Archives de catégorie : Série 2

Découverte d’un Parcours

Road trip en duo, questionnements sur une famille… la découverte de ce projet de fiction a été étonnante, de par le sujet traité, mais également sur le simple fait de son existence, que nous ne soupçonnions pas. Un projet qui restait en sommeil sans qu’on le sache. Voyage entre colère et amour, ce projet captive et devrait parler à beaucoup de personnes. Il montre à quel point la famille peut-être source de mystères, de conflits, mais témoigne également des forces qu’elle exerce pour pouvoir aller de l’avant. Un sujet universel et intemporel.

En prenant connaissance de la version actuelle du scénario, l’histoire et les personnages m’ont touchés. Bien que le travail d’écriture ne soit pas terminé et qu’un axe demande à être précisé pour ancrer le projet dans un format de court-métrage, des éléments viennent rendre l’histoire vivante, par des dialogues et des pointes d’humours notamment. Certains passages encore flous donnent envie de s’investir dans le projet pour les retravailler et les rendre utiles à l’histoire. C’est ce sentiment, que j’ai eu lors de la lecture du scénario, qui m’a fait rapidement comprendre que le projet m’intéressait et que je souhaite en faire partie, pour le porter vers une finalité.

Sylvestre

Le commencement

Notre projet, initié par Fanny, est de créer une émission de vulgarisation scientifique qui apporte à la fois des informations réelles d’actualité et du divertissement. La première étape du travail est divisée en deux parties. D’une part, il faut se renseigner sur ce qui existe déjà en la matière, pour pouvoir à la fois s’en inspirer et surtout ne pas se lancer dans du déjà vu. L’objectif est ici de mettre en place une émission au concept unique et nouveau, pouvant attirer un public bien ciblé dès le début. D’autre part, il est nécessaire de réfléchir au type de sujets que nous souhaitons traiter avant de contacter des personnes susceptibles de nous aider dans la mise en place du projet. En effet, choisir de traiter de culture scientifique demande une certaine rigueur dans le traitement des sujets présentés et surtout des références provenant d’une personne travaillant directement dans le secteur concerné.

 Commencement de la science

Pour ma part, je me suis occupée de faire un inventaire des émissions de télévision à caractère scientifique existant ou ayant existé enFrance. Grâce à internet, j’ai pu trouver des images d’archives de magazines télévisuels ou de documentaires qui ne passent plus à l’antenne aujourd’hui et même depuis longtemps pour certaines. Pour chaque émission trouvée, j’ai cherché à savoir quel est, ou était, son concept principal, son format et ses conditions de diffusion. Ce rassemblement d’informations permet d’avoir une idée globale de l’état du secteur de la culture scientifique à la télévision et nous aidera sûrement dans la prochaine étape de notre projet : la prise de décision concernant la structure et la forme à donner à l’émission.

Elodie Chalumeau

L’école de l’art

Pour notre projet nous nous sommes dirigés vers un documentaire, qui aura pour objet de suivre Anouk une artiste plasticienne. Ses créations ont fréquemment pour sujet l’Afrique et ses habitants. Au delà de son travail de création, Anouk est aussi enseignante. Elle donne des cours d’art pour des personnes de tout âge, des initiations comme des cours réguliers dans une école internationale à Bordeaux. Ses classes sont composées d’enfants entre 12 et 18 ans. Nous voulons que notre documentaire porte sur comment elle transmet le goût de l’art à des jeunes. Les cours sont donnés en Anglais, qui est loin d’être la langue natale de tous, ni même de l’enseignante. Les niveaux étant différents, comment avec cette contrainte, qui n’en est peut être pas une, Anouk enseigne-t-elle l’art ?

Lorsque que je pense à ce documentaire, j’imagine qu’une grande partie se tournera dans sa salle de classe. Avec des portraits d’adolescents, la vision qu’ils ont de l’art et  son apprentissage. Il y a une richesse à capter dans leurs profils, le lieu d’enseignement étant une école internationale les enfants viennent des quatre coins du monde. Ils amènent dans ce cours d’art, une culture, une sensibilité propre à eux. Je pense qu’il est intéressant de filmer cette relation entre Anouk et ses élèves.  Quelles sont les méthodes employées par cette classe pour échanger et transmettre ? Je pense qu’il est primordial de mettre en avant cette pédagogie alternative. Elle s’adapte au multiculturalisme et s’appuie sur cette différence pour faire émerger des projets créatifs.

Alexia DI CIOCCIO

L’art de la transmission

Anouk est une artiste. Elle s’intéresse à l’art et notamment à la création depuis son plus jeune âge. Baignée dans une atmosphère culturelle et artistique toute son adolescence, c’est naturellement qu’elle se lance dans l’accomplissement d’un master qui lui permettra de se positionner en tant qu’artiste plasticienne dans le milieu.
Mais ce que veut Anouk, ce n’est pas seulement assouvir son propre désir de création mais le partager avant tout. Ici se dessine alors la ligne directrice de notre projet. A mes yeux, l’important sera de souligner le périmètre de ce cercle qui entremêlera « envie de transmettre » d’une part et « besoin de recevoir » de l’autre.

Cette idée, motrice selon moi, fût confirmée dès notre première rencontre avec Anouk. « L’art est un langage ». Voilà ce qu’elle nous a dit. Anouk enseigne à des enfants de tout âge à l’école Internationale de Bordeaux. Evoluant jour après jour avec des élèves venant de tous les continents, elle nous explique que le point central des classes gravite autour de cette notion de partage et d’échange constant. Ce dernier, qui est le moteur de l’enseignement, se traduit tout d’abord par le langage artistique mais également par l’enthousiasme que présentent tous les intervenants en adaptant la langue parlée en fonction du pays d’origine de leur interlocuteur. L’idée qui émerge de cette observation repose sur le fait que malgré leurs différences, les artistes en herbe parviennent à se comprendre pour produire ensemble.Le message que véhiculera le documentaire est alors clair : l’envie de transmettre trouve motivation dans l’envie de recevoir.

E. Donès

Sciences infuses

Sciences infuses est un rendez-vous mensuel qui vise à faire découvrir les nouvelles technologies à un large public avec légèreté et humour destiné au web. Je vois en ce projet une véritable aubaine pour me former sur les droits divers (à l’image, de l’image, patrimoniaux, archivage numérique…). J’aime la science mais j’ai constaté trop souvent que celle-ci restait floue pour la majorité des personnes car elle n’est pas assez simplifiée et accessible pour tout le monde. Ainsi, injustement, des milliers de sujets passionnants sont écartés car non partagés et je pense que cette émission permettra de remédier en partie à cela. En outre, les sujets évoqués semblent être tirés tout droit de la science-fiction, et qui n’a jamais rêvé de voir la science-fiction devenir réalité ? Moi en tous cas je trouve ça passionnant. Mais toute chose a un coût, et ayant étudié la comptabilité, l’aspect financier m’intéresse également.

De plus, le fait que ce rendez-vous soit régulier permettra une activité constante à l’équipe. Dans ce projet nous souhaitons faire intervenir des images d’archive afin de s’appuyer sur une base solide. Il sera donc très important de faire une recherche afin d’étudier tous les droits concernant notre projet. Projet qui ne sera irréalisable sans une estimation des coûts de production. Pour cela un plan de financement est nécessaire et c’est pourquoi j’ai choisi de me pencher sur ces deux points importants : le droit et le financement.

Soline T.