Archives de catégorie : Série 2

Rêver les yeux ouverts

(cc)Lucile Moyano(19/10/2014)
(cc) Lucile Moyano (19/10/2014) 

Tristan a imaginé l’histoire de Germain, ce jeune garçon ouvert sur un ailleurs plus doux et plus calme que le réel. Un accident, un coma. Ces évènements d’apparence tragique seront propices à une traversée onirique portée par des passions peu ordinaires. Pour nous, ce film est une chance donnée aux « silencieux » de rêver, pour une fois, comme ils le désirent. Cette histoire s’adresse à une fragilité contenue en chacun des membres de notre groupe, et probablement à beaucoup d’autres jeunes gens de notre génération. Le voyage de Germain est celui d’un corps qui ne s’accommode pas de la  croissance de son l’esprit. « Grandir… pourquoi faire ? N’y a -t-il pas un endroit où l’on m’aimera tel que je suis ? » Dans un « au-delà » où rien n’est  hostile, la folie est autorisée et partout les passions ont un droit de passage. Mais à trop rêver de s’échapper du monde, on prend le risque de s’en extraire définitivement.

Il est bien vaste, le monde où Tristan à lâché le jeune Germain. Les couleurs, l’image, le jeu et le son devront être les reflets de cet environnement ainsi que de la latence émanant du personnage. Si nous voulons lui être fidèle, il va falloir faire preuve de précision, de réflexion, et accepter que la rigueur prenne part à un si onirique récit. C’est en quelques sortes à nous d’être adultes afin que Germain puisse vivre son vagabondage sans entraves, jusqu’aux limites que nous lui mettrons. Les symboles récurrents d’enfance et d’imaginaire nous mènent vers la problématique de la solitude auto-provoquée par une conduite « hors des clous ». Ainsi, dans le scénario, le vide se fait autour de Germain. Le texte prend forme, comme le rêve qui peu à peu se dessine sous les paupières du dormeur.

Lucile

Puer aeternus

La vie en négatif de Germain est un scénario qui, comme son nom l’indique, se concentre sur une petite parcelle de la vie d’un homme. Cette parcelle reflète son état mental, ses pensées, ses tourments, passions et émotions. Ici, l’histoire s’intéresse donc au fond du personnage plus qu’à sa forme. Amené à tomber dans un coma profond, son inconscience va être à sa conscience  ce que le négatif d’une photographie est à son tirage. Mais le terme de « négatif » est aussi justifié par le fait que l’on traite un aspect plus sombre du personnage : son obsession et son refus de grandir. En effet, il va s’accrocher à des lubies de sa plus jeune enfance et rester ainsi cloisonné dans un monde utopique. Tout comme Travis dans Paris, Texas ou Peter Pan, Germain est un puer aeternus, un garçon éternel.

Toute forme d’art, qu’il s’agisse de peinture, de danse, de musique ou encore d’écriture devait être selon moi de l’ordre du spontané. L’art devait être perçu comme un médiateur de l’émotion, un chemin tracé entre la conscience et son opposé. C’est ainsi qu’avec La vie en négatif de Germain j’eu besoin d’écrire quelque chose plus qu’envi de véhiculer un message quelconque. Mais l’art change de facette lorsqu’il ne concerne plus qu’un seul individu. C’est donc lorsqu’il fallu expliquer le sens du scénario à mes collègues que je réalisai combien il était difficile d’exprimer une idée à la base inconsciente. Nous nous réunîmes alors autour d’une table pour réfléchir à un thème qui permettrait d’axer le scénario sur un seul rail : l’onirisme, le voyage, l’amour, le fantasme…  C’est là que nous choisîmes de parler du syndrome de Peter pan, un complexe intéressant à traiter pour des étudiants étant sur le point d’entrer dans la vie active.  Aujourd’hui, tout devient alors plus clair et accessible. Le scénario est doté d’une structure horizontale et nous pouvons l’ornementer de nos idées sans qu’elles ne s’éparpillent trop.

Tristan Leyri

Déni infantile

P1000011

La vie en négatif de Germain n’est pas le premier texte que je lis de Tristan. Celui-ci est probablement le plus abouti mais de chacun se dégage une atmosphère singulière et des thèmes gravitent autour des personnages qu’il créé. Souvent, ceux-ci sont emprisonnés d’eux-mêmes, d’un maladie mentale ou d’une personnalité qui les freine.

