Archives de catégorie : Séries 2014-2015

« Sacré mémoire »

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

La première chose qui m’a attiré avant même d’avoir visionné ce film est son nom ; « Kadosh » signifie « sacré » en hébreu.  N’ayant pas une grande connaissance de la religion Juive et de sa culture, ce film était pour moi l’opportunité de découvrir un nouvel univers.  Lorsque j’ai vu le film pour la première fois,  j’ai découvert  deux mondes : celui des Juifs Orthodoxes et celui du réalisateur. J’ai été séduite par la façon qu’à Amos Gitai de raconter une histoire. J’aime la manière qu’il a de filmer ses acteurs, mais aussi son don pour dire les choses implicitement. Bien que les nombreux plans séquences rendent l’oeuvre assez lente, j’ai été totalement aspiré. Cette lenteur m’a permis de m’imprégner des personnages, de sentir leur détresse et leur mal-être.  Ce respect du temps donne une dimension très réaliste au film.  « Kadosh »  a réussi  a faire naître en moi un malaise, comme celui qui règne tout au long du film. Il m’a touché par son esthétisme et par les sujets qu’il traite : il dénonce sans accuser.

Tout d’abord, j’ai commencé par faire des recherches sur le contexte social et historique d’Israël, de Jérusalem et de ses habitants. Parallèlement je me suis intéressée plus en détails à la culture juive. L’ensemble de ces recherches m’ont permis de comprendre de nombreux éléments. Une fois le fond du film entièrement assimilé, la forme et l’esthétisme des images m’ont sauté aux yeux. J’ai alors réalisé toute l’importance de l’utilisation du plan séquence et d’un cadre particulier. Alors, la problématique du TPR s’est dessinée presque naturellement. Je me suis tournée vers la piste de « l’enfermement », comment au travers de l’image Gitai enferme les protagonistes de son histoire aussi bien physiquement que psychologiquement.

Alexia DI CIOCCIO

Reprendre, continuer… pour enfin terminer !

LaRosePourpre-B1

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Qui n’a jamais rêvé de parler avec l’un des personnages de son film préféré ? Qui n’a jamais voulu que ce personnage devienne réel ? Qui n’a jamais rêvé entrer dans un film ? J’ai choisi le film « La Rose pourpre du Caire » pour le scénario que je trouve très original : c’est le film dans le film. Malgré le contexte de crise économique dans lequel vit Cécilia (le personnage principal), ce film reste une comédie plutôt joyeuse, avec des situations et des dialogues humoristiques ce qui lui donne une certaine légèreté et m’a permis de l’apprécier encore plus. Plusieurs thèmes sont abordés comme l’amour, la vie socio-économique mais surtout la fascination que peut provoquer le cinéma. C’est cette fascination qu’éprouve Cécilia et que peut éprouver tout spectateur touché par un film, qui m’a intéressé puisque dans « La Rose pourpre du Caire », elle est poussée à l’extrême.

Le but de ce travail de mémoire est d’analyser le film avec ma vision personnelle : ce que je vois, j’entends et ce que je ressens. Dans un premier temps, j’ai réalisé le travail demandé (découpage séquentiel, recherches sur le contexte économique etc.) sans trop savoir vers quoi j’allais. Puis, c’est finalement lors de l’analyse d’une séquence en particulier, celle où le personnage sort du film pour rejoindre Cécilia que tout est ressorti. C’est effectivement dans cette séquence que je me suis aperçue qu’il y avait un contraste évident entre la réalité triste de Cécilia et la fiction bien plus belle. C’est ce contraste que l’on retrouve sur la globalité du film qui m’a permis d’axer tout mon travail.
Il s’agit maintenant de reprendre et continuer ce travail de recherche et d’analyse…

Laëtitia

Intuitions féminines

Je me suis dirigée vers cette comédie Hollywoodienne en quête d’un support de recherche vivant, léger et dynamique. Et aussi parce que je suis un tout petit peu féministe. Le film intitulé Madame porte la culotte ne m’a pas déçu. Cukor représente la femme à travers ses différents combats sans omettre ni charmes ni défauts, ce qui rend les personnages féminins tout à fait irrésistibles. Ils jouent, ils « sur-jouent », masquant ainsi leurs mentalités troublées et d’inévitables faiblesses qui résonnent en chacune d’entre nous. Cette justesse dans la représentation suscite en moi une profonde sympathie.

