ça ne dira rien à personne mais à toi si. Fais-le, vite, c’est essentiel”

Jonathan Rochier