Lorsque j’ai lu ce scénario, je me suis demandé quel était son sujet, je n’arrivais pas à poser des mots dessus. Cependant, connaissant la personnalité de Tristan et certaines de ses autres créations, je pressentais que les évènements qui arrivent dans la vie de Germain n’étaient pas dénués de sens et que leur enchaînement créait quelque chose de signifiant. Je pense que Tristan a essayé d’extraire de lui-même des craintes qu’il ressent et les a injectés en Germain. Je vois en ce personnage la matérialisation d’un problème de société qui touche notre génération. Une sorte de distorsion du réel qui se substitue peu à peu à notre vie et l’influence au quotidien. L’impossibilité d’avoir des interactions sociales poussées. Le fantasme qui prend le dessus sur le possible. Confronté au monde, Germain refuse d’ouvrir les yeux et de grandir. Tantôt par lâcheté ou par naïveté il s’enfonce dans un déni qui le tuera. Par ce qu’être adulte c’est anticiper, c’est regarder le futur et ça, Germain n’en veut pas. Seuls ses petits plaisirs comptent, ses bonbons à l’anis et les photos de Madeleine, sa passion, l’image de sa mère, le fantôme de l’amour qui aurait pu le pousser vers l’âge adulte.

Jonathan

Partager, c’est avancer

Photographie issue du film "The Virgin Suicides" de Sofia Coppola", une de mes inspirations pour le court-métrage
Photographie issue du film « The Virgin Suicides » de Sofia Coppola », une de mes inspirations pour le court-métrage

L’histoire de Kate et Lisa, deux soeurs en proie à leur histoire familiale, a commencé à germer dans mon esprit il y a un peu plus d’un an. Ce scénario est inspiré de plusieurs personnes de mon entourage qui ont contribué à donner du corps aux personnages. J’ai écrit d’une traite la première partie de l’histoire puis j’ai repris le scénario de temps en temps quand un trait de caractère d’une personne que je rencontrais me semblait pertinent pour un de mes personnages. Pourtant, très vite, j’ai senti un blocage et n’ai plus été en capacité d’écrire. J’ai identifié le problème récemment : je ne souhaitais pas faire lire mon scénario à qui que ce soit tant que le texte n’était pas abouti. Or, il est important de le partager pour avoir un avis extérieur et ainsi avancer sur le projet.

C’est donc dans cette idée que j’ai décidé de continuer l’écriture en compagnie de Coline, Sylvain et Laëtitia. Je leur ai demandé, après lecture du scénario et discussion, ce que racontait l’histoire selon eux : pour eux, c’est une histoire sur la complexité des relations fraternelles. C’est donc maintenant sur cette idée principale que nous allons orienter le court-métrage. Le fait de s’engager dans cette démarche de partage a modifié l’enjeu du projet. Cette idée a été conçue au départ plus comme un exercice personnel qu’une réelle intention de mener ce projet à bout : l’ajustement du scénario sera désormais orchestré en prenant en compte l’aspect financier et notre capacité à aboutir à sa réalisation, le but étant de mener ce court-métrage de fiction à une diffusion publique.

Thiphaine

Deux personnages à caractériser

Ce scénario raconte l’histoire de 2 jeunes femmes, sœurs, qui ont la vingtaine d’années et qui viennent de perdre leur mère. L’une a 26 ans, elle est psychologue, fiancée, elle vient d’acheter un appartement. L’autre a 20 ans, elle est encore en études, artiste et beaucoup plus délurée que sa sœur. Ces 2 jeunes femmes totalement opposées qui ne s’entendent pas très bien, se retrouvent à faire un périple familiale ensemble. Entre histoires familiales, rivalité et révélation, les 2 filles tentent de se comprendre.

L’enjeu de ce scénario est de comprendre la complexité des relations fraternelles. Ces 2 jeunes femmes qui ne se comprennent plus vont affronter ensemble leur histoire familiale et enfin tenter de se connaître réellement. La caractérisation de ces 2 personnages est donc un enjeu très important dans le scénario puisque chacune d’entre elles réagit selon son caractère, son mode de vie, son travail, ses études… Ce travail de caractérisation doit donc être précis afin que l’histoire soit cohérente et crédible. De plus, il faut que le cadre soit posé rapidement, dès les premières minutes, afin que le spectateur comprenne facilement à qui il a à faire, pourquoi il y a un conflit, pourquoi elles ont de telles réactions… L’enjeu de ce scénario va donc se trouver sur cette caractérisation, point sur lequel nous allons travailler.

Laëtitia