Mais me laisser emporter par le rire alors que le sujet me touche, me semble être un paradoxe. Plutôt que de me pencher sur le fond social abordé dans le film, je décide donc de creuser autour des éléments du cinema de Cukor qui me permettent de prendre du recul par rapport à l’univers diégétique. Le cinéaste semble mettre ici en oeuvre une notion vaguement familière : la distanciation. Une visite à l’ami Brecht s’impose ! Dans le fond, il se dégage de ce film un fort parfum de planches, de rideaux et fauteuils en velours rouge. Que se passe-t-il lorsque que l’on visionne Madame porte la culotte sous le prisme de la théâtralité ? Peut-être parviendrais-je à décoder l’union de ces deux arts, un mariage dans lequel Madame aimerait porter le costard.

Lucile Moyano

(cc)Lucile Moyano(05/10/2014)
(cc)Lucile Moyano(05/10/2014)

Page blanche face à la beauté

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Parce qu’il fallait bien choisir un film dans une liste où, malheureusement, la plupart des titres m’étaient alors inconnus, après un petit inventaire préliminaire j’ai pris conscience que la plupart des oeuvres étaient très sombres et compliquées. Pour pouvoir travailler sur un film pendant deux ans il fallait que ç’en soit un qui me corresponde et me ressemble : vivant, heureux et doux. C’est Elvira Madigan qui, par la beauté de ses images colorées, la musique entrainante de Mozart et le synopsis vendant une belle et véridique histoire, a retenu mon attention. Touchée par la folle et tragique romance, m’identifiant facilement au personnage et curieuse de découvrir le cinéma scandinave, mon choix fut vite arrêté.

Passé le premier visionnage, le seul au final qui me laissera la larme à l’œil car je ne m’y laisserai plus prendre, je me lance très vite dans le découpage du film plan par plan. De nombreux éléments me sautent aux yeux très vite sans que je sache comment organiser ce fourmillement de pensées.  Ce sont mes recherches sur le contexte qui me permettent de mettre le doigt sur un élément présent depuis le début, mais que je n’avais pas su distinguer du reste : la beauté. Son utilisation pour dénoncer des faits de société et mettre en valeur une histoire tragique était plutôt inhabituelle pour l’époque. Je viens de trouver mon axe. Je me penche alors sur tout ce qui est beau dans ce film: les acteurs, la musique, les couleurs, l’action, etc. Le problème devient alors de trouver comment analyser tous ces éléments et les retransmettre en leur donnant du sens. Un travail qui est loin d’être achevé au rendu de mon TPR et qui trouvera sa continuité dans la réalisation de mon mémoire.

Elvira

Elodie Chalumeau

Cher poète,

Guru Dutt film-L'Assoifé

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Un jour d’octobre 2013, je vous découvre, Vijay le poète et toi Guru Dutt le réalisateur. Je vous mentirais en disant que je vous ai choisis. C’est l’envie de connaitre l’Inde et son cinéma qui m’ont amené à vous adopter. Je connaissais le cinéma populaire de Bollywood, cinéma que j’ai connu dans mon enfance et pendant mes vacances au Maroc. Ton cinéma est tout autre. Je t’ai découvert dans une société excessive et traditionaliste. Je me suis plongé dans « L’Assoiffé » en buvant chacune des scènes du film, où tu m’as laissé ta sensibilité exacerbée, ton envie de culture et de poésies incarnées. En grande admiration de ton travail et de ta sensibilité artistique. J’étais prêt. Nous passerons de longs mois ensemble à refaire le monde, où devrais-je dire à connaitre ton monde. Vijay et toi, vous ne faites qu’un, votre révolte face à un monde corrompu par l’argent, par l’injustice et le mépris des artistes m’ont touché. Le cinéaste et le poète que tu étais ont résonné en moi. Anne Barratin disait « Il n’y a pas de choix, il y a des rencontres. » c’est celle que nous avons faites.

Face à cette rencontre cinématographique le « MOI » en tant que chercheur est une réflexion mettant en lumière ce que le réalisateur a voulu laisser comme empreinte dans l’espace-temps. Mon regard de chercheur est un regard critique sur le film. Ma méthode, en premier lieu: connaître la vie de l’auteur. Puis, après avoir vu le film plusieurs fois, vient la phase de questionnement et d’interprétation. Enfin, je me suis penché sur le travail de l’auteur en tant que cinéaste, en me demandant qu’a-t-il voulu dire ? Pourquoi ce choix ? Cette mise en scène ou cette lumière ? En utilisant des outils d’analyse filmique (découpage séquentiel, analyse de séquence, étude des plans). C’est bien après ce travail de recherche que je me suis rendu compte qu’un certain lien se créait et l’affect pouvait prendre le dessus. C’est pour cela, qu’en tant que chercheur, je dois m’efforcer de garder une distance sur l’objet de ma recherche en gardant un esprit critique sur le fonctionnement du film.

Najib MABCHOUR